créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Il y avait du Régine Déforges sur la brocante. J'ai bien pensé à ton conseil lecture.
Mr_Switch
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

S'essayer aux mangas...

Bandes DessinĂ©es : auteurs, sĂ©ries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum

Pages : | prec�dent | suivant

e m, 04.02.2017 Ă  20:59364867
Woodstock #7...
Ils sont pénibles ces mangakas à foutre de la baston et des duels dans leurs bouquins alors que le thème ne s'y prête pas.
2 concerts

crepp, 04.02.2017 Ă  14:07364860
chrisB :
J'ai trouvé ça pas mal, mais pas ouf non plus, un peu déçu par rapport au "buzz" :)


J'ai failli juste mettre 3 au premier tome après la première lecture (pour son coté présentation trop poussée).
Mais faut vraiment voir les 4 tomes comme un tout.
en parlant de ça la nouveauté du même auteur vient de sortir chez le même éditeur.

chrisB, 04.02.2017 Ă  13:48364859
J'ai trouvé ça pas mal, mais pas ouf non plus, un peu déçu par rapport au "buzz" :)

e m, 20.01.2017 Ă  22:05364683
Metropolis, de Tezuka...
J'imagine que l'auteur improvisait son histoire au fil des planches tant ça part dans tous les sens, sans aucun souci de cohérence. C'est parfois juste n'importe quoi.
Lecture assez pénible donc. Le livre aura trainé plusieurs mois sur mes étagères avant que je ne trouve la motivation pour le (re)lire entièrement.
Une des premières œuvres de Tezuka, à lire uniquement pour l’intérêt historique du truc.
(marrant de voir des personnages avec la tête de Mickey. Disney à laissé passer sans rien dire...?)
2 robots

lanjingling, 15.01.2017 Ă  4:32364410
Glotz :
Très bonne surprise que ce recueil de strips chinois de la fin des années 1940 où l'on suit les avanies d'un enfants des rues à Shanghai. Digne héritier des street urchins de l'« âge d'or du comic strip », San Mao a satisfait aussi bien mon goût pour l'histoire que celui pour l'humour basique un peu cruel.

Oui, les strips jusque vers 1949 sont bons pour les raisons que tu cites, après, le gamin devient un brave jeune communiste qui fait bonne action sur bonne action, humour niais, plus aucune cruauté, et depuis quelques années, c'est n'importe quoi avec des histoires de S.F.
Y a-t-il des études faites sur ces B.D. muettes des années 30 (le petit roi, père et fils) ?

Glotz, 27.12.2016 Ă  22:54364011
Très bonne surprise que ce recueil de strips chinois de la fin des années 1940 où l'on suit les avanies d'un enfants des rues à Shanghai. Digne héritier des street urchins de l'« âge d'or du comic strip », San Mao a satisfait aussi bien mon goût pour l'histoire que celui pour l'humour basique un peu cruel.

crepp, 16.12.2016 Ă  21:21363864




Je peux dire que le rythme est lent.
Je peux dire que ce tome 1 est dans sa globalité une simple présentation des personnages.
Je peux dire qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue.
Mais je peux aussi dire que c'est assez jouissif, car cela fonctionne d'une belle manière.
Minetaro Mochizuki, par de simples détails, exprime beaucoup de sentiment. J'avoue c'est assez surprenant.
4 Ă©toiles.

e m, 15.12.2016 Ă  22:07363849
e m :
Fullmetal Knights Chevalion #1...
Résumé de l'éditeur :
"Fullmetal Knights Chevalion". C'est sous ce nom que sont connus les cinq valeureux héros qui ont sauvé l'Humanité d'une disparition certaine. Après avoir éradiqué pour de bon les Death Universe, extra-terrestres venus conquérir la planète Terre, les différents membres de ce groupe de justiciers sont retournés à une vie normale. Tous, sauf Red qui, depuis la fin du grand combat, n'arrive pas à se réintégrer socialement !!! Chômeur et presque SDF, il tente - tant bien que mal - d'aider la police à faire régner… l'ordre et la justice ?! À moins qu'en réalité, il ne se contente de troubler, bien malgré lui, l'ordre public…
Publié dans la collection WTF ?!
Quelques scènes marrantes, une jolie couverture décalée, mais ça manque malheureusement de WTF. Vu la collection je m'attendais à nettement plus déjanté.

Et assez gêné dans ma lecture par le fait que l'éditeur ait remplacé toutes les onomatopées d'origine par des françaises. C'est très agaçant.
3 armures

Lu les tomes 3 et 4, et plutôt déçu au final.
Ce n'est pas vraiment déjanté comme je l'espérais, et c'est parfois plutôt gnagnan. Pas sûr que j'ai envie de les relire un jour.
2 robots



Seven Deadly Sins 17...
Dix-septième tome et je n'ai aucune idée d'où l'auteur veut aller dans son intrigue.
J'ai juste l'impression de lire Dragon Ball, ou après avoir battu les gros méchants on va dans la salle du temps (caverne ici) pour s'entrainer avant d'aller affronter des nouveaux méchants encore plus forts.
C'est assez creux tout ça...
Reste le joli dessin qui change un peu des autres shonens.
3 cauchemars

Thierry, 12.12.2016 Ă  9:41363777
Disons-le simplement: Chiisakobé est cousu de fil blanc. Les couvertures nous racontent pratiquement toute l'histoire et celle de ce 4ème tome spoile carrément la fin. Cousu de fil blanc, donc, mais de la dentelle. Chiisakobé est une merveille de délicatesse, au ton original et délicieusement décalé.
La mise en scène de Mochizuki est parfaite. Il campe des personnages drôles mais qui restent touchants. Cette série est d'une douceur inattendue, émouvante sans jamais être larmoyante, qui vous surprend là où on s'y attend le moins. J'avais sans doute l'à priori d'avoir lu DragonHead et La Dame de la Chambre Close, deux récits très sombres. Chiisakobé est lumineux, profondément humain et si on devine bien dès les premières pages vers où l'auteur veut nous emmener, on se laisse porter avec plaisir. Et à la fin (déjà avant, pour être honnête), on pleure.
Une sélection plus que méritée pour Angoulême !

e m, 06.12.2016 Ă  20:55363714
Dis toi qu'il n'y a pas de jaquette, et que les livres ne sont pas pratiques Ă  manipuler et font mal aux mains.
Sinon c'est quand même bien jusqu'au tome 4, et j'en aurai bien lu un ou deux tomes supplémentaires.

Et superbe idée de couverture pour le tome 4 qui spoile une partie de l'histoire. Pas vraiment malin tout ça...
(pour le coup c'est visiblement la faute au japonais)


----
Aussi lu :
Sing “Yesterday” for me #1 à 11...
Autre série au rythme plutôt lent, où j'aurais suivi avec plaisir les hésitations et autres espoirs amoureux de quelques personnages.
Joli dessin qui a du caractère (dommage que le trait s'affine un peu au fil des tomes), et j'aime beaucoup le fait que l'auteur change très souvent les tenues vestimentaires des personnages.

Elle va me manquer la petite Haru 8(
5 corbeaux


crepp, 06.12.2016 Ă  17:46363711
Faut arrêter là avec Chiisakobé, j'ai toujours pas craqué, Grimmy il me fait la gueule quand je sors de chez lui sans le prendre :o)) et maintenant vous ajoutez une couche sur bubulle en positif.
Je ne vous remercie pas.

Thierry, 06.12.2016 Ă  11:55363710
Thierry :
bon, ben c'est très bien. C'est même le pied

par contre, il y a quelquse chose que je remarque, c'est la qualité de le mise en scène de Mochikuzi. On la remarque rarement, étant plus attentif à la lisibilité, le composition ou la narration (voire les cadrages alambiqués qui font souvent office de cache-misère), mais il y a un vrai travail de mise en scène dans Chiisakobé qui apporte une véritable originalité une histoire qui serait autrement bien jolie mais sans plus (offrez le même pitch à Taniguchi, et le résultat serait autrement plus larmoyant et irritant)

Thierry, 05.12.2016 Ă  11:45363708
bon, ben c'est très bien. C'est même le pied

e m, 29.11.2016 Ă  16:54363674
Thierry :
mais en plein dans son obsession plantaire

Ah ah ! C'est vrai, mdr :-D



ingweil :
Gunnm et Hokuto no Ken dans la mĂŞme phrase...
LĂ  tu me fais du mal !...

Désolé 8))

Je n'ai lu que le premier tome, la suite ce sera au gré du rythme de parution de la réédition.
Pour le moment, ça y ressemble fortement dans l'univers post-apocalyptique avec ses gros méchants très méchants.
L'espèce de monstre qui mesure au moins 3m, qui est bien sadique, qui veut bouffer (littéralement) tout le monde...
Tu remplaces Gally par Ken, et ça aurait tout à fait sa place dans HnK.

J'imagine que ces thèmes et différences que tu mentionnes n'apparaitront qu'après ce premier tome.


>>(En tout cas prends bien garde Ă  t'arrĂŞter Ă  la fin du volume 9 et Ă  ne pas ouvrir le Last Order).
Oui, c'est que j'ai pu comprendre en parcourant rapidement divers avis sur la série.



----
Je poursuis avec mes lectures :
Last Hero Inuyashiki #6...
La photocopieuse ne doit pas chômer chez Oku Hiroya. Non seulement il ne dessine aucun décor, mais j'en viens à me demander si sur certaines cases il ne se contenterait pas de photocopier/coller des photos de personnes réelles pour les personnages secondaires.
Le rendu tellement figé, souvent laid.
Dommage. L'histoire de ces cyborgs de salaryman looser et de lycéens psychopathe qui veut zigouiller la terre entière, me plait bien.
4 SAT (4 avec des vrais décors)


Chiisakobe #2...
Pareil que le premier tome, mais un petit truc en plus.
5 picnics


My hero academia #6...
Toujours aussi bien, du bon shonen comme on les aime.
4 paralysies

ingweil, 29.11.2016 Ă  16:09363670
Gunnm et Hokuto no Ken dans la mĂŞme phrase...
LĂ  tu me fais du mal !
A part le climat post-apocalyptique, les deux œuvres n'ont que peu Ă  voir ensemble. Ne serait-ce que par la place de la figure fĂ©minine dans le rĂ©cit.
La rédemption est une figure essentielle chez Buronson (rédemption par la mort évidemment, et la notion du nettoyage d'un monde à la dérive -thème largement inspiré par Mad Max-). Chez Kishiro, la dimension du sauveur est plus questionnée que mise en avant, on pourrait presque y voir un anti-Hokuto no Ken si Gunnm n'était pas aussi riche de thèmatique (critique de la société du spectacle, de notre appétence pour la violence...). Visuellement on est à des millénaires.
Non non vraiment je ne peux pas laisser passer ça...

(En tout cas prends bien garde Ă  t'arrĂŞter Ă  la fin du volume 9 et Ă  ne pas ouvrir le Last Order).

Thierry, 29.11.2016 Ă  14:24363669
e m :
Un peu moins violent, quand mĂŞme 8)

mais en plein dans son obsession plantaire

e m, 29.11.2016 Ă  13:50363668
Un peu moins violent, quand mĂŞme 8)


Et lu Gunnm #1...
LĂ  par contre c'est au moins aussi violent !
Donc, c'est violent, c'est gore, et les méchants sont terriblement grotesques.
De ce point de vue ça ressemble beacoup à Hokuto no Ken, à voir comment évoluera le récit.
(Gally est tout de mĂŞme plus sexy que Ken la montagne de muscles)
4 bébés

Thierry, 29.11.2016 Ă  9:56363665
e m :
Aussi lu Chiisakobé #1...
Et aussi bien apprécié. Curieux de savoir comment cela va évoluer.
J'aime bien les personnages (un peu moins les enfants qui, bien que peu présents, sont déjà plutôt agaçants) et la mise en page assez déroutante.
4 enfants

on dirait du Tarantino :o)

e m, 29.11.2016 Ă  8:57363664
Aussi lu Chiisakobé #1...
Et aussi bien apprécié. Curieux de savoir comment cela va évoluer.
J'aime bien les personnages (un peu moins les enfants qui, bien que peu présents, sont déjà plutôt agaçants) et la mise en page assez déroutante.
4 enfants


SĂ©ki - Mon voisin de classe #5+6...
C'est amusant le temps d'un ou deux chapitres, malheureusement cela devient répétitifs et on s'ennuie assez rapidement.
Et le fait que le personnage de Seki ne parle jamais, et que sa voisine commente absolument tout ce qu'il fait ne fait qu'accentuer l'ennui.
2 trains

Thierry, 28.11.2016 Ă  11:58363657
aurais-je trouve mon coup de coeur 2016 (si les tomes suivfants sont Ă  la hauteur ?)

e m, 09.10.2016 Ă  16:29363319
Le disciple de Doraku #1+2...
Encore un manga au thème un improbable (dans nos occidentales contrées) : le rakugo.
Ce spectacle ou un conteur, assis seul sur scène, en kimono, muni d'un éventail, raconte une histoire.
On va donc suivre l'apprentissage d'un jeune adulte, qui presque sur un coup de tĂŞte laisse tomber son boulot pour se lancer dans le rakugo.
Et on découvre avec lui cet univers "impitoyable" ou les disciples s'écrasent tous face aux maitres. Maitres qui ont quand même tous l'air d'être de vieux aigris limite esclavagistes et qui ne font rien qu'à gueuler sur les disciples. (j'exagère un peu, mais il semblerait que ce côté dominant / dominé dérange un peu. cf bullechronique Hercv et le sujet sur le forum mangaverse)
Ça n'en a peu-être pas l'air comme ça, mais c'est plutôt intéressant, bien fait, et ça se lit tout seul. J'aurais bien enchainé sur le tome trois (si je l'avais sous la main) après avoir lu d'un trait les premiers tomes. (deux fois 400 pages quand même)
Le dessin typé années 80/90 fait un peu vieillot, mais tout en rondeurs, avec des décors qui ne sentent pas la photocopie à chaque case. J'aime beaucoup.

Un mot sur l'Ă©dition :
L'Ă©diteur vise une niche en proposant des beaux livres assez chers.
Espérons que ça fonctionne pour qu'on ait la suite, mais je ne les trouve pas très beaux ces livres (je préfère ce que propose Cornelius avec Nononba, par exemple), et un peu trop chers. (30€)
Je préfère de toute façon le format classique genre One Piece.
5 micros



L'attaque des titans #16...
Après plusieurs mois d'interruption, que ce soit les personnages, les enjeux, l'histoire... plus rien ne m'intéresse.
Il faudrait peut-être que je relise toute la série d'un coup.
2 seringues


Les enfants de la baleine #2...
C'est joli, mais c'est du déjà vu, et je me suis plutôt ennuyé.
2 pouvoirs magiques (ou je ne sais quoi. Et je m'en moque)

e m, 04.10.2016 Ă  20:02363281
Platinum end #2...
Personnages ridicules, histoire ridicule. Ça se prend trop au sérieux.
2 flèches

Thierry, 26.09.2016 Ă  9:20363199
Le Bateau-Usine est avant tout un classique de la littérature japonaise. On peut en faire une sorte de Germanal japonais. Paru à la fin des années 20, Le bateau-Usine invitele lecteur à partager la vie quotidienne des travailleurs embarqués sur un énorme bateau de pêche. A son bord, marins, pêcheurs et ouvriers chargés de conditionner le produit de la pêche. Les conditions de vie sont terrible et l'intendant est d'une cruauté sans nom, au point que la colère commence à gronder au sein des travailleurs, jusqu'à l'impenssable: la grève.
Texte majeur de la littérature sociale japonaise, ce roman fit scandale et son auteur mourut quelques années plus tard dans des circonstances troubles. Cette version manga a pour but de le faire découvrir à un nouveau public. Honnêtement, il réussit son pari parce qu'il me donne envie de lire le roman. Mais en tant que tel, c'est un livre que je qualifierais d'honorable, sans plus. Un peu léger, trop facile, trop court mais intéressant dans la thématique qu'il développe.

NDZ, 25.09.2016 Ă  22:23363197
Je n'avais jamais lu ce genre de manga... et... c'est plus de mon âge. Je vois désormais sur quelles obsessions était construit Last Man (mais je n'ai lu que le 1).

e m, 25.09.2016 Ă  19:48363194
Non mais c'était surtout par curiosité, hein 8))


Au passage...
Space brothers #16...
L'histoire avance doucement, mais c'est toujours aussi bien.
5 tortues


Prisonnier Riku #17...
Toujours les mêmes défauts, mais ça reste sympa.
3 cartes sd


Online - The Comic #1...
Petit résumé :
Des gens sont obligés de jouer à un jeu vidéo, sinon on tue des membres de l'entourage.
Si leur personnage meurt dans le jeu, il perdent automatiquement l'usage d'un organe (réel, celui là). Ils meurent dans la vraie vie, s'ils meurent trop dans le jeu.
Voilà donc un postulat de départ qui n'est absolument pas crédible, et qui en plus est mal traité.
En gros plein de gens se font assassiner, mais ça n'a l'air de choquer ni d'inquiéter personne.
L’héroïne, contrainte de jouer à jeu mortel n'a pas trop l'air de s'en faire. Elle s'inquiète cinq minutes, et puis ensuite, c'est bon elle s'est déjà habituée au truc, y a plus de problème.
A voir s'il y a des explications convaincantes dans les tomes suivants, mais j'en doute.
2 mains gauches (parce que je suis de bonne humeur)

lanjingling, 25.09.2016 Ă  14:32363193
e m :
Sinon pour l’intérêt, c'est peut-être d'aborder un problème qui touche beaucoup de monde sans que personne n'ose en parler.

Le dernier tabou :)
Non, mais je comprends que l'on puisse avoir besoin d'infos sur le sujet, mais de lĂ  Ă  lire deux tomes...

Anoeta, 24.09.2016 Ă  20:08363191
crepp :

Je cherche à savoir, comment un jour, devant une page blanche, on peut se dire :"tiens je vais écrire/dessiner sur les hémorroïdes ??


La première grande histoire sur les hémoroides est la petite sirène...

e m, 24.09.2016 Ă  18:57363190
crepp :
Je cherche à savoir, comment un jour, devant une page blanche, on peut se dire :"tiens je vais écrire/dessiner sur les hémorroïdes ??

D'après les petites notes (plutôt humoristiques) de l'auteur, il souffre lui même d'hémorroïdes.
D’où peut-être son envie d'en parler.
A confirmer toutefois...



lanjingling :
Question un peu voyeuriste: c'est graphiquement explicite ? Et si pas, où se situe l'intérêt du truc ? Et si oui, le dessin est-il réaliste ? (parce que sinon, en super déformé, ce serait amusant aussi)


Aucune scène explicite, il y a des schémas explicatifs quand nécessaire.
Graphiquement c'est dans le genre shonen actuel. Il me semble qu'il y a quelques scènes en mode SD (sauf erreur parce que j'ai lu plusieurs séries ces derniers jours et je confonds peut-être).
Et quasi pas de fan service contrairement à ce que pourrait laisser penser les premières pages.

Sinon pour l’intérêt, c'est peut-être d'aborder un problème qui touche beaucoup de monde sans que personne n'ose en parler.


crepp, 24.09.2016 Ă  18:40363189

lanjingling, 24.09.2016 Ă  17:39363188
Question un peu voyeuriste: c'est graphiquement explicite ? Et si pas, où se situe l'intérêt du truc ? Et si oui, le dessin est-il réaliste ? (parce que sinon, en super déformé, ce serait amusant aussi)

crepp, 24.09.2016 Ă  17:28363186
e m :
Anus beauté 1+2...
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les hémorroïdes. Et même plus encore, étant donné à quel point ce manga est didactique.
Trop didactique d'ailleurs, la pseudo-histoire n'est qu'un prétexte aux explications sur les hémorroïdes.
Ça reste intéressant d'un côté, mais ce n'est pas le genre de série qu'on aura envie de relire.
3 photos (dont une bonus pour le titre)


Je cherche à savoir, comment un jour, devant une page blanche, on peut se dire :"tiens je vais écrire/dessiner sur les hémorroïdes ??

e m, 24.09.2016 Ă  16:54363185
Anus beauté 1+2...
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les hémorroïdes. Et même plus encore, étant donné à quel point ce manga est didactique.
Trop didactique d'ailleurs, la pseudo-histoire n'est qu'un prétexte aux explications sur les hémorroïdes.
Ça reste intéressant d'un côté, mais ce n'est pas le genre de série qu'on aura envie de relire.
3 photos (dont une bonus pour le titre)


Sun-Ken Rock #1...
C'est moche.
De nombreuses pages au dessin bâclé, qui n'atteint même pas le niveau d'un fanzine amateur de collégien.
Les couvertures, bien que plutôt racoleuses dans leur genre, me plaisaient pourtant, mais le décalage avec le contenu est trop important.
Histoire et personnages déjà vus et revus.
Pas envie de lire la suite.
1 policière


e m, 21.09.2016 Ă  14:14363173
Freak island #1...
Ils m'agacent ces mangakas qui ne dessinent plus un seul décor et se contentent de photocopier une photo et d'y coller leurs personnages.
Certains se donnent au moins la peine d'effectuer des retouches pour avoir un rendu moins "photo". Ce n'est pas le cas dans cet album, et certaines planches sont particulièrement laides.
Et ça ne me donne pas envie de lire la suite.

0 tĂŞte de cochon

e m, 07.07.2016 Ă  21:57362733
J'essayerai quand même le tome 2... Les dessins et l’héroïne sont jolis :D
Et à en croire le résumé de l'éditeur il y aurait quand même une histoire.



En attendant je viens de lire
Woodstock #1+2...
Des jeunes qui montent un groupe de rock.
Je desespérais trouver un manga sur la musique depuis Beck (il y a bien Nodame, mais ce n'est pas le même genre). En voilà enfin un !
Du shonen (seinen ?) tout ce qu'il y a de plus classique, mais pas trop mal.
4 basses (je surbullenote un peu)

Herbv, 05.07.2016 Ă  22:29362689
J'avoue que ce Sakka, je ne l'essayerai pas :)

e m, 05.07.2016 Ă  21:24362688
Stravaganza #1...
Les dessins sont jolis, la fille est très jolie.
De l'heroic-fantasy, visiblement...
Mais pour le moment on ne sait pas trop, parce qu'à part la fille qui se balade partout à moitié à poil dans un univers médiéval un peu fantastique, il ne se passe pas grand chose dans ce premier tome.
A acheter ou lire si vous aimez les jolies filles et le fan service (l'auteur n'est pas radin Ă  ce niveau, en a pour son argent !).
Sinon mieux vaut attendre de voir si une histoire sera développée dans les prochains tomes.
3 casques

e m, 03.07.2016 Ă  13:49362670
Billion dogs #1...
Mouais...
Il y a trop de facilités, les situations et les personnages ne sont pas crédibles :
genre le perso principal est un lycéen qui a l'air d'être au moins aussi intelligent que Light de Death Note, qui pirate des caméras de surveillances tranquillement, qui possède du matériel d'espionnage sans qu'on ait la moindre explication d'où il le sort, etc...
Ça se lit, mais pas vraiment convaincu, et pas envie d'acheter la suite.
2 statuettes.


Space brothers #15...
Cette série, par contre, après 15 tomes est toujours aussi bien.
Et j'attends la suite avec impatience.
5 bottines

e m, 02.07.2016 Ă  8:17362666
H2 #13 Ă  16...
Quatre tome qui ne portent quasiment que sur des matchs de baseball. Et après avoir feuilleté les tomes suivants j'ai l'impression que ça va continuer comme ça jusqu'à la fin.
Ça plaira peu-être aux fans de ce sport, mais pour ma part ça commence un peu à m'ennuyer.
4 koshiens, mais je surbullenote un peu

e m, 17.06.2016 Ă  9:40362540
e m :
Maintenant vu la fin du tome 5 je crains que ça ne se prenne un peu trop au sérieux et perde tout le côté deuxième degrés.



Magical girl of the end #6...
Après lecture du tome 6, mes craintes semblent s'être réalisées.
On a l'explication de l'origine des des magical girls, et c'est malheureusement bien décevant. Encore une histoire de **** et **** qu'on a déjà vu plein de fois.
C'est vraiment dommage ce manque d'originalité.
Je préférais les premiers tomes et tout le côté survival second degrès. J'espère qu'on y reviendra.
3 baguettes

e m, 30.05.2016 Ă  20:23362365
Je n'ai pas vraiment accroché au premier Magical Girl parce que je ne savais pas du tout de quoi il s'agissait, et que le genre horreur/gore ce n'est principe pas trop mon truc. Donc un peu "mal à l'aise".
Jusqu'à ce que je me rende compte qu'en fait c'est juste du gros délire à lire au delà du premier degrés. Là ça passait nettement mieux, et je me suis plutôt bien amusé.
Maintenant vu la fin du tome 5 je crains que ça ne se prenne un peu trop au sérieux et perde tout le côté deuxième degrés.



Le premier tome de Chevalion est plutôt gentil, mais pas très marquant : deux jours après je ne me souviens déjà plus du tout de la fin (!!)

Je crois que ce qui m'a le plus marqué, c'est la couverture.
Dommage qu'Akata n'a pas utilisé les parodies de couvertures façon Martine :

J'aime beaucoup celle-ci 8)




Herbv, 29.05.2016 Ă  22:24362361
Je vois que tu as appris à apprécier Magical Girl of the End au fil de ta lecture. J'avoue ne pas avoir trop accroché au tome 1 (3 de mes bullétoiles doivent correspondre à 2 des tiennes), mais il faudrait que je fasse l'effort de lire la suite, j'ai l'impression.

Quand à Fullmetal Knights Chevalion, il faudra que j'essaye, surtout si ce n'est pas si WTF que ça.

e m, 29.05.2016 Ă  10:26362360
Fullmetal Knights Chevalion #1...
Résumé de l'éditeur :
"Fullmetal Knights Chevalion". C'est sous ce nom que sont connus les cinq valeureux héros qui ont sauvé l'Humanité d'une disparition certaine. Après avoir éradiqué pour de bon les Death Universe, extra-terrestres venus conquérir la planète Terre, les différents membres de ce groupe de justiciers sont retournés à une vie normale. Tous, sauf Red qui, depuis la fin du grand combat, n'arrive pas à se réintégrer socialement !!! Chômeur et presque SDF, il tente - tant bien que mal - d'aider la police à faire régner… l'ordre et la justice ?! À moins qu'en réalité, il ne se contente de troubler, bien malgré lui, l'ordre public…
Publié dans la collection WTF ?!
Quelques scènes marrantes, une jolie couverture décalée, mais ça manque malheureusement de WTF. Vu la collection je m'attendais à nettement plus déjanté.

Et assez gêné dans ma lecture par le fait que l'éditeur ait remplacé toutes les onomatopées d'origine par des françaises. C'est très agaçant.
3 armures


Magical girl of the end #1 Ă  5...
MĂŞme Ă©diteur, mĂŞme collection. Mais lĂ  on a du bon gros WTF !?
Des magical girls débarquent dans une école et massacrent tout le monde.
Du survival horreur bien trash / gore ou l'auteur se fait plaisir et ne se refuse rien. Espérons que ça tienne sur la durée et qu'il ne se perde en essayant de faire un truc trop ambitieux.
4 policiers


Platinum end #1...
Ça ressemble à Death Note (même auteurs), mais avec un côté encore plus ridicule.
3 flèches


My hero academya + One-punch man
Du bon shonen pur et dur !
4 super-pouvoirs

e m, 17.04.2016 Ă  21:09362077
Naruto #1 Ă  12...
Ça se lit gentiment, mais ça manque de fun et ça se prend un peu trop au sérieux.
Ça ne vaut clairement pas un bon vieux One-Piece.
3 renards

e m, 27.02.2016 Ă  19:53361623
Food wars #1+2...
Du bon shonen nekketsu ou des élèves s'affrontent à coups de délicieux plat qu'ils cuisinent.
C'est joliment dessiné, assez amusant, on découvre des plats japonais, et il y a plein de jolies filles et du bon gros fan service pour plaire aux garçons 8D
4 donburi

e m, 07.02.2016 Ă  18:19361490
Plum #1...
C'est plutôt mignon, mais la mère et le fils qui s’émerveillent sans arrêt devant leurs chats sont complétement neuneus et assez agaçants.
2 pulls

Allister Baudin, 25.01.2016 Ă  14:40361338
Glotz :

Quelques récits importants par l'auteur du classique L'École emportée.
N'y connaissant pas grand chose au mange d'horreur, j'ai eu l'impression de lire de l'eroguro Ă  la sauce sociale, une sorte de croisement Maruo/Tatsumi. Je lirai la suite aevc plaisir.



Je viens de lire une interview de Junji Ito (Kaboom N°9) dans laquelle il se réclame de Umezu ; quand on lui demande s'il se sent proche de l'ero-guro il répond avec dégoût qu'il n'aimerait pas être mêlé à ce genre pornographique. La distinction entre le manga d'horreur et l'ero-guro semble bien tranchée au japon, les jeunes filles pouvant lire du Umezu, alors que Maruo reste une lecture honteuse.

e m, 25.01.2016 Ă  13:19361335
Le tome 4 est donc prévu pour dans 18 mois 8D

****
Les enfants de la baleine #1...
Un peu déçu par ce premier tome, je m'attendais à bien plus original.
Le coup de la communauté isolée, des jeunes rebelles, des sages qui ont un secret... On l'a déjà vu et revu moult fois.
Je lirai quand même le deuxième tome, mais sans grande conviction.

3 sauterelles

Herbv, 24.01.2016 Ă  22:26361324
Le pire est que le tome 4 n'est pas encore sorti au Japon... J'ai prévu de poser la question à Wladimir Labaere si j'arrive à le croiser à Angoulême.

e m, 24.01.2016 Ă  22:12361323
Deathco #1+2 qui paraissent simultanément.
J'aime bien quand les Ă©diteurs sortent les deux premiers tomes d'un coup.
Mais je vois aujourd'hui sur la fiche du tome 3 qu'il est prévu pour fin mai.
Curieuse stratégie. Quel intérêt de sortir les deux premiers tomes en même temps pour avoir ensuite un délai de cinq mois (c'est long pour du manga) avant le suivant...?

Sinon, c'est du A.Kaneko : Assez barré, assez violent, assez glauque etc...
A voir où ça nous mènera.
3 chauves-souris





Allister Baudin, 23.01.2016 Ă  12:54361310

Chiisakobe.

D'une part, le "jeu" d'acteur des personnages est lourdingue : un personnage triste se recroqueville en boule, stressé ou énervé, il serre les poings, contrarié, il se tient les mains et se mord les lèvres, géné, il se tripote les doigts.
Le cadrage accompagne ce jeu peu subtil : gros plan sur les lèvres qui se mordent pour exprimer l’agacement, gros blanc sur les poings serrés, etc.
Par ailleurs, l'auteur souhaite très subtilement (pour être au même niveau de lourdeur je précise : je fais de l'ironie) marquer les sentiments et caractères des personnages par des traits extérieurs : panier repas préparé avec soin ou gros plan sur des converses bien lacées.
Enfin, comme si ça ne suffisait pas, les textes redoublent tous ces choix bien lourds : par exemple, la première case d'une planche nous montre un regard fermé, les sourcils froncés. La seconde case commente : "Son regard obstiné, ses lèvres pincées...et ses mains". La troisième case, entame une descente et nous montre donc les épaules tendues du personnage, avec la suite du commentaire "...qu'elle serrait avec fermeté". La dernière case, logiquement, nous présente les mains serrées du personnage :"...exprimaient ses sentiments". Wouhou ! Wow ! Il fallait oser tant de lourdeur !


On est à des kilomètres de ce qu'on peut par exemple trouver dans Sunny, dont les gros plans de visages, de mains, d'oeils, etc, ne sont jamais de simples signes de sentiments, le corps étant pris pour ce qu'il est. Ils ne sont jamais portés par un jeu d'acteur grossier qui réduirait, comme dans Chiisakobe, la palette des sentiments à quelques lèvres pincées et mains qui se tiennent (dans chiisakobe, les sentiments sont d'autant moins réalistes qu'ils sont transparents, immédiatement compréhensibles). Enfin, dans Sunny, le rapport entre la gestuelle et la psychologie d'un personnage n'est jamais décrite avec lourdeur par une narration explicative et redondante.


Comme on peut le deviner à travers l'extrait de planche commenté plus haut, Chiisakobe a certaines planches faites de "mouvements de caméras": la caméra descend, passe sur le côté, la règle des 180° est respectée, etc. De manière générale, l'enchainement des plans est plutôt cinématographique (ce n'est pas vrai de tout le manga), et si les cadrages sont très efficaces (au sens où ils sont strictement fonctionnels, ce qui n'est pas contradictoire avec le fait que ce qu'ils montrent soit peu subtil), en rien on ne s'approche ici du réalisme constant des compositions de Matsumoto. Cependant ce n'est probablement pas le but recherché par Mochizuki, qui fait le choix plutôt intelligent de la fluidité, en se contentant de cadrages simples et d'un enchainement de plans "logique", ce qui contrebalance la balourdise de se façon de traiter les personnages.

Enfin, autre chose m'a gêné pendant la lecture : c'est le fait que les deux personnages principaux, le héros et son amie d'enfance, sont complètement stylés. Ce sont des hipsters parfaits, dont rien ne dépasse. D'abord, les références constantes à des marques (sac à dos Herschel, Converses basses, sneakers Nike) donne un côté "placement de produit" assez dérangeant. Ensuite, ces personnages sont censés avoir un certain passé lourd, une certaine épaisseur, et très honnêtement, ce n'est pas ce que m'évoque le style hipster, qui me fait plus penser au style des jeunes entrepreneurs protégés et bourgeois qui ouvrent à tour de bras des bars à céréales vintage de luxe au centre de quartiers pauvres de Londres. Evidemment, posséder un sac Herschel n'est pas contradictoire avec une certaine épaisseur psychologique et un certain passé lourd (oui, je connais des gens qui ont morflé et qui ont un sac Herschel), mais disons que dans une oeuvre, tout ayant son importance, ce sac (ou les Converse, ou cette barbe, ou n'importe quoi d'autre) semble constitutif du caractère brisé du personnage. Ce qui, pour qui a déjà passé une soirée sur le canal saint martin et connait la masse des débiles à barbes et chemise en jean, à la vie aussi vide que le pot d'un bébé pas encore propre, peut faire un peu sourire.
De plus, cette fascination de l'auteur pour le style d'une "jeunesse" actuelle passe, au mieux, pour une sorte de calcul opportuniste, au pire pour une forme de beauferie de vieux nostalgique, voire pour de la simple perversité (ce en quoi l'auteur s'assimilerait au père pervers d'une des personnages). On est donc assez éloigné du "vintage" réellement hanté par l'histoire qu'il sert, comme c'est le cas chez Wes Anderson, et on est plus proche de la fascination débile de Sofia Coppola dans Lost in Translation pour les sentiments pseudo-complexes des personnages tout esthétisés et en carton qu'elle filme. Cela étant, l'histoire n'en est qu'à son tome 1 et il est possible que toute cette imagerie de pacotille soit au service de quelque astuce narrative qu'on ne peut encore deviner; ce dont je doute fortement.

Néanmoins, cette lecture a été très agréable, car l'auteur a tout misé sur la fluidité (contrairement à moi dans cette chronique..hum) et sur le côté séduisant des design; par ailleurs, il faut avouer que le dessin est d'une maitrise remarquable et que je me suis arrêté plusieurs fois sur certaines images au dessin très très juste, d'une justesse qui contrebalance la grossiereté du traitement des caractères. Enfin, j'ai ri plusieurs fois à la lecture de certaines répliques irrésistibles, surtout provenant du père pervers de Yuko, le second personnage féminin qui vient en aide au héros.

e m, 23.01.2016 Ă  12:08361309
A silent voice #6...
Même reproche que pour les précédents tomes, les comportements, caractères, réactions des personnages, etc... manquent de crédibilité.
Et pas convaincu par la dernière page.
3 carnets...


Seven deadly sins #12...
Chaque nouveau tome j'ai oublié ce qui s'est passé dans le précédent, et ça fait plusieurs tomes où je m'ennuie un peu parce que je ne comprends plus à rien à l'histoire ni à tous ces personnages qui débarquent de je ne sais où.
Et je n'aime pas le personnage de la fille géante. Je ne vois pas comment un personnage qui mesure 10m peut cohabiter avec des personnages de tailles normales. Un cochon qui parle ça ne me dérange pas, je peux y croire, mais là c'est pas possible. C'est le genre de truc qui me fait encore plus sortir de l'histoire à chaque fois qu'elle apparait.
Sinon le dessin - sans trames - est sympa est change un peu des canons du shonen.
3 géantes...


Rin #1 Ă  5...
Un jeune qui veut devenir mangaka, une fille medium...
C'est du Harold Sakuishi, c'est du bon. Vivement la suite !
4 corbeaux...

Glotz, 22.01.2016 Ă  18:32361303

Quelques récits importants par l'auteur du classique L'École emportée.
N'y connaissant pas grand chose au mange d'horreur, j'ai eu l'impression de lire de l'eroguro Ă  la sauce sociale, une sorte de croisement Maruo/Tatsumi. Je lirai la suite aevc plaisir.


J'ai ri de très (trop ?) nombreuses fois. Dommage qu'il se soit senti obligé de rattacher ce récit à Dragon Ball.

Thierry, 20.01.2016 Ă  10:22361025
à l'origine, un incident bien réel: Tetsuya Tsustui découvre que son manga Manhole est censuré dans l'arrondissement de Nagasaki. Pire, il ne découvre cela que plusieurs années après que la décision aiet été prise. Ni lui, ni l'éditeur n'en ont été informé. Il décide de se défendre et découvre un univers absurde et bien inquiétant. Pour la petite histoire, un taux de nocivité est appliqué à un livre, basé sur le ratio entre le nombres de pages comprenant un contenu problématique et le nombre total de pages. Le contrôle se fait de plus sur base d'un examen purement visuel, sans même livre l'ouvrage incriminé.
C'est en réaction à cette histoire que TsuTsui a créé Poison City. Il imagine que cette forme de censure, pour l'instant gérée régionalement, soit dûment légiférée et soit appliquée avec fermeté. Un comité officiel statue sur les oeuvres sur base de critères délirants. Un jeune auteur, qui débute une nouvelle série horrifique, se retrouve dans les griffes de cette commission. Les intentions sont bonnes, mais Tsutsui n'est jamais vraiment convaincant. Sa colère est évidente et justifiée, ses justifications sont plus confuses. Pire, dans le premier volume, il se tire une balle dans le pied dans une scène pourtant bien engagée: des manifestants béboulonnent une statue qu'ils considèrent comme une incitation à la pornographie infantile: une réplique du manneken pis. Cette scène, sensée démontrer l'intolérance et l'obsession malsaine de ces défenseurs des bonnes moeurs, est complètement gâchée parce que Tsustsui dissimule de manière plus ou moins subtile le zizi de la statue. Ou bien il le dessine franchement, ou bien il joue sur l'hypocrisie de la situation en utilisant des caches ostentatoires. Il semble soudain cautionner cette censure en l'appliquant.
Dommae parce que le sujet était intéressant, surtout en cette période, mais Tsutsui ne semble pas avoir les épaules pour le traiter.

e m, 17.01.2016 Ă  21:13360977
[sangsues4 : album sans vignette] Sangsues #4...
Ça vire vers du bon gros thriller depuis le troisième tome, et ça me plait de moins en moins.
Dommage que ça n'est pas resté dans la veine des premiers tomes.
2 clés

Glotz, 12.01.2016 Ă  23:59360874
[sunny5 : album sans vignette]
Matsumoto ne s'épuise pas, c'est toujours aussi beau et intéressant.
Je ne m'explique cependant pas trop le décalage de 8 mois entre les traductions anglaises et françaises.

Mael, 03.01.2016 Ă  11:52360527
Fichtre, surprenant en effet, je ne pourrai y être mais ça s'annonce chouette.

Après je ne sais pas si l'événement n'a pas été un peu improvisé, je l'ai vu passer sur twitter mais il vient d'être annoncé (hier justement) pour la semaine prochaine donc... en tous cas je me doutais que ça t'intéresserai !

Herbv, 02.01.2016 Ă  23:25360520
'tain, on était au Musée hier, et pas une seule affiche pour annoncer la conférence.... Merci pour l'info, Mael.

Mael, 02.01.2016 Ă  22:02360518


Le samedi 09 janvier 2016 de 17:00 à 18:30, entrée gratuite dans la limite des places disponibles.

"Rencontre avec Julien Rousseau, responsable de collections Asie au musée du quai Branly.

En novembre dernier disparaissait Shigeru Mizuki, mangaka dont l’œuvre a profondément marqué l’imaginaire des créatures fantastiques (yokaï) du folklore japonais. Ancien soldat et blessé de guerre, il débute vers 1950 comme dessinateur et conteur de kamishibai (« théâtre de papier »), avant de créer l’emblématique personnage de « Kitaro le repoussant ». Ses histoires s’inspirent librement de la tradition orale et des univers graphiques des maîtres de l’estampe à sujet fantastique de l’époque d’Edo. A côté de l’humour et du pittoresque des yokaï, les récits de guerre et les autobiographies de Shigeru Mizeku donnent aussi à son œuvre une forte dimension historique et humaniste.

Julien Rousseau présentera des objets des collections en rapport avec l’univers de Shigeru Mizuki.

e m, 22.11.2015 Ă  12:32360026
Vinland Saga #15...
Tome 1 Ă  14 : prologue (!)
Tome 15 : transition
On pourra dire que Y.M. prend son temps pour lancer son histoire.
En attendant c'est toujours aussi bon.
5 chaines


Silver Spoon #8+9...
Et ça aussi c'est toujours aussi bien.
L'histoire est les personnages Ă©voluent mĂŞme un peu, je ne m'y attendais pas. Curieux de voir jusqu'oĂą l'auteur ira.
5 cochons

e m, 09.11.2015 Ă  20:01359906
L'attaque des titans #15...
Plus ça avance, plus ça m'ennuie. Tout ce côté politique ne m’intéresse pas des masses, je préférais quand c'était plus bourrin avec des titans partout.
3 présidents



A Silent Voice #1 Ă  5...
Une fillette sourde est le souffre douleur de ses camarades de classe. Ça se passe dans le premier tome.
Les personnages sont au lycée dans les tomes suivants.

Pas accroché au tome 1, c'est répétitif, et les personnages enfants sont insupportables.
Ça s'améliore beaucoup ensuite, même si ce n'est parfois pas très crédible (à croire que tous les japonais de 17/18 ans sont traumatisés par ce qu'ils ont fait quand ils avaient 9/10 ans).
2 puis 5 puis 4 photos


Et rien à voir, mais c'est quoi cette nouvelle mode chez les éditeurs de sortir des séries au format dictionnaire ?!
L'intégrale Planète façon encyclopédie de 2 Kg m'a bien fait marrer. Ça doit être très pratique à lire.

chrisB, 02.11.2015 Ă  10:25359869
Lecture sur les conseils de mon fils :)
Petit premier tome assez sympa, on va continuer un brin !

e m, 25.10.2015 Ă  19:22359831
Merci !
J'essayerai le premier tome après Silver Spoon.

Mr_Switch, 25.10.2015 Ă  14:27359830
Nobles Paysans, c'est bien aussi. Mais ça a les défauts de ses qualités.
C'est un recueil d'anecdotes. Ce n'est pas une fiction. Ce sont les souvenirs de jeunesse de l'auteure Ă  la ferme familiale.
Ca va dans tous les sens. C'est gentiment décousu puisque c'est publié de manière espacée.
Le dessin est faussement plus relâché (c'est un dessin relâché oui, mais les assistants sont toujours là ^^)
C'est plutot du SD. La plupart des personnages sont des vaches ou des légumes anthropomorphes.


Bref, c'est vraiment très orienté vie rurale. Avec le père de l'auteur en véritable danger public :)
Aucune idée de si ça peut te plaire car ça reste très particulier...

e m, 25.10.2015 Ă  14:03359829
Silver Spoon #1 Ă  4...
Essayé un peu par hasard, après avoir lu Fullmetal Alchemist de la même auteur.
Le genre de série qui ne m'intéresse pas vraiment : la vie d'un jeune dans un lycée agricole.
Finalement c'est vachement bien (c'est le cas de le dire), c'est tout gentil (ça change des shonens de baston), c'est drôle, et on apprend plein de petites choses...
4 cochons


Quelqu'un pour me dire ce que vaut Nobles Paysans ?
J'aime bien les petit strips où Hiromu Arakawa se représente sous forme de vache.

e m, 12.10.2015 Ă  12:36359726
Prisonnier Riku #1 Ă  5...
Un ado est accusé à tort d'un meurtre et se retrouve à purger un peine de 30 ans de prison.
Du shonen pure jus ou le jeune va devenir de plus en plus fort, se faire plein de copains (même si au début ils lui démontent bien la tête)...
Les premiers tomes sont pas mal, mais les 4 et 5 commencent à dégouliner de bon sentiments, et Rikku devient de plus en plus agaçant.

Et c'est obligé que neuf fois sur 10 les gars en prison sont gentils et les matons sont d'immondes crapules ?
Parce que Rikku est gentil (forcement, il est innocent), mais tous les codétenus, même si ce sont des assassins, au fonds ils sont forcément gentils eux aussi.

J'hésite à continuer cette série...
4 puis 3 bastons


Inspecteur Kurokochi #1 Ă  4...
J'ai à peu près suivi l'histoire sur le premier tome, mais cette histoire de flics ripoux et politiciens véreux m'aura perdu dès le deuxième tome.
Trop de personnages, d'histoires qui se recoupent... Mais j'aime bien quand mĂŞme, principalement en raison du personnage principal qui a une bonne tĂŞte de pourri et qui a l'air de vouloir entuber tout le monde en s'en mettant plein les poches.
Espérons qu'il soit vraiment pourri et pas gentil dans le fonds.
3 assassinats


Space brothers #12...
Cette histoire de gars un peu looser qui veut devenir astronaute avance lentement (Ă  ce rythme on sera sur Mars avant qu'il ne soit sur la Lune), mais c'est toujours aussi sympa.
Ça reste une de mes séries préférées du moment.

Juste dommage que Pika ait passé la publication en trimestriel. Sont quand même très agaçants chez Pika, à ralentir le rythme de publication des séries qui me plaisent.
5 légos

Herbv, 31.08.2015 Ă  22:07359452
Oui, c'est un excellent auteur.

Je n'ai pas encore lu Coffee Time car j'avais pris l'habitue qu'on me les prĂŞtes. Mais S. m'a fait faux bon. Ceci dit, il parait qu'il est nettement moins bon que les deux autres recueils.

Charlie Brown, 31.08.2015 Ă  16:40359448




Quel bon auteur que ce Tetsuya Toyoda ! C'est fin, sensible, intelligent, bien raconté. Surtout Undercurrent, qui déroule une intrigue prenante et se déroule sur la totalité de l'album, Goggles étant un recueil de "nouvelles", enfin d'histoires courtes, de qualité inégale mais de bonne tenue, certaines se répondant, une faisant même une légère référence à Undercurrent. Ayant lu les deux bouquins quasiment à la suite l'un de lautre, je trouve que Toyoda est meilleur sur la longueur. Vivement son prochain "long métrage".

e m, 23.08.2015 Ă  20:19359415
ingweil :
Arslan est assez réussi dans le genre, même si en-deça de Full Metal Alchemist ou de Vinland Saga. Un peu trop convenu dans les affrontements pour le moment, à voir si ça va évoluer avec le temps (mais va falloir être patient avant de voir de nouveaux tomes en français...).


Je viens de lire le premier tome.
Ce n'est pas transcendant, ça démarre assez lentement, mais c'est pas mal. A voir effectivement comment ça évoluera.

A point qui m'a un peu gêné : le rendu de la grosse bataille ou sont censé s'affronter des dizaines de milliers de soldats.
On a l'impression qu'il ne s'agit que d'une petite escarmouche.

3 flèche

ingweil, 21.08.2015 Ă  17:09359412
Arslan est assez réussi dans le genre, même si en-deça de Full Metal Alchemist ou de Vinland Saga. Un peu trop convenu dans les affrontements pour le moment, à voir si ça va évoluer avec le temps (mais va falloir être patient avant de voir de nouveaux tomes en français...).

e m, 20.08.2015 Ă  22:26359407
Je vais essayer de lire le premier tome de Vertical, on verra ce que ça donne. Le fait que ce soit des histoires indépendantes ne m'emballe pas vraiment non plus.

Atagoul c'est chez Clair de Lune. Peut-on se risquer à commencer une série chez cet éditeur ?
J'ai cru entendre qu'ils avaient mis toute leurs séries en suspens (?)

J'ai toujours eu un à priori négatif avec cet éditeur.
Un peu comme Ki-oon et Ankama, je zappe dès que je vois leur nom sur un bouquin. Je n'ai jamais rien apprécié de tout ce que j'ai lu chez eux.

SĂ©ki a l'air marrant, je vais attendre ta chronique.


Récemment je me suis essayé à :
Ajin, chez Glénat : pas vraiment convaincu par le premier tome. Le décalage entre le dessin shonen et l'histoire qui tend vers le seinen ne me plait pas vraiment.
J'attends tout de mĂŞme de voir ce que donnera l'histoire dans les prochains tomes.

Ascension, chez Delcourt : Essayé un peu au hasard, et pour une fois c'est une bonne surprise.

H2, chez Tonkam : M.Adachi raconte toujours la mĂŞme romance amoureuse entre les mĂŞmes personnages, sur fond de sport, mais j'accroche toujours autant.

Et dans les prochaines lectures :
Arslan, chez Kurokawa.
Innocent, chez Delcourt.
En espérant que ça me plaise...

Pages : | prec�dent | suivant

retour forum

bordure
coin bordure coin