créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes Ă©toiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par petitboulet
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Dargaud

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioVehlmann Fabien
DessinDuchazeau Frantz
CouleursWalter (Pezzali)
Ann�e2003
EditeurDargaud
CollectionPoisson Pilote
S�rieLa Nuit de l'inca, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

 

3 avis

CoeurDePat
Cet album est graphiquement assez spécial : trait faisant une large part aux hachures plutôt qu'à l'encrage, forte tendance à mettre en relief quelques éléments en supprimant presque tout décor, disposition et composition des cases parfois recherchées mais qui restent très naturelles, ambiances prononcées au niveau des couleurs... tous ces éléments, en plus du dessin de Duchazeau à proprement parler, font de "La nuit de l'Inca" un album intéressant au niveau graphique.

L'histoire quant à elle, se lit comme un conte assez plaisant, et parsemé ça et là de nombreuses petites touches d'un humour très pince-sans-rire. Maki est embarqué bien involontairement dans une histoire dont il se serait bien passé. Sauf que lui qui n'aspire finalement qu'à ce qu'on lui fiche la paix, est pourchassé, bringueballé par tout le monde et les évènements.

Ce premier tome est finalement assez court. Pas à la lecture, mais plutôt concernant la mise en place de l'histoire : on ne sait finalement presque rien de cette mystérieuse éclipse, de ces manifestations de signes prémonitoires. Les personnages ne sont pas non plus très développés, et il faut attendre la "confrontation" Maki / Ruphasqua (excellente !) pour en apprendre un peu plus sur leurs motivations réelles.

Malgré cela, il se lit vraiment très bien et la suite se fait attendre avec impatience.
oslonovitch
Belle surprise que ce premier tome de "La nuit de l’inca". Rien de révolutionnaire en soit ni au niveau du dessin qu’au niveau du scénario mais tout y est bien fait, avec humour et même pas mal d’originalité finalement.
Le dessin est très agréable, haché avec très peu de fioritures, des visages renfermés et sombres, et des couleurs bien adaptées par l’incontournable Walter. Je ne connaissais pas le trait de Duchazeau et j’ai aimé cette découverte, même si tous les visages se ressemblent forcément, sans vraiment dégager de caractères : ce sont des faciès inexpressifs et seuls quelques regards donnent une idée de leurs sentiments à un instant précis.

Vehlmann saupoudre son récit de quelques belles passes d’armes entre croyance religieuse, athéisme et même agnosticisme parfois. Ce n’est pas le but premier de l’histoire mais j’ai trouvé ces petites guéguerres discrètes très bienvenues, sans prétention et amusantes. Du reste, Vehlmann déploie sur tout l’album un humour constant, discret mais efficace, qui n’entache en rien le côté dramatique (ou tout au moins la trame principale) de l’album.

Le personnage de Maki, le personnage central, est un peu trop caricatural à mon avis : il est l’estropié du village, donc celui que personne n’aime, les enfants lui jettent des cailloux, il est rejeté, et son seul ami est un enfant pas comme les autres. J’ai trouvé cet aspect des choses un peu réchauffé…
A part ça c’est une histoire qui part bien, avec une fin qui appelle à la lecture de la suite, on se laisse vraiment emmener là où le veulent les auteurs, c’est très agréable. Bref une lecture plaisir dont on attend déjà impatiemment la suite, c’est déjà quelque chose de bien !
Gilles
Imaginez qu’un sinistre matin le soleil ne se lève plus. C’est ce qui arrive un jour aux Incas. Quelle faute ont-ils donc commise pour être ainsi abandonné par leur dieu soleil ? Et surtout, que faire ? Maki, un pauvre berger manchot qui a des visions, va tenter de comprendre et de faire revenir le soleil...

Avec ce nouvel album, Vehlmann et Duchazeau signent une des belles surprises de cet automne. L'histoire est à la fois onirique et humoristique et c'est avec bonheur que l'on suit les mésaventures de Maki accusé d'avoir fait disparaître le soleil. J'ai été particulièrement sensible à la narration de Duchazeau qui conjugue à la fois lisibilité et originalité graphique, ainsi qu'au travail de mise en couleurs de Walter. Sans payer de mine, cet album m'a fait passer un bon moment et devrait plaire aux lecteurs de la collection Poisson Pilote au sein de laquelle il trouve parfaitement sa place. Suite et fin au prochain album.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin