| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Info décisive pour l'avenir de la BD indé : est-ce que les cours des Arts Déco de Strasbourg continuent d'avoir lieu ?
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Cornélius, Roi des Éditeurs

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Smiley_Bone, 27.09.2012 à 16:55346715
Oui c'est vrai quoi les éditeurs devraient se borner à être des marchands de papier, ce serait tellement plus simple.

Enfin je dis ça, c'est déjà le cas dans leur majorité, mais apparemment ce n'est pas suffisant.

martin, 27.09.2012 à 14:14346710
Entre la peste et le choléra … J mais je reconnais volontiers que l’édition Fantagraphics n’est pas la pire et de loin.
Je ne trouve pas que cela soit mal, mais je pense plutôt que le lecteur devrait s'interroger sur sa pratique, est-il lecteur ou bibliophile ? Est-ce compatible ?
Bêtement, je me demande combien de possesseurs de l'intégrale Peanuts l'a lue effectivement intégralement ?
Quand mon fils a voulu se saisir du volume 1 de l'intégrale Barks, j'ai dis non et je l'ai reposé religieusement sur son étagère. Par ailleurs, il lit Picsou magazine sans cérémonies, par terre en tordant les pages, parfois même les déchirant.
Donc quelle va être la vie de ces livres ? Quel va être leur parcourt chez les lecteurs (quelle transmission) si le lecteur en premier les sacralise ?
Et ce d'autant plus que les livres de Cornélius sont magnifiques (j'ai été en admiration devant la réédition de Cycloman) mais qu'ils s'abiment facilement.

Xavier, 27.09.2012 à 12:17346706
martin :
Cela dit, j'ai quand même du mal avec l'intégrale de Barks de Fantagraphics qui est d'un snobisme incroyable... Barks étant encore populaire et accessible.

Hm, je ne suis pas sûr. Je préfère l'approche de Fantagraphics, assumée, de "sacraliser" Barks et de bien le faire, plutôt que celle, mollassonne, de Glénat, avec un faux-luxe (les couvertures plastiques qui m'évoquent les agendas scolaires, la frise pixellisée sur la couverture, etc.).

Soit on republie ce truc en format Super Picsou Parade afin de rester au plus près de cette accessibilité populaire, soit on joue la carte du patrimoine, et à ce moment-là on parle aux amateurs éclairés.

Pierre, 26.09.2012 à 22:57346690
La survie d'une oeuvre est sans doute à ce prix.

martin, 26.09.2012 à 10:59346679
Pierre :
... je reste toujours gêné par le passage d'un objet de consommation populaire (en petit format pas cher et pas toujours bien imprimé et par définition destiné à des débiles mentaux), à un objet pour amateur éclairé, entouré d'un apparat critique et maquetté avec goût...


Sentiment partagé et qui réapparaît souvent à la lecture d'une réédition de Cornélius ou Fantagraphics (Mizuki, Herriman, Barks et maintenant Bottaro).
La réponse est je pense pragmatique, il ne s'agit pas de dénaturer l'oeuvre mais de la rendre à nouveau accessible, et cette accessibilité passe aujourd'hui par l'amateur éclairé à qui il faut fournir une édition de qualité (en plus j'imagine du plaisir de l'éditeur à faire ce genre de livre).
Ce système marche bien pour des auteurs disparus des rayons des librairies, et là ça ne me gêne pas. D'autant plus que l'on constate que l'oeuvre résiste très bien à cette "trahison".
Cela dit, j'ai quand même du mal avec l'intégrale de Barks de Fantagraphics qui est d'un snobisme incroyable... Barks étant encore populaire et accessible.

Pierre, 25.09.2012 à 22:22346669
Mael :
Longtemps annoncée, longtemps repoussée, la réédition de Pepito ressemblait un peu à l’un de ces serpents de mer dont l'édition a le secret. Jean-Louis Gauthey, éternel amoureux du travail de Bottaro, en parlait déjà dans une interview, en l’an 2000… Une telle attente est facteur de risque : la déception face à un livre ne méritant pas tout ce suspense est si vite arrivée.

Ce suspense, je ne le ferai pas durer plus longtemps : le livre est magnifique. Bel ouvrage relié, à la maquette élégante, il réunit dix histoires impeccablement reproduites, en noir et blanc, trichromie ou couleur. Le soin apporté aux planches est un vrai bonheur pour les yeux et le talent de Bottaro, au trait plein de clarté et de rondeur, s'étale sans retenue.

Les nostalgiques ayant lu Pepito dans leur enfance le redécouvriront donc dans les meilleures conditions. Ceux qui ne le connaissaient que vaguement n'ont plus d'excuses et se doivent de découvrir les aventures drolatiques de ce petit Corsaire malicieux affrontant sans cesse le grotesque gouverneur de Las Bananas. Si les récits, parfois écris avec la collaboration de Carlo Chendi, sont assez classiques dans l'ensemble, on est très vite séduit par leur rythme impeccable et la force des rebondissements. Bottaro use parfois d'une belle liberté de ton, n'hésitant pas plonger dans un humour absurde, ou à remettre en question de manière frontale l'autorité. Des qualités assez rares dans des publications jeunesse ouvertement destinées à la grande consommation.

L'ouvrage comporte également une longue préface de David Amram, qui tient d'ailleurs plus de la postface critique que de l'introduction. Elle apporte une lecture théorique riche, parfois un peu aride, mais plusieurs idées intéressantes sont lancées. On s'y interroge notamment sur l'usage abondant du déguisement et de la cacherie dans Pepito, et l'on apprendra beaucoup sur le possible questionnement de Bottaro sur le statut d'auteur.

Difficile donc de ne pas être séduit par un ouvrage qui tient toutes ses promesses et permettra de combler tous les lecteurs. Concurrent sérieux au Fauve du Patrimoine 2013, ce travail de haute voltige n'amène qu'un regret : Bottaro, disparu en 2006, n'aura pas eu l'occasion de voir ce bel hommage.


J'ai feuilleté ça le week-end dernier, il y a incontestablement un très beau travail d'édition auquel il convient de rendre hommage, mais je reste toujours gêné par le passage d'un objet de consommation populaire (en petit format pas cher et pas toujours bien imprimé et par définition destiné à des débiles mentaux), à un objet pour amateur éclairé, entouré d'un apparat critique et maquetté avec goût: est-ce qu'on ne trahit pas l'esprit même de l'oeuvre ? Est-ce toujours vraiment Pepito, et pas une réinvention d'esthète ? Je souhaite bien entendu que l'ouvrage trouve son public mais ce ne sera pas le destinataires initiaux de la bande dessinée originelle (Pour les rééditions de Necron il y avait une volonté affichée de respecter le format, et donc l'intention de l'auteur).

(Maintenant que j'ai tapé ces lignes il me revient d'avoir possiblement tenu des propos similaires sur les rééditions de Charlie Schlingo à l'Association mais je n'en suis pas tout à fait sûr. Désolé pour la redite si cela se vérifiait).

Mael, 23.09.2012 à 8:45346599
Longtemps annoncée, longtemps repoussée, la réédition de Pepito ressemblait un peu à l’un de ces serpents de mer dont l'édition a le secret. Jean-Louis Gauthey, éternel amoureux du travail de Bottaro, en parlait déjà dans une interview, en l’an 2000… Une telle attente est facteur de risque : la déception face à un livre ne méritant pas tout ce suspense est si vite arrivée.

Ce suspense, je ne le ferai pas durer plus longtemps : le livre est magnifique. Bel ouvrage relié, à la maquette élégante, il réunit dix histoires impeccablement reproduites, en noir et blanc, trichromie ou couleur. Le soin apporté aux planches est un vrai bonheur pour les yeux et le talent de Bottaro, au trait plein de clarté et de rondeur, s'étale sans retenue.

Les nostalgiques ayant lu Pepito dans leur enfance le redécouvriront donc dans les meilleures conditions. Ceux qui ne le connaissaient que vaguement n'ont plus d'excuses et se doivent de découvrir les aventures drolatiques de ce petit Corsaire malicieux affrontant sans cesse le grotesque gouverneur de Las Bananas. Si les récits, parfois écris avec la collaboration de Carlo Chendi, sont assez classiques dans l'ensemble, on est très vite séduit par leur rythme impeccable et la force des rebondissements. Bottaro use parfois d'une belle liberté de ton, n'hésitant pas plonger dans un humour absurde, ou à remettre en question de manière frontale l'autorité. Des qualités assez rares dans des publications jeunesse ouvertement destinées à la grande consommation.

L'ouvrage comporte également une longue préface de David Amram, qui tient d'ailleurs plus de la postface critique que de l'introduction. Elle apporte une lecture théorique riche, parfois un peu aride, mais plusieurs idées intéressantes sont lancées. On s'y interroge notamment sur l'usage abondant du déguisement et de la cacherie dans Pepito, et l'on apprendra beaucoup sur le possible questionnement de Bottaro sur le statut d'auteur.

Difficile donc de ne pas être séduit par un ouvrage qui tient toutes ses promesses et permettra de combler tous les lecteurs. Concurrent sérieux au Fauve du Patrimoine 2013, ce travail de haute voltige n'amène qu'un regret : Bottaro, disparu en 2006, n'aura pas eu l'occasion de voir ce bel hommage.

Charlie Brown, 09.09.2012 à 14:47346389
Aba Sourdi :
Et pourtant tu aimes Crumb il me semble ?! Je n'y comprends plus rien.


C'est mon côté schizophrène.

Aba Sourdi :
Avec le temps je trouve que ta prose sur ce forum est de plus en plus 'anti-intellectualiste primaire'


C'est mon côté nazi.


Non mais outre le fait que Crumb c’est juste du génie et du talent à l’état pur et qu’il peut faire à peu près ce qu’il veut (même si je n’aime pas tout ce qu’il fait hein), il y a d’autres facteurs qui jouent. Par exemple, je le trouve artistiquement et intellectuellement honnête. Je ne le sens pas se forcer, prendre une posture quand il aborde le sujet. Et puis ce n’est qu’une dimension de son travail qui, si elle paraît centrale à certains, me semble annexe. Importante, intéressante et vitale, mais pas centrale. L’essentiel de Crumb n’est pas là pour moi. Tout son propos est intéressant.

Et puis je n’ai rien contre les gens obnubilés par le sexe et en faisant oeuvre d’art. Je dis juste que je ne me sens pas à l’aise dans une société saturée par la pornographie et obnubilée par le sexe. Et je m’interroge parfois, mal sans doute, sur une corrélation possible entre cette évolution et le fait qu’à presque tous les niveaux j’ai l’impression que beaucoup d’artistes se sentent plus ou moins obligés d’apporter leur pierre à l’édifice alors que, visiblement, la plupart n’ont ni le talent requis et/ou l’envie chevillée au corps pour le faire. En tout cas, c’est mon ressenti lorsque je suis confronté à la chose.

Je disais aussi que je ne suis pas attiré par le genre de production pointé par Xavier ou offert par Mael par exemple. Par goût personnel, par affinité, d’abord, et aussi parce ça me semble participer à ce que j’évoque dans le paragraphe ci-dessus et dans mon précédent post. Je ne dis pas que c’est mauvais, vu que je ne les ai pas lus (et, d’ailleurs, si ça tombe, je trouverais ça très bien), juste que ça ne me donne pas envie.

Enfin, je n’ai rien contre les intellectuels. C’est juste que je ne les trouve pas toujours forcément intéressants ou pertinents selon les sujets abordés. J’ai parfois l’impression de voir beaucoup de posture. Je ne les trouve pas toujours honnêtes intellectuellement justement (contrairement à Crumb, donc).

Cela dit, il est possible que tu me lises mal, comme il est très possible que je m'exprime mal d'ailleurs, mais il ne me semble pas avoir changé des masses depuis que je sévis sur ce forum. Peut-être est-ce juste dû au fait qu'à une époque je ne parlais que des choses que j'aime (en général, je suis comme ça, j'aime surtout parler des choses que j'aime, voire les défendre) et que, depuis quelques temps, je parle aussi des choses que je n'aime pas, qui m'exaspèrent ou qui m'agacent.

lanjingling, 09.09.2012 à 13:28346387
Pierre :
Aba Sourdi :
Et pourtant tu aimes Crumb il me semble ?! Je n'y comprends plus rien.


Mauvais exemple. Il n'y a pas plus réactionnaire que Crumb.

Réactionnaire dans quel sens ? Pas politique (il n'y a pas de prise de position chez lui, si?), ni social, ni artistique, il n'y a pas d'age d'or pour lui (en dehors d'une certaine musique populaire d'avant sa naissance, ce qui écarte le couplet réac du "c'était mieux de mon temps".
Charlie Brown :
Je trouve qu’on vit dans une société saturée de pornographie et obnubilée par le sexe. C’est fatigant. Du coup, chaque artiste se sent obligé d’y aller se son petit couplet pour... pour quoi d’ailleurs ? Pour ne pas se sentir à la ramasse ? Pour avoir l’impression d’être dans le coup ? Par impérieuse nécessité de donner son point de vue primordial ? Pour se prouver quelque chose ? Pour avoir l’impression d’être un rebelle (comme les ados qui ont l’impression d’être des rebelles parce qu’ils fument des joints alors qu’ils sont complètement dans la norme vu que, si mes souvenirs statistiques sont bons et aux dires de ma fille, environ les 3/4 d’entre eux fument des joints) ? Pour ne pas être taxé de ringard/mainstream/gnangnan/que sais-je encore ? (Quand on en arrive, comme Yann - ou d’autres - à placer des allusions sexuelles lamentables dans certains épisodes de Spirou (je ne parle même pas du Petit Spirou...), ce n’est plus ni drôle, ni osé, juste pathétique).
Bref...

Crumb n'entre dans auune de ces catégorie, il ne se sent pas obligé de parler de sexe, il est obligé, nuance de taille.

Aba Sourdi, 09.09.2012 à 10:12346384
Oui, mais là mon exclamation était reliée au fait qu'il disait ne pas aimer la saturation de sexe, l'obnubilation par ce sujet, alors que c'est l'une des caractéristiques de l'oeuvre de Crumb il me semble.

Pierre, 09.09.2012 à 9:36346383
Aba Sourdi :
Et pourtant tu aimes Crumb il me semble ?! Je n'y comprends plus rien.


Mauvais exemple. Il n'y a pas plus réactionnaire que Crumb.

Aba Sourdi, 08.09.2012 à 17:52346381
Et pourtant tu aimes Crumb il me semble ?! Je n'y comprends plus rien.

Avec le temps je trouve que ta prose sur ce forum est de plus en plus 'anti-intellectualiste primaire', c'est dommage, je ne sais pas si c'est la présence de certains forumeux - dont moi - qui t'y pousse mais en tout cas j'ai le souvenir que tu n'étais pas comme ça à la base (ou alors je devais mal te lire).

En tout cas, si l'érotisme c'est Manara, je confirme que ça ne m'intéresse pas !

Charlie Brown, 07.09.2012 à 15:03346370
Xavier :
Aba Sourdi :
Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.


Outre-Atlantique, les "indés" locaux s'étaient essayés à la chose avec "Dirty Stories". En fait, c'était reprendre la chose sexuelle, et la traiter à leur manière, et les résultats étaient très intéressants et variés. Il doit y en avoir une chronique sur du9, une seconde -- ah oui, voilà, c'est ici.


Je sais pas pourquoi, mais je ne suis jamais attiré par ce genre d’ouvrage (idem pour le Porno Crade édité par Mael et mentionné par Glotz et Aba Sourdi plus bas). Peut-être parce que je suis un animal social plutôt prude à l’esprit étriqué, mais, au mieux, ça me met mal à l’aise (plus pour l’artiste que pour moi-même en fait), au pire, ça m’indiffère ou ça m’ennuie.

J’ai un problème avec la pornographie (pas que je n’aime pas ça ou que je sois choqué de quelque manière que ce soit, au contraire) et, surtout, avec l’omniprésence du sexe. Juste que je trouve qu’on vit dans une société saturée de pornographie et obnubilée par le sexe. C’est fatigant. Du coup, chaque artiste se sent obligé d’y aller se son petit couplet pour... pour quoi d’ailleurs ? Pour ne pas se sentir à la ramasse ? Pour avoir l’impression d’être dans le coup ? Par impérieuse nécessité de donner son point de vue primordial ? Pour se prouver quelque chose ? Pour avoir l’impression d’être un rebelle (comme les ados qui ont l’impression d’être des rebelles parce qu’ils fument des joints alors qu’ils sont complètement dans la norme vu que, si mes souvenirs statistiques sont bons et aux dires de ma fille, environ les 3/4 d’entre eux fument des joints) ? Pour ne pas être taxé de ringard/mainstream/gnangnan/que sais-je encore ? (Quand on en arrive, comme Yann - ou d’autres - à placer des allusions sexuelles lamentables dans certains épisodes de Spirou (je ne parle même pas du Petit Spirou...), ce n’est plus ni drôle, ni osé, juste pathétique).
Bref...

Les intellectuels font ça en intellectuels, par la marge, par la bande, en faisant un pas de côté et si possible en montant sur un marchepied pour se sentir légèrement supérieurs au "commun" des artistes abordant la chose, en y touchant sans trop avoir l’air d’y toucher.
Les autres cherchent aussi leur voie, ce qui n’empêche pas une certaine dose d’intellectualisme parfois.
Certains ont besoin d’un masque, d’un filet de sécurité : comédie, ironie, parodie, détournement, oeuvre de genre (polar, SF, fantasy...)
Beaucoup se vautrent dans la gaudriole à deux balles, la vulgarité, le gras, le poussif...

Dans tous les cas, peu ont la capacité de toucher juste, je trouve, ou au moins de donner envie de s’intéresser un brin à la chose (En Europe ou en Amérique du Nord en tout cas. Ça me semble légèrement différent au Japon).

Finalement, quoi qu’on en dise, en matière d’érotisme "pur", Manara reste quand même un maître(-étalon), dans son genre. :o)

(Bon, j'arrête ici. C'est un sujet Cornélius, bordel !)

Xavier, 07.09.2012 à 10:17346368
Aba Sourdi :
Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.


Outre-Atlantique, les "indés" locaux s'étaient essayés à la chose avec "Dirty Stories". En fait, c'était reprendre la chose sexuelle, et la traiter à leur manière, et les résultats étaient très intéressants et variés. Il doit y en avoir une chronique sur du9, une seconde -- ah oui, voilà, c'est ici.

Charlie Brown, 07.09.2012 à 9:27346367
lanjingling :
Il ne suffit pas de savoir dessiner ni de savoir bander pour savoir bande-dessiner.


Wow ! Phrase du jour ! :o)

Enfin phrase du jour d'avant, plutôt (non, je ne te traite pas de chien de Mickey !)

lanjingling, 06.09.2012 à 17:20346362
Il ne suffit pas de savoir dessiner ni de savoir bander pour savoir bande-dessiner.

Charlie Brown, 06.09.2012 à 16:21346360
Aba Sourdi :
Et puis c'est quand même étrange de partir avec le postulat qu'une BD érotique doive forcément faire bander pour être de qualité


Je ne vois pas ce qu’il y a d’étrange. Ça me paraît quand même être le minimum syndical, sinon, c’est pas de l’érotisme.
J'estime que l’érotisme qui, en plus d'un trouble émotionnel, ne provoque pas un minimum de réaction physique, séminale, sensuelle, sensorielle... loupe complètement son but, quel que soit le propos de l’auteur et la qualité de sa bande.


Aba Sourdi :

Pour moi, les années 90 puis le début des années 2000, avec les indés puis "la nouvelle BD", c'était montrer qu'on peut traiter du sexe sans s'enfermer dans l'érotisme, c'était les articles de Télérama nous vantant la façon adulte de parler de sexe qu'avaient Blain dans "Isaac" et Satrapi dans "Broderies". J'ai l'impression que maintenant il y a le retour d'une fascination pour l'adolescence dans les médias culturels traitant de BD. Et c'est bien entendu dû à des auteurs nerds comme Vivès. Comment a t-on pu régresser à ce point ?


Oui enfin l’érotisme, ce n’est pas que du sexe hein. C’est d’ailleurs une des différences majeure, pour moi, dans l’éternel débat entre l’érotisme et la pornographie. Un film pornographique peut-être totalement dénué d’érotisme, alors qu’un film non pornographique peut transpirer l’érotisme dans chacun de ses plans.
"Traiter de sexe sans s’enfermer dans l’érotisme", comme tu dis, c’est finalement assez banal, voire facile. C’est beaucoup plus difficile, à mon sens, de réussir à rendre le fait érotique, en traitant ou non de sexe.

Sinon, je suis pas un spécialiste et je n’ai jamais lu l’oeuvre ouvertement érotique de Vivès, mais après lecture de certains ouvrages de son oeuvre "classique", il faudrait vraiment être d’une mauvaise foi sans borne - ou n’avoir aucune sensibilité touchant à la chose érotique - pour ne pas se rendre compte qu’il a l'air d'être un des rares à savoir appréhender le fait érotique et à pouvoir le rendre à peu près correctement.


Aba Sourdi :

Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.


Je ne vois pas quel challenge il y a à faire ça. Quasiment tous les artistes, que ce soit en bande dessinée, au cinéma, en littérature... ne font plus que ça, des oeuvres qui, lorsqu’elles traitent de sexe, ne sont pas excitantes pour deux sous, que ce soit volontaire ou non. Alors oui, parfois, c’est super bien intellectualisé, réfléchi, analysé, tout ça tout ça... Et encore, même si, là encore, je ne suis pas un spécialiste, ça ne me semble pas constituer la majorité du genre non plus...

Aba Sourdi, 06.09.2012 à 16:09346359
Hé hé, je pensais justement à ça en le disant et je croyais que Maël allait réagir mais si ce n'est lui c'est donc son frère ! C'est en effet cette dimension qui m'intéressait dans ce projet, plutôt que la volonté d'être crade par opposition au chic, challenge déjà plus classique.

Glotz, 06.09.2012 à 15:53346358
Mr_Switch :
Volontairement non excitante, oui, ça serait un challenge.

Aba Sourdi, 06.09.2012 à 15:20346357
Mr_Switch :
Aba Sourdi :

Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.

Volontairement non excitante, oui, ça serait un challenge.

Oui, c'est ce que je voulais dire. :)

Aba Sourdi, 06.09.2012 à 15:18346356
Mael :
Une nouvelle qui me fait grand plaisir et ravira sans doute aussi Aba Sourdi.

Bonne intuition, je n'ai pourtant pas noté ce livre sur le site mais je l'avais en effet bien apprécié ! Le nouveau doit avoir du retard car il est censé être sorti.

Un Pierre La Police doit sortir aussi, le dernier Praticiens de L'Infernal paru sur internet il me semble. (J'espère que ce n'est pas une réédition des premiers que j'ai déjà.)

Mael, 06.09.2012 à 13:56346355
Pour le début d'année, Cornélius annonce aussi un Anouk Ricard et un nouveau livre de Ted Stearn, l'auteur du très bon Fuzz & Pluck dont rien n'avait été publié en France depuis. Une nouvelle qui me fait grand plaisir et ravira sans doute aussi Aba Sourdi.

Sinon je vois que ma chronique d'Avignon (initialement publiée dans L'Indispensable n°2) a été validée, alors hop :

Les recueils d'illustrations de voyages de Willem sont des objets particuliers, entre naturalisme et croquis acerbes. Il en ressort toujours quelque chose de plus que la simple reproduction du réel. Cependant, de manière générale, je les parcourais tout de même rapidement, sans réelle passion. Ce n'est pas le cas de ce nouveau recueil qui, par son thème comme sa manière de le traiter, sort du lot et se révèle particulièrement intéressant.

Compilation de l'ensemble des chroniques du festival d'Avignon faîtes par le dessinateur durant dix ans dans Libé, on y trouve beaucoup de croquis de spectacle, curieux et intrigants. Parfois, on reconnaît un visage, voire un spectacle. La plupart du temps, non : Willem est un boulimique et le nombre de représentations qu'il voit durant ces quelques jours est sans doute supérieur à ceux qu'un français lambda voit en un an. Pourtant tous les dessins accrochent. Les postures font sens ici, elles sont théâtrales – quoi de plus logique – et sont toutes des témoignages de la vitalité de la scène contemporaine.

Bien sûr, comme toujours chez Willem, il y a aussi tous les « à côtés » : les spectateurs, les spectacles qu'il n'a pas vu, tel acteur ou metteur en scène hors des planches, et pourtant toujours en représentation. Avignon est d'une justesse ludique qui en fait un petit livre nécessaire pour tous les amateurs de théâtre, à ranger sans hésitation à côtés des livres du regretté André Degaine.

Mr_Switch, 06.09.2012 à 13:19346354
Aba Sourdi :

Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.

Volontairement non excitante, oui, ça serait un challenge.
Mais juste non excitante, ça, c'est le lot commun...

Aba Sourdi, 06.09.2012 à 12:47346353
Et puis c'est quand même étrange de partir avec le postulat qu'une BD érotique doive forcément faire bander pour être de qualité, alors que c'est justement Sfar qui nous disait en 2002 dans le livre "La nouvelle bande dessinée" : "Ce que je trouve dégueulasse, c'est de raconter une histoire pour que le lecteur se masturbe. [...] Par contre, évoquer l'avant et l'après, traiter des problèmes de virilité, cela peut être intéressant, car en bande dessinée, on en reste trop souvent à des représentations masculines valorisantes."

Pour moi, les années 90 puis le début des années 2000, avec les indés puis "la nouvelle BD", c'était montrer qu'on peut traiter du sexe sans s'enfermer dans l'érotisme, c'était les articles de Télérama nous vantant la façon adulte de parler de sexe qu'avaient Blain dans "Isaac" et Satrapi dans "Broderies". J'ai l'impression que maintenant il y a le retour d'une fascination pour l'adolescence dans les médias culturels traitant de BD. Et c'est bien entendu dû à des auteurs nerds comme Vivès. Comment a t-on pu régresser à ce point ?

Perso, le seul challenge artistique intéressant ça me semble plutôt de faire une BD sur le sexe qui ne soit surtout pas excitante.

Aba Sourdi, 05.09.2012 à 23:51346346
Tout cela est hyper glauque, dans le mauvais sens du terme. La seule BD que j'ai envie de lire parmi celles évoquées ci-dessous, c'est "Cul nul". Baraou ou rien. (D'ailleurs, lisez "Alice au pays du sexe", ça parle justement de l'obsession sexuelle branchouille-décérébrée, on est en plein dans le sujet !)

pirik2, 04.09.2012 à 21:42346332
Je crois que tout le monde avait bien compris.


Sans avoir rien de pornographique, c’est sans doute l’œuvre la plus sexy de Sfar. Elle mélange histoires de fesses, scénario pompier et gaudrioles en tout genre, et campe des filles en mini-short, des flingues et des crocodiles sur fond de tournage de film porno.


« On trouve aujourd’hui de la BD érotique bien faite et excitante mais c’est difficile de se branler dessus. C’est de la BD qui n’est pas faite pour ça », observe Bastien Vivès, auteur du récent « Melons de la colère ».

C’est le « ton kitsch et décalé » de la collection qui a séduit ce dessinateur né en 1984.


Bastien Vivès estime qu’« aujourd’hui, du côté du manga, on trouve tout ce qu’on veut ».

« Et c’est hyperciblé, avec des scénarios hyperprécis Si on aime les corps amputés ou je ne sais quoi, on trouve. Moi j’étais à fond sur les gros seins, j’ai trouvé mon bonheur. »

« Il y a souvent la fascination des petites filles qui ne passe pas en France », ajoute Vincent Bernière.

Mael, 04.09.2012 à 20:24346331
Ha, je lirai pour voir alors, sur le papier ça a l'air tentant.

Sinon comme j'ai l'impression qu'on comprend ma phrase à l'envers, le titre de l'article (et ce qui suis) ne me fait pas frissonner de plaisir mais plutôt l'inverse.

Docteur C, 04.09.2012 à 20:00346330
Mael :

Enfin, et c'est surtout ce qui motive mon post, je découvre au détours d'un article de Rue89 sur la BD érotiqu (dont le titre m'a un peu fait frissonner) que Cornélius va publier un Chester Brown à la rentrée, yeah !

Il s'appelle "23 prostituées", sort en septembre et est préfacé par Robert Crumb, double yeah !


Pour avoir lu Paying for it (titre de l'édition en langue anglaise chez Drawn & Quarterly) avec son infecte postface, je m'écrierai plutôt : ach nein!

Quant à l'article de presse-purée, il ne me fait pas du tout bander.

pirik2, 04.09.2012 à 18:04346329
Mael :

Enfin, et c'est surtout ce qui motive mon post, je découvre au détours d'un article de Rue89 sur la BD érotiqu (dont le titre m'a un peu fait frissonner)


Il n'y a pas que le titre qui fasse frissonner dans cet article!

Mael, 04.09.2012 à 16:03346326
C'est une nouvelle très intéressante, et une collaboration assez logique entre deux éditeurs au goût sur et reconnu de tous.

Sinon je constate étonné que personne - excepté allister et moi - n'a lu le Pepito dont on parle pourtant depuis des moi sur ce sujet ! Il est assez magnifique je dois dire, et rend un bel hommage au dessin de Bottaro, auquel je prêtais réellement attention pour la première fois.

Enfin, et c'est surtout ce qui motive mon post, je découvre au détours d'un article de Rue89 sur la BD érotiqu (dont le titre m'a un peu fait frissonner) que Cornélius va publier un Chester Brown à la rentrée, yeah !

Il s'appelle "23 prostituées", sort en septembre et est préfacé par Robert Crumb, double yeah !



(je dirai du Delphine, vu le format)

Moi, 31.08.2012 à 12:38346278
Cornélius va créer avec les éditions de l'Olivier une nouvelle collection de "romans graphiques" intitulée Olivius...

Les 3 premiers titres sont :







Tout ça paraîtra le 5 novembre. A lire les descriptions des livres sur amazon, j'ai l'impression que ce seront des livres illustrés ou des romans additionnés de bande dessinée mais je peux me gourer.

Mr_Switch, 23.08.2012 à 21:31346220
Regarde le sommaire et tu sauras (presque).

Anoeta, 23.08.2012 à 21:21346219
Glotz :
Et la préface par un membre du forum :)


Lequel ? (Tu fais de la pub pour un pote ? pour ton frère ? :o))

Glotz, 23.08.2012 à 18:42346211
Et la préface par un membre du forum :)

e m, 23.08.2012 à 17:35346210
Acheté aussi.
C'est effectivement un très beau livre, avec du beau papier, des belle couleurs et une bonne odeur de neuf !
Comme quoi, les beaux livres ça fait vendre 8)

Mael, 22.08.2012 à 14:08346203
Acheté !

Mr_Switch, 22.08.2012 à 11:18346202

Pepito
Paru !

Mael, 06.06.2012 à 10:55344893


Ouép, cette couverture a quand même une autre gueule que celle de BDnet. Même si j'avais le souvenir d'un Pépito moins maigre, plus rond.

Sinon, vu sur leur site (dans les commentaires) :
"Le premier volume de l'anthologie Pepito (prévue en trois tomes) est imprimée et en cours de livraison. Les pages en couleurs sont absolument magnifiques. Le livre promet d'être tellement beau que nous renonçons à le sortir en juin, période au cours de laquelle il risque de passer inaperçu. Donc, rendez-vous le 22 août en librairie !"

Mael, 07.03.2012 à 9:53343386
Dans le Spirou de ce matin (en kiosque, les abonnés l'ont eu samedi)il y a un article très positif sur l'intégrale Pépito, permettant notamment de voir un aperçu de la couv bien plus attrayant que le visuel qui passait jusqu'ici :



La référence aux intégrales Carl Barks toutes moches est, je l'espère, plutôt de l'incompétence qu'une réalité. Mais une question. Il est indiqué que le livre sort le 8 mars, soit demain, mais mon libraires et les sites de ventes en lignes l'annoncent pour avril. Qui croire ?

Et du coup, vu que jean-Louis passe par ici, deux autres questions que je me posais par rapport à Cornélius.

- Sur les rabats des Nécron il est écrit que Magnus créé la série avec quelqu'un d'autre (dont j'oublie toujours d'aller vérifier le nom) mais il n'est crédité nulle part ailleurs. Vu la saillie récemment faite par Jean-Louis quant à l'oubli des scénaristes je suppose qu'il ne s'agit pas du scénariste originel de Nécron, qui est-il alors ?

- Lors de mon stage en bibliothèque, j'ai eu à ranger des ''Je Bouquine'' récent. J'en ai rouvert quelques uns et j'ai eu la grande surprise d'y voir du James Bonk. Comme les albums publiés s'arrêtaient pile après mon abonnement quand j'étais ado, j'avais supposé que la série s'était arrêté. En fait elle continue depuis des années. C'est vraiment une bonne série de strips humoristiques tout public. Est-il totalement vain d'imaginer qu'un jour Cornélius publie la suite ?

Merci !

Mr_Switch, 30.12.2011 à 21:46341739

ibnalrabin, 30.12.2011 à 21:45341738
Mael :
Oui ! Il y a quelques années j'avais cru pouvoir enfin découvrir son travail grâce aux éditions Humeurs, mais elles ont coulé avant.


Je signale en passant qu'un livre titré Fu(c)k de Ron Rege Jr est sorti il y a de cela quelques années chez B.ü.L.B. Comix, je crois qu'il est encore disponible.

Mael, 30.12.2011 à 19:17341737
Oui ! Il y a quelques années j'avais cru pouvoir enfin découvrir son travail grâce aux éditions Humeurs, mais elles ont coulé avant.

Xavier, 30.12.2011 à 19:00341735
JLouis :
Au même moment paraîtra le chef d'œuvre de Ron Rege Jr, "Skibber Bee-Bye". Alleluïa.

Weeeee. Ca, c'est de la bonne nouvelle.

Smiley_Bone, 30.12.2011 à 14:54341733
Nanni n'était pas satisfait de son découpage ?

Bon je fais quoi, je spécule sur le fait que Ccconino propose lui aussi une version actualisée du livre, ou j'achète la version française ?

Compromis, acheter la version française, la lire et puis l'offrir à un ami francophone :)

JLouis, 29.12.2011 à 23:18341730
Je vous rassure, ni la couverture ni la planche qui circulent n'ont quoi que ce soit à voir avec notre future édition (l'histoire dont la page de titre est reproduite ne fait même pas partie de notre sommaire…). Le livre est presque achevé.
Concernant le livre de Giacomo Nanni, oui, il sort fin janvier pour Angoulême (en librairie quelques jours après). Notre édition est totalement différente de l'édition italienne, découpage remanié, mise en couleurs repensée, bichromie différente et enrichie. Un must.
Au même moment paraîtra le chef d'œuvre de Ron Rege Jr, "Skibber Bee-Bye". Alleluïa.
Fin de la coupure pub.

Mael, 29.12.2011 à 15:49341725
C'est bien pour ça que je dit "j'ai du mal à y croire", ça sous-entendait que j'attendais avec impatience de voir la véritable couverture. Content de voir que ce vieux projet va sortir en tous cas (je me souviens d'un assez émouvant article sur le blog Cornélius lors de la mort de Bottaro). Voilà qui complètera avantageusement mon Futuropolis.

Mr_Switch, 29.12.2011 à 14:28341724
Maël, Maël... :)

Alors, d'abord cette image est clairement un scan (l'image est penchée)
Ensuite, les "pliures" me font furieusement penser aux griffures de la vitre du scanner de monsieur BDNet (Et hop, bonne pioche)

Comme la seule image qui circule est celle de BDnet, et qu'elle ne date pas d'hier (elle faisait déjà parler sur PIMPF, il y a plus d'un an), comme le scan de la planche est bizarre, on peut douter qu'il s'agisse d'un scan d'un exemplaire réel...

Mael, 29.12.2011 à 14:00341722
C'est bien cool ça, mais la couv est pas top, avec l'effet pliure bizarre j'ai du mal à y croire venant d'eux !

Allister Baudin, 29.12.2011 à 12:51341721
En tout cas, c'est ce que semble dire le site de la Fnac :
http://livre.fnac.com/a2862386/Luciano-Bottaro-Pepito

Glotz, 29.12.2011 à 3:09341717
Oui.

Aba Sourdi, 28.12.2011 à 21:02341714
Et c'est vrai aussi que Cornélius va rééditer Pepito ?

Smiley_Bone, 28.12.2011 à 18:53341711
Et sinon c'est vrai ça que le garçon qui cherchait la peur de Giacomo Nanni sortira en janvier ?

Mael, 15.12.2011 à 11:21341552
Moi aux tuniques bleues, comme quoi. (je ne suis quand même pas le seul qui y pense en voyant un bouquin de Blutch chez Cornélius ? Cette blague a du être faite 50.000 fois rassurez moi ?)

Allister Baudin, 15.12.2011 à 10:07341551
Je suis déçu. Moi je croyais qu'il y avait aussi une référence à Cornelius Ecoutum (Cornelius coot), le fondateur de Donaldville.

JLouis, 15.12.2011 à 8:37341550
Pierre :

Question obscurité, il faut savoir que ma première idée était un jeu de mot sur Cornelius Castoriadis. Y a-t-on gagné au change ? Le mystère demeure entier.


Ha oui, pourquoi pas. Castoriadis, comme Babar, fait partie des références qui ont mené au choix de ce nom, avec "Le mystérieux docteur Cornélius" de Gustave le Rouge, "La planète des singes" de Schaffner ("La planète des Cornélius", ça aurait été marrant comme topic), et le cycle "Jerry Cornélius" de Michael Moorcock — dont Mœbius s'est inspiré pour "Le garage hermétique". Là, je crois qu'on a fait le tour.

Pierre, 14.12.2011 à 22:40341547
Mr_Switch :
S'il y a bien un titre dépourvu de boursoufflure, c'est bien celui-ci :)

Depuis qu'existe le site (10 ans), la tradition est de titrer par un jeu de mot calamiteux.
Ici en l'occurrence, Pierre, le créateur du sujet a fait une allusion obscure mais vraisemblablement liée à Babar (Cornélius est le conseiller de Babar, Babar est le roi des Éléphants... Tout ça, tout ça).

Donc un titre a ne pas prendre au premier degré (c'est dit dans le premier message) même s'il est motivé évidemment par une reconnaissance des éditions Cornélius.

Un titre qui ne pêche donc pas dans la flagornerie mais au contraire dans l'allusion sosotte mais assumée.


C'est bien ça.

Question obscurité, il faut savoir que ma première idée était un jeu de mot sur Cornelius Castoriadis. Y a-t-on gagné au change ? Le mystère demeure entier.

JLouis, 14.12.2011 à 20:35341546
Mael :
Il me semble que les Mystic Funny étaient traduit par Jennequin (mais je me trompe peut-être), Bad Karma a-t-il cependant été retraduit par Mercier pour Naudea (selon les crédits j'ai l'impression que oui mais comme je n'ai pas mes albums zébu pour comparer je n'arrive pas à trancher).


Oui, Jean-Pierre Mercier a retraduit cette histoire. Non pas que la traduction de Jennequin soit mauvaise. Mais bon, vu qu'on devait refaire le lettrage, il a donné sa propre version. Pas si différente, je crois.

JLouis, 14.12.2011 à 20:32341545
Mr_Switch :
S'il y a bien un titre dépourvu de boursoufflure, c'est bien celui-ci :)

Depuis qu'existe le site (10 ans), la tradition est de titrer par un jeu de mot calamiteux.
Ici en l'occurrence, Pierre, le créateur du sujet a fait une allusion obscure mais vraisemblablement liée à Babar (Cornélius est le conseiller de Babar, Babar est le roi des Éléphants... Tout ça, tout ça).


OK, je comprends… Mais ça la fout mal, quand même…

Mael, 14.12.2011 à 11:49341541
Haaa c'était donc ça le jeu de mot de ce sujet, il est allé loin celui à.

Jean-Louis : En effet le récit s'intègre parfaitement dans l'ensemble, je me posais juste la question et j'ai ma réponse. Merci beaucoup. Pour "Bad Karma" en effet dans mon cas c'était un récit que je n'aimais pas du tout et n'avais jamais relu depuis mes 15 ans, ça a été un vrai plaisir du coup. Autre question de curiosité. Il me semble que les Mystic Funny étaient traduit par Jennequin (mais je me trompe peut-être), Bad Karma a-t-il cependant été retraduit par Mercier pour Naudea (selon les crédits j'ai l'impression que oui mais comme je n'ai pas mes albums zébu pour comparer je n'arrive pas à trancher).

Mr_Switch, 13.12.2011 à 23:54341538
S'il y a bien un titre dépourvu de boursoufflure, c'est bien celui-ci :)

Depuis qu'existe le site (10 ans), la tradition est de titrer par un jeu de mot calamiteux.
Ici en l'occurrence, Pierre, le créateur du sujet a fait une allusion obscure mais vraisemblablement liée à Babar (Cornélius est le conseiller de Babar, Babar est le roi des Éléphants... Tout ça, tout ça).

Donc un titre a ne pas prendre au premier degré (c'est dit dans le premier message) même s'il est motivé évidemment par une reconnaissance des éditions Cornélius.

Un titre qui ne pêche donc pas dans la flagornerie mais au contraire dans l'allusion sosotte mais assumée.

JLouis, 13.12.2011 à 22:00341535
Avant de répondre à Mael, je voudrais dire que le titre du fil de discussion me met très mal à l'aise; présenter Cornélius sous cet angle est une ânerie totale. Si le modérateur lit ce message, je fais la requête que ce titre soit changé pour quelque chose de moins boursouflé et de moins faux (par exemple "Cornélius" tout court, c'est clair et ça ne souffre pas de contestation). Ce n'est pas de la fausse modestie, c'est sincère; je ne sais pas qui peut avoir envie d'écrire sous un intitulé pareil. Bref…
J'ai fait le choix d'intégrer Bad Karma à ce volume (que je projetais de faire depuis plus de dix ans) car il me semblait résonner avantageusement avec les autres histoires du volume qui traitent toutes plus ou moins directement de malaise social, de folie et/ou de mysticisme. Sous cet angle, Bad Karma trouve parfaitement sa place dans le sommaire et fait même écho à l'autre ligne directrice de l'ouvrage : l'adaptation ou le pastiche.
Par ailleurs, cet angle permettait de réunir dans le même volume ce que je considère comme une sélection de Crumb à son apogée, en particulier Bad Karma, injustement sous-estimée — cette histoire est fabuleuse, avec un final d'anthologie.
Voilà. J'espère avoir répondu à la question.

THYUIG, 13.12.2011 à 12:30341533
en tout cas tu donnes envie !

Mael, 13.12.2011 à 9:54341532


L'éditeur en parle comme le meilleur volume de l'anthologie Crumb, et moi qui suis rarement d'accord avec les textes d'accroches je dois dire que je suis parfaitement d'accord.

Nausea compile divers récits courts ayant traits à la littérature, allant de l'illustration stricte (l'incroyable Psychopathia sexualis, La Nausée d'après Sartre pourtant peu évident) à des adaptations plus libres (Philip K. DIck ou carrément une vision libérée de Bécassine). C'est troublant de voir comment un des trucs que j'ai tendance à condamner dans la BD - soit l'illustration stricto sensus - fonctionne aussi bien ici. On a dit la même chose de La Genèse, le procédé était déjà là.

Parodiant les adaptations littéraires éducatives, Crumb s'en donne à coeur joie en déclinant avec une froideur clinique divers cas de maladies sexuelles ou en donnant corps aux errements d'un jeune londonien qui cesse de croire en l'amour pur, ou aux élucubrations du libertin Walter... La Nausée est nettement moins sexuelle mais pas d'une force moindre, le déjeuner avec l'autodidacte étant admirablement rendu non par une simple illustration du dialogue (pour le coup ce serait plat à mourir), mais par une transposition en dessin du sentiment de Nausée grandissant par le biais de cadres et de zoom à vous tourner le coeur.

Seul petit défaut, alors que toute cette partie à une unité, et qu'on réussit à y attacher un autre récit qui - bien que non littéraire - utilise bien des souvenir (Jerry Roll mop), on se demande ce que fait le long récit "Bad Karma" là dedans. Publié autrefois aux édition du Zébu Cornélius semble avoir complété son album par cette quarantaine de pages. ça ne jure pas totalement, il y a l'esprit Crumb etc., mais c'est vrai que je me suis interrogé. Comme Jean-Louis passe parfois ici, s'il a réponse à ma question je serai ravis.

Mais bon, ça m'aura permis de relire ce récit que j'avais acheté en album vers 15 ans et qui m'était tombé des mains. Et bien en fait il est plutôt incroyables, mes aïeux, ça m'a tout tourneboulé.

Coup de cœur, net.

wandrille, 19.09.2011 à 12:41340117
Benoit Preteseille est en dédicace au MONTE EN L'AIR ce mercredi pour son Maudit Victor !


L'évènement, pour ceux qui ne sont pas allergique à Facebuck

SydN, 08.09.2011 à 8:38339819
Chouette chouette :)

chrisB, 08.09.2011 à 8:31339817
Lu hier, du bonheur en barre !

wandrille, 08.09.2011 à 0:11339816
Gantois :
question stupide: de quel Victor des années 1900 s'agit-il? (pas Victor Horta en tout cas, je l'aurais reconnu)


c'est un oncle putatif. Une création, mais géniale.

Gantois, 07.09.2011 à 20:58339812
question stupide: de quel Victor des années 1900 s'agit-il? (pas Victor Horta en tout cas, je l'aurais reconnu)

Mael, 07.09.2011 à 19:52339809
Mon dieu, ils continuent leur collaboration, c'est un doux rêve (pour le lecteur en tous cas), très pressé de lire ça !

wandrille, 07.09.2011 à 19:00339802

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

retour forum

bordure
coin bordure coin