| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Mael
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dargaud

complétez cette fiche
Gaël
ScénarioCharlet Grégory
DessinCharlet Grégory
CouleursCharlet Grégory
Année2003
EditeurDargaud
SérieKabbale, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

La Kabbale, l'ouvrage mythique renfermant tous les secrets scientifiques et ésotériques, est entre les mains de savants payés par le gouvernement pour contrôler les puissances qui vont provoquer l'apocalypse tant prédit…

Complètement déboussolé par le monde qui l'entoure, Gaël déambule, songeur, dans les rues de Paris. Soudain, un attentat terroriste se produit et dans le tumulte qui s'ensuit, il est blessé à la tête. Le choc a provoqué en lui d'horribles hallucinations et des réactions extrêmement brutales. C'est alors que surgit un certain Éric, un homme d'âge mûr plutôt mystérieux, qui lui plante une sorte de poignard dans le ventre. A l'hôpital où il a été emmené inconscient, Gaël est victime d'affreux cauchemars. A son réveil, le Dr Ivanovitch qui le soigne, lui annonce qu'il a assassiné sa famille et sa petite amie ! Mais l'hôpital est, en fait, un centre de recherches, le Complexe, où l'on pratique des expériences sur les personnes réceptives aux phénomènes paranormaux. C'est là surtout, dans un local sévèrement gardé, que se trouve la Kabbale… Soutenu par un commando auquel participe Éric, Gaël est chargé de s'emparer de ce livre légendaire, mais pendant l'attaque, il est confronté à des monstres et à ses propres démons…

Gaël est-il réellement un tueur sanguinaire ou est-il l'instrument de personnages possédant des pouvoirs effrayants ? Réussira-t-il à s'emparer de la Kabbale ?

 

2 avis

everland
Grégory Charlet fait partie, pour moi, des dessinateurs les plus intéressants actuellement. Son style ne ressemble à aucun autre et, si on le dit fortement inspiré des mangas, on peut lui trouver tout autant de ressemblances avec la bande dessinée européenne. Le dessinateur a, en effet, parfaitement digéré ses influences pour se créer un langage graphique personnel et terriblement efficace (en regard duquel bon nombre d’albums paraissent fades ou statiques).
Et que dire des couleurs !
Dans « Kabbale » comme dans le « maître du Jeu » la palette de couleur pèse remarquablement sur l’ambiance, parfois pesante, oppressante, toujours juste, on ne se lasse pas de ré-ouvrir l’album pour admirer le talent graphique de Charlet.

Le scénario, quant à lui, reste très énigmatique : difficile de dire où nous emmène l’auteur à la lecture de ce premier tome ! Il s’agit vraisemblablement d’une longue introduction aux albums à venir. L’univers décrit paraît proche de nous, les préoccupations des personnages sont celles de nos contemporains et la « bavure » policière relatée fait étrangement écho à l’actualité française. Pourtant l’ambiance est celle d’un récit fantastique et rappelle le Gotham city de Batman, sombre, rongée par la délinquance et la dictature policière.

Pas de manichéisme pour autant : comme dans Batman, tous les personnages ont leur part de noirceur, héros comme délinquants (ou policier, on ne sait pas où les mettre :o). Et comme dans Batman, le lien étroit entre la fiction et notre quotidien est l’un des moteurs essentiels de cette nouvelle série. Mais la comparaison avec le super héros américain s’arrête là… du moins pour l’instant car, une fois de plus, on ne sait pas du tout où classer cet album (malgré un résumé sur bulledair qui dépasse de très loin le contenu du premier album !!!). Le premier tome s’achève en effet là où semble commencer véritablement l’histoire.
pierig
Premier tome d'un auteur que je ne connaissais pas et son graphisme m'a laissé une agréable impression. Bien que connaissant fort peu les mangas, je trouve que Charlet y puise une certaine inspiration, proposant de la sorte un "hybride de genres". La mise en couleur mélange les tons bruns et rouges, créant une ambiance toute particulière qui n'est pas désagréable. Toutefois, on pourra regretter la trame du récit qui est aussi mince qu'une feuille de papier à cigarettes, se consumant presque aussi rapidement que celle-ci. Charlet nous dépeint certains travers de notre société (bavures, racisme, injustice) mais on a difficile de voir où il veut nous emmener à terme avec cette "fable contemporaine". Ca se laisse lire mais une fois ce tome refermé, ca s'oublie presque aussi rapidement. Dommage car les dessins sont plutôt attrayants !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin