| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Info décisive pour l'avenir de la BD indé : est-ce que les cours des Arts Déco de Strasbourg continuent d'avoir lieu ?
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Verdict panoramique de vos dernières lectures...

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | prec�dent | suivant

NDZ, 19.05.2020 à 20:07373483
Ah j'ai relu Les baleines publiques ainsi que La nuit du chat il y a une semaine... puis quelques SODA... décidément !

J'ai également relu du Gil Jourdan et du Victor Levallois.

Le PBE, 19.05.2020 à 15:45373480
Tiens oui, se relire les Tours de Bois-Maury ou Comanche, pourquoi pas...
Pour ma part, dans la catégorie série, j'alterne en ce moment Broussaille (rien à voir avec ma coupe de cheveux) et Soda (rien à voir avec ce que je bois).

Thierry, 19.05.2020 à 11:31373479
un deuxième tome aux confins de fantastique grâce à des ambiances travaillées. Hermann reste fidèle à sa formule du héros à moitié spectateur, à moitié acteur, et aime à jouer de l'ellipse même si elle est un peu maladroite, pour dévoiler l'identité du berger.

lanjingling, 18.05.2020 à 23:44373478
crepp :
Je veux bien te croire pour le duo Ayrolles/Guardino mais tu penses vraiment qu'il y a un engouement pour Gipi ?


Moins que pour Guardino, bien sûr, mais bien plus que pour Ayrolles. Gipi est l'auteur italien le plus côté pour les critiques et le grand public cultivé depuis quelques années, il a remplacé Mattoti, que l'on voyait partout il y a 10 ans et plus.

crepp, 18.05.2020 à 18:20373476
Mr_Switch :
Ce bouquin est donc en lien avec ce jeu ?


Tout à fait, on y retrouve l'arène, et même certains personnages.
Il n'a jamais été traduit ce jeu ? Je voulais l'acheter à l'époque juste pour Gipi :)

Mr_Switch, 18.05.2020 à 17:46373475
Ce bouquin est donc en lien avec ce jeu ?

NDZ, 18.05.2020 à 16:49373474
Ce n'est pas un mauvais livre, mais, comme pour les Indes fourbes (excellente comparaison), je m'y suis ennuyé. Très belles couleurs, trait parfois un peu raide, sacrées trognes (comme pour les Indes fourbes)... mais un scénario qui, même pas trop mal dialogué (changement de registre suivant les personnages et situations), est sans surprise.

crepp, 18.05.2020 à 16:03373473
Je veux bien te croire pour le duo Ayrolles/Guardino mais tu penses vraiment qu'il y a un engouement pour Gipi ?

Thierry, 18.05.2020 à 15:31373472
NDZ :
Malheureusement, pas ou peu de surprise dans cette histoire de quête initiatique. Ce n'est pas un mauvais livre, c'est juste un récit qui ronronne sans jamais décoller. Dommage

j'hésitais, et tu me laisses penser que l'on est face à une situation similaire aux indes fourbes: un engouement lié à des auteurs qui se traduit par un aveuglement. Le résultat est forcément exceptionnel... ben non...

Thierry, 18.05.2020 à 15:19373471
relecture du premier tome de l'autre série d'Herman en solo. Cette fresque moyen-âgeuse est pour moi la plus grande réussite de l'auteur en solo.
Jeremaih est toujours cité comme son plus gros succès mais si quelques tomes sont excellents, la série est trop inégale et a sombré depuis un moment dans la médiocrité (j'ai arrêté de la lire depuis un bon moment).
Pourtant, les tours de bois-maury (en faisant abstraction de tomes tardifs scénarisés par son fils) est de loin meilleure, ne fut-ce que parce qu'elle montre beaucoup plmus de cohérence et de consistence. Sans doute est-ce parce qu'il existe un vrai fil rouge, même s'il est ténu: cette reconquête illusoire des tours de BM par Aymar, qui fut chassé de son domaine.
La force de cete série tient à sa manière de représenter un moyen-âge à 1000 lieues de la vision romantique habituelle. Elle parle de gens simples, éloignés des grands enjeux historiques, pour qui la principale préoccupation est de survivre.
Hermann y est graphiquement au sommet de son art. On pourra juste lui reprocher de faire parties des quelques responsables de la création de la collection Vécu, grande pourvoyeuse de bandes dessinées historiques moyennes à médiocres.

NDZ, 18.05.2020 à 11:48373469
Malheureusement, pas ou peu de surprise dans cette histoire de quête initiatique. Ce n'est pas un mauvais livre, c'est juste un récit qui ronronne sans jamais décoller. Dommage

Thierry, 16.05.2020 à 10:47373452
lanjingling :
Thierry :
c'est cohérent avec le tome 1... insupportable


Bah, pourquoi t'as lu le tome 2 si tu n'as pas supporté le 1 ? Tu as voulu donner une ultime chance à l'auteur dans un élan mal controlé de charité chrétienne ? :)

j'avais les 2 tomes achetés à l'époque. Et je suis faible

lanjingling, 16.05.2020 à 2:18373449
Thierry :
c'est cohérent avec le tome 1... insupportable


Bah, pourquoi t'as lu le tome 2 si tu n'as pas supporté le 1 ? Tu as voulu donner une ultime chance à l'auteur dans un élan mal controlé de charité chrétienne ? :)

Thierry, 14.05.2020 à 17:05373443
c'est cohérent avec le tome 1... les auteurs développent leur univers et cela reste très plaisant. Quelques bonnes idées, du rythme... de la bonne série B.

Thierry, 14.05.2020 à 17:04373442
c'est cohérent avec le tome 1... insupportable

lanjingling, 11.05.2020 à 17:18373418
Un humour trash, avec un dessin (volontairement ? ) limité, qui n'ont pas du tout fonctionné pour moi. Il y a un ténu commentaire social, mais l'ensemble m'a semblé trop systématiquement bête et méchant, sans décoler vers une vraie débilité ou folie, et trop répétitif.

Thierry, 08.05.2020 à 15:30373403
Retrouvé dans une caisse? Que faisait-il là ?
Un roi qui agonise depuis trop longtemps voit surgir une petite fille, ni vivante, ni morte, qui commence à lui raconter une histoire. Une petite Shéhérazade à l'envers...
Son histoire, c'est celle d'un vampire traversé de doutes existenciels, le tout dans un univers austère et dépouillé où les femmes sont belles et tout le monde se balade à poil. Il y a aussi un espèce de pseudo astronaute phocomèle flottant.
C'est très existenciel, avec des discours mystérieux et ampoulés et des décors surprenant. C'est aussi un poil malsain, avec une pointe d'érotisme gore. A vrai dire, j'ai l'impression d'une parodie de théatre expérimental, du genre où des acteurs nus se dressent sur scène, clamant des bouts de phrases avec la conviction d'un supporter qui gueule 'aux chiottes l'arbitre' sur fond de musique bruitiste. On ne peut pas dire que ce soit mal dessiné, mais j'ai l'impression de me farcir des délires d'adolscents persuadés d'avoir touché la génialitude ultime alors qu'ils ne font que se toucher la nouille.
Pourquoi l'avais-je fourré dans une caisse ? je crois que j'ai une vague idée...

Thierry, 08.05.2020 à 15:16373402
relecture pour cause de confinement. Cette série SF ne manque vraiment pas de qualités. J'ai d'abord été attiré par le dessin d'Aseyn, très inspiré d'Otomo et Satoshi Kon. Puis le scénario de Boulet a achevé de me convaincre. L'intrigue est maligne, avec des personnages bien campés. Il y a un petit mélange de ready player one, d'Avalon et quelques développement intéressants. Ce n'est pas l'album de l'année, mai, par les temps qui courent, voilà un album mainstream qui remplit parfaitement son office.

lanjingling, 03.05.2020 à 17:53373387
Une des toutes premières histoires du scénariste de Charly, la clé du mystère, des derniers Tif et Tondu et Michel Vaillant, dans laquelle, annonce de son œuvre future, il mèle histoire policière et course automobile. L'histoire est ici simple, mais introduit un anti héros, irréfléchi, irresponsable, qui se met de lui-même dans les ennuis, dont la chance ou son copain Gigi, dont on ne sait trop que penser en dehors du fait qu'il s'assoit sur la morale, viennent le tirer. Un montage parallèle entre une course automobile et une opération de représailles entre maffieux est bien rendue. Et un ton suranné d'une Italie des années 50 sortie tout droit de cinecitta, avec les glaces géantes et les voitures de courses. Tout cela m'a été sympathique. 3 bonnes étoiles.

e m, 30.04.2020 à 7:26373380
Ah oui effectivement, le tome 36 est un vrai bon gros raté. Je me disais au fil de ma lecture qu'avoir évincé Y.Sente et X.Dorisson (si j'ai bien suivi toutes les péripéties des équipes en charges des précédent scénarios) pour un résultat nettement moins bon que ce qu'ils avaient produit, était ironiquement assez marrant.
Même le dessin en couleur direct était assez malheureux (dommage pour G.Rosinski d'avoir quitté la série sur cet album).

Je craignais pour la suite avec Yann au scénario, mais cette jeunesse, et donc ton avis concernant le 37 me rassure un peu. Façon de parler, hein, en vrai je ne me fais pas vraiment de souci pour ce bon vieux Thorgal.
Il faudrait tout de même que quelqu'un lui fasse remarqué que les clins d'oeil du genre le forgeron qui s'appelle Lanfeustson, c'est trop flagrant et déplacé dans cette série.

A propos, il a quel âge dans les tomes 36/37 ?
Avec sa grosse barbe on lui donne facilement 50 ans, mais dès qu'Aaricia lui rase, il semble n'en avoir que 40. Ce qui me parait un peu jeune. Mais ça reste plausible.
Avec la vie qu'il mène, l'époque, et la région où il vit, il devrait avoir les traits marqués et plutôt faire sa bonne cinquantaine.

Thierry, 29.04.2020 à 11:59373377
e m :
La jeunesse de Thorgal #2...
Me trompe-je, ou ces filous d'auteurs recyclent régulièrement la même trame scénaristiques au fil des albums ?
Celle où Thorgal doit se rendre aux royaumes des dieux pour y récupérer un objet, où une jolie déesse va l'aider alors que d'autres dieux ne sont pas contents parce que Thorgal ne fait rien que les embêter sans arrêt, etc... ?
Autre question au passge, Thorgal croise-t-il une seule fille sans qu'elle tombe, dans la micro-seconde qui suit, totalement folle amoureuse ? (pas dans cet album en particulier, mais comme j'en ai lu plusieurs récemment)
Concernant cette jeunesse, ça ne sera pas inoubliable, pas très original, donc, mais ça reste plaisant.
3 yeux d'Odin

Yann fait du fan service, avec plus ou moins de bonheur. Il capitalise sur ce qui a fait le succès de la série. Le plus souvent, c'est plaisant, comme tu dis. On n'ira pas jusqu'à honorable. Par les temps qui courrent, c'est déjà pas mal. Son dernier opus de la série-mère est même plutôt réussi, surtout après un album calamiteux. Mais il faut être réaliste, cette jeunesse ne sert qu'à satisfaire le vieux fan

e m, 29.04.2020 à 10:47373375
La jeunesse de Thorgal #2...
Me trompe-je, ou ces filous d'auteurs recyclent régulièrement la même trame scénaristiques au fil des albums ?
Celle où Thorgal doit se rendre aux royaumes des dieux pour y récupérer un objet, où une jolie déesse va l'aider alors que d'autres dieux ne sont pas contents parce que Thorgal ne fait rien que les embêter sans arrêt, etc... ?
Autre question au passge, Thorgal croise-t-il une seule fille sans qu'elle tombe, dans la micro-seconde qui suit, totalement folle amoureuse ? (pas dans cet album en particulier, mais comme j'en ai lu plusieurs récemment)
Concernant cette jeunesse, ça ne sera pas inoubliable, pas très original, donc, mais ça reste plaisant.
3 yeux d'Odin

Mr_Switch, 25.04.2020 à 15:08373366
lldm :

c'est vrai qu'à première vue, ça a l'air bien joli tout ça. Raison de plus pour s'exaspérer de voir un des travaux de typo les plus dégueulasses que j'aie jamais vu. C'est un vrai massacre, bon sang ! Y'a personne dans la boîte avec des yeux en face des trous pour leur dire : bon sang, mais qu'est-ce que c'est que ce travail de sagouin ?


Je dois avouer que quand j'ai acheté Bhimayana, la maquette du texte ne m'engageait guère. Plus exactement, l'agencement du texte dans les bulles ne fait absolument pas réfléchi.
La typo du livre original semble peut-être un peu plus vivante, avec des lignes d'aspect parfois moins rectiligne, par exemple. Mais en réalité, sur ce point, les deux éditions se valent.
C'est surtout que les caractères de la police utilisée sur la vo n'ont pas empattements. Une différence vraiment pas négligeable.
Il est difficile de savoir jusqu'à quel point les auteurs, c'est à dire les dessinateurs, ont influé sur la maquette du texte. Ils sont décrits comme très regardants sur la composante graphique et symbolique de leur art. Mais ils sont également présentés comme, je cite, illettrés.

Voilà donc un livre réfléchi comme une sorte de roman graphique adapté à la sensibilité, à la culture gond. Ou plutôt « adapté par ». Refus de placer les personnages dans des cases, refus de vue d'ensemble et de gros plans. Recherche de solutions graphiques à partir de codes graphiques issus de la tradition gond. Adoption d'une large part symbolique.
Et, avouons-le, cela fonctionne vraiment bien. C'est vraiment lisible : on ne se perd pas trop en chemin, on comprend généralement l'ordre de lecture. Et le symbolisme vient apporter un niveau de lecture qui peut nous échapper à nous occidentaux, mais qui n'est pas essentiel à la compréhension globale.

Alors, oui, c'est basé sur des instants biographiques de Bhimrao Ramji Ambedkar. Mais on peut difficilement qualifier l'ensemble de biographie, puisqu'il ne s'agit que de 3 ou 4 grands instants de la vie d'Ambedkar, et que l'on nous explique très peu sa vie entre ces instants. Si nous voulions y voir une biographie, nous n'y verrions qu'une hagiographie.

Il s'agit vraiment plus d'expliquer, de montrer, ce qu'être intouchable. Être intouchable au début du XXe siècle, l'être au début du XXIe. Ce que cela implique, dans des aboutissants incommensurables pour nous. Car finalement, si nous savons le système de castes, nous en avons une vision quasi... romantique.

beuzno, 25.04.2020 à 11:53373364

j'ai eu un peu de mal à rentrer dedans à cause de ma faible culture "super-héro" et un dessin "pas terrible" mais une fois dedans, c'est savoureux
surréaliste, cultivé et drôle
j'ai bien apprécié la confrérie dadaïste avec un super-héro qui a tous les super-pouvoirs auxquels on ne pense pas
c'est étonnant qu'on en parle si peu
merci sugaryin

lanjingling, 25.04.2020 à 1:57373361
@Le PBE et Mr_Switch: c'est une réminiscence d'un truc plus ancien, peut-être chez Cossu, dont le dessin de Julien Lambert se rapproche. Ce sont des hommes avec des ailes de mouches.

lanjingling, 25.04.2020 à 1:53373360
Ça ressemble à ces séries de S.F. volontairement débiles qui paraissaient dans l'orbite Métal dans une pauvre tentative d'émulation de Charlie Schlingo, et garde d'ailleurs cette trace dans le dessin, mais il y a un ton décalé, dans le langage, dans les renversements des clichés, comme le langage châtié et la personnalité tendre du personnage de reptilien, qui peut attirer.2 ou 3 étoiles, selon ma réceptivité.

lanjingling, 24.04.2020 à 2:08373358
Premier Bamboo que je lis, mais pas dans la ligne de ce qui a fait le succès de cet éditeur. Ça se veut éducatif et passionné, mais cela reste gentillet dans le dessin, semi-réaliste, les personnages, et surtout, le nombre de quiproquos dans l'histoire, le fait que le jeune policier soit pris pour un révolutionnaire, décale la tension et fait passer cette tentative de révolution ukrainienne pour une grosse farce, où tous les enjeux sont vains. Ceci dit, il y a peut-être eu un aveuglement effectif, qui expliquerait en partie l'échec de cette révolte.

Mr_Switch, 23.04.2020 à 15:18373355
La posture du gars volant en couverture me rappelle un peu celle de certains morts arrivant au Paradis dans Passe-moi l'ciel ! Une référence du même acabit que celle du PBE...

Le PBE, 23.04.2020 à 13:36373354
? ?

lanjingling, 23.04.2020 à 11:59373353
Très bien, cette histoire qui ne cesse de nous balancer entre la S.F., le polar avec ce qu'il faut de regard social, et le fantastique, et le dessin avec un encrage tremblé, proche de Marion Mousse, ajoute à l'imagination .
Par contre, ces hommes volants, graphiquement, je les ai déjà vus dans une autre bande dessinée, mais laquelle ? Si cela rappelle quelque chose à quelqu'un.

Mr_Switch, 21.04.2020 à 14:45373347
Oui, ces extraits sont tirés de passages parmi les plus convaincants...
Et soit la personne qui a scanné a fait un peu de traitement d'image pour enjoliver les dessins, soit l'impression des éditions originales était bien meilleure (la seconde hypothèse me paraissant la plus vraisemblable)

lldm, 21.04.2020 à 14:30373346
Mr_Switch :

Que retenir de cette bande dessinée ? Tout est oubliable, le texte, le dessin. Et s'il fallait trouver un point positif, je dirais que cette adaptation n'est pas niaise...


Si on en croit les planches montrées ici, c'est effectivement aussi insignifiant et pompier que les illustrations de la tour de Garde... qu'elles soient ironiques ou illustratives, les lectures en bandes de la bible (peut-être à l'exception de quelques moments de celle de Loup) sont faibles, vaines, peu touchées par la vision qu'est censé véhiculer le livre des livres. Faut croire que la fièvre dans laquelle la crucifixion mettait Fra Angelico s'est perdue quelque part entre les cases et que les blasphémateurs eux-mêmes sont finalement peu intéressés par leur objet ...
Nous restera "le Messie est revenu" de Goossens, les oeuvres exégétiques de cette ampleur rattrapant un peu la misère illustrative des dévots comme des bouffeurs de curés.

Mr_Switch, 20.04.2020 à 22:09373344

Le fameux Emmanuel de Jijé. Au sortir de la guerre, Jijé se consacre à ce qui pourrait être son grand œuvre : une adaptation de la Bible en bande dessinée.

Il réalisera cela au lavis. C'est Henri Balthasar, un religieux de ses amis, qui s'occupera du texte.

Hélas, déjà durant la conception, Jijé pressent bien le problème : le texte envahit les planches. Oui, les planches alourdies par le texte, c'est un problème courant. Mais là, ça en devient caricatural, des blocs de texte recouvrant parfois quai-intégralement le dessin.
L'ordre de lecture des blocs de texte au sein d'une case n'est pas non plus convaincant. Pour respecter le Texte, certaines bulles (en haut de case) sont introduites par un cartouche contextuel, en bas de case. Parfois un petit cartouche fait le lien entre deux bulles.

Les deux volumes sortent après guerre. C'est un relatif échec. Ça n’intéresse personne.

Qu'en dire ? C'est lourd, c'est illisible. C'est un peu l'inventaire des choses à ne pas faire.
Le dessin est terriblement daté.

J'ai lu une réédition des années 1980, qui elle-même massacre le massacre. Nouvelle maquette des planches (dont je comprends l'idée mais qui n'est pas toujours heureuse), reproduction des dessins abominable, assez petite taille du livre.
Cette réédition s’enorgueillit d'avoir un peu réduit la taille des blocs de texte (ce qui n'est pas faux) et donc de rendre justice à Jijé. Ce ne semble pas avoir été l'avis des Gillain ;).

Que retenir de cette bande dessinée ? Tout est oubliable, le texte, le dessin. Et s'il fallait trouver un point positif, je dirais que cette adaptation n'est pas niaise...

lldm, 20.04.2020 à 20:58373342
Mael :

Pour moi, c’est 4 étoiles sans hésiter, et je vous encourage à le télécharger ici.


c'est vrai qu'à première vue, ça a l'air bien joli tout ça. Raison de plus pour s'exaspérer de voir un des travaux de typo les plus dégueulasses que j'aie jamais vu. C'est un vrai massacre, bon sang ! Y'a personne dans la boîte avec des yeux en face des trous pour leur dire : bon sang, mais qu'est-ce que c'est que ce travail de sagouin ?

Mael, 20.04.2020 à 14:50373337
Biographie de Bhimrao Ramji Ambedkar, un homme politique indien méconnu et souvent effacé de l’histoire officielle, pourtant rédacteur de la constitution. Cet intouchable a toute sa vie lutté (notamment contre Gandhi) pour dépasser le système des castes. MeMo n’édite pas beaucoup de BD et j’avais raté cette sortie, qui a été ajouté récemment à la bullebase l’éditeur ayant mis gratuitement le livre en PDF sur son site. Je suis très content d’être tombé dessus.
Le fil narratif est très classique : deux personnes discutent, l’un ne connaît pas vraiment Ambedkar si ce n’est qu’on le voit souvent sur des statues, l’autre lui raconte. Le déroulement chronologique est toutefois ponctué assez intelligemment de nombreuses coupures de presse montrant la triste contemporanéité du combat du leader.
Mais c’est surtout la construction globale qui marque. Le dessin a en effet été confié à un couple d’artistes indiens de la communauté aborigène Pardhan Gond : Durgabai (déjà autrice de plusieurs livres pour enfant) et Subhash Vyam (qui réalise son premier livre). Ils n’avaient aucune connaissance de la bande dessinée avant, en ont feuilleté beaucoup, mais refusent d’enfermer les personnages dans des cases, les bulles ont des formes qui reflètent les intentions des personnages (d’oiseaux pour les égalitaires, de queue de scorpion pour les mauvaises paroles, etc.), les bordures reprennent les formes classiques de leur art autochtone, les traits que l’on retrouve sur des maisons, des formes aquatiques. La couleur est aussi directement tirée de cette technique. Cela créée un tout vraiment surprenant et remplissant de sens la biographie. Un dernier chapitre l’illustre d’ailleurs terriblement, dans lequel les dessinateurs expliquent qu’on leur a refusé l’entrée dans la maison d’édition, car on ne voulait pas croire qu’ils étaient auteurs, ce qui a rajouté à leur solidarité avec Ambedkar.
Pour moi, c’est 4 étoiles sans hésiter, et je vous encourage à le télécharger ici.

lanjingling, 19.04.2020 à 18:53373335
Une biographie romancée, racontée à la première personne, irriguée par une riche culture picturale qui ressort avec justesse, sans trop de prégnance. Pour illustrer aussi bien les cauchemards d'une société en fin de course, de normes étouffantes, de la guerre, de tourments politiques et d'une famille délétère que les rêves musicaux, des entrelacs de noir et blanc, qui doivent beaucoup à David B., mais par lui Picasso, Jérome Bosch et les miniaturistes Moghols, et de ces derniers un trait fin , délicat, qui ouvre de faibles mais intenses respirations. La langue est aussi belle et précieuse que le dessin, et le récit est constellé de trouvailles graphiques narratives. L'histoire , limpide à suivre, est néanmoins si dense qu'elle fait passer outre l'antipathie ou la pitié que l'on peut éprouver pour le personnage principal de pianiste manchot. Une grande réussite et un ton très personnel pour un premier album.

lanjingling, 18.04.2020 à 16:18373325
S'agit-il d'une autobio? Le personnage principal s'appelle comme le dessinateur. Quel est le rôle du scénariste, une aide à la mise en forme ? Je ne suis pas du tout rentré dans cette histoire d'un jeune Français qui vit une histoire d'amour au Vietnam. Jeune et naïf comme il se présente, à l'image du dessin, sympathique et rassurant mais sans personnalité, son histoire m'est apparue comme typiquement néo coloniale, lui prenant l'avion entre la France et le Vietnam comme d'autres prennent le bus, allant, venant, restant au Vietnam à volonté sans problème administratif, politique, financier (il ne publie rien en France, parle vaguement de publier des B.D. au Vietnam, sans que l'on sache si cela aboutit. La seule autocritique vient quand il présente sa B.D. sur le Vietnam à des Vietnamiennes, qui lui reprochent de se voir lui bien supérieur aux dessinateurs vietnamiens et de ne voir le Vietnam que comme un pays sale et arriéré, sa réponse pathétique étant qu'on ne doit pas étre angélique. Ajoutez à cela qu'il passe son temps avec un copain filth, qui signifie saleté en anglais, et est un acronyme pour "Failed in London, try Hong-Kong", pour décrire ceux qui sont les rois du monde dans une situation néo coloniale et ne seraient rien ailleurs. Quant au contenu, et à la forme, c'est bien fait, mais cela s'adresse à ceux qui voudraient voir une nouvelle version d'un Frédérick Boilet, d'un Simon Hureau, d'une Aurelia Aurita, moins pertinent, moins fort, moins dérangeant. 3 étoiles pour l'innocence du dessin, des coloris, du personnage, mais 2 pour la complaisance dans l'innocence, d'autant plus qu'il est en fait à la recherche de lui-même à travers un grand-père qui a lui réellement été mis en danger.

e m, 18.04.2020 à 6:29373322
Le Chat du Rabbin #3...
J'aurais bien voulu écrire un petit avis, mais comme c'est Shabbat aujourd'hui je ne sais pas trop si j'ai le droit...?!
3 synagogues

lanjingling, 14.04.2020 à 2:18373286
Une troupe de saltimbanques accompagnés d'un orphelin aux pouvoirs magiques dûs aux fantômes de ses parents pendant la guerre d'Espagne. Ne vous attendez pas à une transcendance des Zingari, de Paracuellos et de Benoit Brisefer. C'est plein de bonne volonté, c'est assez manichéen et simple, avec pas mal de clichés sur l'époque et ses acteurs. Cela se laisse lire.
Le tome un contait une tentative de prise de pouvoir par des fachistes dans une petite ville, le tome deux une tentative de coup d'état à Barcelone, on change d'échelle, des personnages historiques apparaissent (Durutti).Le gamin aux pouvoirs magiques est présent, mais pas narrateur, à peine acteur, à peine témoin, un peu prétexte, sa magie ne sert que dans une scène surréaliste qui, développée, aurait pu donner plus de force à l'histoire.
Un camion tombe dans un fossé, sans aucune masse, aucune pesanteur. Cela résume cette série, très légère dans l'histoire comme dans la documentation (comme en témoigne la postface,pleine de contresens et d'approximations).

3, 2 puis 1 étoiles. Au bout de trois tomes, les personnages et le contexte, intéressants au premier abord, n'ont gagné aucune profondeur, pas plus que le contexte historique et politique n'a gagné en compréhension.

e m, 13.04.2020 à 10:31373279
Ténèbres #1 à 5...
De la fantasy matinée d'un peu de s-f (coucou Thorgal). Des dragons sortis de nul part ravagent le monde, un héros viendra les anéantir.
Rien d'exceptionnel ni de mauvais, ça se lit tout seul pendant le confinement.
Le personnage principal a la tête d'Heath Ledger. On aperçoit un personnage du deuxième Hellboy par G. de Toro dans une case, les oeufs font penser à Alien...
Je pense à l'acteur à chaque apparition du personnage, je recherche dans quel film j'ai vu l'autre personnage...
Je ne vois pas l'interêt de ce genre de... hommages (?)
Ça me fait immédiatement sortir du récit, je trouve que ça le dessert plus qu'autre chose.
3 dragons

e m, 06.04.2020 à 10:58373240
Les couvertures font très "série pour adolescente", ce qui peut inciter à ne pas s'intéresser à la série si on ne fait pas partie de ce lectorat.
Le titre aussi ne me plaisait pas beaucoup. (même s'il est cohérent avec les deux filles égocentriques)

Herbv, 06.04.2020 à 10:45373239
J'ai été favorablement surpris par Les Nombrils, alors même que je ne suis pas me public ni client de la BD humoristique. J'ai lu, à l'occasion, un ou deux tomes (mais je ne sais plus trop lesquels) et j'ai trouvé ça plutôt réussi...

e m, 06.04.2020 à 9:49373238
e m :
Dans un autre genre :
Les nombrils #1...
Une série que j'avais envie d'essayer depuis quelques années. Le dessin ne me plait pas plus que ça (surtout le design de la grande fille en fait), l'humour ne m'amuse pas du tout. C'est mal parti.
Mais au fil de ma lecture je me rend compte que les deux pimbêches sont détestables, que la grande dégingandée n'est pas maligne de rester avec les deux autres... Finalement je me prends au truc, c'est plutôt réussi. Je vais poursuivre avec le tome suivant.
2 motos


Les nombrils #3 à 8...
J'ai bien fait de poursuivre la lecture de cette série. Elle s'est révélée bien plus interessante que ce que me laissaient penser les couvertures et les deux premiers tomes.
Ça reste sur du gag en une page, mais les auteurs construisent une histoire au fil des albums et développent la psychologie des personnages principaux (et certains secondaires). Je ne me souviens pas avoir lu beaucoup de série où les personnages étaient aussi travaillés !
Les gags ne fonctionnent pas tous, c'est parfois un peu facile, mais dans l'ensemble c'est plutôt amusant, parfois vraiment marrant, avec une petite touche d'émotion dans le dernier tome.
Je n'aurai pas misé sur ce genre de série quand j'ai commencé le premier tome. Comme quoi les à priori...
4 concerts (5 pour le dernier tome)

e m, 01.04.2020 à 8:15373212
Kriss de Valnor #1 à 5...
Ayant lu beaucoup de critiques négatives concernant les scénarios de Y.Sente sur Thorgal, je ne comprends pas vraiment ce qu'on lui reproche. Ça ne part pas dans tous les sens, l'histoire reste cohérente sur l'ensemble des albums. Je trouve qu'il fait un boulot correct.
J'ai l'impression que certains lecture se sont plus à critiquer sans que ça ne soit vraiment fondé.
Je ne suis pas convaincu qu'il était forcement nécessaire d'inventer une jeunesse à Kriss de Valnor, qui était suffisamment interessante et mystérieuse comme ça.
Ça reste plaisant, pas trop bavard.

Le dessin de G.De Vita me plait bien, je trouve (pour ce que je m'en souviens) qu'il est assez proche de ce qu'à pu réaliser Rosinski sur certains albums.
Dommage qu'il y ait un changement de coloriste au cinquième tome. Ça saute (et pique) aux yeux, et on se rend compte que le précédent coloriste faisait du bon boulot.
Je m'aperçois que j'avais déjà lu mais pas aimé les deux premiers tome. Ça me plait plus cette fois.
3 arcs


#6...
Nouveaux scénaristes, nouveau dessinateur...
Ce genre d'histoire d'enfants isolés qui rejettent les adultes a déjà été lue et relues des millions de fois.
Ce n'est pas mauvais, mais pas spécialement intéressant, on devine toute l'intrigue dès les premières pages. Et ça ne fait pas avancer l'intrigue générale.
Le dessin me plait mois que celui de G.De Vita, je ne reconnais pas vraiment Kriss de V.
2 arbres


Dans un autre genre :
Les nombrils #1...
Une série que j'avais envie d'essayer depuis quelques années. Le dessin ne me plait pas plus que ça (surtout le design de la grande fille en fait), l'humour ne m'amuse pas du tout. C'est mal parti.
Mais au fil de ma lecture je me rend compte que les deux pimbêches sont détestables, que la grande dégingandée n'est pas maligne de rester avec les deux autres... Finalement je me prends au truc, c'est plutôt réussi. Je vais poursuivre avec le tome suivant.
2 motos

e m, 28.03.2020 à 6:20373188
Je viens de regarder les bande-annonces...De la bonne comédie française bien comme on l'aime, visiblement.

La voix d'E.Semoun me fait quand même toujours autant marrer.

Mr_Switch, 27.03.2020 à 17:42373184
J'ai entendu, il y a quelques semaines une grand-mère proposer un tome de la série à son petit-fils. C'étaient les BD à l'origine des films, donc un gage de qualité.

Mael, 27.03.2020 à 15:18373179
a priori un de trop, disons un million quatre cent cinquante mille.

lanjingling, 27.03.2020 à 15:07373178
Mael :
Les films ont un certain succès au box office (le dernier a passé des 14500000 entrées.

Tu es sûr de n'avoir pas mis un (ou deux) zéros de trop ? Parce que ce n'est pas un certain succès, c'est un record historique :)

Mael, 27.03.2020 à 14:27373176
e m :
Il me semble avoir vu une affiche pour un film adapté de cette série (?) J'imagine qu'elle doit rencontrer un certain succès (que je ne m'explique pas)... Tant mieux pour les auteurs.

Trois films mêmes, le dernier étant réalisé par Elie Semoun lui-même (il joue le prof dans les films et les a coscénarisés) et étant sorti en février de cette année. Les films ont l'air bien pire que les BDs et ont un certain succès au box office (le dernier a passé des 14500000 entrées soit en gros le score du premier, ce doit être donc jugé satisfaisant pour les producteurs j'imagine).

e m, 27.03.2020 à 13:53373173
J'avais aussi un à priori négatif, et il s'est bien confirmé :)
Il n'y a guère qu'une seule case qui m'ait fait à demi-sourire.

Je profite de l'abonnement izneo pour essayer d'autres séries...

Raoul & Fernand #1...
Un exemplde de gag : c'est la fête des grand-mères. Dernière case le chat assomme la voisine, il lui a fait "sa fête".
Tout le reste est à l'avenant. Je trouve ça consternant.
0 coup de marteau

Herbv, 27.03.2020 à 12:22373171
Bizarrement, j'ai assez apprécié les premiers tomes de la série. Il faut dire que je partais avec un a priori très négatif et j'ai trouvé que les gags étaient plutôt réussis. Bon, par la suite, j'ai décroché, ce qui est normal.

e m, 27.03.2020 à 11:49373169
L'élève Ducobu #1...
Une vraie punition que de lire cet album, j'ai dû me forcer pour réussir à le terminer.
Ça se voudrait drôle, mais ça ne l'est pas du tout. Je trouve ce genre d'humour juste navrant.
Il me semble avoir vu une affiche pour un film adapté de cette série (?) J'imagine qu'elle doit rencontrer un certain succès (que je ne m'explique pas)... Tant mieux pour les auteurs.

0/5

Aba Sourdi, 27.03.2020 à 11:27373168
Ils ont pas arrêté avec le lettrage à l'ordinateur ?... Personne leur a dit que c'était vraiment pas possible ?... (l'une des nombreuses raisons qui ont fait que j'ai arrêté de vouloir être "libraire BD") (si si, ça en faisait partie)

Mr_Switch, 26.03.2020 à 18:21373167
Les Toupouris, tome 1. Un explorateur découvre une tribu de petits monstres intelligents. Il est un peu cupide ; et son vice lui jouera des tours.
Alors voilà un petit album jeunesse qui joue la carte du bizarre et du caca-boudin. On accroche ou non. Moi, bouarf.
Et c'est tout. Bonne nuit.

Et puis, le lendemain, on veut créer la bullefiche du livre. Et on cherche "Toupouris" dans un moteur de recherche. Et on a plein de résultats... mais pas trop sur ce livre-là.
En effet les "Toupouris" existent ; c'est un peuple vivant vers les actuels Cameroun et Tchad.
La coïncidence serait vite oubliée si l'histoire du bouquin n'était pas centrée autour du thème de l'exploitation, de la tromperie d'une tribu exotique.
Quoi qu'il en soit, impossible d'associer les Toupouris du livre aux véritables Toupouris. Et le livre n'en devient que plus bizarre. Les auteurs ne pouvaient pas ne pas savoir cette homonymie et cette homographie. Et si vraiment ils l'ignoraient et si personne ne leur a signalé durant le processus de création du tome 1, peuvent-ils lancer un tome 2 sous le même titre comme si de rien n'était ?

Bizarre, bizarre, bizarre.

NDZ, 17.03.2020 à 18:31373107
Un jeu du chat et de la souris dans lequel, très vite, on ne sait plus trop qui manipule qui. Une dimension familiale et insider qui ajoute un gros plus au roman "de genre". Un polar très efficace qui serait le cousin éloigné de RG de Dragon & Peeters.

Thierry, 14.02.2020 à 16:35372951
[vignette album=evita]
évocation classique et presque hagiographique d'Eva Peron. On ne retrouvera pas le génie graphique de Breccia, qui illustre sans frioritures un tapuscrit d'Oesterheld. Mais le sujet est intéressant.

Thierry, 14.02.2020 à 16:33372950
[vignette album=paracuellos_2]
une ultime livraison pour la fresque de Carlos Giménes. Deux derniers tomes réalisés en 2016 et 2017 pour clore son évocation entamée 40 ans plus tôt. C'est toujours aussi bien

crepp, 06.02.2020 à 18:49372909


"En Italie, lors d'un mariage, deux inconnus vont se croiser, en une nuit ils vont apprendre à se découvrir"
Je peux aimer une lecture sans avoir d'empathie pour les personnages, mais pour un album intimiste, ça change quand même la donne. J'ai beaucoup apprécié le personnage d'Elena que je trouve solaire, et très naturel. J'ai eu plus de mal avec le héros (c'est amusant je ne retrouve même pas son prénom), je n'ai pas cru en lui. Graphiquement Alfred dépose de belles ambiances (surtout le parc de l’hôtel).
Donc lecture sympa mais je ne suis pas entré complètement dedans.

3 clefs

Le PBE, 06.01.2020 à 23:25372598
[citer auteur=crepp]


C'est en voyant une expo de Riff Reb's à quai des bulles que j'ai voulu m'attaquer à une de ses BD.
Ce tome 1 du "Vagabond des étoiles" me laisse sur ma faim. Je ne sais pas si l'adaptation est bonne ou non, n'ayant pas lu le livre de Jack London. En fait, il me manque de la matière pour rentrer dans l'histoire. La description des différentes vies du héros sont trop légères pour me convaincre. Il reste de belles blanches, et une critique du milieu carcéral, mais pas vraiment de liant.

2 matraques[/citer]

Je ne connais pas non plus le roman de London mais la couverture puis le résumé m'ont fait penser au Viajero de Gris de Breccia et Trillo (inédit en Français a priori) qui raconte comment un prisonnier à l'isolement ''voyage'' à travers les époques.


beuzno, 04.01.2020 à 11:42372588
content que la bd de Verstraete te plaise
(ce qui est amusant aussi, ce sont les différents angles d'une même scène)

lanjingling, 31.12.2019 à 5:09372555
[vignette album=annee_comete] L'année de la comète, de Clément Vuillier, chez 2024, éditeur qui publie de très bons livres de S.F. , classique et actuelle , et dont j'avais déjà beaucoup aimé "Le voyage céleste extatique", du même auteur. Une histoire ambi gue, car atemporelle, on ne sait pas où en est la comète par rapport à la planète vers laquelle elle approche, elle semble toute proche, puis est de nouveau lointaine, c'est un jeu sur le suspens, cela dure peut-être une année ? Les dessins sont superbe, le seul reproche est que, prosaiquement, c'est frustrant, on ne sait ce qu'il advient du monde après le passage de la comète, j'aurais aimé le voir représenté dans ces dessins incroyables.

[vignette album=faux_pas] Les faux pas, de Marion Fayolle. J'aime le dessin de Marion Fayolle, juste, précis, terriblement imaginatif derrière une fausse fragilité, ayant un lien lointain avec l'encrage tremblé d'Hergé. Elle a ici travaillé avec un chorégraphe, c'est très beau, mais les corps sont un peu trop abstraits et lyriques pour moi.

[vignette album=livre_amis] Un livre pour se faire des amis, de Lukas Verstraete, chez Même pas mal Drôle de nom d'éditeur, qui va très bien à ce livre de format géant. Un polar, mais aussi un livre d'aventure, avec de la jungle, du désert, de l'amour, de la trahison, du fantastique, un livre monde, très violent dans le dessin et l'histoire, perturbant dans le trait et ce qu'il raconte, mais vraiment touchant. Une révélation pour moi.

[vignette album=deraillement] Déraillement de Benoit Carbonnel, éditions Vide Cocagne. Une critique de la société consommation, proche des utopies écolo des années 70, dans le ton et le dessin, mais même maintenant, il en faut encore, d'autant que répeter ce discours 40 ans plus tard apporte un décalage que j'ai beaucoup apprécié.

crepp, 15.12.2019 à 10:59372501


C'est en voyant une expo de Riff Reb's à quai des bulles que j'ai voulu m'attaquer à une de ses BD.
Ce tome 1 du "Vagabond des étoiles" me laisse sur ma faim. Je ne sais pas si l'adaptation est bonne ou non, n'ayant pas lu le livre de Jack London. En fait, il me manque de la matière pour rentrer dans l'histoire. La description des différentes vies du héros sont trop légères pour me convaincre. Il reste de belles blanches, et une critique du milieu carcéral, mais pas vraiment de liant.

2 matraques

lanjingling, 08.12.2019 à 2:39372456
Ils se sont trompés de couverture, c'est celle deBallade pour un bébé robot, de Baudoin et Villani.
Le dessin des arbres est proche de celui de Guibert, un redessin de photos, c'est assez réussi.

crepp, 07.12.2019 à 15:51372454


Dans un futur (très) proche, Yves travaille dans un bureau de stockage de données mais le monde n'arrive plus à les garder, on arrive à saturation. Il faut donc en éliminer, ainsi pour garder la place pour mettre les albums de famille sur les réseaux sociaux, il faut supprimer des œuvres comme "2001 l’odyssée de l'espace", ce qu'Yves ne peut faire, il va alors jouer à un jeu dangereux, surtout que sa femme n'est pas vraiment d'accord, et qu'il va être père car le robot de la maison (Mikki) porte l'enfant.
Ugo Bienvenu s'attaque à la place de l'homme face à la machine, à la place de l'homme face à son futur, aux choix de l'homme sur ce qui est important (l'art, les réseaux sociaux ?).
Cet album vient de recevoir le grand prix de critique BD, bien c'est loin d'être volé tant c'est d'une grande finesse.

4 puces.

crepp, 06.12.2019 à 22:03372452


Sacré travail d'Inès Léraud (journaliste à radio france) pour cet album. Partant de la mort d'un cheval, elle en arrive à raconter l'agriculture bretonne,l’omerta des politiques (des petits élus voulant plus de touristes, aux très gros élus voulant juste plaire à des lobbies), et la puissance financière des industriels.
Prenant du début à la fin, Pierre Van Hove montre d'une manière efficace la situation ubuesque actuelle. Bref très bonne BD reportage, à lire.
Une phrase dans cette BD résume dans un sens le pourquoi de cette situation, en 1961 Edgard Pisani (ministre de l’agriculture) dit " Vous produisez peut être le meilleur produit, mais ce n'est pas celui là que l'on veut ! Produisez ce que le marché mondial vous demande...Si demain le lait doit être rouge ou les pommes carrées pour être vendues, il faudra que l'INRA se consacre à cela!"

4 cochons

crepp, 02.12.2019 à 13:12372434
Tricheur

Mr_Switch, 01.12.2019 à 20:29372430
Non, j'ai écrit le code manuellement.

crepp, 01.12.2019 à 19:54372429
mais .... mais .... les vignettes sont de retour ?!

Mr_Switch, 01.12.2019 à 14:17372428
Après une première partie à l'histoire un peu convenue, la seconde partie est... bin en fait non, elle le reste.
Non, non. L'intérêt de ce livre est dans sa construction. L'histoire en elle-même n'est aussi finalement qu'un support où Hugues Barthe pose ses touches et ses piques d'émotions. Non pas que le bouquin soit « tout plein d'émotion », plutôt que l'auteur s'ingénie à dérouter le ressentiment du lecteur : dégoût, sentiment d'hypocrisie, ou non. Par exemple, utilisation majoritaire d'une bichromie glauque, mais pas forcément pour les moments qu'ils le sont, glauques.

En fait le livre vaut par sa dernière partie. Le dessinateur fait une utilisation de la bichromie bien plus subtile que ce que semble en dire Herbv dans sa chronique. Peut-être pour mieux dérouter le lecteur.

NDZ, 16.11.2019 à 18:21372400
[vignette album=visa] Suis vraiment resté sur le bord de la route. J'aurai nettement préféré un nouveau livre dans la veine fiction de l'auteur, du genre, la suite de Salvatore ou bien de La république du catch... 2 radar 2000

[vignette album=gringos_locos] J'ai l'impression de ce livre tiens lieu de petite fixette de Yann, il fait son affaire dans son coin, avec du fan-service lourdaud. Mais le paratexte vaut vraiment le coup. Heureusement qu'il y a eu des bisbilles avec les ayant-droits du coup :)) 2 vautours

Pages : | prec�dent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin