créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Vertige Graphic

compl�tez cette fiche
Ghost World
Sc�narioClowes Daniel
DessinClowes Daniel
Ann�e1999
EditeurVertige Graphic
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

- P9. Chapitre 1 : Monde Fantôme, [Récit à Suivre - Début]
- P15. Chapitre 2 : Le vide Grenier, [Récit à suivre]
- P21. Chapitre 3 : Journée Punk, [Récit à suivre]
- P31. Chapitre 4 : La Première Fois, [Récit à suivre]
- P39. Chapitre 5 : Hubba Hubba, [Récit à suivre]
- P47. Chapitre 6 : Norman, [Récit à suivre]
- P53. Chapitre 7 : Un Sourire et un Ruban, [Récit à suivre]
- P63. Chapitre 8 : Octobre, [Récit à Suivre - Fin]
- P81. Ghost World : Le Film, [Rédactionnel], Gek T. (S), Crumb Sophie (D)
D : Dessin S : Sc�nario

Ne croyez pas que le Ghost world (le monde fantôme) n'existe pas, qu'il n'est qu'un simple graffiti jeté sur un mur par un taggueur anonyme. Il est même plutôt énorme ce monde-là, touffu et étouffant, il envahit l'imaginaire de deux collégiennes Enid et Rebecca, les héroïnes de l'album, dont la sensibilité exacerbée par les tourments de l'adolescence permet d'appréhender toute la dimension étrange de notre vie quotidienne. Une étrangeté dont la substance essentielle échappe à la plupart des gens, préoccupés qu'ils sont par la nécessité prosaïque de gagner de l'argent. Enid et Rebecca en rient. Elles sont en révolte contre la vacuité de ce monde désincarné où elles n'ont pas leur place. Impitoyables et sarcastiques, elles se blessent elles-mêmes aux situations entraînées par la relation délétère qu'elles entretiennent avec leur entourage. Pourtant, il faudra bien que ce monde disparaisse un jour, quand la jeunesse s'évaporera et quand le monde réel sera devenu maître. Il ne restera plus alors que le souvenir de moments insouciants et joyeux. Place aux premières nostalgies, déjà..

 

3 avis

Oslonovitch
Petite déception. Non pas que Ghost World soit foncièrement un mauvais album mais après les éloges que j'avais pu entendre à son endroit, je n'ai pas retrouvé toutes les attentes que j'avais placées en sa lecture.

Le dessin d'abord : plutôt réussi même si ces teintes bleues qui bouffent parfois les phylactères donnent parfois une impression de "pas net" et en tous cas finissent par procurer un sentiment d'overdose de bleu. Ceci dit, il faut reconnaître que cette sur-utilisation de bleu permet de créer une ambiance vraiment particulière qui, paradoxe, participe au charme de Ghost World.

L'histoire d'Enid et Rebecca est ultra classique mais la façon dont Clowes relate leur quotidien est particulièrement brillante et originale. Les mots et les attitudes qu'utilisent les deux adolescentes sont en complet décalage avec ce qu'on pourrait attendre d'elles et c'est ce qui donne son piment au scénario. De plus même si on a parfois l'impression de voir devant nous des caricatures comportementales d'adolescentes en pleine crise, Clowes parvient à nous intéresser jusqu'au bout. Entre tendresse et ironie, le lecteur voit son rapport aux deux héroïnes changer tout au long de la lecture. C'est assez étrange, de même que ces enchaînements qui manquent de liant entre les scènes. Là encore, c'est un découpage et une façon de faire qui donnent son charme à l'album mais bon, je ne suis pas fan du genre.

Difficile donc de donner un avis tranché sur Ghost World. Le sujet ultra classique est traité de façon personnelle et originale. Les personnages suivent cette ligne paradoxale de déjà-vu et d'interprétation réussie. Toutefois l'histoire ne me passionne pas suffisamment pour en conseiller coûte que coûte la lecture.
tanxxx
J'ai trouvé Ghost World très juste et émouvant. Ce sont les chroniques sur la fin d'une époque, pour faire court, de l'éloignement imperceptible de deux amies, Enid et Rebecca.
L'histoire tient en une phrase, c'est très simple, mais il ne faut pas s'y fier, on se s'ennuie jamais dans Ghost World. Les personnages vous accrochent -tout spécialement Enid (c'est un avis on ne peut plus personnel, ça va de soi)- et que c'est la vie, tout simplement. Ca fait assez cucul dit comme ça, mais la vie n'est pas évidente à raconter, et Clowes y excelle. On sent chez lui un réel attachement à ses personnages, il raconte l'adolescence avec tendresse, sans cynisme ni condescendance, simplement et c'est un régal.
Le dessin est vachement beau, le bleu est approprié pour ces petits bouts d'existence, un peu nostalgiques, toujours drôles et tendres.
Mael
Pour tout dire j'ai d'abord vu le film (excellent au demeurant) puis j'ai acquis le livre. D'abord, surprise, les histoires principales des deux oeuvres n'ont aucun rapport, seules les histoires secondaires ont été suivies dans le film. Un traitement étonnant et fort intéressant.
Pour en venir a la BD.. Scénaristiquement c'est un choc, est-ce parce que les chroniques de vies ordinaires sont à la mode en ce moment ? je n'en sais trop rien mais Ghost World restera un de mes chocs BD, au meme titre que Presque ou que Petit Peintre. Personnages attachants, "intrigue" (si l'on peut dire) bien menée, humour qui touche ("cher josh nous sommes venu te voir pour coucher avec toi mais tu n'a pas ouvert, par conséquent etc..." la suite dans l'album) et fin jubilatoire. Une fin est très importante dans un album et là elle est loin de m'avoir déçu.
Le dessin, c'est du Clowes, ça peut rebuter un peu certains mais on s'y habitue très vite, de plus les aplats en bleus sont très bien placés et ne surchagent en rien l'image.
Et tout cela servi par une édition impeccable avec pour la dernière édition un petit livret sur le film.
Merci Vertige Graphic !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin