crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par hoody
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Le Dernier Cri

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioLéo (Quievreux)
DessinLéo (Quievreux)
CouleursLéo (Quievreux)
Ann�e2001
EditeurLe Dernier Cri
CollectionBikro
S�rieSÀG, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [d�tail]

 

1 avis

L M
Voilà une bande dessinée en quatre partie qui développe un univers vraiment passionnant.
L'action se déroule dans les Vosges, qui sont dépeintes tel un arrière fond mythique et fascinant, et acquièrent par le dessin et les évènements qui s’y déroulent une spécificité et une « personnalité » pleine d'épaisseur (nul besoin d’y avoir passé ses vacances), qui en font le « personnage » principal de l’ensemble ; on sent un très fort attachement de l'auteur à cet environnement.
Léo, cofondateur de Gotoproduction, éditeur de très recommandables graphzines il n'y a pas si longtemps, se sert de son dessin de manière plus impliquée qu'on en a l'habitude, avec pourtant un vrai souci de faire de la bande dessinée (et même une bande dessinée étonnamment « de genre ») : il apporte un peu plus qu'une atmosphère, et est soutenu par une série d’ellipses incessantes - la plupart du temps, chaque case est une scène qui n’a pas de suite immédiate ; un personnage est présenté dans une case, puis réapparaît seulement plusieurs tomes (!) après, avec pourtant une importance égale à celle des autres protagonistes. C’est qu’il se passe beaucoup dans chaque case, ce qui mérite une lecture dessin/textes assez attentive dont on peut ne pas avoir l’habitude, mais s’avère être un moyen narratif très riche, permettant de mettre tour à tour au devant de la scène des dizaines de personnages (qui parviennent même parfois à être « attachants » dans leur étrangeté la fulgurance de leur apparition).

L’intrigue, donc, se sert d’éléments d’histoires de genre assez hallucinants (complots municipaux pathétiques, usine dévastatrice, enquête policière, gangs, ninjas - !) pour aboutir à une sorte de « fantastique écologique » personnifié, bien plus intéressant, entrecoupé de scènes superbes de cauchemars éveillés, pleines d’une vraie grande poésie noire (réduire Léo à une sorte de « sous-Burns » serait fort injuste).
Belle et profonde étrangeté, perte de repères due à une transformation permanente des choses et des gens – le tout accentué par les couleurs offset un peu ternies « dernier cri », qui conviennent parfaitement pour achever de donner à ces quatre petits livres l’aspect « hors du temps » qu’ils méritent.
S’ils ne sont pas forcément aisés à lire, si la narration n’en est pas bien lisses et parfaitement au point, leurs innovations narratives sont malgré tout une réussite un peu plus qu’« expérimentale » ; il y a là une mécanique interne vraiment singulière, et un vrai plaisir de lecture, qui demandent qu’on s’y penche.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Cherchez cet album sur amazon
bordure
coin bordure coin