crer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Chinese blue blighter
Mr_Switch
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Verdict panoramique de vos dernières lectures...

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | précédent | suivant

NDZ, 20.04.2019 à 11:57371821
[citer auteur=chrisB]Et aussi La tournée que j'ai beaucoup aimé :)[/citer]

Ah oui, celui-là il me fait bien de l'oeil.

spirou2733, 18.04.2019 à 17:46371815
Le Rêve de mon père : Pour ma part, j'ai été déçu. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. J'ai trouvé ça bien vain...

lanjingling, 18.04.2019 à 14:05371810
Je dois en oublier, mais niveau vue synthétique je me pose là :)

Peut-être même un peu trop, mon cher chrisB.
J'imagine que La traversée dont tu parles est celle de 2019, pas celle de 2011, et qu'il s'agit de Milliards de miroirs, ce qui est déjà pas mal, pas de Mille milliards :)
Ce bouquin a l'air intéressant, d'après cet entretien.

Quant à Trap, je crois bien reconnaitre là ton goût sûr pour l'humour débile, dans la lignée de Bouzard et Fabcaro, avec un zeste de Grand Méchant Renard.

Mr_Switch, 16.04.2019 à 15:12371805
N'est-ce pas. Un sixième sens, sûrement, mon cher Néron.
Tu te gardes bien de dire que c'est toi qui as mis ça en base, Brutus ;)

Le PBE, 16.04.2019 à 14:48371804
(Mr_Switch en vrai est un personnage extrêmement sympathique mais il suffit d'un message pour dévoiler la psychopathie de cet Hannibal Lecter de la bédé ;o)

Mr_Switch, 16.04.2019 à 14:27371801




Mystères à Tréblec
(Lisa & Cyrano #2)

Il y a 9-10 ans, cette série avait été insérée, vraisemblablement parce que l'éditeur l'avait annoncée. Quand avec Le PBE, nous nous sommes retroussés les manches pour compléter les fiches sans autorité, elle s'est rappelée à notre souvenir.
Editeur obscur, livres jamais vus en librairie. Aucun site commercial ne donnait d'auteurs. Si, en fait : souvent la traductrice devenait l'auteur de la série. Bref, une série qui s'annonçait assez freaky.

Quoi qu'il en soit, j'ai trouvé un exemplaire, il y a quelques mois. Aucun auteur, tout au plus comprend-on que c'est du matériel D. C. Thomson, donc écossais.

Nous voilà donc dans l'univers des clubs équestres. Nous sommes en Bretagne (à Tréblec donc)(comme les farines ? Oui et ce ne doit pas être un hasard), cette fameux région de France où toutes les voitures ont une conduite à droite (ce qui les poussent à rouler à un peu à gauche).

Non mais ce n'est pas si mauvais en réalité. C'est seulement très vide, et peu cohérent. C'est assez bizarre pour en devenir presque amusant.

chrisB, 16.04.2019 à 13:40371800
Et aussi La tournée que j'ai beaucoup aimé :)

chrisB, 16.04.2019 à 13:34371799
Plein de choses, alors en vrac :

Le déploieemnt -> bof
Green Classe (ado) -> bof
Mille milliards de miroirs -> très très bien
Shangri-la -> Pas mal
Mon père ce poivrot -> pas bon
La traversée -> grosse déception
Tête de gondole -> bof
Le Rêve de mon père -> pas mal
Trap -> adoré

Je dois en oublier, mais niveau vue synthétique je me pose là :)

Pierre, 13.04.2019 à 10:02371789
Très chouette !



Thierry, 01.04.2019 à 15:46371740
[vignette album=foot_furieux17] J'ai une règle en ce qui concernemes gamins. Je n'interfère pas sur ce qu'ils lisent. On m'a trop fait chier, gamin, à m'expliquer d'un air condescendant que je ne lisais pas ce qu'il fallait. Les goûts se construisent de soi-même. Je leur conseille des trucs, parfois leur met un livre en main.Ils se servent aussi d'eux-même et le résultat est parfois surprenant (ils m'ont ruiné Père & fils à force dele lire et le relire). Et je suis tombé sur les Foot-Furieux. Mon aîné aime et il a convaincu son grand père de lui en acheter un. Curieux, j'ai lu la chose. je croyais avoir touché le fond mais j'avais tort. C'est mal dessiné, limite amateur. Les gags (appelons-les comme ça, faute de terme plus adéquat) tombent systématiquement à plat. De toute façon, même Franquin n'aurait rien pû faire pour essayer de rendre les trucs un tant soit peu amusant. Le pire, ce sont les gags homophobes bien lourds. Je crois que je vais m'autoriser un droit de véto sur cette merde-là.

lanjingling, 01.02.2019 à 19:34371510
Pierre :
Thierry :
[buzzelli2 : album sans vignette] je suis dans le tome 2 de l'anthologie Buzzelli. On y trouve une des histoires les plus déchirantes et tragiques que j'ai lu: le dernier étage. Décidément Buzzelli m&rite d'être redécouvert.


S'il pouvait être découvert, seulement !

Buzzelli fait le buzz?

Pierre, 01.02.2019 à 13:41371505
Thierry :
[buzzelli2 : album sans vignette] je suis dans le tome 2 de l'anthologie Buzzelli. On y trouve une des histoires les plus déchirantes et tragiques que j'ai lu: le dernier étage. Décidément Buzzelli m&rite d'être redécouvert.


S'il pouvait être découvert, seulement !

Thierry, 01.02.2019 à 11:07371502
[buzzelli2 : album sans vignette] je suis dans le tome 2 de l'anthologie Buzzelli. On y trouve une des histoires les plus déchirantes et tragiques que j'ai lu: le dernier étage. Décidément Buzzelli m&rite d'être redécouvert.

crepp, 26.01.2019 à 9:37371245




Eustis vit dans un champ, c'est un marginal, mais qui reçoit plus de visites que les prostituées du trottoir d'en face, car Eustis peut révéler l'avenir en racontant des histoires. En rencontrant Aline, il va devoir se souvenir de sa propre histoire, et c'est là que la quête commence.

amoureux de ma mythologie grecque, cet album est pour vous. Mais résumer cette BD juste à cela serait une grave erreur. C'est une quête, une rencontre avec l'idée de destin, et surtout sur l'idée de la mort. Les choix graphiques changent selon la partie de l'histoire, il y a de nombreux clins d'oeil à des oeuvres et des peintres connus : Klimt, Mattisse, Van Gogh, Gaugin ... Mais ces références forment un tout plus qu’intéressant. Une belle lecture

4 faunes

crepp, 12.01.2019 à 12:21371211




Un moine se souvient du personnage qu'était Corb Nez, ce soldat impétueux envoyé pat Charlemagne pour retrouver la femme sulfureuse du Roi de Bourgogne. Il raconte donc cette histoire.

Je n'ai pas lu un Civiello depuis les deux premiers tomes de Korrigans. Emprunté à la bibliothèque, j'avoue que l'album m'est presque tombé des mains. Ce mélange d'histoire avec un grand H et de Fantasy ne fonctionne pas. Le rythme est très irrégulier, très cassé, entre le texte du moine et les bulles des personnages, ca coince systématiquement. Quant au trait de Civiello il est devenu si figé (le pire est au niveau des visages, des expressions). Il n'y a que le passage du procès qui reste intéressant (et encore juste le début).

1 épée.

NDZ, 10.01.2019 à 10:04371192
Toujours très (trop) didactique, mais plus de liberté à Lécroart font de ce livre une lecture plus agréable que Panique dans le 16e de la même équipe. Le propos est plus révolté aussi, peut-être grâce à un humour (noir, cynique, désabusé?) beaucoup plus omniprésent. L'intérêt est vraiment de démocratiser le propos et les infos et non pas d'offrir un récit ou une bande dessinée exceptionnelle (sinon un article du Canard suffirait). À partager avec le plus de monde possible, pour mieux comprendre pourquoi certains mettent le feu aux poudres, pourquoi l'insurrection viendra peut-être.

Anoeta, 10.01.2019 à 9:39371191
Un LL avec un DL de mars.

lanjingling, 10.01.2019 à 8:43371190
Mael :
Note qu'un western par Bonhomme existe
Et qui est mieux que son L.L., en plus.

crepp, 09.01.2019 à 20:09371187
Mael :
crepp :



Je ne peux qu'apprécier le trait de Matthieu Bonhomme sur ce Lucky Luke, capable de mettre sa touche, et vraiment de réaliser une adaptation. Mais si tu changes graphiquement, et en plus tu ajoutes un éloignement dans la mentalité, je me dis :" C'est quoi le but ?". J'aurai préféré tout simplement un western de Matthieu Bonhomme.
2 cigares.


Note qu'un western par Bonhomme existe :



Le pire, c'est qu je suis allé voir la liste des albums de Matthieu Bonhomme avant de mettre mon message, car je pensais qu'il existait un western. Ben j'ai mal vu :o)

Mael, 09.01.2019 à 19:55371186
crepp :



Je ne peux qu'apprécier le trait de Matthieu Bonhomme sur ce Lucky Luke, capable de mettre sa touche, et vraiment de réaliser une adaptation. Mais si tu changes graphiquement, et en plus tu ajoutes un éloignement dans la mentalité, je me dis :" C'est quoi le but ?". J'aurai préféré tout simplement un western de Matthieu Bonhomme.
2 cigares.


Note qu'un western par Bonhomme existe :

crepp, 09.01.2019 à 15:44371185
lldm :
crepp :


en plus tu ajoutes un éloignement dans la mentalité, je me dis :" C'est quoi le but ?".


bin, je sais pas, multiplier par dix le nombre de ses lecteurs grâce au logo à chapeau dessiné par Morris que tout le monde identifie même quand c'est un autre publicitaire qui le dessine ?


Je suis surement naïf, je crois encore à l'idée que l'auteur a vraiment envie de faire une adaptation de quelque chose qui a peut être marqué sa jeunesse.

lldm, 09.01.2019 à 15:13371184
crepp :


en plus tu ajoutes un éloignement dans la mentalité, je me dis :" C'est quoi le but ?".


bin, je sais pas, multiplier par dix le nombre de ses lecteurs grâce au logo à chapeau dessiné par Morris que tout le monde identifie même quand c'est un autre publicitaire qui le dessine ?

crepp, 09.01.2019 à 14:04371183




Je ne peux qu'apprécier le trait de Matthieu Bonhomme sur ce Lucky Luke, capable de mettre sa touche, et vraiment de réaliser une adaptation. Mais si tu changes graphiquement, et en plus tu ajoutes un éloignement dans la mentalité, je me dis :" C'est quoi le but ?". J'aurai préféré tout simplement un western de Matthieu Bonhomme.
2 cigares.

Mael, 08.01.2019 à 11:23371172
C'est bien vous avez donc pu discuter des pages que vous avez lu vu que vous vous êtes arrêté au même endroit !

NDZ, 08.01.2019 à 10:21371171
Mr_Switch :
Et ton fiston, il l'aime ce B&M ?
Il n'a pas réussi à le lire, a abandonné à la page 7 ou 8 (n'a pas réessayé), et a ouvert un Tintin ou un Spirou à la place. Il me semble.

Mr_Switch, 07.01.2019 à 21:03371169
Et ton fiston, il l'aime ce B&M ?

NDZ, 07.01.2019 à 12:00371164
Ce qui m'amuse, pour ma part, c'est de réfléchir à une notion de Grand Public quand le Public n'est pas là (pas de lecteur, comme une pièce de théâtre avec personne dans la salle mais pour une représentation dont tous les billets ont été vendus).

C'est donc qu'il faut discuter bel et bien d'une notion qui pourrait donc n'être uniquement construite que sur des volumes de ventes (et non pas sur une "accessibilité du dessin ou du texte ou du sujet abordé" ou qqchose du genre comme la formulé ML condre lldm dans le mail publié dans l'ouvrage de ce dernier publié chez Adverse il y a quelques semaines).

Je pense sincèrement que tous les acheteurs de cet ouvrage Grand Public ne l'ont pas lu. Pour ma part, il m'est tombé des mains à la page 2, à la page 7, à la page 9, etc... Certes je n'en avais pas vraiment "envie" (pas acheté) et je l'ai eu entre les paluches car il a été offert à mon fils cadet pour Noël par quelqu'un sans culture BD qui savait toutefois que mon petit en était féru... et qui a été conseillé par un libraire (non mais sérieusement, quel libraire normalement constitué irait conseiller cette chose pour un gamin de 8 ans !!!)... mais je souhaitais réellement le lire. Ne serait-ce que pour en discuter avec mon fils (je suis sincère). Je ne suis donc pas Bon Grand Public

Mr_Switch, 06.01.2019 à 21:08371161
Oui, mais la reproduction, la reconduction, voire le pastiche, de cet archaïsme pléonastique pose question.

Faire volontairement de la bande dessinée fautive, pour séduire des amateurs d'une certaine « vraie bande dessinée », c'est cocasse.

Pierre, 06.01.2019 à 20:19371160
lldm :
NDZ :
On parlait avec lldm de Grand Public. Comment cette bande dessinée peut-elle être Grand Public ? Pavés de textes inutiles, soporifiques, boursoufflés et pseudo-intelligents, dessin tour à tour figé, bégayant et repoussant, histoire, incohérente, ridicule et inexistante à la fois... et ça se vend par palettes. Les auteurs et éditeurs ont réussi. Faire vendre. En fait, seul le nom suffit (je ne découvre rien, je sais). Une autre piste concernant une certaine veine Grand Public : ça se vend mais ça n'est pas lu, car illisible.TOP9 2018


tu pourrais au moins saluer en tout ça une grande fidélité à la série originale.


Le lecteur de 2018 n'est pas celui de 1958: je pense qu'en ce temps, l'adolescent abonné au Journal de Tintin lisait réellement tous les textes (fussent-ils inutiles, soporifiques ou boursouflés).

lldm, 03.01.2019 à 20:15370980
NDZ :
On parlait avec lldm de Grand Public. Comment cette bande dessinée peut-elle être Grand Public ? Pavés de textes inutiles, soporifiques, boursoufflés et pseudo-intelligents, dessin tour à tour figé, bégayant et repoussant, histoire, incohérente, ridicule et inexistante à la fois... et ça se vend par palettes. Les auteurs et éditeurs ont réussi. Faire vendre. En fait, seul le nom suffit (je ne découvre rien, je sais). Une autre piste concernant une certaine veine Grand Public : ça se vend mais ça n'est pas lu, car illisible.TOP9 2018


tu pourrais au moins saluer en tout ça une grande fidélité à la série originale.

NDZ, 03.01.2019 à 9:29370972
@lesbullechefs : Immersion est la suite directe du Programme Immersion - à passer en série à mon avis. Merci !

NDZ, 03.01.2019 à 9:27370971
On parlait avec lldm de Grand Public. Comment cette bande dessinée peut-elle être Grand Public ? Pavés de textes inutiles, soporifiques, boursoufflés et pseudo-intelligents, dessin tour à tour figé, bégayant et repoussant, histoire, incohérente, ridicule et inexistante à la fois... et ça se vend par palettes. Les auteurs et éditeurs ont réussi. Faire vendre. En fait, seul le nom suffit (je ne découvre rien, je sais). Une autre piste concernant une certaine veine Grand Public : ça se vend mais ça n'est pas lu, car illisible.

Ça, ça vaut le coup d'être lu. Un faux roman d'espionnage qui nous questionne sur la mémoire, les images, sur ce que l'on retient de nos expériences-séquences, de nos lectures dans des cases. Quelles images restent en tête, quels traits perdurent au-delà de tout. Magnifique plongée-réflexion. TOP9 2018

lldm, 31.12.2018 à 6:55370936
[revue_cahiers_bd6 : album sans vignette]
[revue_cahiers_bd6 : album sans vignette] Page après page s'égrène le vide sidéral qui occupe tout l'espace de cette chose ni faite ni à faire. C'est le seul point sur lequel ce numéro consacré à la SF atteint u objectif.
Le badinage des entretiens tartine d'encre inutilement des feuilles dans lesquelles rien ne sera dit sur rien ; de ce qu'est un dessin de presse, de ses enjeux ou de ses faiblesses, des rapports au dessin qui s'institue dans des journaux qui tiennent le gag et la satire pour seul moyen de faire tenir au dessin une place parmi des articles, nous ne saurons rien avec Luz. Tant pis. Un vague espoir avec Corben que démarre une vraie conversation sur les pratiques liant techniques d'atelier et techniques de reproduction tourne court faute de questions à la hauteur. Tant pis. D'une manière générale, quel que soit l'objet abordé, la furtivité ridicule des articulets ou a contrario l'enlisement des interview aboutissent au même résultat : on sort dans l'état où on est entré, avec juste quelques heures de vie en moins dont on se demande où elles sont passées.
Alors, à qui sert cette revue ? Je vois aux commentaires des gros bourrins (ex Filippini sur bdzoom) que ceux-ci trouvent la revue élitiste (leur curseur est décidément si bas que même les éditeurs les plus vulgaires doivent avoir du mal à suivre). Quiconque a envie de lire, vraiment, quelque chose, a l'impression de s'être fait refiler un numéro de Glamour dont on aurait simplement remplacé les fétiches en tissus par des fétiches en papier. Qui aurait envie de découvrir quelque chose aura plus vie fait de cliquer sur les liens affinitaires d'Amazon tellement le panorama est convenu.
Alors qui a besoin de cette revue ?

lanjingling, 31.12.2018 à 0:10370932
J’avais vu le dessin animé, sans savoir qu’il s’agissait d’une adaptation. Le contraste fort du noir et blanc de l’album aurait été trop éblouissant dans le dessin animé, donc celui-ci a été fait en nuances de gris. Ce traitement graphique différent donne à chacune un intérêt suffisament propre pour justifier que l’on lise/regarde ces deux excellentes oeuvres.

Mael, 30.12.2018 à 12:17370916
Un tas de çà et là post-parasolde :

Trois livres qui se lisent bien, mais ne marquent pas. Peu d'intérêt, surtout de l'ambiance, c'est joli mais un peu creux et, comme dirait un bon vieux copain, "On s'en lasse". Le premier m'a frappé par le trait au crayon de bois qui semble une norme de la BD scandinave (on retrouve ça chez Hellgren) - ce n'est pas spécialement positif comme avis -, le second ne m'a laissé quasi aucun souvenir à peine 3 mois après, le troisième m'a un peu plus accroché, les personnages étant plus amusant et creusés. Bon, ça reste du 2 étoiles, 3 pour Iron Bound.


Alors lui je ne me souviens vraiment de rien du tout, je lui avais mis deux étoiles. Bon. Je l'ai revendu depuis.



J'étais très attiré par celui là (qui avait été recommandé ici je crois), c'est un pavé, au début j'ai trouvé ça très chouette, puis un peu confus et tournant en rond, ça commençait à m'ennuyer après 250 pages, et hier je l'ai terminé en étant très convaincu par l'évolution et la conclusion. Je vois qu'il y a une suite, ce qui m'étonne vu la fin justement, j'ai beaucoup apprécié cette quête et ce qu'elle véhiculait. 4 bateaux.


Une grosse déception car j'avais vraiment aimé Formose, de la même autrice, qui m'avait fait découvrir beaucoup de choses sur Taïwan et sa politique sans être plombant ou pédago. Là Li-Chin revient sur l'île pour parler des questions autochtones de l'île en suivant une amie qui tient une ferme dans un de ces coins. On y parle histoire de la colonisation, lutte contre les projets immobiliers et droits des peuples. Que des sujets qui m'intéressent beaucoup mais malheureusement c'est vraiment ultra descriptif, un journal de prise de note de ce qu'elle voit et quasi rien de plus. 1 grain de sable.


Bon, ce n'était pas une super pioche mais c'est 9a aussi de prendre des livres au hasard (sauf le dernier, et c'était pire), belle découverte de Far Aden, et j'ai quelques autres achats de l'époque qui me plaisaient plus a priori à découvrir, tout n'est pas perdu !

Gantois, 19.12.2018 à 13:52370829
En le feuilletant, je ne comprenais pas trop l'engouement pour cet album.
Après en avoir lu 30 pages, je comprends encore moins...

lldm, 17.12.2018 à 0:49370798

quelle grâce, ce truc. Je connaissais ses films d'animation, très vifs et drôles, et ça marche aussi puissamment en bandes. C'est construit comme un de ces mythes dans lequel un objet est porteur d'histoire (le couteau pris dans des milliers de duels chez Borgès, la Robe - de jurk - de Van Warmerdam etc.), ici la tête d'un chevreuil tué par une voiture. C'est muet, virevoltant, d'une assiduité aux détails qui fait toute la solidité d'une lecture tendue. Elle est brillante, Noémie Marsily.

lldm, 16.12.2018 à 3:42370782
Très beau Coché, complexe et riche, plein de contradictions (thématiques, visuelles, culturelles, etc.) brisant les hiérarchies habituelles du jugement. C'est drôle et grave, beau et laid, enlevé et maniaque. Et en associant pour la première fois son travail en couleur et celui en pointes sèches, il parvient, par ce chassé croisé impur, à en chasser l'espèce de pompe "décorative" qui menace parfois ses autres livres (le côté "trop joli pour être honnête", qui parait être l'objet même de la critique de celui-ci, entre autres choses). Un bouquin qui mérite de nombreuses relectures ce qui est une vraie source de joie; les rappels connotatifs picturaux appuyés prennent ici une place sensiblement différentes - elles produisent un cadre spécifique du récit - de ce qui est chez lui, d'habitude un mode du travail plutôt qu'un objet.

lanjingling, 16.12.2018 à 1:11370777
Je n'avais jamais entendu parler de ce scénariste qui a pourtant fait 112 albums, mais en lisant celui-ci, si tous sont du même modèle, je ne culpabilise pas, ce n'est pas du tout ma tasse de thé. Cela commence comme un roman d'apprentissage, avec une narration et un dessin vus trop souvent, pour se terminer par un renversement qui se veut une allégorie, et ressort de la technique de "c'était donc un rêve!"
Et j'ai été trompé par le titre, m'attendant à une histoire sur Tbilissi.

crepp, 15.12.2018 à 11:08370766



"Tu ne m'échapperas pas...Même si je dois aller jusqu'en enfer...Jusqu'en enfer, tu m'entends !!"

Actuellement je relis tout Howard, ce qui me fait dire que pour le moment, le début de cette collection de Glénat est loin de mes attentes. De plus cette nouvelle "la fille du géant du gel" est très courte, j'étais dubitatif sur l'adaptation avec cette pagination. Bien, je me suis planté, Robin Recht est le premier a faire sentir l'ambiance d'Howard, c'est cruel, barbare, sauvage, sans complaisance. Il ne faut pas chercher une intrigue ou une histoire surprenante ici, il faut juste prendre cette sauvagerie dans la gueule.

3 Haches (même si j'ai bien hésité avec 4)

lldm, 11.12.2018 à 14:27370730
Allister Baudin :
Oui, le meilleur zine que j'ai lu cette année. Ces séries de dessins réalisées en 2010 font prendre, à mon sens, un sacré recul sur ce que le Comics Journal a appelé de façon bien peu heureuse les French Structural Comics, dans cet article publié en 2018 et rédigé en 2016 . Il y aurait une mise en perspective à faire entre le fascinant Ice Age de Steve Peterson et la mode actuelle des bandes dessinées abstraites tournant autour de matières, qui, bien souvent, sont aussi passionantes que les notices de montages de meubles ikéa (il y a des nuances à faire, bien sûr, au sein de tout ce qui est englobé maladroitement et à la truelle par l'article du CJ).



Oui, pas quinze ans, dix (j'ai un peu tendance à propulser la revue "Enculer" dans un très lointain passé)

Allister Baudin, 11.12.2018 à 13:47370721
Oui, le meilleur zine que j'ai lu cette année. Ces séries de dessins réalisées en 2010 font prendre, à mon sens, un sacré recul sur ce que le Comics Journal a appelé de façon bien peu heureuse les French Structural Comics, dans cet article publié en 2018 et rédigé en 2016 . Il y aurait une mise en perspective à faire entre le fascinant Ice Age de Steve Peterson et la mode actuelle des bandes dessinées abstraites tournant autour de matières, qui, bien souvent, sont aussi passionantes que les notices de montages de meubles ikéa (il y a des nuances à faire, bien sûr, au sein de tout ce qui est englobé maladroitement et à la truelle par l'article du CJ).

A noter qu'on peut commander Ice Age ici, et que le livre est très beau, jusque dans sa fabrication.


lldm, 11.12.2018 à 13:21370718
Comme c'était chouette, au détour d'une incroyable librairie de Bordeaux (Disparate, dont je vous recauserai surement) de retrouver ces belles variations polaires éditorialement invisibles depuis plus de quinze ans réunies dans joli fascicule

Thierry, 28.11.2018 à 10:30370558
[thorgal36 : album sans vignette]

mais à un point que je n'osais imaginer

crepp, 27.11.2018 à 10:47370547




Il me manque un souffle pour en faire un grand album de cette croisade.
3 batons

Mr_Switch, 26.11.2018 à 18:05370538
chrisB :
Miam que c'est bon de retrouver l'équipe de choc de la Police Freelance !!



Tiens, la dernière Antre du Mea traite de Sam & Max.

lanjingling, 23.11.2018 à 17:22370505
C'est parce que selon le titre, on ne peut qu'aimer cet album, qui est un monstre éditorial. C'est tautologique, quoi :)
Plus objectivement, c'est un livre hors-normes, qui ne peut que marquer ceux qui lisent peu et connaissent mal la B.D. (cet album se vend beaucoup en librairies généralistes), c'est un pavé comme on en voit peu, le dessin est atypique, et la présentation sur cahier d'écolière ainsi que la bio de l'autrice ne peuvent qu'émouvoir. Enfin les thèmes abordés (enfance maltraitée, rejet de la différence, féminisme...) touchent l'air du temps. Beaucoup donc de critères pour un succès innatendu réunis dans un seul album (plusieurs points communs avec la série de Satrapi, qui a aussi été un succès en dehors du lectorat bédéphile.)Je soupconne d'ailleurs, vu le pavé, que, comme pour les prix littéraires, beaucoup l'on acheté pour la hype mais ne l'ont pas lu; la B.D. rejoint enfin la place de la littérature :)

Sur BDgest, repaire de bdphiles classiques, succès mitigé, et ceux qui aiment là comme ici sont malheureusement peu diserts.

Maintenant que mes déménagements sont finis, je vais essayer d'expliquer pourquoi j'ai beaucoup apprécié.

chrisB, 21.11.2018 à 12:25370474
je pige pas la hype sur cet album, oui c'est un bon album mais pour moi on est loin des louanges titanesques qu'il reçoit un peu partout (twitter étant ma source n1)

Mais même ici, je ne m'attendais pas à ce défilé de coup de coeur...

Kazekami, 12.11.2018 à 16:54370402
Avant, les Vieux Fourneaux étaient une bande dessinnée qui faisait rire. Mais ça c’était avant... J’ai l’impression que Wilfrid Lupano s’est égaré en perdant l’essence même qui ont fait le succès de cette série : l’humour. Aujourd’hui, Les Vieux Fourneaux ne font plus rire, l’auteur voulant dorénavant faire passer des messages politiques, revendicatifs quitte a en oublier totalement le but même de sa série. Les messages en soi sont plutôt honorables (L’écologie, les migrants, la cité, la famille) mais prennent tellement de place dans l’esprit de l’auteur qu’il ne sait même pas comment communiquer avec finesse dessus. Oui quand on lit ce dernier tome, on a l’impression de voir défiler son fil d’actualité Facebook avec tous ces gens engagés a défendre la veuve et l’orphelin, a essayer de t’apprendre comment bien penser de nos jours. Émile, de la BD, en fait d’ailleurs les frais, puisque l’on le culpabilise d’aller se divertir a un match de rugby sans avoir conscience des horreurs du monde... jusqu’à que lui aussi sombre dans une révolution en intervenant sur le terrain déguisé pour faire un show des plus ridicule, mais aucunement drole.

Oui l’auteur s’égare et au lieu de rendre subtil son discours, le rend juste lourd. RIP la série d’humour du moment, bienvenue a la série moralisatrice qui oublie de divertir.

Thierry, 05.11.2018 à 10:26370375
retour sur la croisade des enfants, qui s'est perdue quelque part au XIIIème siècle. Bel album, dans la lign,ée de ce que fait Chloé Cruchaudet et un probable sélectionné pour l'ACBD et Angoulême.

Thierry, 02.11.2018 à 12:28370359
A travers, c'est la vie d'un homme sur 70 ans. A chaque double-page, une année.
Sur la page de gauche, nous voyons le personnage principal. Sur celle de droite, ce qu'il voit.
Ce livre offre donc 2 points de vue: celui, extérieur, d'un observateur qui capture des instants de vie. De l'autre, les images que conservent le sujet de ce livre.
Le principe est simple et on peut se dire que tout cela se "lit" bien vite, puisque ce livre est en plus muet.
En quelques minutes, le lecteur passe d'une page à l'autre, d'une année à l'autre. Pourtant, en deux dessins distincts mais complémentaires, l'auteur distille bien plus d'informations que l'on pourrait croire. Déjà, au fil des années, des tendances apparaissent, comme la nature du lien qui existe entre le père et le fils. Ensuite sur la passion grandissante du sujet pour les étoiles. C'est ensuite le subtil enchaînement des événements, qui, en quelques pages, résument la trajectoire d'un couple, la dégradation de santé d'un personnage...
Tom Haugomat va à l'essentiel. Quadrichromie sans encrage, personnage qui restent à l'état d'ébauche, sans traits identifiables, mise en page minimaliste puisqu'à raison d'une illustration par page, il se prive de toute possibilité d'ellipse autre que celle qui existe dans la temporalité très lâche qui sépare chaque double-page. Le sens de cette histoire se dévoile dans le basculement de point de vue qui est matérialisé par la confrontation entre la représention objective du sujet et la vision subjective de ce qu'il voit. De cette collection d'instants choisis et de points de vue, nous voyons apparaître une vie à la fois banale et grandiose.

Thierry, 02.11.2018 à 10:58370358
l'auteur confirme les promesses de Beverly.
Sabrina, jeune femme comme tant d'autres, sans histoires ni rien de particulier, disparait.
Et puis ?
Tout se passe en hors-champ, Drnaso dressant une nouvelle fois un portrait étouffant de l'Amérique morne et en proie à ses démons intérieurs. plus quele sort de Sabrina, c'est l'effet de cette disparition qui est le sujet de ce livre. Sur Teddy, le petit ami en perdition, sur la soeur de Sabrina et sur Calvin, un ami de Teddy chez qui ce dernier vient se réfugier. Et sur l'inconscient collectif, lorsque ce fait divers commence à alimenter la machine à fantasmes d'une Amérique bien mal en point. Entre suspension et pesanteur, Drnaso distille un malaise diffus. Il expose un monde malade, livrant une fable plus politique qu'il n'y paraîtet terriblement désenchantée.

Thierry, 02.11.2018 à 10:47370357
crepp :




"A travers" c'est l'histoire d'une vie, donc cela commence dans le ventre de la mère en décembre 1955, pour se poursuivre pendant des années. Ainsi le lecteur va suivre l'histoire d'un homme dans la grande Histoire des hommes, et cela par le bout de la lorgnette.
Car ici Tom Haugomat part d'une idée assez simple: la page de gauche montre un dessin avec un personnage (souvent le "héros") , celle de droite montrera ce que voit le même personnage.
Une image vaut mieux qu'un explication :



Et ça marche, cette description du temps qui passe, pour nous rappeler que nous sommes juste un grain de poussière dans le tout, me touche beaucoup. J'y retrouve l'ambiance que dégage "Ici" de Richard McGuire.
Je pensais que mon album de l'année sera et restera "Moi ce que j'aime c'est les monstres", et ben il y aura match.

coup de coeur


entre celui-là, le Emil Ferris, le Nick Cave (malgré les faiblesses de l'exercice), le Sabrina de Drnaso, le nouveau Cruchaudet (en cours de lecture), Epiphania, l'homme gribouillé (pas complètement convaincu mais c'est du Peeters, quand même), le dévasté de Julia Gfrörer, la fin des anabaptistes d'Ambre et Vandermeulen et en attendant l'âge d'or, je me dis que 2018 n'est pas trop pourrie en terme de bande dessinée

Thierry, 26.10.2018 à 12:45370289
Mael :
Ha oui ? Bon c'était cet été et c'était assez terrible, déjà le son était pourri et c'était surtout ultra paresseux, très mou. Pas vu une transe pour le coup mais en effet quelques personnes pas très jeunes comme face à Bieber ça oui ^^

(je précise que sans être fan j'ai bien aimé les albums que j'ai écouté par la suite, notamment le très écolo rendez-nous la lumière).

La transe, c'est plutôt vhez Nick Cave :o)
Dominique A, ça dépend de la formule, J'ai vu un concert assez rock et décontracté avec de très beaux moments, entre autres sur une chanson peu connue mais très émouvante qui s'appelle "Manset", mais qui ne parle pas vraiment de Gérard Manset.

Le PBE, 26.10.2018 à 11:53370287
J'apprécie l'univers de Dominique A. J'ai un bon souvenir de lui sur scène même si ce n'était pas un de ses concerts, il était invité de Yann Thiersen. Pas lu la bd.


Thierry :
Nick cave a cautionné ce livre. Mais il tient à rétablir la vérité. Il n'a pas tué Eliza Day.

Tiens, tiens, donc finalement le Cave se rebiffe.

(oui je sais, désolé, c'est bientôt l'heure d'aller manger, je n'ai pas pris le temps de peaufiner la manière dont j'allais placer ce bon mot)

Mael, 26.10.2018 à 10:53370285
Ha oui ? Bon c'était cet été et c'était assez terrible, déjà le son était pourri et c'était surtout ultra paresseux, très mou. Pas vu une transe pour le coup mais en effet quelques personnes pas très jeunes comme face à Bieber ça oui ^^

(je précise que sans être fan j'ai bien aimé les albums que j'ai écouté par la suite, notamment le très écolo rendez-nous la lumière).

lanjingling, 26.10.2018 à 10:48370284
Ma remarque visait l'argument de départ, comme quoi des lecteurs non connaisseurs du Nick Cave seraient un peu perdus, et je répondais que pratiquement seuls les amateurs lisaient ce genre de livres de toute façon, donc ce n'était pas vraiment un problème. Que l'on ne soit pas perdu avec le Dominique A en ignorant l'oeuvre vient après.
Moi je connais les deux, alors je suis blindé :)
Et j'avais aussi vu un concert d'A qui m'avait surpris par sa puissance, son intensité, sa violence, qui tranchait avec la retenue, la subtilité pour laquelle il est connu.
Vérification faite, on trouve de tels concerts de lui sur youtube, comme "Rive Electrique".

Thierry, 26.10.2018 à 9:42370281
en effet, le Dominique A est moins référentiel, l'argument étant plus bâtard.
J'ai vu Dominique A en concert et c'était loin d'être cata. Mais c'est vrai qu'on est loin de l'intensité de Nick Cave. J'ai vu des hommes et des femmes proches de la transe, pas loin de l'hystérie de gamines face à Justien Bieber.

Mael, 26.10.2018 à 8:51370280
Certes ^^ Mais si le Nick Cave semble très référentiel c'est à mon sens assez peu important de connaître A dans le cas du "j'aurai ta peau".

lanjingling, 26.10.2018 à 8:44370279
Admet tout de même que les fans de Balez et de Kleist (le dessinateur, pas le poète) sont bien plus rares que ceux de Dominique A et de Nick Cave :)

Mael, 26.10.2018 à 8:03370278
lanjingling :
Certes, mais qui va lire ce genre de livre, hormis les fans du chanteur? J'avais lu "J'aurai ta peau, Dominique A", parce que j'aime bien ce musicien (moins la B.D.)

Perso j'aime quelques chansons de A, moyennement (et je l'ai vu en concert c'était une cata) et j'ai lu la BD car j'apprécie le dessin de Balez et avait aimé des scénarios passés de Le Goueffec ! Il ne m'a pas renversé mais je le préférai clairement aux chansons de A ^^ bon en plus sans révéler la fin que ce soit Domonique A ou un autre n'a guère d'importance.

lanjingling, 26.10.2018 à 0:37370276
Thierry :
Mais peut-on parler de biographie pour ce livre ?
A chaque chapitre, Kleist adopte le point de vue d'une création de l'artiste. Le fugitif de "The Hammer Song", Eliza Day, la rose sauvage de "Where the wild roses grow", Euchrid, héros de son premier roman "And the ass saw the angel", le condamné à mort de "The Mercy Seat"... De là, Kleist mélange faits avérés, demi-vérités, mensonges éhontés et les chansons de Nick Cave pour composer un portrait fascinant de l'artiste, de sa démarche artistique, de ses démons... Les textes de chansons illustrent des visions enfiévrées. D'un chapitre l'autre, certaines scènes sont représentées selon une perspective différente, accentuant le puzzle narratif voulu par l'auteur. Le résultat est un livre fiévreux et habité, dans lequel la voix de Nick Cave s'impose naturellement.
Rien n'est tout-à-fait faux.
Tout est plus ou moins exact.

Approche intéressante, dont on peut attendre mieux que toutes les "Vie de X ou Y" en B.D., ou "les chansons de X ou Y en B.D."
Thierry :
Mais l'âme de Nick Cave est omniprésente, indéniablement.
Son intensité également.
Fascinant et vénéneux, ce livre réussit l'exploit de "dessiner la musique". Il est évident qu'ayant les chansons en tête, elles résonnent naturellement dans ma tête lorsque les paroles débutent. Même lorsqu'il introduit le "gong" de "Red Right Hand", il s'intègre parfaitement dans le rythme de lecture que nous recomposons dans notre tête. Mais si vous ne connaissez pas la chanson, l'effet sera sans doute raté.
C'est sans doute là l'écueil majeur de ce livre. Les fans de Nick Cave seront aux anges. Les autres risquent de ne pas adhérer à cet ovni pour initiés.

Certes, mais qui va lire ce genre de livre, hormis les fans du chanteur? J'avais lu "J'aurai ta peau, Dominique A", parce que j'aime bien ce musicien (moins la B.D.)
J'ai par ailleurs l'impression qu'il y a pusieurs B.D. qui reprennent des musiciens comme personnages (Monk recemment, Daho, d'Alfred(pas dans la bullebase?), j'en oublie, mais pas des acteurs. Quelqu'un pour m'expliquer ou me détromper?

Pierre, 25.10.2018 à 21:59370270




Pas fini mais pour l'instant c'est super bien.

Mr_Switch, 25.10.2018 à 18:14370264
Thierry :

C'est sans doute là l'écueil majeur de ce livre. Les fans de Nick Cave seront aux anges. Les autres risquent de ne pas adhérer à cet ovni pour initiés.


Ouep. Je saisis le dilemme. Toutefois, ça fait plaisir de te voir apprécier ce bouquin. Merci !

Thierry, 25.10.2018 à 10:46370254
Thierry :
crepp :
Mr_Switch :
Tu vas plutôt te précipiter sur




Avoue !

Ben j'espère bien, j'attends son avis ! :o)


parce que je vous aime encore, j'ai acheté la chose ce weekend, mais en VO parce que la maquette est beaucoup plus belle et je crains que ce genre d'exercice ne se prète difficilement à la traduction partielle. Graphiquement, l'allure de Nick cave est parfaitement captutée et, au feuilletage, le dernier chapitre qui joue sur Higgs Boson Blues semble très beau.
J'ai aussi acheté Sabrina, le nouveau Nick Drnaso (première bande dessinée finaliste du Booker Prize, après un Beverly très prometteur) et le Book of Magic de Gaiman & cie comme curiosité






Comment définir ce livre ?
Nick Cave fait partie de mon panthéon personnel. Un personnage hors-norme, d'un charisme exceptionnel.
Reinhard Kleist, habitué des biographies, avait déjà consacré un livre à Johnny Cash, l'une des influences majeures du rockeur australien.
Mais peut-on parler de biographie pour ce livre ?
A chaque chapitre, Kleist adopte le point de vue d'une création de l'artiste. Le fugitif de "The Hammer Song", Eliza Day, la rose sauvage de "Where the wild roses grow", Euchrid, héros de son premier roman "And the ass saw the angel", le condamné à mort de "The Mercy Seat"... De là, Kleist mélange faits avérés, demi-vérités, mensonges éhontés et les chansons de Nick Cave pour composer un portrait fascinant de l'artiste, de sa démarche artistique, de ses démons... Les textes de chansons illustrent des visions enfiévrées. D'un chapitre l'autre, certaines scènes sont représentées selon une perspective différente, accentuant le puzzle narratif voulu par l'auteur. Le résultat est un livre fiévreux et habité, dans lequel la voix de Nick Cave s'impose naturellement.
Rien n'est tout-à-fait faux.
Tout est plus ou moins exact.
Mais l'âme de Nick Cave est omniprésente, indéniablement.
Son intensité également.
Fascinant et vénéneux, ce livre réussit l'exploit de "dessiner la musique". Il est évident qu'ayant les chansons en tête, elles résonnent naturellement dans ma tête lorsque les paroles débutent. Même lorsqu'il introduit le "gong" de "Red Right Hand", il s'intègre parfaitement dans le rythme de lecture que nous recomposons dans notre tête. Mais si vous ne connaissez pas la chanson, l'effet sera sans doute raté.
C'est sans doute là l'écueil majeur de ce livre. Les fans de Nick Cave seront aux anges. Les autres risquent de ne pas adhérer à cet ovni pour initiés.
je dois aussi préciser l'avoir lu en anglais parce que je me demande sincèrement comment le traducteur a pû se dépétrer pour traduire les paroles de chansons sans en perdre le rythme, alors qu'elles sont ensuite intégrées dans les dialogues.
Nick cave a cautionné ce livre. Mais il tient à rétablir la vérité. Il n'a pas tué Eliza Day.

Mr_Switch, 23.10.2018 à 14:49370239
Après un démarrage assez catastrophique (lecture assez incompréhensible, transitions du même acabit...), le bouquin se laisse lire. De l'intrigue en elle-même, et surtout sa conclusion, on pourra gloser. Mais je reconnaitrais à ce livre d'installer une situation, une atmosphère qui permet de s'interroger.

En effet, la protagoniste principale (l'héroïne pourrait-on presque dire) est bien en situation de « collaboration horizontale ». Pourtant, à aucun moment elle est en situation de collaboration avec l'Allemagne nazie (c'est plutôt son amant qui serait en situation de collaboration passive avec une certaine forme de résistance).

Bref, c'est une histoire d'amour au mauvais moment, dans de mauvaises circonstances, une histoire qui amène à des situations troubles. En ça, il est intéressant.
Mais le livre ne convainc pas forcément pleinement sur sa globalité. Dommage, voire dommageable.

lldm, 18.10.2018 à 16:10370217
Docteur C :
Déluge d'Icinori :

.


bonne idée de nous éclairer pour distinguer dans les kilomètres de tapisserie éditoriale parastrasbourgeoise ce qui pourrait y être intéressant et beau (c'est pas simple de résister à un mouvement de rejet général, donc merci de garder ta curiosité - et du coup la nôtre - en éveil)

Docteur C, 12.10.2018 à 0:16370179
Déluge d'Icinori :


Le duo Icinori (Mayumi Otero & Raphaël Urwiller) est le fleuron de cette scène d'autrices et d'auteurs formé-e-s aux arts décoratifs de Strasbourg, section illustration dont l'enseignement est porté par Guillaume Dégé.

La reconnaissance des activités d'Icinori est large : couvertures du New York Times, presse et livres jeunesse, foultitude d'auto-productions de livres-objets, expositions internationales, et j'en passe.

Du flux de leurs productions et auto-productions j'extrais particulièrement ce livre, découvert en distro de fanzines, bien qu'il ait été diffusé.

Il se distingue nettement par son épure, toutes formes possiblement tracées aux normographes, par le soin méticuleux apporté à sa conception et à sa fabrication - jusqu'aux agrafes.

Son évidence formelle apparente, faisant vaciller la place du récit dans ce que produirait un livre de dessins, manifeste une incontestable finesse. Dessins et textes normés se meuvent dans ce livre, couche par couche, passage couleur par passage couleur. On peut alors de par ce mouvement le rattacher à la flottante notion de bande dessinée.

Visite guidée de Lise Trinquand


De Lise Trinquand je peux dire que c'est le premier et seul livre de bande dessinée, péremptoire, auto-édité à 15 exemplaires, peint de janvier 2017 à janvier 2018, imprimé à Clermont-Ferrand.

Elle semble autrement fréquenter des scènes musicales dans cette même ville (y produisant affiches, pochettes, livrets), où j'ai chopé cette bande dessinée, lors du dernier Petit Petit Petit Salon.

Une bande-dessinée en peinture, ainsi que son autrice elle-même la désigne. Curieux d'y voir l'influence de cette scène strasbourgeoise, métamorphosée dans un tout autre horizon politique et plastique.

Ce sont des paysages, possiblement à la gouache, diptyques défilant, y courant un sous-texte d'un dialogue minimal, ou descriptif (sans être à l'image chevillé), celle d'un guide pour une visite, puis d'une rencontre lors de la visite, quelque chose de très simple, - une rencontre amoureuse lors d'une visite guidée. Les paysages naturels au pinceau un peu pataud défilent, ils sont zébrés de formes géométriques que je dirais incertainement industrielles, architecturales, ou des lumières - astrales, floraisons, se détachant.

Ce livre me fascine complètement par ce qu'il déroule, en 32 pages, par sa manière et son point de vue, voilà.

lldm, 26.09.2018 à 0:42370031
ibnalrabin :
lldm :

D'ailleurs, "minimaliste" me semble une façon particulièrement fumiste de dire "feignasse".


Oui, mais je peux me le permettre car je suis extrêmement beau.


C'est indéniable, surtout pour un suisse (je note que Bulledair, contrairement à tous les autres forums, manque singulièrement de remarques racistes, il me fallait y remédier). Tes lecteurs l'ignorent, tu ne prends jamais la peine de poser en quatrième de couverture de tes livres, en noir et blanc, avec un beau contraste, un petit halo sur ton regard et un chat sur les genoux. Tes ventes monteraient en flèche. Tu pourrais dessiner encore moins, peut-être même t'épargner tous ces fastidieux à plats à remplir de noir, et utiliser tout ce temps gagné pour sauter à la perche.

ibnalrabin, 25.09.2018 à 22:43370030
lldm :

D'ailleurs, "minimaliste" me semble une façon particulièrement fumiste de dire "feignasse".


Oui, mais je peux me le permettre car je suis extrêmement beau.

Pages : | précédent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin