| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Coacho
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
'La physique en BD', 'Les maths en BD'... Et pourquoi pas 'La BD en BD' tant qu'on y est (niais) ? ... Ah mais déjà fait, c'est vrai : McCloud, ouais.
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Superhéros et autres comics pas indépendants :o)

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | prec�dent | suivant

Mr_Switch, 03.06.2013 à 21:07351358
Smiley_Bone :

Euh pas forcément, ça peut être le cas quand ce sont des crossovers intercompagnies etc.


Ahah, j'attendais que notre spécialiste dise ça avec des mots experts :). Merci. En écrivant univers, je pensais autant au sens comics du terme qu'au sens habituel. L'univers mythologique de Wonder Woman ne semble pas, de prime abord, vraiment en phase avec l'univers ''rationnel'' d'un Batman, par exemple. Et le Batman hors cross-over est généralement un peu différent du Batman de cross-over.

Un exemple pour illustrer que Smiley dit, avec le témoignage de Rohagus dans la chronique de ce bouquin.

Anoeta, 03.06.2013 à 20:22351357
Xavier :
Mr_Switch :
Dans les univers Marvel et DC, le temps est relativement figé. Ou plutôt ne s'écoule que par à-coups. Ou ne s'écoule que par le fait de la succession des cross-over.

Le temps est plutôt particulièrement compressé (sans compter les multiples remises à zéro). Il est généralement admis qu'il s'est passé environ 12 ans depuis les débuts de l'univers Marvel au début des années 60.


Le dernier reboot se passe clairement à notre époque.
X-men engage une boite de com qui gère son twitter et sa page facebook.
Deplus, je ne peux m'empêcher de vous livrer ce succulent dialogue lu dans X-Force :
Wolwerine : Tout a l'air normal.
Archangel: Tu t'attendais à un méchant russe avec un bandeau sur l’œil fumant comme un pompier tout en racontant son plan pour détruire ce maudit capiltalisme ?
Wolwerine : Ça me rend nostalgique des années 80.

lanjingling, 03.06.2013 à 14:17351355
Smiley_Bone :
lanjingling :
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?


Ben ce n'est pas forcément lié à Marvel, DC et Timely (l'ancêtre de Marvel) le faisait déjà à la fin des années 30 avec la Justice Society, déjà là il y avait le concept d'univers partagé, qui était là évidemment avant tout pour des raisons commerciales, c'est à dire pousser le lecteur qui trouvait un héros cool, à acheter une revue avec un autre héros cool. Faut se rappeler que depuis le début, le comic superhéroique se définit comme une industrie.

Et moi qui parlais de "ressenti de necessité d'unifier" en pensant à Balzac (qui était lui-même déjà assez commerçant) qui réutilisait ses personnages pour construire sa comédie humaine...Effectivement, Wikipedia m'apprends que c'est l'éditeur qui créa la JSA.
Smiley_Bone :
Dans les années 90, par contre on poussa l'argument marketing (qui était de profiter au maximum du complétisme du fanboy) à son paroxysme. C'est à dire que le crossover ne se déroulait plus juste dans une mini-maxi-série mais aussi dans les séries régulières, ce qui faisait que pour avoir toute l'histoire il fallait parfois acheter ou lire une trentaine de titres. Cette manière d'agir fut aussi une des causes des chutes des ventes des comics qui conduisit Marvel au bord de mettre la clé sous porte. Tant et si bien que pendant une bonne partie des années 2000, ce genre d'évenement n'exista plus. Ensuite il fut remis au goût du jour, mais pour ne pas effrayer le lecteur ou lui rappeler les mauvais souvenirs des nineties, on a sorti du chapeau marketing le concept du tie-in.

Tes informations sont édifiantes; je suis édifié (et j'apprends au passage le mot "complétisme").

chrisB, 03.06.2013 à 10:37351352
Excellente lecture, je suis rentré direct dans l'univers !! bien foutu, assez riche, vivement la suite !

Smiley_Bone, 03.06.2013 à 10:23351351
lanjingling :
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?


Ben ce n'est pas forcément lié à Marvel, DC et Timely (l'ancêtre de Marvel) le faisait déjà à la fin des années 30 avec la Justice Society, déjà là il y avait le concept d'univers partagé, qui était là évidemment avant tout pour des raisons commerciales, c'est à dire pousser le lecteur qui trouvait un héros cool, à acheter une revue avec un autre héros cool. Faut se rappeler que depuis le début, le comic superhéroique se définit comme une industrie.

Smiley_Bone, 03.06.2013 à 10:18351350
Mr_Switch :
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.


Euh pas forcément, ça peut être le cas quand ce sont des crossovers intercompagnies (les plus connus sont ceux de DC vs Marvel, comme Superman-Hulk etc), mais généralement ce sont souvent des histoires se passant dans le même univers. Simplement c'est une histoire qui commence dans une série et qui se conclut dans une autre, donc en deux parties ou plus. Les Tie-in en fait sont une idée marketing. A l'origine les grands crossovers qui voyaient souvent tous les héros combattent une terrifiante menace (je suis ironique là) étaient publiés en été, et généralement lors d'une mini/maxi-série, pour que le fanboy ait quelque chose à lire pendant les vacances. Et parfois l'intrigue débordait sur les séries régulières. Ce fut typiquement le cas avec Guerres Secrètes ou Spider-Man se voit affubler d'un nouveau costume, noir celui-là, qu'il aura aussi par la suite dans sa série régulière. Dans les années 90, par contre on poussa l'argument marketing (qui était de profiter au maximum du complétisme du fanboy) à son paroxysme. C'est à dire que le crossover ne se déroulait plus juste dans une mini-maxi-série mais aussi dans les séries régulières, ce qui faisait que pour avoir toute l'histoire il fallait parfois acheter ou lire une trentaine de titres. Cette manière d'agir fut aussi une des causes des chutes des ventes des comics qui conduisit Marvel au bord de mettre la clé sous porte. Tant et si bien que pendant une bonne partie des années 2000, ce genre d'évenement n'exista plus. Ensuite il fut remis au goût du jour, mais pour ne pas effrayer le lecteur ou lui rappeler les mauvais souvenirs des nineties, on a sorti du chapeau marketing le concept du tie-in. Concept devant satisfaire et le lecteur complétiste qui veut avoir tous les numéros de l'histoire, et le lecteur non-complétiste, qui lui est plutôt fâché de voir la série qu'il suit utilisé comme partie d'un crossover. Donc voilà le tie-in qui est un compromis, dans une série régulière, il y a un ou deux numéros où l'on fait allusion au crossover de la mort qui tue, mais sans que l'intrigue principale soit totalement phagocytée par ce dernier.

lanjingling, 02.06.2013 à 4:48351328
Question de néophyte (ou mieux, de béotien, puisqu'on est dans la mythologie :), cette notion d'"univers Marvel", de quand date-t-elle ? Qui et quand a eu l'idée ou ressenti la necessité d'unifier les différents personnages stanleeiens ?

Xavier, 01.06.2013 à 22:23351327
Mr_Switch :
Dans les univers Marvel et DC, le temps est relativement figé. Ou plutôt ne s'écoule que par à-coups. Ou ne s'écoule que par le fait de la succession des cross-over.

Le temps est plutôt particulièrement compressé (sans compter les multiples remises à zéro). Il est généralement admis qu'il s'est passé environ 12 ans depuis les débuts de l'univers Marvel au début des années 60.

Ensuite, il y a l'aspect particulier des super-héros, qui relèvent plus à mon sens de la tradition orale: c'est la même histoire, avec des passages obligés (l'origine, en particulier), une structure donnée et quelques personnages incontournables, mais chaque narrateur peut se l'approprier et la réactualiser à sa guise.
Dans cette optique, la question de la continuité est assez complexe: il s'agit plus d'une seule histoire qui s'épaissirait (sans vraiment progresser). Je ne sais pas si je suis très clair sur ce point...

lanjingling, 01.06.2013 à 17:07351322
Mr_Switch :
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.

par exemple.

Mr_Switch, 01.06.2013 à 16:13351321
Il n'y a pas de cross-over dans Donjon (enfin je ne pense pas).

Pour qu'il y ait cross-over, il faut rencontre de deux univers différents... et généralement peu compatibles de prime abord.

Anoeta, 01.06.2013 à 15:49351320
OK merci Switch (tu m'accorderas qu'au final, il faut plus de deux mots pour comprendre ce qu'est un ties-in :o) Et avoir compris ce qu'est un cross over!)

Pour continuer le parallèle avec Donjon, Donjon Parade est une mini-série, Donjon Monster un ties-in, la trilogie de l'automate un cross over si j'ai bien tout compris.

Mr_Switch, 01.06.2013 à 15:06351313
Je ne jongle pas assez bien avec ces catégorisations de comics pour pouvoir te suivre, lanj.
Il me semble que ce seraient plutôt les Monster les ties-in dans l'absolu. Les Monster sont censés suivre un personnage et l'impact de l'univers global de Donjon sur leur destin.

Dans les univers Marvel et DC, le temps est relativement figé. Ou plutôt ne s'écoule que par à-coups. Ou ne s'écoule que par le fait de la succession des cross-over.
Le temps dans Donjon est forcément un élément clé.

Enfin, Donjon est un univers malgré tout pensé d'un bloc. Ce n'est pas la fusion de plusieurs univers qui peuvent interagir ou non entre eux selon le choix du scénariste.

lanjingling, 01.06.2013 à 14:37351311
Mr_Switch, si je te suis bien, Donjon Parade est un tie-in de Donjon ?

lanjingling, 01.06.2013 à 14:35351310
Ne peut-on pas imaginer que, puisque c'est le film qui est dorénavant le référent, le comics qui en est à l'origine s'en trouve ravalé au rang de produit dérivé ? (Ca existe, le Viagra Wolverine ? On vit dans un monde merveilleux)

Mr_Switch, 01.06.2013 à 14:30351309
Les comics peuvent être des produits dérivés :)
C'est simplement que ce n'est pas dans le sens habituel, et pas dans un sens purement mercantile.

Un Ties-in, c'est un épisode d'une série qui est en rapport avec une autre série ou un cross-over.
Par exemple, dans l'univers Marvel, tu peux avoir durant une période une grosse série cross-over. Et en parallèle, il peut arriver que la série de tel personnage connaisse un ou des ties-in en rapport avec le cross-over. Ties-in non nécessaires à la compréhension de la trame du cross-over... ou bien nécessaires dans les faits.
Les ties-in sont les dérivés d'une série (généralement un cross-over) au sein d'une autre série.

Anoeta, 01.06.2013 à 14:15351305
Mais un produit dérivé, c'est une peluche Bill, du dentifrice Superman, du Viagra Wolverine non ?
Il ne s'agit pas de comix les ties-in ? (Arrêtez de vous moquez de moi derrière vos écrans !)

Mr_Switch, 01.06.2013 à 12:15351303
Produits dérivés...

Anoeta, 01.06.2013 à 12:11351302
Quelqu'un peut-il m'expliquer ce qu'est un ties-in ?

e m, 01.06.2013 à 11:49351301
Les Avengers - Où va le monde ?
Ça faisait longtemps que je n'avais plus lu un truc aussi ridicule. On atteint des sommets.
Comment peut-on se prendre autant au sérieux avec une histoire pareille (une espèce de clé magique qui fait disparaître toute les capitale du monde) et des personnages qui se baladent avec des petites ailes sur les chevilles et sur la tête ?! Sérieusement...
Avec des bouquins pareils le monde n'ira pas bien loin...
0 capitale

Isaac, 21.02.2013 à 16:50349970
Les v.o Vertigo pourquoi pas mais je ne sais pas trop si on considère ça comme du body-buildés en collant...

Le PBE, 21.02.2013 à 16:38349969
Question: Y a-t-il parmi vous des amateurs (refoulés ou non) de body-buildés en collant (mais pas que) qui seraient intéressés d'avoir une meilleur visibilité du contenu comics vo de la Bullebase ?

(même si la fréquentation de ce forum me donne une petite idée de la réponse)

Thierry, 04.08.2011 à 9:36339221
putain, Superman renonce à la nationalité américaine, Captain America est mort, et voilà que le nouveau Spiderman est latino de Brooklyn...
Si il n'y avait pas le fait le Fixer, qui a remplacé Batman au poing levé, pour casser du muzz vilain terroriste diabolique, ennemi des libertés fondamentales et inaliénables du bon peuple américain que Frank Miller dans toute sa sobriété et sa retenue il en fait fièrement partie et que si t'es pas d'accord je t'explose la chetron, trouduc', je dirais que l'Amérique d'Obama a définitivement remplacé celle de Bébé Bush

Cobalt 60, 28.12.2009 à 23:30327700
e m :
On peut les trouver où les recueils de Strips vo ?
D'ailleurs, y en a-t-il d'autres que les 2 parus en vf ?
J'ai un peu cherché sur amazon US, mais rien trouvé...

Tant pis pour les autres intégrales, je vais continuer avec le vf s'il n'y a pas d'équivalent vo.

Merci 8)


J'avais vu les strips en vo à la librairie Album Import à St Michel (à Paris). En Français, je n'ai pas vu d'autres volumes. De toute façon, ces strips n'ont pas duré longtemps. J'ignore s'il y avait matière à faire un troisième volume.

e m, 23.12.2009 à 14:03327629
On peut les trouver où les recueils de Strips vo ?
D'ailleurs, y en a-t-il d'autres que les 2 parus en vf ?
J'ai un peu cherché sur amazon US, mais rien trouvé...

Tant pis pour les autres intégrales, je vais continuer avec le vf s'il n'y a pas d'équivalent vo.

Merci 8)

Cobalt 60, 23.12.2009 à 12:14327623
Spiderman strips, oui.
L'intégrale 62-63, ainsi que les suivantes, je ne suis pas sûr que l'équivalent existe en vo.
J'ai déjà vu des recueils en vo couvrant les débuts des personnages, assez luxueux, mais ne reprenant pas une période aussi longue que l'édition française (on doit en être à 1978, je crois).
En revanche si tu achètes une vo, tu n'auras pas à te fader l'abominable traduction de la Coulomb.

e m, 23.12.2009 à 11:45327621
Question à propos de ces intégrales Spider-man :





Quelqu'un sait si ça existe en vo ?

Parce que 25€ le bouquin je trouve que ça fait un peu cher (même si pour 250/300 pages ça fait toujours moins cher qu'un 48CC),
et que de toute façon je préfère lire la vo quand c'est possible...

wandrille, 01.07.2009 à 18:28322506
et aux fans de Freud aussi, dont on a découvert qu'ils étaient plus nombreux qu'on ne croit.

wandrille, 01.07.2009 à 17:48322505
Bah aux fans de comics, j'ai pas de fans de moi, sinon ça se saurait.

longg, 01.07.2009 à 17:28322503
wandrille :
faite pour extorquer des sous aux fans.


De qui?
XD

effer, 01.07.2009 à 16:34322495
:-)

wandrille, 01.07.2009 à 14:43322488


C'eest tiré de la réédition redessinée par Reuno d'une petite autoprod scandaleuse faite pour extorquer des sous aux fans.

Thierry, 01.07.2009 à 13:28322486

Thierry, 03.12.2008 à 18:53315938

Le PBE, 03.12.2008 à 17:38315927
Ne me dites pas qu'il n'y a pas parmis vous des amateurs de gars musculeux en tenue moulante ?! : hop hop hop

Thierry, 03.03.2008 à 14:15304987
Cobalt 60 :
Thierry, ça t'ennuierait d'écrire je "m'ennuie", exactement comme on écrit "j'essuie", "j'envoie", "je broie" etc. ? Le "y" se change en "i" devant un "e" muet. Je suis sûr que tu connais la règle. Merci.


le Y est trop proche du I sur mon clavier qwertyuiop, et ma propension a tirer a gauche, pour absolument tout, bobo oblige, m'a trahi, et c'est mal que tu te paYes ma tete comme ca alors que l'usage du Y temoigne de l'ennui profond qui me saisit, au point d'embrumer mon cerveau engourdi, a moins que ce ne soit l'inverse :op
et puis d'abord, tu m'ennuyes ;o)

lanjingling, 03.03.2008 à 13:52304984
Thierry :
DC, m'excuse :o)
Aaaaaaaah, c'est pas spiderman avec son S sur la poitrine ? C"est qui, alors ? Scatman ? Smiley-Bone ?

en tous cas FF c'est pas Fantastic Fow ,NDZ c'est pas New Disney Zorro , ChrisB c'est pas Chris Beast Boy

Cobalt 60, 03.03.2008 à 13:49304982
Thierry, ça t'ennuierait d'écrire je "m'ennuie", exactement comme on écrit "j'essuie", "j'envoie", "je broie" etc. ? Le "y" se change en "i" devant un "e" muet. Je suis sûr que tu connais la règle. Merci.

Thierry, 03.03.2008 à 12:56304978
DC, m'excuse :o)
Aaaaaaaah, c'est pas spiderman avec son S sur la poitrine ? C"est qui, alors ? Scatman ? Smiley-Bone ?

cubik, 03.03.2008 à 12:49304976
ah ben si tu t'es familiarisé avec l'univers Marvel avant d'attaquer Kingdom come, c'est normal que tu comprennes pas tout, c'est pas le même éditeur >)

Thierry, 03.03.2008 à 12:45304975
ou la demonstration que je ne serai jamais un lecteur de comics :o) Je ne sais plus quand j'ai achete ce livre, mis ca doit dater de 7 ou 8 ans. A l'epoque, j'avais ete largue parce que ce genre de recit fourmille de references que le neophyhte a bien du mal a suivre. Depuis, j'ai lu quelques titres qui m'ont permis de mieux apprehender l'univers Marvel, meme si plusieurs personnages ne me sont toujours pas tres familiers.
Deja, le dessin de Alex Ross me laisse completement froid. Son ultra-realisme m'evoque le kitsch des cabines de camion natine d'une emphase un peu too much... merde, il a l'air de prendre tous ces mecs en collant avec un serieux de pape, un peu comme la peinture du XIXe, techniquement a la limite de m'as-tu-vu, et engoncee dans des codes tellement rigides, dans les sujets tellement codifies, et dans la maniere de les representer qu'elle apparait comme un coque sans ame qui se complait dans sa propre virtuosite pour representer les scenes les plus banales, persuade que la technique compensera l'ininteret du sujet. Mais en plus, le scenario de mark Waid m'ennuye profondement. Je n'arrive pas a m'interesser un tant soit peu a ce fatras pseudo-apocalyptique et ses reflections vaguement philosophiques sur je sais pas trop quoi. Ce truc me tombe definitivement des mains. Je n'y arrive pas, je m'ennuyyyyyyyyyyyyyyyye... Je vais essayer de finir pour la forme, mais, franchement, ca me gonfle.

BULLESNOB POWA' !!!!!

chrisB, 06.02.2008 à 12:11303540
L'origine d'un mythe.
Il y a bien entendu un gros plaisir à retrouver la genese du superhéros par excellence, pensez donc Superman himself !!
Il y a aussi un coté kitch dans les intrigues qui n'est pas deplaisant (debouchage d'evier, chat perché, talon cassé).
Voir cette raclure de Lois Lane est amusant (quelle garce), les debuts de Luthor, bref moi qui n'est pas du tout la culture superhéros je me suis bien laissé prendre par la lecture.

chrisB, 09.01.2008 à 11:05301731
Mitigé sur ce premier tome de Fables.
Le plaisir de retrouver nos personnages de contes fétiches (les fables chassés de leur royaume) plongés dans le monde "réel" est certain, c'est meme le principal interet de ce tome, ca se comprend, c'est plutot une bonne idée :o)
Pour le reste, je trouve le deroulement de l'histoire assez quelconque, une trame polar qui repose essentiellement des rencontres fable vs fable, du dialogue donc, et sur ce point Willingham est moins bon que Bendis ou Moore.
Fables reste un truc barré à lire, surtout décu, pour le moment, de l'exploitation d'une idée qui meritait un traitement plus abouti.

chrisB, 07.01.2008 à 16:26301547
Oui Bendis !!

Warren Ellis, est le titre de la première histoie (courte mais excellente). De lui je n'ai lu que Transmetropolitan et je n'ai pas accroché.

Alors que Bendis je suis plutot bon client : Alias, Sam et Twitch et Torso

Rohagus, 07.01.2008 à 16:21301545
chrisB :
Il est bon cet Ellis tout de meme. Il a vraiment le truc pour faire prendre la pate, et ses dialogues sont toujours aussi terribles.


Bendis, tu veux dire, non ?

chrisB, 07.01.2008 à 16:19301543
Il est bon cet Ellis tout de meme. Il a vraiment le truc pour faire prendre la pate, et ses dialogues sont toujours aussi terribles.

wandrille, 20.12.2007 à 10:52300623
Dieu :

chez album comics., il y a du Kyle Baker dans le bac à soldes.


M'en vais aller voir ça.

gunt, 20.12.2007 à 9:43300613
Aaaaah, "You Are Here" c'est juste génialissime...
Dans la même lignée, toujours de Kyle Baker, je te conseille "I Die At Midnight", qui est vraiment excellent...

Dieu, 19.12.2007 à 17:56300591
chrisB :
Quel dommage qu'il soit si compliquer d'avoir plus de Kyle Baker en France !!

Celui est vraiment delightful (merci mr Vassant)



chez album comics., il y a du Kyle Baker dans le bac à soldes.

chrisB, 19.12.2007 à 12:41300558
Quel dommage qu'il soit si compliquer d'avoir plus de Kyle Baker en France !!

Celui est vraiment delightful (merci mr Vassant)

Smiley_Bone, 26.11.2007 à 15:54298796
Ma foi il y a les gens qui ont une culture du sense of wonder et les autres.^^

chrisB, 26.11.2007 à 14:58298789
Mauvais, oui ca c'est sur, après rien n'empeche d'en rigoler comme avec n'importe quel nanar.

Mais mettre 28€ dedans, ca m'echappe un peu comme concept, du moins livré comme tel par l'editeur. Il y a bien une petite intro d'une page de Groensteen qui replace vite fait Hanks (l'auteur du bouzin) dans l'Histoire, mais c'est largement insuffisant, selon moi, pour permettre à cet album d'accéder à une sorte de panthéon des bds cultes.

Bref, mauvais pour mauvais avec un court texte qui nous demande d'adorer tellement c'est mauvais, je vois pas bien. Se servir de cette album, de certaines histoires pour en faire un essai sur le phenomene comics des années 30/40 aurait été beaucoup plus interessant (j'imagine).

Mr_Switch, 26.11.2007 à 13:47298781
Cet album est si mauvais que ça, même pris au énième dégré, ChrisB ?

chrisB, 08.11.2007 à 17:17297469
3ème et avant dernier tome de la série Spermator de la mort.
Un poil en dessous des 2 premiers, mais ca reste du bon divertissement comme je les aime.

chrisB, 08.11.2007 à 10:56297406
Au secours !!!
J'ai trouvé cet album tellement mauvais que je ne sais par où commencer...
Imaginez des dialogues faussement stylés (on dirait un dico de bons mots au rabais), assénés par un perso en carton pate, qui évolue dans une histoire balisée avec d'autres personnages insignifiants.
Mais il y a le dessin de Ramos, qui donne à cet album des allures de "merite le coup d'oeil", et qui lui evite du meme coup d'etre rangé dans le bac des nanars francais (triangle secret et j'en passe).

Mais ne vous y trompez pas, derrière les belles planches il n'y a rien, c'est une enorme deception au vu des bonnes bullenotes...

Wandrille, dans mes bras !!!

MR_Claude, 24.08.2007 à 12:31291816
Passons vite sur le dessin qui est du sous-sous Liberatore. C'est pas terrible et ca gagnerait a etre plus caricatural (ou plus assume) plutot que de viser un faux photorealisme. Bref, ca vaut essentiellement par le scenario de Matt Fraction. C'est malin, les dialogues sont pechus, et puis bon... c'est du Punisher, donc ca cherche pas a faire du psychologique plus que de raison. 3 premiers episodes qui prennent place dans le mega-event-qui-ve-tout-changer-mais-pas-trop, a savoir Civil War, mais a la limite c'est anecdotique, et ca se lit sans (c'est mon cas). Un quatrieme episode un peu a part, avec un changement de dessinateur, tape-a-l'oeil aussi dans un autre genre.
Bref, un bon divertissement. Vivement Iron Fist l'annee prochaine, avec en plus un vrai bon dessinateur.

yuyu, 20.08.2007 à 18:45291599
Relecture d'une des oeuvres de jeunesse d'Alan Moore. Je n'ai lu que le premier tome sorti chez Delcourt. On peut se dire que ce miracleman n'est qu'un brouillon pour les Watchmen qui arriveront quelques années plus tard. Il n'en demeure pas moins que le bouquin est excellent, traitant les superhéros avec pas mal d'originalité. On retrouve les principaux thèmes de Watchmen avec les premières questions existentielles des superhéros : Qui m'a donné ces pouvoirs? Que dois-je en faire? Comment ça modifie ma vie "normale"?
Moore ouvre içi une voie scénaristique qui sera reprise de nombreuses fois par lui meme et par d'autres dans "Sentry ou le récent "classwar".
Le dessin parait vieillot, le costume de Miacleman est assez ridicule mais tout cela renforce le décalage par rapport à la norme des comics de l'époque et colle donc parfaitement au propos.
A lire, il me semble, pour les inconditionnels de Moore et de Watchmen afin de voir à quoi ressemble le brouillon.

chrisB, 08.08.2007 à 11:41290864
Ah ok, je pensais toute la partie "patrimoine" avait été depuis longtemps fait l'objet de republication en intégrale ou autre.

Je viens de terminer la lecture du très interessant L’Histoire du Comic Book : Des origines à 1954, je souhaitais donc creuser un peu cet univers.

Je viens de lire "Sandman, le justicier des rêves veille, j'ai vu aussi le recent Superman Archives, bref je decouvre...

Merci pour le lien Le PBE

Le PBE, 08.08.2007 à 11:36290861
Pour ceuzes et ceux qui s'intéressent à leur travail : clic

Smiley_Bone, 08.08.2007 à 11:35290860
Sans doute parce que Joe Simon n'est pas autant surestimé qu'un Stan Lee.

MR_Claude, 08.08.2007 à 11:18290858
bin ptet tout betement parce que y'a pas grand chose de publie de lui en vf. On doit trouver un bout de Captain America #1 dans MArvel les origines, et puis c'est a peu pres tout.

chrisB, 08.08.2007 à 10:47290853
chrisB :
Pourquoi Joe Simon est il quasi meconnu dans la base alors que si j'ai bien capté, avec Kirby c'etait "the" duo des années 40/50 ?


Personne ? what a deception :o)


ICI un lien d'une interview de Joe Simon enregistrée à New York au mois de Mars 1984.

chrisB, 06.08.2007 à 15:43290682
Pourquoi Joe Simon est il quasi meconnu dans la base alors que si j'ai bien capté, avec Kirby c'etait "the" duo des années 40/50 ?

Kazekami, 08.05.2007 à 12:58285016
daiboken :
Cobalt 60 :
Grosse, grosse déception à la lecture du TPB. Encore un beau pétard mouillé. Millar est vraiment pas inspiré, il extirpe des super-héros aussi anecdotiques que Yellow Jacket ou Goliath, d'autres apparaissent en guest stars sans jouer de rôle particulier (Dr Strange, le Gardien), certains sont escamotés en cours d'intrigue sans explication. Cette intrigue qui partait pourtant d'une bonne idée (encore que déjà vue) se résume à la baston habituelle de têtes d'affiche, le dessin de Niven est inégal la mise en couleur est par contre une réussite.
Pas du tout envie de me fader les autres séries quand la principale est aussi niaise.


Ouais ben moi, j'ai profité de l'évènement pour laisser tomber la plus grande partie de mes lectures Marvel...
Apparemment, j'ai plutôt bien fait.


La série principale de Civil War, je l'ai trouvé bien sans plus. C'est vrai que de grosses incohérences et des faiblesses du scénar(surtout vers la fin) sont assez irritants au long de la lecture. En revanche les séries annexe (Spider-Man Civil War, Wolverine Civil War, etc) sont beaucoup plus interressante. Dans Spider-Man par exemple, l'évolution du personnage par Straczynski après la révélation de son identité est vraiment bien foutue, New Avengers Civil War de Bendis également... La série principale n'est là que pour donner un fil sans fouiller plus que ça dans le fond, l'intéret se trouvant vraiment dans les séries annexes.

daiboken, 08.05.2007 à 11:18284996
Cobalt 60 :
Grosse, grosse déception à la lecture du TPB. Encore un beau pétard mouillé. Millar est vraiment pas inspiré, il extirpe des super-héros aussi anecdotiques que Yellow Jacket ou Goliath, d'autres apparaissent en guest stars sans jouer de rôle particulier (Dr Strange, le Gardien), certains sont escamotés en cours d'intrigue sans explication. Cette intrigue qui partait pourtant d'une bonne idée (encore que déjà vue) se résume à la baston habituelle de têtes d'affiche, le dessin de Niven est inégal la mise en couleur est par contre une réussite.
Pas du tout envie de me fader les autres séries quand la principale est aussi niaise.


Ouais ben moi, j'ai profité de l'évènement pour laisser tomber la plus grande partie de mes lectures Marvel...
Apparemment, j'ai plutôt bien fait.

Cobalt 60, 07.05.2007 à 18:01284949
Grosse, grosse déception à la lecture du TPB. Encore un beau pétard mouillé. Millar est vraiment pas inspiré, il extirpe des super-héros aussi anecdotiques que Yellow Jacket ou Goliath, d'autres apparaissent en guest stars sans jouer de rôle particulier (Dr Strange, le Gardien), certains sont escamotés en cours d'intrigue sans explication. Cette intrigue qui partait pourtant d'une bonne idée (encore que déjà vue) se résume à la baston habituelle de têtes d'affiche, le dessin de Niven est inégal la mise en couleur est par contre une réussite.
Pas du tout envie de me fader les autres séries quand la principale est aussi niaise.

lanjingling, 24.03.2007 à 11:37281722
cette nouvelle ira bien dans ce sujet

The guru who turned to comics

Saturday, March 24, 2007



Self-help author and spiritual adviser to the stars Deepak Chopra has signed up with an unlikely publishing company. David Segal explains
F or connoisseurs of nerd culture, New York Comic Con is a feast: 30,000 attendees flying their geek flags, some dressed in sci-fi movie costumes, others waiting in line for the guy who drew X-Men comics back when they, like, totally ruled in the 90s.

"Chris Claremont is the greatest artist ever," says Pedro Vega, taking a couple of deep breaths and holding freshly signed comics in his hands. "I'm sort of trembling."

For sheer head-scratching weirdness, though, nothing at the Jacob Javits Convention Center recently could match the exhibit booth for a company called Virgin Comics. It was selling a new line of comic books with one of the genre's strangest credit lines ever.

"Chief visionary: Deepak Chopra."

Yes, that Deepak Chopra, the New Age tranquillity-peddling author of more than 40 books, with titles such as Grow Younger, Live Longer: 10 Steps to Reverse Aging and The Path to Love: Spiritual Strategies for Healing. The guy is a mind-medicine smoothie for the Oprah set. What is he doing in a genre that (a) targets young men, and (b) is filled with pain and ultra-violence and a whole lot of "Thwackkkk"?

Luckily, the dapper Sharad Devarajan, 32, was on hand to explain. Devarajan, Virgin Comics' CEO, teamed with Chopra's son, 32, a former TV correspondent and comic book story editor named Gotham Chopra, two years ago. Got
ham recruited his dad.

"The guy is a best-selling fiction writer and a great storyteller," says Devarajan. Deepak apparently loves the mythology of superheroes and signed on with Virgin Comics hoping to reach beyond the women-over-30 crowd that adores him.

The company isn't a regular old comic book mill. What Virgin has in mind is a whole new take on Hollywood's time-tested relationship with the comic biz. Until now, successful comic-to-film franchises, such as Spider-Man and X-Men, started with characters and plots conceived by comic book artists. Those stories are acquired by studios, which then shop for well-known directors.

But what if you went first to the directors? What if you asked, say, John Woo - whose films include Face/Off and Mission: Impossible II - to dream up his own characters and yarns? You turn that idea into a comic, and even if it doesn't catch on with the kids, you've got a nifty little storyboard, the perfect pitch for a studio.

"We're in the idea business," says Devarajan, who sounds like a graduate of Columbia Business School, which he is. "We're essentially using comics as a springboard, to games, to movies, to animation. Publishing is just one way to monetize our research and design laboratory."

The company found a stinking-rich investor in Virgin Music mogul Richard Branson, who chipped in enough to get the company renamed. It had been known as Gotham, which started off selling translations of Marvel and DC Comics in India.

The company has since recruited Woo, who dreamed up a series called 7 Brothers, about a "motley crew of so- called brothers and a power too terrifying to use," as the company describes it. Guy Ritchie, of Lock, Stock and Two Smoking Barrels fame, will release the first issue of Game Keeper in March. Shekhar Kapur, who directed Elizabeth, is a Virgin Comics partner and has two titles, Devi and Snake Woman, both rooted in Indian stories.

"I as a director have so much more control if it's first in a comic," says Kapur, from London. "It's my idea. A studio can look at it, and I can tell them, `It's gone this far,' and that way I'll keep my vision, much more so than I would if I went to a studio and said, `Let's make a movie about a snake woman."'

So far, none of these titles has led to movie-deal magic, but it's early, says Devarajan. The first Virgin title was released in July. If a Variety-worthy sale is ever made, the company has partnership arrangements with the director, the details of which the partners would not get into. Though no contracts have been inked, Deepak Chopra has already written a screenplay for a movie version of the Sadhu, a Virgin title about India's answer to the samurai.

"Nicolas Cage is totally on board," Chopra says. Chopra is outside a Coffee Bean in Santa Monica, California, where he's drinking a cup of coffee containing two scoops of white chocolate powder. "It's my own concoction," he says. He sounds like a guy living the sweet life. He's just come from a two- hour workout, which included weight training and yoga, and he's taking the rest of the day off.

As he tells it, he isn't in this comics thing just to make a few bucks off a major motion picture. No, he's thinking way bigger than that. He believes comic books can bridge cultural gaps, including the yawning maw that stands between the US and its enemies.

"Kids all over the world are reading comic books," he says, "and if we could create a transcultural hero that appeals to kids in countries like Iran and Syria, that could have a huge impact. We've even made a proposal to the United States State Department to study celebrity heroes in Islamic countries and make superheroes out of them. It's a good way ..."

Wait, you called the State Department?

"Yes."

What did they say?

"We had a conference call, and I think they were very receptive. Iran right now, more than 60 percent of the population is under 25. I think we should try to figure out how to capture the collective imagination of this new generation and see if we can get out of this old us-versus-them paradigm."

For the moment, though, Virgin is focused on winning over American comics readers. Which might be a tough sell. Virgin and its Hollywood-focused strategy have met with some arched eyebrows. It's a little redolent of focus group testing, says one competitor, who had a booth at Comic Con and didn't want to be named because he didn't have anything nice to say.

"The great stories come from artists who tell stories that they have to tell," he says. "If you start with a movie in mind, you're just not going to wind up with the same thing."

Are the young men who swarm events like New York Comic Con snapping up issues of Devi and 7 Brothers? Unclear. The company won't release sales numbers, and though a trickle of fans bought Virgin merchandise, the weekend crowd seemed more focused on people like Dawn Mostow, a natural- born exhibitionist who came decked out in the sort of va-va-voomy dress worn by Leeloo, a character in the 1997 movie The Fifth Element.

On a nearby stage were performances by the Geek Comedy Tour 3000, featuring yuksters telling excruciating Battlestar Galactica jokes, and New York Jedi, a troupe of fully grown adults dressed in Star Wars costumes for elaborately staged and totally un-ironic light-saber brawls.

These are people who were frequently beaten up in high school. And they are a coveted crowd. For media companies, the point of events like this is to pitch the vanguard of geekdom on the latest movies, video games, television shows, comic books and graphic novels. If these crazy kids like it, they'll hit the Internet and spread the word.

In the comic book biz, that means winning over mavens at sites like Newsarama and Silver Bullet Comics, where comics are reviewed and hashed over in forums. Some upbeat things have been said online about Virgin, but the comic business is teeny compared with what it used to be.

It's one of the oddest boom-bust stories ever. In the early 90s, popular titles were selling upward of a million copies per month. But many of those buyers weren't fans; they were speculators. New titles were so sought after that their prices would often triple right after they were published. So people would buy nine copies of the new Batman - one to read, eight to sell later.

Inevitably, the bottom fell out. Thousands of comics-only stores closed and circulation evaporated. Today, a title that sells 100,000 copies a month is considered a blockbuster. Five thousand copies a month is far more common.

At US$2.99 (HK$23.50) a pop, that's no road to riches. For Virgin, keeping the cineplex in mind is a way to make a bundle in a business that doesn't make a lot of bundles anymore. And though it's hard to get your head around the idea of Deepak Chopra as a comic-book-slash-film tycoon, he says the response from fanboys, as serious comic fans are known, has been positive.

"Their first reaction to me is `Cool, man!"' says Chopra. "So it's all fine."

THE WASHINGTON POST

june, 20.03.2007 à 11:28281280
yuyu :
Mais à force de vouloir nous en mettre plein les yeux, Morrison nous perd un peu et on perd l'intérêt de l'histoire. Si on ajoute à cela que la seule partie traduit en français se situe au milieu d'un cycle, il en reste une histoire qui a du mal à capter toute notre attention.


Autant je plussoie sur la seconde phrase de ton post, autant la première m'échappe un peu... Il me semble que la constante chez Morrison, c'est de multiplier les fils narratifs, les idées scénaristiques, et de ne pas hésiter à en en jouer autant se faire que peut. Fatalement, lire une simple portion d'un de ses trucs en prend un coup...
Mais si tu lis l'anglais, je ne saurais que trop te conseiller la lecture des 3 séries, chacune cimentant l'ensemble de l'oeuvre à sa façon. Mais clairement, n'en lire qu'une partie, comme l'a proposé Le Téméraire en son temps, c'est forcément amenuiser la grandeur des Invisibles...

yuyu, 18.03.2007 à 19:24281127

Une des soi-disantes grandes oeuvres super-héroîques des années 90 avec Morrison au scénario. C'est en effet un grand délire mystique avec plein d'hallus, de références à la culture pop, la théorie de la conspiration et tout ça. Mais à force de vouloir nous en mettre plein les yeux, Morrison nous perd un peu et on perd l'intérêt de l'histoire. Si on ajoute à cela que la seule partie traduit en français se situe au milieu d'un cycle, il en reste une histoire qui a du mal à capter toute notre attention. Déception pour ce qu'on m'avait présenté comme un chef d'oeuvre.
Il y a quand même une théorie sur le film "Speed" qui mérite le détour. On se dit que c'est complètement stupide et que ça mérite l'asile et pourtant il n'y a point de faille dans cette interprétation pour le moins farfelue.

athanase, 15.03.2007 à 12:32280879
daiboken :
chrisB :
Daibo, c'est si nul que ca ?



Au vu de l'ambition déclarée du projet et du pedigree des auteurs (Morrison au scénario et quand même quelques dessineux de premier ordre), c'est très décevant.
Et là, je ne vise pas que ce premier tome, mais l'ensemble du projet que j'ai eu toutes les peines du monde à terminer en vo (en fait, plus on avance et plus on se rend compte que le projet est complètement vide sur le fond et raté sur la forme).
Restent quelques magnifiques planches de JH Williams III et Frazer Irving.



D'accord avec Daiboken, je me suis tapé le tout en VO et on reste sur sa faim. Pour moi ce sont surtout les personnages du Guarian et de Mister Miracle qui sont bien ratés (scénaristiquement) ou en tout cas qui m'ont le plus déçu.

Mais bon je suis quand même allé au bout ça se lit quand même. J'aime bien les passages avec Clarion.

cubik, 15.03.2007 à 12:31280878
mouais
enfin desolation jones, ca tombe un peu a plat quand meme hein
la fin du bouquin, bof bof

Pages : | prec�dent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin