| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Ringo
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Le gros problème c'est que si Casterman veut faire une collection érotique ils ne pourront plus l'appeler CasteX
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Editions Tanibis

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2

Thierry, 29.06.2020 à 11:27373617
c'est le problème des anthologies. Il ne faut pas le lire d'une traite, mais par petites touches. C'est une mosaïque qui se dévoile au fur et à mesure, un mélange de sensations et d'émotions subtiles. Il faut sans doute être dans le bon état d'esprit pour l'aprrécier.

Gantois, 29.06.2020 à 11:06373616

Le succès de cet album auprès des Bulledariens m'échappe.
J'ai abandonné à la page 76...

Mael, 05.06.2020 à 0:04373524
Merci pour le jugement d'excellence ^^ et la riche réponse.

En poussant, tout ça est devenu une note de blog.

Claude, 18.05.2020 à 19:51373477
Mael :
Je l'ai lu et ai bien aimé, surtout les deux derniers d'ailleurs (mais ai apprécié le premier aussi. Une grande question m'est cependant venue avec la page 98, dans le dernier récit donc "Un objet d'art".
Pendant toute cette pages, on voit le couple danser sur "Der Computer Nr. 3 ", une chanson bien connue de la carrière allemande (moins connue certes) de France Gall lors de son creux de la vague post-Eurovision et pré-Berger.
Alors en tant que fanatique de France Gall j'étais certes content mais curieux, je doute que D.J. Bryant ait mis cette chanson, mais peut être ! Première question donc est-ce cette chanson dans le VO ? Si non quelle est-elle et pourquoi ce choix (une chanteuse anglophone pop qui a eu un creux de la vague et fait une carrière dans une autre langue ?) ? Si oui et bien ma foi wow, étonnant. Mais la traduction reste bizarre puisque le texte inscrit mêle allemand et français "Der Com-Pu-ter ist précis dans sa recherche de la Frau idéale" dans un curieux Frallemand (je tente, sur le principe de franglais) alors que la chanson citée est en allemand sans mots français. Comme "Die schönste Musik, die es gibt, Was will ein Boy" et autres "Ein bißchen Goethe, ein bißchen Bonaparte" (le portrait du garçon idéal).

Voilà.


Excellentes remarques de Maël R.

En bref : oui, dans la VO c'est bien cette chanson ; et dans la mesure où les paroles y sont retranscrites en "anglemand", il nous a paru assez naturel de les traduire en "frallemand".

Pourquoi ces choix de l'auteur ? Pour la chanson en elle-même, l'influence qu'a pu avoir le travail de Daniel Clowes sur celui de Bryant est certes difficile à nier, mais son travail se nourrit de beaucoup d'autres choses, d'origines et d'époques très diverses. En particulier, avec le récit Objet d'Art (qui est également le titre du récit en VO), il entendait rendre hommage à tout un pan de la bande dessinée et du cinéma francophones qui l'a beaucoup marqué.

On pourra trouver (ou pas) dans Cité irréelle des réminiscences du film noir, de Mœbius, de Jack Kirby période romance comics, de Crepax, de Maruo, de la Nouvelle Vague… et donc aussi de France Gall (précisément, sur son blog "Sequential Monitor", D. J. Bryant dit avoir découvert les chansons de France Gall… via les BD de Guy Peelaert.)

Ensuite, pourquoi retranscrire cette chanson en "anglemand" : on pourrait supposer que le but était tout simplement de rendre les paroles plus intelligibles auprès des lecteurs ne lisant pas l'allemand… mais il faut voir aussi que D. J. Bryant recherche une certaine étrangeté : quand il décide de faire référence à une autre œuvre, son but n'est pas forcément de lui être fidèle et parfaitement respectueux. Au contraire ses citations et reprises sont souvent l'occasion d'opérer des translations, des torsions et des carambolages… Voir par exemple ce qu'il fait dans Evelyn Dalton-Hoyt en partant d'un récit de Ditko ou même, de façon vraiment cryptique, en calquant le prologue d'Objet d'Art sur celui de L'homme du Ciguri de Mœbius.

Mael, 14.05.2020 à 21:41373444
Thierry :
assez surprenant, celui-là. On pense immanquablement à Daniel Clowes et Tomine, mais avec du cul. Ce n'est pas toujours maîtrisé mais pour un premier album, c'est prometteur. C'est aussi l'un des rares exemples ou parler d'influence lynchienne n'est pas usurpé.

Je l'ai lu et ai bien aimé, surtout les deux derniers d'ailleurs (mais ai apprécié le premier aussi. Une grande question m'est cependant venue avec la page 98, dans le dernier récit donc "Un objet d'art".
Pendant toute cette pages, on voit le couple danser sur "Der Computer Nr. 3 ", une chanson bien connue de la carrière allemande (moins connue certes) de France Gall lors de son creux de la vague post-Eurovision et pré-Berger.
Alors en tant que fanatique de France Gall j'étais certes content mais curieux, je doute que D.J. Bryant ait mis cette chanson, mais peut être ! Première question donc est-ce cette chanson dans le VO ? Si non quelle est-elle et pourquoi ce choix (une chanteuse anglophone pop qui a eu un creux de la vague et fait une carrière dans une autre langue ?) ? Si oui et bien ma foi wow, étonnant. Mais la traduction reste bizarre puisque le texte inscrit mêle allemand et français "Der Com-Pu-ter ist précis dans sa recherche de la Frau idéale" dans un curieux Frallemand (je tente, sur le principe de franglais) alors que la chanson citée est en allemand sans mots français. Comme "Die schönste Musik, die es gibt, Was will ein Boy" et autres "Ein bißchen Goethe, ein bißchen Bonaparte" (le portrait du garçon idéal).

Voilà.

Mael, 11.05.2020 à 23:50373419
En 2013 un mystérieux auteur nommé EMG sortait Tremblez enfance Z46. Récit imbriqué au fil narratif très simple, il happait cependant le lecteur par ses constructions graphiques rappelant les débuts du design assisté par ordinateur ou des logiciels d’architecture, créant une chose étrange, mais très convaincante. Il aura fallu sept ans pour qu’un nouveau livre paraisse, toujours chez Tanibis, malheureusement juste avant le confinement.

Si le dessin lorgne toujours du côté des souvenirs informatiques on se retrouve cette fois-ci du côté du pixel et des jeux vidéos. Le pixel art et ses dérivés paraissent a priori un peu plus éculés pour le lecteur, souvent utilisé pour jouer sur des ressorts nostalgiques. Ce serait sans doute mésestimer EMG qui utilise certes le pixel, mais dans des constructions complexes. Celles-ci sont proches des cinématiques apparues dans les jeux des années 90 pour leur donner plus de contenu et d’incarnation, au fur et à mesure que les stockages gagnaient en capacités. Laborieuses à construire pour des mouvements minimaux, ces cinématiques étaient souvent accompagnées de bulles aux lettrages caractéristiques. Certains y virent d’ailleurs les débuts de frontières floues entre bandes dessinées numériques, jeux vidéo, animation…

Ce procédé restait rare et long à construire, EMG l’étale sur plus de 120 pages et donne ainsi une dimension toute particulière à son livre. La pauvreté nécessaire de la palette de couleur est exploitée au maximum et donne de surprenantes scènes d’eau déchainée, de glace à perte de vue ou de machines de guerre en déploiements. L’effet donné par le traitement graphique aux onomatopées, hurlement de sirènes comme roulis, les ancrent totalement dans le dessin.

Un dessin qui efface presque l’histoire, celle de Nicolas, surfeur professionnel qui participe à un contest à San Telmo, lieu qu’il déteste, lieu où son père est mort. On le voit lutter sans trop de succès, son grand-père débarque, tout s’arrête soudain et il affronte sa mémoire en marchant sous la mer alors que semble surgir une attaque d’aliens, ou de Russes, qui débarquent sur la plage. Il se passe beaucoup de choses, mais le fil est simple, comme dans son premier livre où l’ambiance générale était bien plus importante que le strict récit. La Vague Gelée suit ce principe et, pour peu qu’il accepte un cadre sans doute plus référentiel, le lecteur peut de nouveau être surpris à se laisser prendre. Un peu moins fortement tout de même. Trois Air Roll Spin.

lanjingling, 04.05.2020 à 14:39373390
Mael :
Je met ici plutôt que dans Derniers achats BD pour faire descendre Paquet

Il y a tout de même quelques bons albums parus chez cet éditeur, mais il est vrai pas suffisament pour avoir pu intituler ce sujet : "C'est le pied, Paquet."

Thierry, 04.05.2020 à 11:29373389
assez surprenant, celui-là. On pense immanquablement à Daniel Clowes et Tomine, mais avec du cul. Ce n'est pas toujours maîtrisé mais pour un premier album, c'est prometteur. C'est aussi l'un des rares exemples ou parler d'influence lynchienne n'est pas usurpé.

Mael, 04.05.2020 à 10:40373388
En remerciement de la lecture (y compris la version dépixellisée des zines grâce à une maline astuce) j'ai acheté ces deux titres, le premier parceque j'avais vraiment beaucoup aimé "Tremblez enfance Z46" et attendait un autre livre de l'auteur, le second un peu au hasard après avoir feuilleté en ligne.





Je met ici plutôt que dans Derniers achats BD pour faire descendre Paquet et Humano en effet, mon dieu !

Mael, 21.04.2020 à 23:47373351
Claude :
Mael :
mais malheureusement la plupart sont dans une très faibles def et si les rédactionnels sont nets les BDs sont souvent illisibles car le texte est totalement pixellisé (le dessin on devine à peu près mais ce n'est pas lui rendre honneur).

Ah oui, tiens. Note cependant qu'en mode lecture en ligne, la définition est bien meilleure (en attendant que je remouline ces vieilles choses en PDF, ce qui n'est peut-être pas pour tout de suite...).


Ha super merci, je n'avais pas vu les deux modes de lecture !

Claude, 21.04.2020 à 16:08373349
Ajout du jour à notre bibliothèque numérique, "Sous les bombes sans la guerre", bulle d'argent 2017 (cliquer sur la couv) :




Certes ça ne vaut pas la lecture en vrai, mais en attendant...

Claude, 21.04.2020 à 15:54373348
Mael :
mais malheureusement la plupart sont dans une très faibles def et si les rédactionnels sont nets les BDs sont souvent illisibles car le texte est totalement pixellisé (le dessin on devine à peu près mais ce n'est pas lui rendre honneur).

Ah oui, tiens. Note cependant qu'en mode lecture en ligne, la définition est bien meilleure (en attendant que je remouline ces vieilles choses en PDF, ce qui n'est peut-être pas pour tout de suite...).

lanjingling, 19.04.2020 à 13:57373333
OK, j'y étais pas du tout, j'étais parti vers "alors qu'une plus une bibliothèque est représentée" ou "alors que plus une bibliothèque n'est représentée". Il faut dire que j'ai un peu de mal en général à appliquer le rasoir d'Ockham...

Mael, 19.04.2020 à 13:31373332
lanjingling :
Ceci dit, même des textes non pixellisés sont parfois incompréhensibles. Là par exemple:
Mael :
(alors qu'ne plus une bibliothèque est représentée)
, j'ai rien compris :)

C'est pourtant assez simple, il n'y a qu'un mot qui déconne, aisément compréhensible, "ne" au lieu de "en".

Après tu peux ne pas du tout saisir le pourquoi de la remarque mais je pense que tu as le sens : il y a une bibliothèque représentée dans cette BD.

lanjingling, 19.04.2020 à 11:33373331
Mael :
la plupart sont dans une très faibles def et si les rédactionnels sont nets les BDs sont souvent illisibles car le texte est totalement pixellisé (le dessin on devine à peu près mais ce n'est pas lui rendre honneur). C'est dommage car il y a quelques étranges personnes qui sont particulièrement intéressées par lire ces zines ^^


Et peut-être même des pas étranges :)

Ceci dit, même des textes non pixellisés sont parfois incompréhensibles. Là par exemple:
Mael :
(alors qu'ne plus une bibliothèque est représentée)
, j'ai rien compris :)

Mael, 19.04.2020 à 10:50373330
Claude :
Il y a quelques temps, nous avons mis en place sur notre site web une bibliothèque numérique dans laquelle nous avons placé avec l'accord des auteurs un certain nombre de nos titres en lecture en ligne et téléchargement libre (accès gratuit possible, dons bienvenus d'autant que nous aurons assez probablement besoin de soutien ces prochains temps).

Pendant cette période de confinement, nous alimentons régulièrement cette bibliothèque de nouvelles œuvres. Dernier ajout en date : le bus de Paul Kirchner. À venir, d'autres titres d'Ivan Brun, L.L. de Mars, Paul Kirchner…
À noter que tous ces titres resteront en accès libre même lorsque la situation redeviendra "normale".


Merci, j'apprécie particulièrement le fait que ça ne soit pas que lié au confinement et que ça reste dans le temps.

J'en ai glissé un petit mot sur notre présentations de diverses ressources BD en ligne pour les bibliothèques de l'agglo où je travaille.

Une demande en passant, histoire d'abuser, j'étais très content de trouver des vieux zines et collectifs (Rhinocéros contre élépahant, Microbe, fourmi...) mais malheureusement la plupart sont dans une très faibles def et si les rédactionnels sont nets les BDs sont souvent illisibles car le texte est totalement pixellisé (le dessin on devine à peu près mais ce n'est pas lui rendre honneur). Les BDs d'Ivan Brun (alors qu'ne plus une bibliothèque est représentée) et Alexandre Kha dans le RCE 2 par exemple. C'est dommage car il y a quelques étranges personnes qui sont particulièrement intéressées par lire ces zines ^^

Claude, 28.03.2020 à 18:26373195
Il y a quelques temps, nous avons mis en place sur notre site web une bibliothèque numérique dans laquelle nous avons placé avec l'accord des auteurs un certain nombre de nos titres en lecture en ligne et téléchargement libre (accès gratuit possible, dons bienvenus d'autant que nous aurons assez probablement besoin de soutien ces prochains temps).

Pendant cette période de confinement, nous alimentons régulièrement cette bibliothèque de nouvelles œuvres. Dernier ajout en date : le bus de Paul Kirchner. À venir, d'autres titres d'Ivan Brun, L.L. de Mars, Paul Kirchner…
À noter que tous ces titres resteront en accès libre même lorsque la situation redeviendra "normale".

Gantois, 30.09.2018 à 11:51370077
Jesse Jacobs, voilà un auteur prometteur.

Même si j'avais trouvé son premier album moyen, les deux suivants sont vraiment très bon voir excellent.





Original, esthétique, surprenant, réjouissant !

Claude, 05.06.2018 à 13:52369086
Parution inopinée de Free Zone par Ivan Brun et Tristan Perreton, récit intégralement dessiné au cours de séances de dédicaces entre juin et novembre 2017.



Ce fascicule de 24 pages imprimées sur un papier recyclé 170 g est disponible sur le site de Tanibis pour la modique somme de 5 €, port compris.

Claude, 10.02.2018 à 11:17368290
Mael :
Pour rajouter au gag je signale que j'ai scanner mon exemplaire pour bubulle, mais a priori la couv a une erreur de couleur sur celui ci - mais peut-être que ça fait partie du projet aussi ?

Ça s'est intégré au projet par la force des choses. Il se trouve que l'imprimeur a réalisé un premier tirage avec une couverture complètement foirée, les noirs apparaissant plus clairs que certaines couleurs. En temps normal ces exemplaires auraient dû être pilonnés, mais comme cela résonnait de façon amusante avec le sujet du livre, il nous a paru opportun de régler avec une grosse remise ces exemplaires ratés à l'imprimeur et de les mettre en vente à moitié prix (5 € ça fait un peu cher pour un livre) en festivals.

Mael, 09.02.2018 à 10:23368286
Pour rajouter au gag je signale que j'ai scanner mon exemplaire pour bubulle, mais a priori la couv a une erreur de couleur sur celui ci - mais peut-être que ça fait partie du projet aussi ?

J'aime bien ses projets où l'erreur fait partie assumée du gag, surtout que j'ai mis une page en double dans le dernier gorgon (snif, on imprime la page de remplacement et on l'intière, hop).

Claude, 08.02.2018 à 20:50368284
Mr_Switch :
Le livre est appelé un coup Achevé d'imprimer, un coup Achevé d'imprimé, autant dans l'accroche sur le site que dans cette planche.
C'est une coquille récurrente, ou bien c'est un élément comique à part entière ?

Va savoir… mais ça ne m'étonnerait pas que Ricky Chiquelette (le "correctreur" mentionné dans l'ours) ait relu avec les pieds.

Mr_Switch, 08.02.2018 à 17:37368283
Le livre est appelé un coup Achevé d'imprimer, un coup Achevé d'imprimé, autant dans l'accroche sur le site que dans cette planche.
C'est une coquille récurrente, ou bien c'est un élément comique à part entière ?

Claude, 08.02.2018 à 15:27368282
Gilbert Pinos le directeur commercial de Tanibis m'a demandé de spammer les forums, alors voilà :


Achevé d'imprimer

La quatrième de couverture :


Achevé d'imprimer

10 ans d'édition indépendante, 72 pages, 5 €.

Attention, l'ouvrage est uniquement disponible en festivals et sur notre site web.

Pierre, 26.11.2017 à 14:02367112
Hier après-midi, déambulant dans les rayons du Gibert Barbès, je tombe sur l'anthologie ci-dessous:




Les bras séjà encombrés de divers achats (dont le dernier Jonathan Safran Foer et un gros livre sur la bière), je me suis résolu à prendre une autre fois ce volume intrigant. Ce n'est que partie remise: le feuilletant j'ai été saisi vraiment, à la fois par la contemporanéité du trait et de l'univers qu'il met en scène (nonobstant son sous-titre: "travaux choisis 1974-2014") et par l'étrange écho que son contenu semblait renvoyer depuis certaines pages oubliées d'Yves Chaland publiées dan Métal, entre sa digestion de Moebius et la mise au point de sa synthèse de l'école de Marcinelle. Cela au point que je me suis demandé si l'un et l'autre avaient pu se connaître.

Une présentation de l'éditeur, ici: En attendant l'apocalypse (un titre qui ne déplairait par à Menu).

Claude, 07.09.2017 à 11:23366440
Parution de Sleeves, recueil de pochettes de disques, affiches de concert et autres images dissonantes d'Ivan Brun réalisées au cours des 27 dernières années.

Sleeves cover

Sleeves

Sleeves

Sleeves


21x21 cm // 56 pages couleurs // 10 €

Attention, diffusion restreinte : contrairement à nos autres livres — habituellement présents en piles dans tout supermarché, Sleeves est tiré à 150 exemplaires et est uniquement disponible sur notre site web et dans quelques festivals.

Sinon, c'est vraiment un ouvrage non recommandé aux buveurs d'huile d'olive.

crepp, 06.04.2017 à 15:15365414




J'avoue c'est très dur d'en parler, car cette BD remue mes tripes. Il n'y a pas un moment de lumière, j'avais l'impression d'avoir mis ma tête sous l'eau sans avoir un seul moment pour reprendre ma respiration.
Oui c'est personnel et ça me fait ressortir mes histoires personnelles.
Lecture terriblement troublante, je souhaiterai parler de la beauté du travail effectué mais ça parait totalement déplacé, oui ... lecture vraiment troublante.
Je termine juste avec une petite pensée pour l'auteur, voilà.

Claude, 28.03.2017 à 13:01365336
À l'occasion de la sortie en librairies de Sous les bombes sans la guerre, deux titres de L.L. de Mars, Comment Betty vint au monde et Pingouins, ont été placés en accès libre dans notre bibliothèque numérique.

Mael, 06.03.2017 à 9:40365168
Il s'agit d'un récent rédacteur qui se focalise sur la BDAlternative et est en effet très pertinent.

Glotz, 05.03.2017 à 17:56365166
Bel article de fond en tout cas. Qu'ActuaBD arrive encore à m'étonner m'étonne.

NDZ, 05.03.2017 à 10:27365161
AH, je n'avais pas vu, l'ange a déjà commencé, c'est lui qui s'y colle... vite, il y en a déjà un deuxième qui "ne sait ni lire" :))

NDZ, 05.03.2017 à 10:25365160
Qui se coltine les réponses aux trolls dans les commentaires d'ActuaBD ? on tire à la courte paille ?

lldm, 05.03.2017 à 2:00365156
Claude :

Ces quelques mots sont tirés d'un copieux article consacré aux travaux récents de L.L. de Mars sur ActuaBD (si si!)



Dingue ...

Claude, 04.03.2017 à 18:53365155




"Sous les bombes sans la guerre est un livre grave et douloureux, comme le parcours de quelqu’un en quête d’apaisement."

Ces quelques mots sont tirés d'un copieux article consacré aux travaux récents de L.L. de Mars sur ActuaBD (si si!), lisible ici :
http://www.actuabd.com/Le-printemps-sombre-et-brillant-de-L-L-de-Mars

Claude, 03.11.2016 à 17:14363473




À l'occasion de la sortie de Prof. Fall d'Ivan Brun et Tristan Perreton, une exposition de planches et illustrations d'Ivan Brun se tient pendant tout le mois de novembre au Tasse-Livre, café-lecture situé place Sathonay à Lyon.

Vernissage / rencontre avec les auteurs demain de 18h30 à 21h.

Au cas où le travail d'Ivan Brun vous donne envie de danser, sachez que la soirée se poursuivra à partir de 21h à la MéduZe (lieu situé à deux pas du Tasse-livre) avec des DJ Sets de Commando Koko + DJ Daf = Papa Freak.

Prof. Fall Dancing Party

Le Tasse-Livre
1, rue Louis-Vitet — Lyon 1er
Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h, les samedis et jours fériés de 11h à 20h

La Méduze
26, rue Sergent Blandan — Lyon 1er

Plus d'infos sur Prof. Fall

Glotz, 01.04.2016 à 22:11361917
Un homme attend un bus puis y monte.
La référence à Queneau s'arrête là : alors que Madden dans ses 99 exercices de style a fait quelque chose de finalement assez mécanique et vain, Kirchner parvient à se renouveler à chaque nouvelle page et à maintenir tout au long du recueil un humour absurde de haut niveau, n'hésitant pas, généralement quand on s'y attend le moins, à glisser vers le fantastique, la satire sociale ou l'humour plus basique.
Le second tome (des planches inédites motivées par la réédition des planches du premier) m'a paru un peu plus répétitif, mais peut-être était-ce simplement l'effet de surprise qui s'était estompé.
Quoi qu'il en soit, ces deux albums portent l'art de la variation sur un même thème à des sommets à ma connaissance inégalés (même si je ne me départirai jamais de mon amour ancien pour la Rubrique-à-brac sur l'homme qui scie sa branche et les degrés d'humour).

Claude, 04.07.2015 à 13:22359185
Quelques questions à L.L. de Mars au sujet de ses pingouins.

Pingouins, par L.L. de Mars

Claude, 22.05.2015 à 19:41358886
Deux petits livres ces jours-ci en librairies :



Plus d'infos sur cette fantaisie spatiale ici

Ainsi que :

Qu'est-ce qui arrive

Qui traite de façon simple et touchante d'un thème difficile.

Mael, 16.12.2013 à 12:30353215
Oui oui, il est très bien ce livre.

ibnalrabin, 16.12.2013 à 11:33353213
Gantois :
Ce bouquin semble passer inaperçu sur bulledair. Malgré sa couverture peu attirante, son contenu est assez jouissif. A découvrir avant le bouclage des bulles d'or!


Je confirme que c'est sûrement un album intéressant. J'avais lu les histoires disparates dans des revues, je sais pas ce que ça donne ensemble, mais j'en avais trouvé de vraiment réussies, dans un genre mi-classique mi-expérimental (enfin je sais pas quoi dire comme mot).

Gantois, 16.12.2013 à 11:11353212
Ce bouquin semble passer inaperçu sur bulledair. Malgré sa couverture peu attirante, son contenu est assez jouissif. A découvrir avant le bouclage des bulles d'or!

lldm, 14.06.2013 à 16:01351497


Un article sur le « Ressac » avec Juhyun : http://www.du9.org/chronique/ressac/

Claude, 10.09.2012 à 0:05346392
exposition Paolo Pinocchio

Lucas Varela sera d'autre part à Nancy du 14 au 16 septembre pour Le livre sur la place, sur le stand de la librairie La Parenthèse.

june, 05.08.2012 à 1:29345925
Un tout petit mot pour signaler le passage de l'argentin Lucas Varela, l'auteur du très chouette "Paolo Pinocchio" paru récemment chez Tanibis, du côté de Besançon à l'occasion de Ce Qui Nous Lie, au début du mois d'octobre, à la Librairie Les Sandales d'Empédocle.
Toutes les infos précises (encore à venir, hum hum !) sur le site de l'asso ChiFouMi, organisatrice de cette manifestation.
A bientôt !

Claude, 05.05.2012 à 10:03344454
Une sorte de bande annonce pour "le bus" :

(plus d'infos sur "le bus" ici)

Aba Sourdi, 15.11.2011 à 13:41341074
Chouette de chez chouette !

Claude, 14.11.2011 à 23:23341065
Oui il sortira de son terrier pour l'occasion.

Aba Sourdi, 14.11.2011 à 20:46341060
L'auteur sera t-il présent ? Si oui, chouette de chez chouette !

Claude, 14.11.2011 à 19:51341055
exposition L.L. de Mars

Peintures, planches originales et dessins notamment tirés de Comment Betty vint au monde, Une brève et longue histoire du monde, M - une traversée des chants de Maldoror et Quelques prières d'urgence à réciter en cas de fin des temps.

Vernissage jeudi 1er décembre à partir de 18h30, projection de films d'animation du laboratoire Élémarsons.

Bibliothèque du 1er arrondissement de Lyon - 7, rue Saint Polycarpe, 69001 Lyon.

Plus amples informations

Aba Sourdi, 27.05.2011 à 20:40338471
Je me dis depuis longtemps que monsieur Kha/Carrier est le David B. rhônalpin, et ce livre le confirme une fois de plus. Je ne sais pas si celui-ci est son meilleur, mon but est plutôt ici d'évoquer l'ensemble de son oeuvre. Expliquons cette comparaison : même puits de culture à la fois littéraire, historique et ésotérique, même profondeur onirique, même calme dans l'étrangeté, MAIS avec un style plus romantique, un folklore personnel, un travail poétique bien à lui, un souffle léger très touchant, bref un je-ne-sais-quoi d'indéfinissable et d'unique qui fait que c'est un grand artiste.

Charlie Brown, 14.04.2011 à 10:47337812




On a essayé de me vendre ça comme du Chris Ware français ('tain les libraires sont vraiment prêts à tout pour refourguer leur camelote !). Bon, je veux bien reconnaître qu'Aurélien Maury est graphiquement très influencé par "l'école" Ware-Clowes-Seth (et qu'il s'en sort pas trop mal sur ce plan là, même s'il n'arrive à la cheville d'aucun des trois... Son dessin, c'est quand même ce qui m'a fait acheter l'album à l'occasion d'un festival avec séances de dédicaces...), mais au niveau du fond, de la profondeur, des dialogues et de la fluidité de la narration, y'a encore du boulot.
Ça traite métaphoriquement (un peu trop lourdes les métaphores, même si l'ensemble est un peu trop léger...) du passage de l'adolescence attardée à l'âge adulte. J'ai forcément lu beaucoup mieux ailleurs. Cela dit, c'est pas désagrable non plus... Bon, c'est son premier album, la marge de progression est donc encore grande (et puis c'est un gars qui m'a paru très sympathique). Wait and see...

Mr_Switch, 18.03.2011 à 14:34337227
It's a hand colorization ?

Claude, 18.03.2011 à 14:29337226
Aba Sourdi :
Sinon je viens de voir que Tanibis a été interviewé par Jackson Richardson pour une émission, et je vous jure que j'ai pas bu ! Il est sympa ?


Oui, Jackson est très sympa. Ce que l'on sait moins, c'est que c'est aussi un coloriste hors pair. Je défie quiconque de deviner quelle page du dernier cosmonaute il a mis en couleur.

Aba Sourdi, 16.03.2011 à 21:28337184
Hé hé, pas mal le tract qui fait genre que c'est un concert, bien trouvé ! Je ne sais pas si je pourrai y être néanmoins, on verra...

Sinon je viens de voir que Tanibis a été interviewé par Jackson Richardson pour une émission, et je vous jure que j'ai pas bu ! Il est sympa ?

Claude, 16.03.2011 à 20:16337182
Alexandre Kha, Sylvie Fontaine et Aurélien Maury (dont le premier album le dernier cosmonaute vient de paraître) en dédicace demain soir à la librairie lyonnaise Expérience :


nocturne tanibis experience

Aurélien Maury sera également à Marseille ce samedi 19 à la Réserve à Bulles (76 rue des 3 frères Barthélémy).


le dernier cosmonaute maury tanibis

chrisB, 25.11.2010 à 18:23334780
Thierry :
une merveille, je confirme


Oui, superbe recit muet

Apres la mondialisation n'est pas partout, obligé de "localiser" un titre sans texte pour lui donner de la visibilite...

Thierry, 25.11.2010 à 13:11334767
une merveille, je confirme

Claude, 25.11.2010 à 13:07334766
Paru ces jours-ci, retenu haut la main dans la sélection officielle Tanibis 2010 :


Blood Song, une ballade silencieuse, couverture


Présentation ici, extraits .


Blood Song, par Eric Drooker

Thierry, 15.03.2010 à 15:54329963
[flood : album sans vignette] Relecture ce weekend de cette merveille signée Eric Drooker, que Tanibis a eu la très bonne idée de publier en français. lorsque j'ai lu Flood! pour la première fois, je ne connaissais pas le travail de Lynn Ward ou Frans Masereel. A me relecture, leur influence sur le travail de Drooker saute aux yeux. Drooker se place clairement dans la continuité de ses pionners de la bande dessinée. Comme eux, il adopte la gravure sur bois. Sa ville est étrangement tentaculaire, écrasante et toute en lignes brisées.
Flood!, ce sont 3 errances dans une New York fantasmée. Ce sont 3 personnages qui sont submergés par la ville.Dans le premier chapitre aux couleurs expressionnistes, un ouvrier se retrouve brutalement au chômage et entame une longue chute jusqu'à être avalé par la ville. le second chapitre met en scène un homme se transporte en songe dans les entrailles du New York païenne et joyeuse, où il prend part à une bacchanale joyeuse avant d'être arraché à sa rêverie. Enfin, un artiste penché sur sa planche à dessin imagine un déluge engloutissant une ville où la police harcèle des habitants en quête de liberté, galvanisés par une passionaria. Ces récits sont imprégnés de l'insécurité sociale des années Reagan. Chacun, à sa manière, illustre l'étouffement de l'individu face à une ville inhumaine et cruelle. On pourra trouver la vision métaphorique de Drooker facile, mais son choix des gravures aux traits volontairement indistinct, outre la référence évidence aux "novels in woodcuts", justifie cette vision poétique et donne à ses récits une force universelle et intemporelle.

lanjingling, 29.10.2009 à 15:10325985
chrisB :
Eric Drooker, on avait parlé ici avec Thierry, il y a genre 2 ans, eh oui c'est de la balle !!

C'est bien pour la diffusion et la visibilité, mais bon c'est du récit muet donc l'achat VO pour les non anglophones n'était pas spécialement problématique non plus.
ha ben , pour unr fois, je vais pouvoir trouver a hong kong la meme version d'un bouquin que celle dont on cause sur bubulle

chrisB :
Mais tant mieux, on pourra enfin en discuter autour d'un thé comme les gentlemen que nous sommes :o)
putain, le thé maintenant, ca aussi, je peux trouver a hong kong...c'est fete du slip aujourd'hui

kempelen14, 29.10.2009 à 12:49325980
Waouwaou, ce livre est littéralement submergeant !!


Souvent à coup d'une ou deux cases par page, Monsieur Drooker brosse un portrait de New-York envoûtant, une mystique des bas-fonds à la Basquiat ou Saul Williams !!
Grandiose.


chrisB, 26.10.2009 à 19:17325905
Eric Drooker, on avait parlé ici avec Thierry, il y a genre 2 ans, eh oui c'est de la balle !!

C'est bien pour la diffusion et la visibilité, mais bon c'est du récit muet donc l'achat VO pour les non anglophones n'était pas spécialement problématique non plus.

Mais tant mieux, on pourra enfin en discuter autour d'un thé comme les gentlemen que nous sommes :o)

Claude, 26.10.2009 à 16:54325902
>> Ce livre est une putain de merveille. Il mériterait d'emblée sa place dans la sélection angoumoise, sans l'ombre d'un doute !

Bien d'accord !!!

>> Je ne me rappelle plus si les quelques planches reproduites dans le Comix 2000 proviennent de Flood! ou BloodSong

Effectivement il y a 6 pages (sans la bichro) de Flood! dans Comix 2000.

>> Surtout si vous aimez Peter Kuper !

Le hasard des calendriers fait que Flood! sort presqu'en même temps que le dernier Kuper, ça tombe bien, Kuper et Drooker rimant phonétiquement, mais aussi par le voisinage de leurs styles et préocuppations... (ceci étant certainement lié au fait qu'ils se connaissent et ont travaillé ensemble à la revue world war 3 illustrated).

Beaucoup d'images de Drooker (notamment ses peintures pour le New Yorker) sur son site www.drooker.com

Thierry, 26.10.2009 à 16:38325900
Claude :
En novembre, nous sommes bien contents d'enfin publier en France :


Flood! un roman graphique, couverture



Clic pour en savoir plus, lire des extraits ou encore une interview de Mr. Drooker


Flood! par Eric Drooker


Ce livre est une putain de merveille. Il mériterait d'emblée sa place dans la sélection angoumoise, sans l'ombre d'un doute !
Du même auteur, il faut signaler le tout aussi formidable "BloodSong". Je ne me rappelle plus si les quelques planches reproduites dans le Comix 2000 proviennent de Flood! ou BloodSong




et il y a cet indispensable ouvrage sur Eric Drooker






les gens, n'hésitez pas ! Surtout si vous aimez Peter Kuper !

Claude, 26.10.2009 à 15:57325897
En novembre, nous sommes bien contents d'enfin publier en France :


Flood! un roman graphique, couverture



Clic pour en savoir plus, lire des extraits ou encore une interview de Mr. Drooker


Flood! par Eric Drooker

wandrille, 20.03.2009 à 18:42319646
Oui dis donc, c'est drôlement beau, je ne connais pas cet auteur (peut être son alter ego si) mais ça a l'air drôlement bien.

effer, 20.03.2009 à 16:33319639
Elle est accrocheuse cette couverture évoquant celles des albums de Jules Verne publiés chez Hetzel.

Claude, 20.03.2009 à 13:29319634
merci pour vos réactions !

Mr_Switch :
L'animation me gêne. J'ai l'impression qu'elle est en miroir, retournée. D'ailleurs, la montre-gousset tourne à l'envers.
A la vue de la phrase d'accroche, le protagoniste semble bien dirigé vers le passé...


On nous raconte souvent des histoires d'hommes qui ont perdu la mémoire... Ici, A. Kha raconte plutôt "l'histoire d'un homme qui a perdu l'oubli" (un thème qui d'ailleurs lui est cher, cf. ses précédents Ombres Blanches et Souvenirs de Poche), d'où peut-être un petit côté à contre-courant...

Sinon, cher cidre, je ne pense pas que ça fasse trop C*** M***, je crois que vous cherchez un peu trop la petite bête...

cidre, 19.03.2009 à 19:26319624
allez, je ne résiste pas....

cidre, 19.03.2009 à 19:23319623
ah yes, comme je le disais ailleurs, vivement le mois de mai !
et regardez moi cette couv'... (sur le site de Tanibis), splendide!

Megastavibluk, ça fait pas un peut trop Chris Marker ça ??! :p

Pages : 1 - 2

retour forum

bordure
coin bordure coin