crer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par Léon le Wacky
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Il y avait du Régine Déforges sur la brocante. J'ai bien pensé à ton conseil lecture.
Mr_Switch
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Dargaud et de la foison, d'ores et déjà, on en connait le Pilote

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1

lanjingling, 29.12.2018 à 3:14370892
Bien, mais pas dans les Bulles d'Or.

Herbv, 14.12.2018 à 13:44370755
Ouaip, je suis fan, et de Brüno et de Nury. Après, il faut prendre la série pour celle qu'elle est : du travail extrêmement efficace qui n'apporte rien d'original. Mais révolutionner le genre, ce n'est pas ce que je lui demande... :)

lanjingling, 14.12.2018 à 12:08370753
Je ne connais pas trop Hermann, mais j'ai du mal à l'associer au pillage/hommage du pulp. Tu aurais un habea corpus comme exemple? Serait-ce "Le secret des hommes-chien"? (je me fie au titre pour imaginer un contenu pulp.)

Thierry, 14.12.2018 à 11:59370752
Pierre :
crepp :




Je n'arrive pas à dépasser le stade d'une série sympa avec Tyler Cross. Ce troisième opus à ma préférence surtout grâce au personnage de Shirley. En fait le héros ne m’intéresse pas, c'est vraiment l'ambiance qui me plait.

3 flamants roses


Si l'on en juge par les bullenotes, la série a ses fans ici. On me dit que c'est inspiré de l'univers de Parker, le personnage culte de Richard Stark. Me trouvant en être un inconditionnel, j'ai des réticences à me plonger dans cette série, d'autant plus que le dessin de Brüno m'indiffère de plus en plus avec les années.

pas lu ce tome 3 (jeme suis longuement demandé si j'allais l'acheter puis je me suis souvenu de mon "achetons mieux, achetons moins" qui m'a convaincu) et je dois reconnaître ne pas trop comprendre pourquoi j'aime mis 4 étoiles aux 2 premiers tomes. Si les albums sont plaisants, ils n'ont rien de remarquables. On est dans la variation sur un thème connu, la reprise de motifs de la pulp culture, ce qui semble être la marotte de Bruno depuis un moment. 3 étoiles me semblent plus que suffisants. Je pense qu'il y a la réputation (surfaite) ds auteurs qui joue et le fait que dans le même genre (pillage éhonté de la culture pulp qui tente de se faire passer pour un hommage érufit et respectueux), Nury & Bruno font 1000 fois mieux que, par exemple, Yves H et son papou il y a quelques années.

Pierre, 14.12.2018 à 11:49370751
crepp :




Je n'arrive pas à dépasser le stade d'une série sympa avec Tyler Cross. Ce troisième opus à ma préférence surtout grâce au personnage de Shirley. En fait le héros ne m’intéresse pas, c'est vraiment l'ambiance qui me plait.

3 flamants roses


Si l'on en juge par les bullenotes, la série a ses fans ici. On me dit que c'est inspiré de l'univers de Parker, le personnage culte de Richard Stark. Me trouvant en être un inconditionnel, j'ai des réticences à me plonger dans cette série, d'autant plus que le dessin de Brüno m'indiffère de plus en plus avec les années.

crepp, 14.12.2018 à 8:43370750




Je n'arrive pas à dépasser le stade d'une série sympa avec Tyler Cross. Ce troisième opus à ma préférence surtout grâce au personnage de Shirley. En fait le héros ne m’intéresse pas, c'est vraiment l'ambiance qui me plait.

3 flamants roses

Mr_Switch, 28.09.2018 à 15:29370059
Ce deuxième tome ne vaut quand même pas le premier. Le premier était logique et assez drôle.
Le twist final de celui-ci est cousu de fil blanc, tout en étant artificiel. L'explication du titre n'a pas grand sens.
Après... oui, le message humaniste est bien là.

Mr_Switch, 12.04.2018 à 12:37368734
Je pense qu'Anoeta essaie surtout d'être logique. Il ne pourrait pas interdire l'expression à un môme dans la cour et n'en faire aucun cas en ofrrant ce titre à sa fille. ;)

Thierry, 12.04.2018 à 10:48368732
Anoeta :
Pas acheté ce tome 2 à ma fille car le titre me gêne... Donc pas lu.
Le tome 1 est très chouette.

pas lu le 1 mais le tome 2 est très chouette, et sans allusion coquine, si c'est ce qui te fait peur :o)

Anoeta, 11.04.2018 à 23:15368730
Pas acheté ce tome 2 à ma fille car le titre me gêne... Donc pas lu.
Le tome 1 est très chouette.

Thierry, 11.04.2018 à 10:07368724
très marrant et qui distille un message humaniste plutôt bienvenu. Mon gamin de 6 ans s'est éclaté.

crepp, 19.02.2018 à 16:42368334




Je continue les lectures (grâce à ma biblio municipale) de séries qui ont quand même une certaine côte. Du coté du trait, pour faire simple j'ai toujours aimé Bruno que je suis depuis Nemo, alors ça me fait plaisir car son trait donne l'ambiance à cette série. Sinon pour le reste, malgré un découpage plaisant, c'est quand même dur de se débarrasser de l'idée du déjà vu. La famille dans le premier tome, je pensais être dans "there will be blood", la description de la prison dans le second tome (plus l'idée du comptable) je pensais lire "Les évadés".
3 flingues (oui j'aime bien Bruno, sinon c'était plutôt 2)

Pierre, 09.01.2018 à 22:15367799
poulpedesoie :

Dans la catégorie album jeunesse transgénérationnel (qui peut être apprécié par les adultes également) le premier volume était vraiment très bien, plein de double sens et de malice, un excellent album d'éveil et de réflexion! Le second allonge la sauce, non sans esprit ni qualités, mais la construction (à surprise et coup de théâtre) similaire au précédent peut émousser le plaisir de lecture... Mais bravo aux scénaristes, estampillés "auteurs" et "adulte", de réussir à prendre également au sérieux le genre jeunesse avec intelligence et rire et bravo à l'illustratrice qui fait tout avec finesse :)


Quoi ! Un nouveau bulledairien ? Mais, depuis combien de temps cela n'était-il plus arrivé ? C'est une épiphanie ("J'aime la galette, savez-vous comment ? Quand elle est bien faite avec du beurre dedans ...").

poulpedesoie, 07.01.2018 à 10:31367753

Dans la catégorie album jeunesse transgénérationnel (qui peut être apprécié par les adultes également) le premier volume était vraiment très bien, plein de double sens et de malice, un excellent album d'éveil et de réflexion! Le second allonge la sauce, non sans esprit ni qualités, mais la construction (à surprise et coup de théâtre) similaire au précédent peut émousser le plaisir de lecture... Mais bravo aux scénaristes, estampillés "auteurs" et "adulte", de réussir à prendre également au sérieux le genre jeunesse avec intelligence et rire et bravo à l'illustratrice qui fait tout avec finesse :)

crepp, 04.01.2018 à 10:42367723




Voilà ça continue à se lire tranquillement (même s'il y a des passages inégaux). J'ai pas vraiment de quoi râler de ma lecture, ça me plait, pourtant j'ai lu ça hier et c'est déjà plus en tête. Sinon ça râle quand même beaucoup un vieux avec Mr Lupano.
entre 2 et 3 vieux.

crepp, 01.01.2018 à 19:13367592




Passage à ma biblio municipale, j'ai donc pris les trois premiers tomes pour voir ce que cela donne. et je rejoins Thierry sur l'idée générale, cela aurait pu être subversif mais en fait c'est gentillet, bien fait, mais gentillet.
bon la suite m'attend.
3 vieux quand même car moi aussi je suis gentillet.

NDZ, 06.03.2017 à 11:18365175
J'aurais ajouté à la tirade que ça sera la seule génération à avoir une retraite... et que c'est nous qui la payons... Non, je n'aime pas les vieux :)

NDZ, 06.03.2017 à 11:17365174
T'es rude, même si je trouve que tu as tout à fait raison :))

Thierry, 06.03.2017 à 10:56365173
je sais que c'est l'un des succès-surprises de ces dernières années. L'exemplaire que j'ai lu étyait estampillé dune 'douzième édition' qui en dit long.
Je n'ai jamais lu de Lupanot. Je pars vierge de tout a priori.
Trois vieux amis se retrouvent lors des funérailles de l'épouse de l'un d'eux. C'est l'occasion de se souvenir, pour ces trois vieux briscards, anciens syndicalistes tendance anar qui ont fait leur vie à l'ombre de l'usine pharmaceutique du coin. Puis, c'est le choc, la révélation inattendue qui va pousser le nouvellement veuf à sérieusement envisager un crime passionnel. Et s'il faut descendre jusqu'en Toscane pour exécuter son plan, il le fera. Poursuivi par ces 2 camarades et sa petite-fille enceinte, il se lance dans sa petite vendetta.
Comédie dramatique qui se veut fraiche malgré le manque de fraicheur de ses héros, je dois avouer être resté sur ma faim. Non que ce soit honteux. Le dessin semi-réaliste est agréable et l'ensemble est plaisant. Mais on sent bien que s'il y a volonté de mettre en scène des 'vieillards indignes', on finit sur un truc qui possède la subversivité d'un téléfilm de France 3. Il n'y a qu'une scène qui soit franchement réussie. Les auteurs en sont conscients puisqu'elle est reprise en quatrième de couverture. Dans cette scène, Sophie, saoulée par la sollicitude d'un groupe de touristes du troisième âge, pique une crise et se lâche complètement dans cette tirade:
Vous êtes inconséquents, rétrogrades, bigots, vous votez à droite, vous avez sacrifié la planète, affamé le tiers-monde !
En quatre-vingts ans, vous avez fait disparaître la quasi-totalité des espèces vivantes, vous avez épuisé les ressources, bouffé tous les poissons ! Il y a cinquante milliards de poulet élevés en batterie chaque année dans le monde, et les gens crèvent de faim !
Historiquement, vous... VOUS ÊTES LA PIRE GENERATION DE L'HISTOIRE DE L'HUMANITE !
Et un malheur n'arrivant jamais seul, vous vivez HYPER vieux !

Là, on tenait quelque chose de vraiment iconoclaste et original. Il y avait matière à un récit jubilatoirement indigne. Il y a preque du Mordillat dans cette scène, et du Mordillat dans l'idée générale. Mais le reste est gentiment aseptisé, qui ne mange pas de pain. Des vieux pas trop communs dans une histoire calibrée pour ne pas faire de vagues tout en donnant l'impression d'être (un peu) iconoclaste.
Gentil et inoffensif. Je dois reconnaître ne pas comprendre l'engouement autour de cette série. En même temps, Louis la Brocante et Joséphine apporte sans doute des éléments de réponse.

Mr_Switch, 21.10.2016 à 15:13363372
Après une première moitié longuette et dont on ne comprend pas forcément sur le moment qu'elle pose certaines bases, il ne faudrait pas abandonner le bouquin. En effet la seconde partie dévoile ses vraies intentions, sa véritable réflexion et est, de fait, bien intéressante. Des questions d'identité, de métissage, du bien fondé de l'exotisme... « Vanyda parvient à mettre les mots sur des ressentis complexes » comme le dit Morgan.

Vanyda est une auteure un peu particulière pour Bulledair, puisqu'elle est membre du site, puisque le site a prépublié On a pas des vies faciles où apparait une Vanyda romancée. Certains de nous avons pu la rencontrer en marge de festival.
Or Carolie, l'héroïne du présent livre, est un avatar assumé de Vanyda. Forcément, c'est un peu troublant (qu'est-ce qui est inspiré de faits réels, qu'est-ce qui l'est moins ?) mais également source de (méta)réflexions supplémentaires.

C'est donc une oeuvre dans laquelle il n'est peut-être pas simple de rentrer, mais dont on sort enrichi. Il m'a permis en tout cas une nouvelle introspection.

Thierry, 16.09.2016 à 11:33363138
J'avais lu Souvenir de l'Empire de l'Atome,dont j'avais gardé un plutôt bon souvenir, malgré un ensemble de clés que je ne maîtrisais pas, à savoir l'oeuvre de Cordwainer Smith. J'ai hésité avant de lire cet autre livre, qui reste dans un certain prolongement thématique. Il s'agit cette fois d'une plongée dans une certaine vision pop des années 60, traverséee de l'imagerie colorée de Pelleart, de Blow Up... et de l'ombre inquiétant de Diabolik, sorte de Fantomas italien, dont je me rappelle avoir vu le film Danger: Diabolik avec John-Philip Law.
Artuculé en deux grandes parties, ce livre s'ouvre sur le récit de cet étrange été 67, lors duquel la vie du jeune Antoine Lafarge va basculer. Il sera témoin d'événements étranges qu'il vont le hanter, jusqu'à ce qu'il comprenne leur signification quelques 20 ans plus tard. La première partie sera colorée et par moment franchement psychédelique, se vivant à travers du regard d'Antoine, adolescent qui s'apprête à basculer dans l'âge adulte. La deuxième partie, plus austère, sera celle des regrets, de l'incompréhension et de la nostalgie.
Cet été Diabolik est traversé d'images pop, de motifs qui sont autant de marqueurs d'une époque. Un melting pot séduisant et coloré mais dont l'apparente légèreté est régulièrement mise en doute par les faits qu'Antoine perçoit sans toujours en comprendre la signification réelle. On est d'abord attiré par cet aspect visuel engageant, mais c'est finalement l'histoire qui retient l'attention et fait que ce livre est plus qu'un joili ensemble de planches. Il y a quelques facilités, mais comme pour L'Empire... le livre reste une forme de pastiche parodique doublé d'un hommage critique à une période souvent fantasmée. Ces facilités ne sont finalement que d'autres marqueurs de cette époque.

Aba Sourdi, 14.09.2016 à 19:04363128
Mael :
Pierre :
C'est tout juste digne de figurer parmi les pages bd de Paris-Match ou de VSD.


En fait c'est une BD publiée sur un blog du Monde. En effet pas drôle du tout.

Au début je croyais qu'il se moquait des nouveaux beaufs, mais petit à petit j'ai commencé à douter et maintenant je crois qu'il en est vraiment un et qu'il s'y complaît. Effrayant. On relit "Flipper le flippé" avec un autre regard, du coup.

Ce qui est étonnant, c'est qu'un autre dessinateur "underground/trash" fait maintenant dans la BD sociologico-Paris Match, c'est Terreur Graphique. Là aussi il est difficile de savoir s'il fait exprès d'être grossier (surtout dans le style graphique, une sorte de magma de mauvais goût entre sous-Blutch et sous-Sempé) ou si c'est un canular postmoderne (qui pourrait être drôle un temps, mais là ça devient trop long).

Mael, 14.09.2016 à 14:46363127
Pierre :
C'est tout juste digne de figurer parmi les pages bd de Paris-Match ou de VSD.


En fait c'est une BD publiée sur un blog du Monde. En effet pas drôle du tout.

Pierre, 14.09.2016 à 13:48363126




J'ai lu quelques pages de ça en librairie, qui se sont avérées suffisantes pour me former un avis sur la qualité de son contenu.

Si je me rappelle les premières contributions de cet auteur dans les pages de Ferraille parce qu’elles avaient retenues mon attention (sans que je les trouve particulièrement enthousiasmantes), je peine à les rattacher aujourd'hui à cet ouvrage au dessin banal à souhait et dont la matière à la fois transpire la beaufitude auto-satisfaite et échoue lamentablement dans son ambition comique. C'est tout juste digne de figurer parmi les pages bd de Paris-Match ou de VSD.

lldm, 08.08.2016 à 23:40362940
Aba Sourdi :
! Mais comment peut-on trouver une quelconque motivation à faire un livre pareil ? Qu'est-ce qui pousse un humain à entreprendre cela ?



Je sais pas... La haine de la philo, par exemple ?

Aba Sourdi, 08.08.2016 à 20:34362939
Glotz :
J'ai tenu 10 pages. Même au plus fort de ma période prépa-potache, je n'aurais pas plus ri. Pépin est laborieux, Jul pas au meilleur de sa forme : qu'est-ce que c'est nul !

Exemple : "Ce Montaigne, il n'ira pas loin. Déjà 35 ans qu'il est en période d'Essais".

Et ne parlons pas de "La planète des sages"... J'ai feuilleté le tome 2 l'autre jour et j'en revenais pas, c'est juste un type qui résume grotesquement la pensée de grands penseurs en une petite page et un autre type qui fait des gags basiques en regard et hop, emballé c'est pesé ! Mais comment peut-on trouver une quelconque motivation à faire un livre pareil ? Qu'est-ce qui pousse un humain à entreprendre cela ?

Glotz, 08.08.2016 à 16:39362937
J'ai tenu 10 pages. Même au plus fort de ma période prépa-potache, je n'aurais pas plus ri. Pépin est laborieux, Jul pas au meilleur de sa forme : qu'est-ce que c'est nul !

Exemple : "Ce Montaigne, il n'ira pas loin. Déjà 35 ans qu'il est en période d'Essais".

Anoeta, 02.08.2016 à 13:53362878
Le PBE :
NDZ :
Mort Cinder est attendu pour la rentrée chez Rakham... un autre prétendant sérieux au prix du BullePatrimoine.

Rââ, mais moi c'est l'île au guano de Perramus qui me manque...


Petit détour à Donosti, la réédition de Perramus vient de ressortir en Espagne. Autre info, le dernier Clowes est déjà sorti là-bas, aucun sticker apparant sur la couverture... Je savais Bulledair populaire en France, Belgique, Norvège et Chine mais point d'influence chez nos amis espagnols donc.

wandrille, 15.07.2016 à 16:48362781
Gantois :
Ils feraient mieux d'éditer les albums qui ne sont jamais sortis en français, genre ça :



ça a l'air beau.

SeBso, 13.07.2016 à 20:46362778
Gantois :
Ils feraient mieux d'éditer les albums qui ne sont jamais sortis en français, genre ça :



Tout à fait d'accord. D'autant plus qu'il y en plein qui n'ont jamais été édités en France. Je viens de lire Sherlock Time et Un Tel Daneri dans les récentes éditions italiennes et c'est vraiment excellent (même si je n'ai pas tout compris car mon italien est plutôt rudimentaire...)

Gantois, 13.07.2016 à 11:38362777
Ils feraient mieux d'éditer les albums qui ne sont jamais sortis en français, genre ça :