| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Herbv


par pessoa
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Le Seuil

complétez cette fiche
Viva Pâtàmâch !
ScénarioCapron Jean-Louis
DessinKilloffer Patrice
CouleursBichromie
Année2001
EditeurLe Seuil
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

3 avis

oslonovitch
Capron nous propose ici un scénario aux bases classiques mais traité avec une originalité et une créativité menées de main de maître. Fable prophétique par moments, critique sociale à d’autres, cet album est une véritable perle d’humour gris et rose.

Le rose c’est la couleur dominante que Killofer décline à l’infini sur tout ce qui touche de près ou de loin à la vie de cette incroyable ville dominée par le prophète Rosemou. Le dessin de Killofer est comme à son habitude clair, fin, précis et très personnel. L’ambiance de cette histoire n’en est que plus étonnante, à part, bref, très réussie. Le côté ludique et distrayant de la pâte à mâcher est ici détourné pour devenir un instrument du pouvoir, un moyen de contrôle sur le peuple.

Les personnages sont impeccables et naviguent entre la satire à peine déguisée de certaines icônes de l’Histoire et la fiction personnelle. Le personnage principal est un personnage fort, dont les auteurs nous dévoilent les rapports au pouvoir, à la famille, à l’amitié, à l’enfermement aussi, puis à la vieillesse, sur la fin de l’album. Une fin très inspirée par ailleurs, qui évite le happy end artificiel et le mélodrame noir, une fin qui l’air de rien pose une question majeure qui ne peut que nous faire réfléchir...

En refermant cet album, on est partagé entre le rire et le frisson et on s’aperçoit qu’on vient de lire de la très bonne BD. Capron et Killofer n’ont pas besoin de faire des effets de manche pour pondre un bon album : ils sont créatifs, inspirés et ils n’ont qu’à adopter un ton mesuré pour soutenir leur originalité.

NDZ
- convention : ce qui est entre parenthèses est en fait en bulle -

Vraiment très fort ! Une vignette Malabar (mazette ! quelle palette de couleurs) avec pour scénario un habile mélange de l'Ombre du Z (un dictateur, un produit), de Charlie et la chocolaterie (confiseries et scènes d'usine, embrigadement dès le plus jeune âge) et de Brazil (qui est le Harry Tuttle de Viva Pâtâmach, celui qui guidera la rébéllion et qui renversera le tyran ?), il fallait oser !

Le tout est soigneusement emballé dans une jolie critique de la société de consommation (et de la publicité qui va avec, matinée de scientifisme), de la mallebouffe hégémonique imposée par les Staïtsse (le chouingome, comme suprême emblème de l'invasion américaine dans l'agro-(non)-alimentaire ? une attaque à peine déguisée des sandouiches Gros-Mac et compagnie ?) ou de la politique de santé publique entartrée dans la mélasse de lobbyistes (heureusement la conserve, ça conserve).

La bulle est forcément l'élément central de ce récit (de chewingum ou phylactère, elle est l'image de celui qui la forme, ce qui est flagrant pour les hygiénistes) et évidemment, on ne cesse de chercher la métaphore bédéistique, parfois à bon escient. La propagande appelant à la délation des mauvais chewingueurs et ses affiches omniprésentes (aux slogans savoureux) impose la (relative) opression de mise dans les dictatures d'anticipation (1984, Farenheit 451, Le meilleur des mondes, etc.). Le matraquage passe d'ailleurs également par le cinéma (encore symbole US - ou 3e Reich ?) financé par la toute puissante firme étatique Rosemou.

En 120 pages, le duo d'auteurs formidables que sont Capron et Killoffer nous propose une fable jouissive, une parabole cruelle et récréative qui fait paf quand elle nous éclate à la figure. Une bon moment de détente, une bon moment de réflexion. Un très bon moment.
Mael
Publié au Seuil en 2001, et réédité en 2013 chez Cornélius, Viva Pâtàmâch ! nous plongeait en plein cœur de Roseville, une dictature autarcique entièrement construite autour de la vénération d’une omniprésente pâte à mâcher rose. Assiégés par les terribles hygiénistes, les habitants lobotomisés sont tout entier engagés dans la défense du chewing-gum divin face à l’ennemi extérieur. Roger, inventeur clef du régime, futur père de la pâte à mâcher multi-goût, ressent pourtant une gêne… Et quand tous les principes clefs de sa vie semblent s’effondrer, la fin de règne n’est pas loin.

Mordant récit satyrique au rythme effréné, Viva Pâtàmâch ! est porté de bout en bout par le fascinant trait de Killoffer, mariant comme jamais les constructions géométriques agressives et les flasques rondeurs roses. Réédité dans une luxueuse version à la trichromie inédite, le livre ne perd rien de sa saveur sucrée aux effets quasi-hallucinatoires.

Après Le Playboy, Cornélius réédite un autre ouvrage publié relativement récemment mais devenu indisponible. Cet engagement constant ne peut qu’être encouragé, tant l’amnésie éditoriale est forte et s’affirme chaque année comme une des plaies de la bande dessinée.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin