| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Mael
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Panini Comics

complétez cette fiche
Say you want a revolution
ScénarioMorrison Grant
Année2008
EditeurPanini Comics
CollectionVertigo Big Book
SérieLes Invisibles, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

- (The Invisibles (v.II) #22) [Couverture], Bolland Brian (D)
Dead Beatles (The Invisibles #1) [Récit complet], Yeowell Steve (DE), Vozzo Daniel (C), Electric Crayon (C)
1ère partie, Down and Out in Heaven and Hell (The Invisibles #2) [Récit à Suivre - Début], Yeowell Steve (DE), Vozzo Daniel (C), Electric Crayon (C)
2ème partie, Down and Out in Heaven and Hell (The Invisibles #3) [Récit à suivre], Yeowell Steve (DE), Vozzo Daniel (C), Electric Crayon (C)
3ème partie, Down and Out in Heaven and Hell (The Invisibles #4) [Récit à Suivre - Fin], Yeowell Steve (DE), Vozzo Daniel (C)
1ère partie, Arcadia : Bloody Poetry (The Invisibles #5) [Récit à Suivre - Début], Thompson Jill (D), Cramer Dennis (E), Vozzo Daniel (C)
2ème partie, Arcadia : The Mysteries of the Guillotine (The Invisibles #6) [Récit à suivre], Thompson Jill (D), Cramer Dennis (E), Vozzo Daniel (C)
3ème partie, Arcadia : 120 Days of Sod All (The Invisibles #7) [Récit à suivre], Thompson Jill (D), Cramer Dennis (E), Vozzo Daniel (C)
4ème partie, Arcadia : H.E.A.D. (The Invisibles #8) [Récit à Suivre - Fin], Thompson Jill (D), Cramer Dennis (E), Vozzo Daniel (C)
23: Things Fall Apart (The Invisibles #9) [Récit complet], Thompson Jill (D), Cramer Dennis (E), Vozzo Daniel (C)
Season of Ghouls (The Invisibles #10) [Récit complet], Weston Chris (DE), Vozzo Daniel (C)
Royal Monsters (The Invisibles #11) [Récit complet], Ridgway John (DE), Vozzo Daniel (C)
Best Man Fall (The Invisibles #12) [Récit à suivre], Parkhouse Steve (DE), Vozzo Daniel (C)
D : Dessin E : Encreur C : Couleurs

Tout au long de l’histoire, une société secrète se faisant appelée Les Invisibles, et comptant parmi ses membres des personnages aussi illustres que le poète Lord Byron, se bat contre les forces de l’ordre dont le but, semble-t-il, est de nuire à l’épanouissement de la race humaine. Dans ce premier album, la dernière recrue des Invisibles, un adolescent de Londres, doit survivre à un étrange et perturbant entraînement avant d’être projeté dans le passé pour tenter d’enrôler le Marquis de Sade. Il se dit même que cette saga aurait inspiré le film Matrix !

 

1 avis

rohagus
Aussi illogique que cela puisse être, la première saison des Invisibles (25 épisodes) n'a été publié en France que 9 ans après la seconde saison (18 épisodes dont seulement 7 édités en Français) que Le Téméraire avait choisi de publier en premier.
Comme j'avais eu du mal à comprendre le contexte et les personnages de la série lors de la lecture de la Saison 2, j'avais mis cela sur le fait qu'il me manquait le début de la série pour bien tout comprendre. L'ennui c'est que maintenant que je l'ai lu, j'ai l'impression que c'est encore plus brouillon...

L'histoire commence directement sans aucune explication. Et pourtant, croyez-moi, il y en aurait eu besoin car c'est complètement décousu, complètement embrouillé. On est dans un pur délire onirico-mystico-poético-sociologique. Les choses se mettent peu à peu en place et on commence à comprendre les tenants et aboutissants mais la narration reste toujours aussi confuse, sautant du coq à l'âne, d'une dimension à une autre, d'une réalité à des rêves et autres hallucinations, incapable de se rendre suffisamment linéaire pour être lue sans froncer les sourcils ou simplement ne rien capter par moment. J'ai trouvé cette lecture pénible, avec de nombreux passages trop déjantés et trop bavards que je me suis peu à peu décidé à zapper, ne savourant du coup rien d'une intrigue dont je ne finissais par ne saisir que la trame globale sans toute la sauce et le discours enflammé d'un auteur trop anarchiste dans ses idées et sa narration pour réussir à m'atteindre.
Sans parler du côté glauque de beaucoup de passages, un aspect sordide qui passe plutôt bien dans les séries Hellblazer, Sandman et d'autres séries Vertigo. Mais là, j'ai juste fait un rejet.

J'avais trouvé la série The Filth du même auteur complètement déjantée mais pleine d'idées très originales et presque fascinante par son discours halluciné. Là, on est dans un registre similaire mais je n'ai absolument pas pu accrocher. C'est juste pénible.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin