| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par kherubim
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Casterman

complétez cette fiche
Les 7 boules de cristal
ScénarioHergé
DessinHergé
Année1948
EditeurCasterman
SérieLes Aventures de Tintin, tome 13
autres tomes... 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 ...
Bullenote [détail]

 

1 avis

Matrok
J'ai récemment recensé tous les albums auxquels j'ai mis un « coup de cœur » sur Bulledair et qui n'avaient été chroniqués par personne. Pour certains, c'est très dommage car ils sont vraiment méconnus et mériteraient un coup de projecteur. Pour d'autres, ce sont des chefs-d’œuvre reconnus, et une chronique peut sembler a priori superflue. Les 7 Boules de Cristal fait partie de cette dernière catégorie : Hergé est un génie incontesté et cet album une de ses plus grandes réussites.

Et pourtant, les chefs-d’œuvre ont ceci de particulier que l'on ne se lasse pas d'en parler... Je rédige donc cette chronique sans avoir relu l'album depuis plusieurs années, mais ce serait bien inutile : c'est de son impact sur nos mémoires dont je souhaite parler. Un ami de ma famille, grand lecteur de « livres sans images » comme on dirait sur Bulledair, alors que je mentionnais ma passion pour la bande dessinée, et alors que je ne lui parlais pas de Tintin (j'avais sans doute en tête plutôt quelque manga d'auteur découvert récemment), m'avait répondu ceci : « Je ne lis plus de BD depuis longtemps, mais l'image de la momie de l'Inca lorsqu'elle apparaît à la fenêtre ! J'en ai fait des cauchemars pendant longtemps. Rarement un livre m'a donné des émotions aussi fortes que ce Tintin ».

Or il décrivait là ce que beaucoup de lecteurs ont vécu. Moi aussi, je me souviendrai toute ma vie de ma première lecture des « Sept Boules de Cristal ». J'avais 10 ans et je pensais avoir déjà lu beaucoup de BD, mais rien ne m'avait préparé au choc de ce Tintin là. La tension dramatique y est extrêmement forte, le fantastique y surgit d'une façon si étrange que l'on ne sait absolument pas à quoi s'attendre. L'apparition de la momie est le moment le plus dérangeant d'une séquence d'action très angoissante du récit.

Mais je pense, rétrospectivement, que ce qui me choquait peut-être plus que tout c'était que cette histoire mettait en scène des adultes qui perdaient leurs repères. Témoin le professeur Camomille1 : la disparition de la momie emportée par une boule de foudre le plonge dans un état inquiétant. Alors que le personnage nous a été présenté si peu de temps avant comme une sorte de géant jovial au rire tonitruant, le voila affaissé sur un fauteuil, le visage défait alors qu'il révèle la malédiction que portait cette momie. Pour un lecteur enfant, en particulier, c'est quelque chose d'extrêmement marquant et dérangeant de voir un adulte pleurer de peur. La scène d'épouvante qui suit, celle-là même avec la momie qui apparaît à la fenêtre, n'en est que plus marquante.

Dans le même ordre d'idée, la scène de panique à l'hôpital arrivant à heure fixe est tout aussi dérangeante : là encore, des adultes (et on nous dit que ce sont des savants en plus) dont tous les mouvements du corps et les cris n'expriment qu'une panique quasi-infantile. Et l’on comprend alors que le début de l'album, avec la voyante qui s'évanouit de panique sur scène, était un avertissement au jeune lecteur : vous allez avoir peur !

Quant au dessin d'Hergé, c'est la combinaison d'une simplification et d'une précision extrême qui semble plus adaptée à la description du rêve que du réel. C'est une leçon qu'ont probablement retenue des auteurs comme Killoffer ou David B. Je sais que JC Menu a réalisé aussi un livre d'hommage aux « Sept Boules de Cristal », que je n'ai pas lu, mais cela ne m'étonne pas qu'un livre pareil ait pu marquer un auteur-éditeur à la recherche d'une nouvelle « avant-garde » de la bande dessinée : il faut bien ce type d'exemple pour démontrer la puissance de ce médium.

À mon avis, ce n'est pas juste un Tintin parmi d'autres : c'est le Tintin le plus angoissant, en tout cas pour un lecteur enfant. Et bien sûr, ça va avec, l'un de ceux qui donnent un des plus grands plaisir de lecture !

1. En fait, le Professeur Bergamotte...
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

coffret
bordure
coin bordure coin