crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par sylvain ricard
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Delcourt

compl�tez cette fiche
Nuits éternelles
Sc�narioGaiman Neil
Ann�e2004
EditeurDelcourt
CollectionContrebande
S�rieSandman, hors-s�rie
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 1hs ...
Bullenote [d�tail]

- [Couverture], McKean Dave (D)
Dream, 2�me partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Prado Miguelanxo (DEC)
Death, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Russell P. Craig (DE), Kindzierski Lovern (C)
Despair, 3�me partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Storey Barron (DEC)
Destiny, 6�me partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Quitely Frank (DEC)
Delirium, 4�me partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Sienkiewicz Bill (DEC)
Desire, 1�re partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Manara Milo (DEC)
Destruction, 5�me partie, The Sandman : Endless Nights [Récit complet], Fabry Glenn (DE), Chuckry Chris (C)
D : Dessin E : Encreur C : Couleurs

 

2 avis

Matt Murdock
Sandman Nuit Eternelle, est un recueil d'histoires toutes écrites par Neil Gaiman, et illustrées par divers dessinateurs renommés : P. Craig Russel, Milo Manara, Miguelanxo Prado, Bill Sienkiewicz, Barron Storey, Glenn Fabry et Frank Quitely. Neil Gaiman nous sort quelques histoires bien dans le ton de l'univers de Sandman, à savoir un brin gothique, sans pour autant rentrer dans le folklore du genre. Chaque histoire porte sur un des éternels (Dream, Death, Eternity, Delirium, Desire …) dans un style assez "new wave", pour résumer un peu rapidement.
Neil Gaiman reste fidèle à son univers qu'il créa quelques années auparavant, sans pour autant se renouveler, bref c'est pas mal, c'est bien écrit, mais la série Sandman a déjà connu de grands moments (comme le fameux The Kindly ones) et rend ce collectif un peu anodin. Côté dessins, chaque artiste reste cantonné à son style (Manara fait du Manara, Sienkiewicz du Sienkiewicz), et semble même avoir été choisi pour cela (Milo Manara pour Desire, Bill Sienkiewicz pour Delirium, Glenn Fabry pour Destruction). Une bonne lecture, mais pas vraiment indispensable.
rohagus
Ma première réaction après lecture fut : "wouaw, ce que c'est beau...". Je ne parle pas uniquement du graphisme, mais de l'ensemble : le dessin, le texte, la mise en page, la narration... Indubitablement, cette BD est une oeuvre d'art, voire un recueil d'oeuvres d'art.
Je vais prendre chacune des 7 histoires dans l'ordre de lecture :

- Death : le graphisme est basique, dans le style comics américain. L'histoire est agréable, mais assez simple en définitive, quoique bénéficiant d'une très bonne narration de la part de Neil Gaiman. Bref, cette première histoire est juste une mise en bouche assez réussie à mes yeux. Et comme toujours, le charme de "Death" est bien présent.

- Desire : indéniablement, Manara a donné le meilleur de lui-même pour cette nouvelle. Le dessin est beau, joliment coloré, les femmes superbes. Bon, je dois avouer que, personnellement, le dessin de Manara m'énervent un peu, car j'ai le sentiment de revoir sans arrêt les mêmes femmes et les mêmes histoires dans toutes ses BDs. Mais il passe cependant bien ici, et on a ainsi droit à une dizaine de très belles planches toutes en couleurs. Quant à l'histoire, une fois de plus, elle n'est pas exceptionnelle mais pas désagréable, quoique le personnage de Desire soit à mon avis un peu trop en retrait.

- Dream : Alors là, superbe ! Le dessin est vraiment beau, autant au niveau du trait que de la colorisation et tout. C'est un régal pour les yeux. Et comme le scénario lui aussi est bon, cette histoire laisse un très bon souvenir. J'ai pris plaisir à la relire juste pour apprécier sa beauté et son contenu.

- Despair : alors là, c'est bien plus ambigu. Les images sont à 100% des oeuvres d'art ici, et même de très très nombreuses oeuvres d'art, puisqu'il y a beaucoup de cases par planche en moyenne. Elles sont indéniablement belles, et je sais en goûter l'esthétique. Mais par contre au niveau du déchiffrage de l'image et de son contenu, ça ne marche pas du tout pour moi. C'est de l'art moderne, mélangeant photo, couleurs et dessins dans des images complexes, torturées, chaotiques, et hélas bien souvent indéchiffrables. Alors lire une BD avec ce style d'images quand en plus la narration va dans tous les sens, c'est éprouvant. Donc je n'ai pu apprécier cette partie que sur 2 plans différents : lire le texte qui est souvent beau et poétique (même si je n'ai su apprécier que la moitié des "portraits de Despair" et suis resté insensible aux autres) d'un côté et apprécier les images de l'autre, mais je n'ai pas su agréger les deux comme tout lecteur le fait dans une BD normale. Alors je ressens l'émotion qui s'en dégage, l'impression de désespoir est très bien rendue, mais j'ai du mal à considérer ça comme une BD, plus comme... de l'art à part entière, ce qui finalement n'est pas désagréable, mais surprenant quand on ne s'y attend pas.

- Delirium : encore une fois, ça ressemble à de l'art moderne, même si le dessin est bien plus simple à déchiffrer. Il est d'ailleurs très beau, changeant de style de case en case : noir et blanc, couleurs, peintures, traits griffonnés, couleurs directes, dessins d'enfants... L'histoire en elle-même est très ardue à suivre au départ, car on ne sait pas ce que sont ces mini-récits/paroles de personnes manifestement folles. Au fur et à mesure, la lecture permet de comprendre la trame de l'histoire mais, même arrivé à la fin, nombre de points restent flous et étranges, ce qui correspond cependant bien au personnage de Delirium.

- Destruction : on revient là à un trait de dessin de style comics très classique. L'histoire elle-même est tout à fait linéaire et simple, sans véritable surprise. Cela reste une histoire agréable à lire mais qui ne marque pas.

- Destiny : A nouveau un dessin que je trouve exrêmement beau. Mais à l'opposé de l'art moderne de "Despair" ou "Delirium", là, c'est presque de la ligne claire. Des couleurs douces et lumineuses, un dessin souple et facile à lire : j'adore ce style de dessin qui convient pour moi à 100% pour une BD. Et l'histoire est toute simple mais poétique et parfaite pour conclure cet album des "Nuits Eternelles".

En définitive, je ne regrette en rien mon achat : j'ai vraiment le sentiment de posséder désormais une oeuvre à part, une oeuvre d'art tant au niveau dessin qu'au niveau texte et poésie. Et alors que je l'ai lu hier soir, je suis encore empli des émotions et sentiments que sa lecture m'a fait ressentir. J'en caressais même ses pages tant l'édition Delcourt est à la hauteur du contenu de l'oeuvre.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin