| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par sydn
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Le MonoChat de Bulledair est sans doute la chose qui me fascine le plus de tout l'internet . J'aimerais y construire mon oeuvre, ma personne, mon destin. Y déposer ma vie. Tout sera dit. À bon entendeur ...
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Comment Betty vint au monde - L.L.de Mars

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

Pierre, 21.06.2020 à 21:11373573
lldm :
Pierre :
titres à quatre-vingt-dix degrés; celui sur lequel je tombe s'intitule me semble-t-il Tarzan, seigneur des singes, ce qui ne me dit rien du tout, avant que mon cerveau ne remette les lettres dans le bonne ordre et que là tout à coup, tout s'illumine: sur un jeu de mot, qui m'avait jusqu'ici totalement échappé


Mais, mais ... Comment est-ce possible ?


En fait, je n'ai jamais connu Tarzan qu'en tant que seigneur de la jungle, et non pas en tant que seigneur des singes, je ne sais comment l'expliquer (environnement familial, milieu social, aléas de la construction de ma culture personnelle ...). Qui sait !

Mr_Switch, 21.06.2020 à 18:28373571
Ou au contraire bon lecteur trahi par sa lecture globale.

NDZ, 21.06.2020 à 17:44373570
dyslexie

lldm, 21.06.2020 à 12:43373569
Pierre :
titres à quatre-vingt-dix degrés; celui sur lequel je tombe s'intitule me semble-t-il Tarzan, seigneur des singes, ce qui ne me dit rien du tout, avant que mon cerveau ne remette les lettres dans le bonne ordre et que là tout à coup, tout s'illumine: sur un jeu de mot, qui m'avait jusqu'ici totalement échappé


Mais, mais ... Comment est-ce possible ?

Pierre, 18.06.2020 à 15:02373560
Hier, je passe en revue rapidement le dos des albums de bande dessinée qui meublent ma bibliothèque, ce qui implique (s'il l'on ne penche pas la tête) d'en lire les titres à quatre-vingt-dix degrés; celui sur lequel je tombe s'intitule me semble-t-il Tarzan, seigneur des singes, ce qui ne me dit rien du tout, avant que mon cerveau ne remette les lettres dans le bonne ordre et que là tout à coup, tout s'illumine: sur un jeu de mot, qui m'avait jusqu'ici totalement échappé ... Fugace sentiment de joie et de honte mêlés suffisamment prégnant pour en laisser une petite trace ici.

lldm, 12.05.2020 à 1:57373425
je dessine en ce moment un livre sur le Sacro Monte de Varallo, prétexte pour parler des notions de goût, de jugement, d'acculturation ; c'est assez bizarre, plein de désirs contradictoires et de méthodes qui ne le sont pas moins. J'ai assez conscience de frôler le ratage total le monstre kitsch. Du coup, j'ai décidé d'accompagner le boulot d'une réflexion en vidéo sur l'académie. Peut-être n'est-elle, après tout, pas beaucoup plus claire que ce travail  :

lldm, 10.09.2019 à 20:32372212
[citer auteur=NDZ]C'est bien mal te connaître que de t'imputer des viols de chiens. En fait, il s'agit de canards.

PS. Quand tu passes à Rennes tu me fais signe. Non, pas cygne.[/citer]

abin justement, y'a ça, dans les jours qui viennent (c'est complètement hors piste, y'a peu de chances qu'on y parle de bandes dessinées pendant, mais bon, s'il y a d'autres bulledairiens dans les parages, on pourra toujours faire une petite pause dans le séminaire - et je reste la nuit du vendredi à Rennes pour ça ); par ailleurs, pour les amateurs de peinture contemporaine, un vieil ami peintre - Johann Ollivier - qui était bruxellois depuis une quinzaine d'années revient dans son coin d'origine et montre (dans un endroit bizarre, mais bon) le produit de quelques expérimentations picturales récentes à l'espace The Roof (Hôtel Dieu)du 13 au 20. Autre raison de mon passage.

NDZ, 10.09.2019 à 14:07372210
C'est bien mal te connaître que de t'imputer des viols de chiens. En fait, il s'agit de canards.

PS. Quand tu passes à Rennes tu me fais signe. Non, pas cygne.

Pierre, 10.09.2019 à 13:43372209
keep on truckin'!

lldm, 09.09.2019 à 17:03372199
Malgré les apparences, ce post a des rapports réels avec la bande dessinée et son cadre éditorial.
Un ami (qui contrairement à moi perd sa vie sur Facebook), me fait passer amicalement des propos tenus à mon égard très inamicaux (ce qui, au demeurant, n'a aucune espèce d'importance, je m'en contrefous) sur lesquels je n'aurai rien à dire à part ceci : une bonne poignée de zigotos ayant visiblement d'authentiques problèmes avec la conflictualité (ce qui n'est pas mon cas, vous le savez assez bien) impute à mes mauvaises humeurs éditoriales, intellectuelles, sociales, d'étranges sélections : ils prétendent associer ma colère à l'égard d'untel ou d'autretel à une aigreur, dont la cause serait à chercher dans des refus de manuscrits.
Je peux laisser tout dire de moi, je m'en contrefous ; que je viole des chiens, copie les oeuvres de BHL, porte les sous vêtements de ma mère, torture les enfants, dessine comme une merde, suis un intello chiant et prétentieux, illisible, malodorant etc etc.
Mais sur ce seul point, celui de mes inimités artistiques et intellectuelles dans notre petit monde des bandes dessinées, j'aimerais qu'il soit au moins inscrit quelque part, et pourquoi pas sur Bulledair, ceci :
les éditions Matière me refusent des manuscrits depuis qu'ils existent et je loue leurs publications autant qu'eux mêmes chaque jour. amen,.
Jean-Louis, de Cornelius, ne daigne pas réponde au dixième de mes propositions de manuscrits depuis plus de dix ans et je continue opiniatrement à lui en soumettre ; je le tiens, au demeurant, pour un ami.
J'envoie depuis plus de dix ans aux éditions Atrabile des manuscrits qu'ils me refusent tous, inlassablement, et jamais ma considération à leur égard ni ma sympathie pour les personnes qui font ce job, n'ont faibli.
Mes propres éditeurs ne sont pas en reste : chacun d'entre eux me refuse régulièrement des manuscrits et les Rêveurs - sans que jamais ma sympathie pour Nicolas et son équipe n'ait diminué - détient le record des refus en me les refusant tous depuis Prières (ça doit faire dix ans). Il faut être soi-même pris dans d'étranges rapports sociaux forgés sur de bien tristes intérêts et il faut au passage très très mal me connaître pour supposer qu'un refus quelconque de manuscrit ait le moindre effet sur ma considération intellectuelle et éditoriale.
C'est dit.
Qu'ils se débrouillent tous avec ça, c'est-à dire qu'ils cherchent désormais des raisons profondes, des raisons dont leurs agissements sont la cause, pour ma mauvaise humeur à leur encontre.

Pre Carre, 11.06.2019 à 4:03372009


le deuxième volume de la collection CYAN de PCCBA (notre collection tout cyanotype) sera visible au salon The Hoochie Coochie Circus ce week end, à la Générale (Paris). Il est réalisé à partir de films de Philippe De Jonckheere. Le troisième est le mien. J'en ai tiré une dizaine de chaque.

lldm, 02.06.2019 à 1:57371980

Un ami me conduisant à refoutre le nez dans le bordel qui règne dans mes disques de stockage, je sui parvenu à arracher au quasi néant (ça vieillit très mal, les DVDs, et ce que je cherchais datait de 2003 et 2007) le deuxième numéro de Chutes que je croyais paumé définitivement.
Un fichier qu’avait pas le bon nom, dans un tiroir qu’avait pas le bon nom, dormait dans un DVD avec rien d’écrit dessus.
Bref, afin que ça n’arrive plus, je me suis dit que le meilleur moyen de le sauvegarder vraiment était de le foutre sur tous vos disques durs. Comme ça, si je le reperds, je pourrai vous le demander.

C’est là

avec Céline Guichard, Philippe De Jonckheere, Antoine Ronco, Dr. C., Jean-Luc Guionnet, Mardi Noir, Bertoyas, Stéphane Batsal, Alain Hurtig

lldm, 30.05.2019 à 1:07371966


enfin là. Trois ans pour y parvenir, on peut dire que les obstacles auront été longs. Mais il est là et disponible.

lldm, 25.04.2019 à 15:12371835
ah, bin c'est la sortie officielle du Manuel (on devrait le trouver en librairie)
(enfin, dans certaines librairies)
(j'imagine)
(ça dépend des libraires)
(laissez tomber, commandez-le sur amazon)

https://www.bandedessinee.info/Sorties-du-vendredi-26-avril-2019

lldm, 03.04.2019 à 19:00371744
[citer auteur=NDZ]Concernant le Bulletin VI, tu m'en mets un de coté stp, au plaisir de notre prochaine rencontre.[/citer]

il en reste quatre, donc, désormais, trois. Je pense passer à Rennes bientôt, je te tiens au courant

NDZ, 03.04.2019 à 15:39371743
Concernant le Bulletin VI, tu m'en mets un de coté stp, au plaisir de notre prochaine rencontre.

lldm, 03.04.2019 à 14:46371742
[citer auteur=lldm]


Le livre tant attendu pour ouvrir un oncle borné à des lectures qu'il a toujours méprisées jusqu'ici et l'entrainer par le fond avec vous.
Il ne vous aidera pas plus à comprendre pourquoi ceux qui haïssent la bande dessinée sont des trous du cul qu'à comprendre pourquoi ceux qui l'aiment sont des imbéciles, mais c'est le guide idéal pour traverser le festival d'Angoulême l'allure enfin conquérante, définitivement rompu à tous les codes d'un monde et d'un art qui n'auront plus aucun secret pour vous.

A priori il sera présent sur le stand de Pré Carré au festival, et probablement à ceux de Adverse et PLG, Ab Irato n'ayant pas de stand (feignasses). Sinon, si vous êtes pressé ou si vous voulez encombrer tonton du manuel, y'a une page là :
On peut en lire un chapitre téléchargeable en pdf ici. Et le commander.
[/citer]

il est désormais dans les librairies (qui en veulent)

lldm, 24.03.2019 à 1:10371653
Dernier bulletin officiel consacré cette année aux objets des physiques classique et quantique



il en reste quelques uns commandables ici

lldm, 20.12.2018 à 21:56370837


Le livre tant attendu pour ouvrir un oncle borné à des lectures qu'il a toujours méprisées jusqu'ici et l'entrainer par le fond avec vous.
Il ne vous aidera pas plus à comprendre pourquoi ceux qui haïssent la bande dessinée sont des trous du cul qu'à comprendre pourquoi ceux qui l'aiment sont des imbéciles, mais c'est le guide idéal pour traverser le festival d'Angoulême l'allure enfin conquérante, définitivement rompu à tous les codes d'un monde et d'un art qui n'auront plus aucun secret pour vous.

A priori il sera présent sur le stand de Pré Carré au festival, et probablement à ceux de Adverse et PLG, Ab Irato n'ayant pas de stand (feignasses). Sinon, si vous êtes pressé ou si vous voulez encombrer tonton du manuel, y'a une page là :
On peut en lire un chapitre téléchargeable en pdf ici. Et le commander.

jmmelo, 27.11.2018 à 12:39370548
Quand j'essaye de mettre un contour autour du "grand public", se dessine "divertissement". J'ai l'impression que l'unique lecture du grand public d'une "oeuvre" (ratissons large avec ce mot) est l'aspect divertissant ou sentimentaliste (grosses ficelles de larmes de crocodile).

Je suis moi-même très condescendant! Même s'il m'arrive d'être grand public...

lldm, 27.11.2018 à 1:16370540
Pierre :
Définition de "grand public" sur le TLFI:

"La masse des gens dont les goûts et les idées ne sont pas très précis, qui manque généralement de culture et de finesse d'esprit. "
.


quand je pense au nombre de fois où on me trouve condescendant quand je dis que le grand public n'existe pas, c'est prodigieux de voir de quelle hauteur de vue on le fait exister...

Pierre, 26.11.2018 à 23:07370539
Définition de "grand public" sur le TLFI:

"La masse des gens dont les goûts et les idées ne sont pas très précis, qui manque généralement de culture et de finesse d'esprit. "

Et sur ce même outil, l'une définition de "lecteur" est ... "Public (d'un écrivain, d'un journal, d'un roman)".

Mr_Switch, 26.11.2018 à 15:40370537
Si c'était un sujet si simple, vous ne seriez pas là à discuter d'un accouchement qui ne fut pas si évident :)

La notion de grand public m'interroge aussi. Mais mes conclusions restent confuses et peut-être biaisées.
Toutefois, il semble que quand lldm écrit que le « Grand Public n'existe que comme catégorie autovérificatoire marchande », on est quasiment dans du factuel.

NDZ, 26.11.2018 à 10:16370533
Qua ça soit clair pour tout le monde: la discussion est ouverte à tous :)

Le sujet c'est la nécessité et la destination de l'oeuvre en bande dessinée : qu'est qui pousse l'auteur à écrire en BD ? pas forcément vendre des palettes ie toucher le "Grand Public"... mais comment en vivre ?

NDZ, 25.11.2018 à 16:01370530
Merci pour ta réponse, on se comprend, donc. L'immense retour financier sur le vol artistique et l'imposture intellectuelle est manifeste, il est dégueulasse mais un grand classique de l'Histoire des Arts, malheureusement.

lldm, 25.11.2018 à 0:26370519
NDZ :
Autres choses que j'aurais voulu voir traitées, mais ça sera sûrement pour les tomes prochains, comme toute bonne série Grand Public :)

Grand Public et Universalité, les différences ?

Grand Public: forcément du côté de l'art populaire contre l'art élitiste ?

Grand Public: l'étape terminale du cycle naturel défricheurs, vulgarisateurs, récupérateurs ?

Il y a aussi le problème de la reconnaissance et de la rémunération de l'intelligence, qui se pose dans tous les domaines, y compris scientifiques.


Sur la notion de "populaire", il y aurait beaucoup à écrire ; j'ai de longues correspondances sur ce sujet avec un ami auteur (très célébré, donc, en quelque sorte, impliqué dans un des sens du mot "populaire", et travaillant avec des références historiques de la paralittérature déconsidérée, ce qui l'implique dans un second sens de ce mot). Peut-être publierons-nous un jour ce bordel, je ne sais pas. Nous ne sommes jamais d'accord, et je crois que de ces tensions intellectuelles et amicales, il y a peut-être quelques trucs à tirer. On verra.
Sinon, rien à voir, mais j'ai pigé ce qui est arrivé avec le PC12 : je devais en déposer un à la librairie Critic pour l'université, et comme un ahuri je n'ai pas compté cet exemplaire dans le petit paquet rennais... Désolé...

lldm, 25.11.2018 à 0:21370518
NDZ :

Il faut dire que, hier soir, quand tu m'as proposé le livre j'ai eu un moment d'hésitation (que tu auras noté, ainsi que Ronald, qui s'est permis d'appuyer ta proposition... à juste titre).


il m'a longuement écrit à propos de l'essai qui rejoignait beaucoup de ses interrogations en ceci qu'il le rassure, aussi, sur leur légitimité, sur leur partage, bref, sur le fait qu'il ne délire pas tout seul dans son coin. A vrai dire j'ai reçu, déjà, eût égard à la discrétion éditoriale de l'essai, pas mal de courriers d'auteurs qui s'y reconnaissent et sont soulagés que quelque chose de tout ça soit enfin dit, aussi frontalement.

NDZ :
Le public, lui, est oublié (à mon sens, tu parles beaucoup d'auteur Grand Public et un peu d'éditeur Grand Public, mais c'est tout). Et même si ça n'est pas forcément le sujet


je dis sans détour - dans cet essai et souvent ailleurs - que d'une part le Grand Public n'existe que comme catégorie autovérificatoire marchande, et d'autre part que le public tout court, ça ne concerne jamais (ça ne doit pas concerner) les auteurs. S'ils commencent à se le formuler, à se le représenter, ils le réduisent instantanément à un objectif chimérique et ne peuvent que l'amoindrir comme cadre de devenirs. Un public, ça apparait imprévisiblement avec des livres imprévisibles. On produit des lectures avec des livres. Le reste est un jeu de représentations plus ou moins bien intentionnées servant soit à colmater des angoisses (pourquoi je fais tout ça?) soit à bricoler d'illusoires conjectures (pour qui je fais tout ça?). S'en foutre est un impératif catégorique. On ne travaille "pour" personne. On travaille sans savoir où ça va, simplement en sachant que ça va.

NDZ :
pas forcément à voguer sur l'écume des étals de Merde. Je regrette que tu ne parles pas du rôle pernicieux de la médiatisation


sans doute parce que j'en ai parlé beaucoup ailleurs (ici, par exemple : https://www.du9.org/dossier/comment-jai-ecrit-certains-de-mes-livres/)


NDZ :
Il a aseptisé certains grands auteurs, certes, et l'éponge de ton texte lèvera facilement les oeillères des lecteurs qui n'auront pas compris de qui on parle. Mais, pour l'expérience des nombreux autres lecteurs que je côtoie, il les a amenés naturellement (et avec bonheur) vers ses "Maîtres"


tout ceci serait recevable et bien innocent si au passage, il ne faisait crever tous ceux qu'il pille et invisibilise par son gros cul (je parle de son poids financier, bien entendu, et de la place qu'il prend dans les rayonnages). Pour Bofa, ça n'a plus beaucoup d'importance, c'est consommé, mais pour les vivants, que personne ne trouve dans une FNAC ou dans la librairie BD du coin sans les commander (il faut donc déjà savoir qu'ils existent et tout est fait pour qu'on l'ignore), les tonnages de fac similés pathétiques produits par ce genre de guignols sont autant de couches de marbres sur des enterrés vivants.

NDZ, 24.11.2018 à 13:04370513
Autres choses que j'aurais voulu voir traitées, mais ça sera sûrement pour les tomes prochains, comme toute bonne série Grand Public :)

Grand Public et Universalité, les différences ?

Grand Public: forcément du côté de l'art populaire contre l'art élitiste ?

Grand Public: l'étape terminale du cycle naturel défricheurs, vulgarisateurs, récupérateurs ?

Il y a aussi le problème de la reconnaissance et de la rémunération de l'intelligence, qui se pose dans tous les domaines, y compris scientifiques.

NDZ, 24.11.2018 à 12:50370512
Bon, je poste ou je ne poste pas ? Rien de bien intelligent, mais, zou :

Ah bah je rebondis parce que je viens de le lire.

Il faut dire que, hier soir, quand tu m'as proposé le livre j'ai eu un moment d'hésitation (que tu auras noté, ainsi que Ronald, qui s'est permis d'appuyer ta proposition... à juste titre). J'avais peur de ce que je pourrais te dire, étant donné que, ce n'est ici un secret pour personne, le mail indélicat qui lance l'essai (réussi) est le fruit d'un auteur qui a pour moi une importance particulière dans mon parcours de public. Oui, pas grand. Sans P.

Hé bien, on en reparlera avec passion et plaisir une prochaine fois mais je salue et regrette juste quelques petites choses.

Le public, lui, est oublié (à mon sens, tu parles beaucoup d'auteur Grand Public et un peu d'éditeur Grand Public, mais c'est tout). Et même si ça n'est pas forcément le sujet, c'est une Matière plastique, qui change, qui évolue et qui, souvent, parfois, rarement, reste curieuse, défriche, va creuser dans les tréfonds et ne reste pas forcément à voguer sur l'écume des étals de Merde. Je regrette que tu ne parles pas du rôle pernicieux de la médiatisation (bon tu parles du marketing, mais ce n'est qu'une face de la médiatisation, côté émetteur, il manque le côté "réémetteur" des médias que tu cites juste une fois en tant que Inrocnikart), car, les Prix aidant il a désormais portes ouvertes partout. Et ça, ça joue. Je saluais il y a quelques jours sur le forum le fait que de nombreux auteurs avaient été invités à la radio ces derniers jours pour parler des leurs livres.... las, le côté microcosme et circularité des carnets d'adresse (couplé à un ENORME manque de curiosité, de culture et de prise de risque des journalistes) a fait que j'ai noté que les mêmes auteurs ont été invités sur France Inter ou Culture, trois ou quatre fois, dans différentes émissions (et donc à différents créneaux horaires, et donc pour différentes personnes coincées à différentes heures dans leurs voitures).

Je suis entièrement d'accord avec toi sur le côté insultant de ce mail court, d'un auteur ayant arboré une étoile noire un temps (les étoiles violettes et pixelisées de la couverture ?), d'un ancien révolté fruit de la gentrification, et qui devrait défendre le milieu d'où il vient (même si artisans et artistes se côtoient parfois dans le milieu de la bande dessinée, comme en littérature ou dans les arts plastiques). Mais, il a aussi les qualités de ses défauts, d'un point de vue de simple(t) lecteur (et il a déjà pris sur ce sujet certains textes... alors que selon moi, d'autres mériteraient dix fois pire). Il a aseptisé certains grands auteurs, certes, et l'éponge de ton texte lèvera facilement les oeillères des lecteurs qui n'auront pas compris de qui on parle. Mais, pour l'expérience des nombreux autres lecteurs que je côtoie, il les a amenés naturellement (et avec bonheur) vers ses "Maîtres" (est-ce que j'aurais livres de Gus Bofa sans lui ? mystère), vers des auteurs obscurs qui creusent leur propre sillon, vers des choses exigeantes qui font que, ses lecteurs, lisent parfois, désormais, des choses qui ne se trouvent quasiment pas en librairie... de la notion de Grand Public... changeante. (j'en connais même beaucoup qui ne "le suivent plus" càd n'achètent plus ses livres, par désintérêt manifeste)

Bon, tu sauras qu'il faudra tout relire au prisme de mon pessimisme quant à la réelle intelligence de ce que l'on peut espérer de certains. Mais il est indéniable que dans un contexte de disparition de petites librairies et de petits éditeurs (parfois majeures et majeurs), il faudrait juste un coup de pouce de ces "anciens" galériens du domaine. Et non pas un coup de pied. Et en ce sens, je trouve ton essai salvateur.

lldm, 04.11.2018 à 2:06370366
Bin flute, je me rend compte que je ne vous en ai même pas annoncé la sortie, alors qu'une partie des réflexions qui ont composé ce livre sont nées de conversations tenues ici. Voilà donc "Bande dessinée et grand public", un court essai sur des questions banales mais jamais frontalement problématisées. C'est annoncé pour janvier mais c'est déjà commandable, c'est fait par Adverse et ça coûte trois fois rien :

Bande dessinée et grand public, dont j'espère bien qu'il engagera d'autres lignes de réflexions, qu'il se poursuivra par d'autres, dans d'autres textes.

lldm, 28.10.2018 à 16:29370306
D'une pierre deux coups (parce que la grande agitation entourant la période de création du précédent numéro m'a complètement fait zapper l'annonce de sa sortie) avec les dernières sorties du Fanzine Amici, qui clôtureront cette passionnante et gratifiante expérience éditoriale :


le dixième Amici (Pubis) reçoit les planches de C. de Trogoff, Jean-Pierre Marquet, Robert Varlez, Antoine Ronco
Loïc Largier, L.L. de Mars et une création exceptionnelle de
Guillaume Chailleux qui s'est vu confier les planches réalisées par Marie-Florentine Geoffroy et moi lors d'un "Ressac" commencé au cours d'une rencontre Pierre Feuille ciseaux et que la mort de Marie florentine nous a interdits d'achever. Guillaume a poursuivi le travail, l'a augmenté, a donné un sens et une cohérence à tout ça.

Pour le commander



Le onzième numéro accueille les travaux de L.L. de Mars, Muzotroimil, Jérôme LeGlatin & blexBolex qui, in extremis, trouvent une fin à leurs "Dernières nouvelles de Randolph Carter", J.M. Bertoyas qui nous fournit enfin ses planches après 10 numéros, Loïc Largier, C. de Trogoff et Jean-Pierre Marquet.

Pour le commander

Nous avons atteint notre objectif, qui était de dix numéros, et nous l'avons même excédé de ce numéro qui vient conclure en beauté cette belle histoire.

lldm, 18.10.2018 à 16:02370215


Quelques planches s'aventurent dans des cadres éditoriaux où l'on est (encore) peu habitués à voir publiées des bandes dessinées : Lundi Matin Papier 3

lldm, 07.09.2018 à 21:32369803


Bon, comme je continue à avoir un streaming merdique dans le Terrier et que Vimeo limite le stockage désormais, je me décide à monter une chaine youtube qui rassemblera pas à pas la centaine de flimes éparpillés (ce qui me permettra aussi de montrer des trucs qui dorment dans des disques durs). J'espère que ça rendra un peu plus visibles les travaux de tout le monde; pour l'instant, il y a essentiellement les courts-métrages d'animations du labo élémarsons, mais bientôt les séries de docus sur le boulot artistique(dessin et musique) viendront rejoindre tout ça. Si j'ai bien compris le principe, en vous abonnant au bazar vous serez tenus au courant des mises en ligne de nouveaux flimes.

lldm, 19.07.2018 à 11:37369486
Pierre :




Bien !

lldm: Étais-tu déjà lecteur de Nathalie Sarraute à l'époque ?


oui, et ce livre a été pensé clairement en hommage appuyé à son travail, dans la perspective d'ajouter aux problèmes structurels du récit qu'on pourrait avoir en commun avec le roman, ses romans, des problèmes propres aux bandes dessinées.

Pierre, 18.07.2018 à 22:13369482




Bien !

lldm: Étais-tu déjà lecteur de Nathalie Sarraute à l'époque ?

lldm, 14.06.2018 à 18:16369153
Pierre :

Ah oui ? Le grand silence est un film vraiment intéressant, plutôt atypique pour un western italien (tourné à Cortina d'Ampezzo). Vu son niveau de violence, je comprends qu'il t'ait marqué si tu l'as vu enfant ! Si je mes informations sont exactes, il a fait un bide terrible à sa sortie en salle. Le producteur ayant anticipé cet échec avait demandé le tournage d'une fin alternative où le héros s'en sort vivant, mais l'équipe a fait en sorte que le résultat soit tellement grotesque qu'il ne puisse être exploité (je l'ai vue cette fin - sans la bande sonore - et c'est effectivement débile).


Il était passé à la télévision, sans doute le soir où j'avais le droit de la regarder le mardi soir, j'imagine) ; j'avais moins de dix ans. Je me souviens qu'il avait révolté mes parents, qui me disaient toutes les cinq minutes "regarde pas ça !" (mais comme c'était le seul soir de la semaine où je regardais la télévision, je trouvais toutes sortes d'arrangements pour rester là ; c'est de la même façon que j'ai vu et été chamboulé par le Satyricon, auquel je n'avais pas plus compris grand chose que le corbucci mais qui dans les mêmes mesures a marqué très longtemps mes dessins et rêveries) et que pendant des années ils en reparlaient comme d'un truc inadmissible.

Pierre, 14.06.2018 à 17:08369152
lldm :
Pierre :
Tiens, ça m'évoque un vieux western d'Anthony Mann (Je suis un aventurier ?), et puis, à propos de charpente, l'une des actions symboliques les plus saillantes de l'occupation du Larzac n'avait-elle pas été la reconstruction d'une bergerie (en pierre certes) ?


pas vu, celui-là (j'adore Anthony Mann, peut-être des petites bulles qui viennent péter à la surface de la tête? Mais la figure du début est nettement inspirée par "Il grande silenzio" de Corbucci, qui m'avait retourné la tête quand j'étais enfant ); une partie des sources vient ici d'un roman photo belge des années 60, offert par une copine (d'ailleurs, on le voit également appraître en morceaux dans le dernier Amici, sous les ciseaux de C. de Trogoff, ma compagne, à qui le roman photo a été offert). Le film d'arrière plan ces jours-là (y'a toujours des films d'arrière-plan) était "Le 4e morceau de la femme coupée en trois" de Laure Marsac (super bien, ça).


Ah oui ? Le grand silence est un film vraiment intéressant, plutôt atypique pour un western italien (tourné à Cortina d'Ampezzo). Vu son niveau de violence, je comprends qu'il t'ait marqué si tu l'as vu enfant ! Si je mes informations sont exactes, il a fait un bide terrible à sa sortie en salle. Le producteur ayant anticipé cet échec avait demandé le tournage d'une fin alternative où le héros s'en sort vivant, mais l'équipe a fait en sorte que le résultat soit tellement grotesque qu'il ne puisse être exploité (je l'ai vue cette fin - sans la bande sonore - et c'est effectivement débile).

lldm, 14.06.2018 à 16:42369150
Pierre :
Tiens, ça m'évoque un vieux western d'Anthony Mann (Je suis un aventurier ?), et puis, à propos de charpente, l'une des actions symboliques les plus saillantes de l'occupation du Larzac n'avait-elle pas été la reconstruction d'une bergerie (en pierre certes) ?


pas vu, celui-là (j'adore Anthony Mann, peut-être des petites bulles qui viennent péter à la surface de la tête? Mais la figure du début est nettement inspirée par "Il grande silenzio" de Corbucci, qui m'avait retourné la tête quand j'étais enfant ); une partie des sources vient ici d'un roman photo belge des années 60, offert par une copine (d'ailleurs, on le voit également appraître en morceaux dans le dernier Amici, sous les ciseaux de C. de Trogoff, ma compagne, à qui le roman photo a été offert). Le film d'arrière plan ces jours-là (y'a toujours des films d'arrière-plan) était "Le 4e morceau de la femme coupée en trois" de Laure Marsac (super bien, ça).

Pierre, 08.06.2018 à 7:51369105
lldm :
Quelques planches inédites consacrées à la ZAD de NDDL : Nos Charpentes




Tiens, ça m'évoque un vieux western d'Anthony Mann (Je suis un aventurier ?), et puis, à propos de charpente, l'une des actions symboliques les plus saillantes de l'occupation du Larzac n'avait-elle pas été la reconstruction d'une bergerie (en pierre certes) ?

lldm, 07.06.2018 à 16:10369102
Quelques planches inédites consacrées à la ZAD de NDDL : Nos Charpentes


lldm, 31.05.2018 à 20:17369054

Deux nouveaux bouquins expérimentaux réalisés aux ateliers de Bruc, "Tartan" et "Fétiches".
Pour présenter "Fétiches", j'ai fait un documentaire pour la série "Documenter" (huitème film consacré au travail artistique)


lldm, 20.04.2018 à 19:25368807

Exposition collective Adverse - Bruxelles, galerie 100 titres, avril 2018

Sixième d'une série de films consacrés au travail, "Documenter" .

lldm, 12.03.2018 à 8:53368483
Pierre :
C'est recueilli ici en fin de volume (dans les années 90, un classique du bac à solde à 10 francs):





(Je note une petite coquille sur la bullefiche: c'est bien une "de" bottes et non "des".)


Dommage, c'était la période où je contournais les bac bd dans les solderies... ça va être plus compliqué à rechopper maintenant. Pour des raisons complètement hasardeuses, ma bibliothèque est vide de tout Forest alors que je trouvais ça vraiment très bon. Et maintenant, c'est un peu tard pour en chercher.

lanjingling, 11.03.2018 à 16:39368473
Pierre :
C'est recueilli ici en fin de volume (dans les années 90, un classique du bac à solde à 10 francs):



Je fréquentais fréquemment ces fameux bacs, mais n'ai pas souvenir de l'y avoir vu (autrement, je me le serais procuré).
Où avais-je donc les yeux ?

Pierre, 11.03.2018 à 16:31368471
C'est recueilli ici en fin de volume (dans les années 90, un classique du bac à solde à 10 francs):





(Je note une petite coquille sur la bullefiche: c'est bien une "de" bottes et non "des".)

Pierre, 11.03.2018 à 15:11368466
Je profite de ce que je suis souffrant, pour m'ébattre, comme jadis l'enfant malade cloué au lit parmi ses illustrés, dans ma collection de Charlie mensuel (première série). Alors même que je m'étonnais ces derniers jours de l'absence de publication de Forest dans ce journal, je tombe sur un court et fascinant récit complet, Histoire de bottes, qui est du lldm avant la lettre.

C'est dans le n°36 daté de janvier 72.

lanjingling, 09.03.2018 à 15:19368443
La New York Review of Books publie justement dans son édition de cette semaine des articles rétrospectifs, dont un sur le procès pour "parasitisme" de l'alors jeune (24 ans) Joseph Brodsky.

lldm, 05.03.2018 à 17:01368420
si vous ne faites pas partie de la petite poignée de lecteurs qui lisent Amici, vous ne connaissez pas ce récit, qui s'affiche ce Matin chez les camarades du Lundi



une des collaborations qui nous réunit, Emmanuel LeGlatin et moi,depuis quelques temps. Bonne lecture pleine de joie et d'optimisme radieux

lldm, 06.02.2018 à 0:15368266
Le cinquième Bulletin (frottages, gravures, couture, sérigraphies, pop-up etc.)



Tiré à 30 exemplaires il en reste quelques-uns (nous n'avions pas tout apporté à Angoulême pour que d'autres lecteurs puissent en profiter), que nous rendons disponibles à cette adresse.

lldm, 22.01.2018 à 3:00368094
Hé bien voilà, il est fini, il sera à Angoulême. On n'y croyait pas vraiment (d'autant que C. de Trogoff et moi-même passons tout notre temps à préparer pour cette date également le cinquième Bulletin Officiel, notre labo éditorial le plus tordu de PCCBA), mais voilà, les 45 exemplaires de "La langue slave II" sont tirés, les boîtes égalements imprimées, coupées, pliées, et hop.


Coffret La langue slave II, publication 2018 PCCBA


lldm, 20.01.2018 à 3:59368057
(ah bin non, il est pas plus bas, le film, il est dans un autre fil... bon, je le refous là, c'est plutôt sa place)

lldm, 20.01.2018 à 3:58368056
et au même stand (1.25 & PCCBA), vous trouverez la plus expérimentale de nos réalisations (et sans doute une des plus complexes à concevoir et réaliser)



(voir le film un peu plus bas sur ses conditions de création)

lldm, 20.01.2018 à 3:54368055
Amici n°10 sera à Angoulême


avec C. de Trogoff, Loïc Largier, Jean-Pierre Marquet, Guillaume Chailleux, Marie Florentine Geoffroy, Robert Varlez, L.L. de Mars

lanjingling, 19.01.2018 à 13:06368043
Je ne pense pas que cela suffise pour apposer un sticker sur la réédition :)

Le PBE, 19.01.2018 à 13:05368041
Bulle d'Argent 2017 !

Sous les bombes sans la guerre

lldm, 10.01.2018 à 3:05367802
Le quatrième volume du fanzine Chambre pâme est disponible. Il est plein de choses chouettes, plein de gens qui dessinent, écrivent, assemblent, collent.
Le fanzine est également téléchargeable en pdf pour ceux qui veulent pas engraisser à rien foutre des fainéants de chômeurs.

lldm, 10.01.2018 à 3:02367801



Vingt pages de bandes dessinées dans la chouette revue de poésie "PLI". J'y suis plutôt en bonne compagnie (Pagès, Vachey etc).
C'est présenté là et ça mérite d'être lu.

lldm, 12.11.2017 à 23:22366991
Jeudi 16, à partir de 18h, je serai à St Pierre D'Oleron à la librairie des Pertuis, pour présenter mon « Tarzan, seigneur des signes » (Rackham) ; accessoirement, j'aurai un saxophone soprano et sans doute que je soufflerai dedans. On causera si vous avez des questions. Peut-être même si vous n'en avez pas.

lldm, 28.09.2017 à 14:56366596
Pre Carre :
Le PBE :
Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.


Je pensais qu'il n'existait une section lldm que dans la bibliothèque de ma maman. Je suis ému.


Oublié de me déconnecter du compte de Pré Carré, comme un cornichon. Désolé, les autres de l'équipe, cette déclaration ne concerne évidemment que moi.
Quel type brouillon je fais, c'est affligeant ...

Pre Carre, 28.09.2017 à 14:31366595
Le PBE :
Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.


Je pensais qu'il n'existait une section lldm que dans la bibliothèque de ma maman. Je suis ému.

Le PBE, 26.09.2017 à 21:18366586
lldm :
Le PBE :
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?


oui oui, c'est le récit que Claude (monsieur Tanibis) a décidé d'utiliser pour en faire une sorte de préface à « Sous les bombes sans la guerre », imprimée au revers de sa jaquette.

Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.

lldm, 26.09.2017 à 19:37366584
Le PBE :
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?


oui oui, c'est le récit que Claude (monsieur Tanibis) a décidé d'utiliser pour en faire une sorte de préface à « Sous les bombes sans la guerre », imprimée au revers de sa jaquette.

Le PBE, 26.09.2017 à 8:43366579
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?

lldm, 24.09.2017 à 1:04366556
Neuvième numéro de notre fanzine de vieux, « Amici », numéro Nerf. Avec C. de Trogoff, Loïc Largier, Jean-Pierre Marquet, Muzotroimil, Emmanuel LeGlatin et moi-même, il est décrit et rendu disponible à cette page.

NDZ, 16.09.2017 à 20:05366508
Merci Xavier, donc pas de pb a priori (j'avais rêvé d'un bull-outil de correspondance des VO/VF dans ces cas casses-têtes... mais donc, point besoin ici, parfait).

Xavier, 16.09.2017 à 17:57366507
NDZ :
Il me semble qu'il s'agit d'une sélection... sachant que Menu en // réunissait ce qui concernait la souris Quimby. Alors on est loin d'avoir une intégrale. En français, on a des miettes, dans le désordre. Je suis pour qui mettrait un peu de repères dans tout cela.

Chacun des livres traduits correspond à un recueil en vo. Pas de sélection effectuée de ce côté-ci de l'Atlantique, et sauf erreur, à l'exception des Date Books (carnets), tous les recueils existants ont été traduits.

NDZ, 16.09.2017 à 15:48366503
Il me semble qu'il s'agit d'une sélection... sachant que Menu en // réunissait ce qui concernait la souris Quimby. Alors on est loin d'avoir une intégrale. En français, on a des miettes, dans le désordre. Je suis pour qui mettrait un peu de repères dans tout cela.

lanjingling, 16.09.2017 à 15:12366501
Pierre :
l'acuité de son propos - produit par la savante interaction de son contenu "textuel" avec la forme même qu'il revêt - mérite vraiment qu'on y prête attention, en ce qu'il éclaire une voie alternative pour sortir de l’écueil que constitue la manière traditionnelle de faire de la bande dessinée.

Sa lecture m'a donné envie de revoir un Chris Ware; je cherche maintenant celui-ci dans la bullebase (il s'agit du Acme Novelty Library #16, je lis les Ware en V.O.), surprise, je ne l'y trouve pas
Malgré l'importance et la notoriété de l'auteur, ses ouvrage au moins les plus importants sont donc loin d'être tous traduits en français.
A moins que ceci soit une intégrale d'ACME ?

lldm, 10.09.2017 à 18:23366465
je disparais une semaine, loin de toute machine. Je répond à mon retour.

lanjingling, 10.09.2017 à 16:32366461
lldm :
lanjingling :
lldm :
mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")

Il y aurait donc des bandes dessinées dont la substance changerait avec le temps, comme des restes animaux se minéralisent en fossiles, des fruits se fermentent en alcool et des végétaux deviennent pétrole ?


Ce qu'une draisienne est à une bicyclette, c'est à peu près l'effet que ça me fait.
En fait, tu voulais dire "est-ce DEJA de la bande dessinée ?" (Non, selon toi).

lldm :
(on pourrait discourir de la même façon du statut des imagines telles que les défendait Pline)
Il faudra, à ce propos, que je lise Pré Carré 6 pour connaitre la suite de ton article sur le dessin , interrompu au numéro 5 sur deux points; quel suspense de fin de page digne de Tillieux.(J'ai bien aimé ton retournement humoristique du paragone peinture-sculpture, qui fait de la sculpture le seul dessin qui soit )

lldm :
son cadre ergotopique
?

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6

retour forum

bordure
coin bordure coin