créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Futuropolis

compl�tez cette fiche
Un homme est mort
Sc�narioKris
DessinDavodeau Etienne
CouleursDavodeau Etienne
Ann�e2006
EditeurFuturopolis
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

1950 : la guerre est finie depuis cinq ans. De Brest, il ne reste plus rien, anéantie par les bombardements massifs et un siège de plus d’un mois. Plus rien de son centre, plus rien de son port, plus rien de son arsenal. Brest est un désert.

Il faut tout reconstruire.

1950, Brest est un immense chantier. De la ville fortifiée, aux ruelles étroites et aux vallons escarpés, une nouvelle ville va surgir, orthogonale, rectiligne, ordonnée, moderne. Ce sera « Brest-La-Blanche », qui deviendra très vite « Brest-La-Grise ».

Des milliers d’ouvriers travaillent sur ces chantiers.

1950, c’est la grève. Les chantiers sont immobilisés. Les ouvriers de l’Arsenal et les dockers rejoignent le mouvement. De violents affrontements surviennent lors des manifestations.

Le 17 avril, c’est le drame : la police tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes.

Et surtout elle tue un homme : Edouard Mazé.

Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur ces événements, René Vautier débarque clandestinement à Brest. Il est alors recherché par la justice suite à un premier film documentaire, Afrique 50, témoignage sans concessions sur le système colonial français.

René arrive dans une ville en état de siège. Le lendemain ont lieu les obsèques d’Edouard Mazé. Une foule immense accompagnera le cercueil.

Commence alors pour René, accompagné par deux jeunes ouvriers Brestois, P’tit Zef et Désiré, le plus improbable des tournages : celui du film Un homme est mort, acte de naissance du cinéma d’intervention sociale.

 

1 avis

Coacho
On connaît l’engagement d’Etienne Davodeau et ses livres trouvent un écho dans les mass-médias qui fait plaisir aux passionnés de BD que nous sommes.
Là, il s’associe avec le scénariste Kris pour mettre en image une nouvelle aventure sociale qui prend naissance dans le combat syndical.
Tiré de faits réels (et les notes en fin de livre sont des sources d’information d’une grande richesse), les auteurs nous racontent comment René Vautrier, caméraman, va mettre en image le courage des ouvriers et va ainsi modifier profondément le panorama industriel de la région.
Une œuvre forte et encore une belle réussite qui donne ses lettres de noblesse à la bande dessinée.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin