| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par NDZ
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'Association

complétez cette fiche
Poulet aux prunes
ScénarioSatrapi Marjane
DessinSatrapi Marjane
CouleursNoir et Blanc
Année2004
EditeurL'Association
CollectionCiboulette
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Si l'Iran et la famille de l'auteur sont de nouveau les principaux sujets de «Poulet aux prunes», l'auteur explore ici de nouvelles voies de narration. Ou comment entrer dans le for intérieur de Nasser Ali Khan, qui a décidé de se laisser mourir car sa femme lui a cassé son tar, son instrument de musique inégalable...

 

2 avis

Gilles
C'est avec une certaine curiosité que j'attendais ce nouvel album de Marjane Satrapi dans la collection Ciboulette de L'Association. Après le succès de Persepolis, je me demandais en effet si l'auteur allait poursuivre dans la veine autobiographique. Surprise : si Marjane apparait une fois dans cet album, poulet aux prunes raconte en fait l'histoire de Nasser Ali Khan, un musicien iranien qui décide de se laisser mourir après que son instrument (un tar) ait été brisé par sa femme.

Comme dans Persepolis, Satrapi évacue le suspense le dénouement final en "révélant" rapidement la fin de l'histoire pour mieux se concentrer sur le personnage de Nasser Ali Khan et sur le récit de ses derniers jours. On y découvre alors un personnage triste et mal-aimé qui ne vit que pour son instrument de musique et qui a du mal à communiquer avec ses proches ; le tout dépeint avec une grande vraisemblance.

Mais ce que j'ai surtout apprécié dans poulet aux prunes, c'est le travail de Satrapi sur la structure même du récit (une boucle sans fin avec des flash-backs et des "flash-forwards") et la recherche de nouveaux procédés narratifs où les codes de la BD (case avec ou sans cadre, personnages "dessinés normalement" ou en négatif blanc sur fond noir, etc.), même s'ils ne sont pas forcèment nouveaux, font habilement écho aux points de vue ou aux sentiments.

Bref, Satrapi signe avec poulet aux prunes un album qui, sans avoir la résonnance historico-culturelle de Persepolis, n'en est pas moins un bon, voire meilleur album de Bande Dessinée.
koko le gorille
Marjane Satrapi est belle. Elle est intelligente, elle est drôle, elle s'habille bien.
Elle fait des livres qui me laissent à chaque fois baba, le cul par terre, knock-outé.
A 20000 lieues de tout ce que la bande dessinée moderne peut produire comme grisaille, introspections tartouilles, régressions en tous genres, on trouve Marjane Satrapi.
Marjane c'est la classe.
Poulet aux prunes est un livre adulte, c'est à dire parfaitement arrivé à maturité. C'est tout Marjane qu'on y retrouve : il est beau, il est intelligent, il est drôle et bien habillé.
Poulet aux prunes c'est la classe.
Si l'on oublie le titre complètement naze.
Mais rien n'est jamais vraiment parfait.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin