crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Dargaud

compl�tez cette fiche
La vraie vie
Sc�narioFerri Jean-Yves
DessinLarcenet Manu
CouleursFindakly Brigitte
Ann�e2002
EditeurDargaud
CollectionPoisson Pilote
S�rieLe retour à la terre, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Bullenote [d�tail]

Un jour, Mariette et Manu en ont eu marre de leur banlieue pourrie, alors, ils sont partis vivre aux Ravenelles, 89 habitants, une boulangerie et une boucherie, primeurs, droguerie, tabacs.

Au début, ça leur a fait bizarre, Manu appelait régulièrement son pote Rachid pour entendre le bruit du périf, le chat piquait un flip dès qu'il voyait un oiseau, et Mariette avait du mal à comprendre le patois.

Et puis Manu a commencé à apprendre la langue locale (Karoutcho veut dire bonjour), a goûté « l'eau de vie locale », et s'est inscrit à la coupe de bois, des châtaigniers de 45 mètres sur terrain pentu, et puis il a trouvé l'ermite de la montagne qui remplace avantageusement son psy.

 

4 avis

Bullejury 2002
Cet album a été sélectionné par le bullejury pour l’année 2002. Tous les membres du jury n’étaient pas forcément d’accord, mais ont jugé en majorité qu’il méritait sa place dans la liste.
"C’est pas parce que c'est drôle que ça le rend juste "sympa" et donc pas sélectionnable. C'est le seul album qui m'a fait rire cette année. Et quand je dis "rire", je ne dis pas juste "sourire" mais vraiment "rire" comme Lagaffe me fait rire : ca fait du bruit :)" (Gilles)
"Puis j'appuie aussi le retour à la terre, il y a très peu d'albums vraiment comiques dans la sélection et c'est une grande réussite dans ce domaine. L'autre Larcenet est plus grincant." (everland)
"Larcenet en gagman, c'est vraiment bien. En plus, le principe du gag en demi-planche permet de passer rapidement sur ceux qui sont moins irrésistible et de garder le rythme. Un des albums-gags les plus réussis de l'année." (Eugène le jip)
"Je me suis mis à être hilare au bout de quelques planches. Il fallait juste attendre de bien connaître les personnages. C'est un régal, j'en veux encore." (crepp)
"Un vrai petit plaisir, des strips efficaces et drôles, j'ai pensé à plein de gens, c'est tout frais, ça fait du bien." (nyl)

Album classé 6ème dans la catégorie "bulledécouvertes".
Joky
Oui oui, après le Combat Ordinaire, je suis tombé dans la marmite Larssssssenet et j'avoue tout: j'adore ça.
Comment ai-je pu passer à coté si longtemps? Enfin, le mal est en passe d'être réparé.
Graphiquement parlant, ayant commencé par le Combat Ordinaire, je trouve les perso. encore trop carrés dans leurs proportions (surtout dans retour à la terre). Dans le Combat Ordinaire, ils ont pris un peu de hauteur et font plus naturels. Le style, lui, reste inchangé. Le graphisme est aussi beaucoup moins détaillé que dans le Combat Ordinaire par exemple. Comment arrive-t-il à rendre ses personnages aussi expressifs avec ce style de dessin? Il parait que c'est quand "ça a l'air facile" que l'on voit que c'est bien fait
Coté scénario, Retour à la terre, c'est un autre genre: les répliques sont merveilleuses et l'emploi de la ponctuation et des polices de caractères pour les intonations sont maîtrisées de main de maître. J'aime particulièrement la vignette ou Manu s'est aménagé son petit coin, coincé entre sa chaîne stéréo et son ordinateur et que se copine est au téléphone et dit "manu ? hoo il s'est déjà aménagé son petit coin".
Bref, bref, bref, tout ça pour dire que je suis en train de découvrir réellement cet auteur et que je ne le regrette pas.
Oslonovitch
"La vraie vie" nous propose de narrer les aventures d'un banlieusard de Juvisy bon teint qui décide de plaquer la puanteur de la ville pour la verdure de la campagne. Vaste sujet qui a déclenché d'aussi grandes discussions mais admirablement ponctuée par les bons mots désormais célèbres d'Alphonse Allais.

Bref, sujet très intéressant donc, et pour une fois traité dans le sens inverse de ce qu'on peut avoir l'habitude de lire/voir/écouter (rayer la mention inutile en fonction de votre média favori) c'est à dire le citadin qui part à la campagne. Le format de l'album est simple : découpage en gags d'une demi page, avec une continuité dans le propos, une sorte de progression chronologique qui donne un rythme fort et constant.
Le ton adopté par Larcenet se situe quelque part entre l'autobiographie et la fiction, de même qu'il en va pour les personnages, à chacun de faire son propre tri (si ça l'intéresse parce qu'après tout sur un pur plan plaisir de lecture, on veut une bonne histoire, le côté fictif ou non ça passe au deuxième plan…)
Le graphisme est toujours aussi inspiré, avec un trait caractéristique concernant l'expression et les attitudes que Larcenet sait donner à ses personnages. En économisant les traits et en délaissant la fioriture du dessin, il parvient à créer des individus vivants. Quand on ajoute à cela un ton mesuré et adéquat, on obtient donc forcément des personnages attachants.

Là où Larcenet fait fort surtout c'est dans le ton qu'il adopte avec dans la voix des trémolos quand il évoque Juvisy et plus généralement Paname, et le regard circonspect qu'il porte sur les villageois de sa nouvelle demeure. D'une part il parvient à distiller un ton qui fera écho autant chez les citadins que chez les campagnards. Et d'autre part au delà de ce "simple" clivage il va beaucoup plus loin en effleurant une parabole plus vaste sur les différences culturelles. Cette barrière entre les deux mondes est vraiment présente tout au long de l'album, à travers des non dits, des répliques de potes musiciens, des villageois etc…

S'appuyant sur une mise en couleur toujours aussi percutante et sur un Ferri en verve, Larcenet signe là un album très sympathique, une parenthèse de verdure revigorante qui fait du bien.
herbv
Je me suis fait une spéciale Larcenet durant le mois de janvier. Le retour à la Terre traite d'un auteur de BD qui ne supporte plus la vie citadine (qui a dit que ça ressemblait au Combat Ordinaire) et qui va aller se ressourcer à la campagne avec sa compagne. Mais voilà, on n'a pas le pied vert naturellement, un temps d'adaptation sera nécessaire surtout quand on doit dire "karoutcho" au lieu de bonjour . Habiter Les Ravenelles, surtout en hiver, ça se mérite . Et il n'est pas facile de déballer tous ses cartons quand cela signifie l'atteinte d'un point de non-retour. L'adaptation pour Manu Larssinet sera dure, y arrivera-t-il ? On pourrait penser qu'il s'agit d'une oeuvre largement auto-biographique si elle n'était pas scénarisée par Jean-Yves Ferri qui nous concocte là une série de strips et de gags qui sont à la fois drôles et touchants. En plus, les questionnements vu dans le Combat Ordinaire sont bien présents, nous donnant ainsi une ouvre à la fois profonde, humaine et drôle. Je dois dire qu'il s'agit de la série que je préfère chez Larcenet, sans conteste possible. Un pur chef-d'oeuvre que je conseille à tous.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

intgrale
bordure
coin bordure coin