crťer | pseudo  mot de passe  |  
 
sujet
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
La chair est triste, hélas ! et bulledair est toujours cassé !
Mael
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Du Bon ? Dumontheuil !

Bandes Dessin√©es : auteurs, s√©ries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1

lanjingling, 17.12.2018 à 3:53370802
Le volume 1 est sympathique, par sa narration en flash backs décalés, ses dialogues absurdes mais sonnant juste, mais j’ai eu un peu de mal , à vraiment rentrer dedans. Dans le tome 2, les personnages ont acquis profondeur, et l’univers s’est mis en place, en particulier par le dessin, dont la dynamique des personnages est reprise de Pellos, ceux-ci étant comme dessinés avec des élastiques trempés dans de l’encre puis placés sur la feuille,et de fort belles trognes. Mais surtout, ils se meuvent dans des décors complexes : un village en pente, rarement vu dans les westerns, des maisons sur plusieurs niveaux, des sentiers montagneux et forestiers. Les dialogues sont plaisants, bien écrits et inventifs, avec des citations de Popeye, de Blueberry, de Tintin (7 bulles…), d'autres viennent-ils de Brautigan, don’t ces livres sont une adaptation? On y retrouve encore l’influence des films de HK sur l’auteur, avec un fusillade présentée, dessinée comme une chorégraphie (ce truc sera repris ridiculement dans Spirou, Le Groom de Sniper Alley.)
Et si ce monde est absurde, on y touve une cohérence psychologique dans l’outrance: seules femmes ne sont pas esclaves de leurs névroses, de leurs délires, savent les canaliser, sont lucides dessus.

NDZ, 24.03.2012 à 9:17343753
J'avais tra√ģn√© les pieds √† la sortie alors que je suis plut√īt enthousiaste √† chaque livraison de Dumontheuil. H√© bien ma premi√®re crainte s'est un peu confirm√©e: j'ai eu du mal √† rentrer dedans, le h√©ros ne m'emballe pas, la forme du r√©cit est plut√īt pesante, la voix-off plombe un peu le tout. Le tout reste plaisant sans plus, notamment gr√Ęce √† ce trait agr√©able. Un beauf-baroudeur moderne qui est parfois pertinent (mauvaise conscience m√Ętin√©e d'une sup√©riorit√© inconsciente et puante) mais souvent trop peu impertinent (ou dr√īle). Je reverrais peut-√™tre mon sentiment √† la lecture de la suite.

THYUIG, 19.06.2009 à 22:06322246
tu es un cuistre, Thierry

Thierry, 19.06.2009 à 10:29322218
J'ai du mal avec le personnage, qui frise la caricature de l'écrivain auto-destruteur, alcoolo, qui prend alibi de sa prétention d'artiste pour se complaire dans le glauque, le mauvais alcool et les chattes.
et ce poème ne me fait pas changer d'avis

chrisB, 19.06.2009 à 10:23322216
Bukowski est un génie !!

Un petit poème pour la peine :


Comment devenir un grand écrivain


Vous devez baiser un maximum de femmes
de belles femmes et écrire
le minimum de poèmes d'amour courtois.

Et ne vous pr√©occupez pas de leur √Ęge
et/ou des questions de talent.

Simplement buvez de la bière
de plus en plus

et allez aux courses au moins une fois
par semaine

et gagnez
si possible.

Apprendre à gagner n'est pas à la portée
de tous - n'importe quel plouc
peut devenir un excellent perdant.

Et n'oubliez pas de cher Brahms
et ce cher Bach et cette chère
bière.

Mais pas de forcing.

Dormez jusqu'à midi.

Evitez les cartes de crédit
et aussi de payer
cash.

Rappelez-vous qu'il n'y a pas un cul
danbs ce vaste monde qui ne vaille plus
de 50$.

Et si vous avez envie d'aimer
aimez-vous d'abord
mais en gardant
toujours à l'esprit la possibilité
d'une défaite complète
quelle qu'en soit la raison
fondée ou non

un avant-go√Ľt de la mort n'est pas
nécessairement une mauvaise chose.

Ne mettez pas les pieds dans les églises
les bars et les musées et telle l'araignée
soyez patients
le temps est notre croix à tous
avec
l'exil
la défaite
la trahison

toutes ces saletés.

Restez en tête à tête avec la bière.

Chaque bière est comme du sang nouveau.

Comme une ma√ģtresse √©ternelle.

Prenez une grosse machine à écrire
et comme si vous faisiez que
marcher et remarcher
attaquez-la
attaquez-la durement

comme si vous disputiez un combat de
poids-lourd

comme le taureau quand il charge

et rappelez-vous les vieux chiens
qui se battirent si bien :
Hemingway, C√©line, Dosto√Įevski, Hamsun.

Et si vous croyez qu'ils ne sont pas
devenus fous
dans leurs trous
comme vous êtes en traine de la devenir

sans femmes
sans nourriture
sans espoir

alors vous n'√™tes pas encore m√Ľr.

Buvez encore plus de bière.
Vous avez le temps.
Et si ce n'était pas le cas
ce serait tout aussi
bien.

Thierry, 19.06.2009 à 10:06322214
Pierre :
THYUIG :
Pierre :
Personne n'a noté que Big Foot était une adaptation littéraire ? Ce pourrait être intéressant de le mesurer à cette aune.


pour mesurer Brautigan faut vraiment une toute petite échelle, la Musso pourrait convenir.


C'est si mauvais que ça Brautigan ?


Brautigan poss√®de ses inconditionnels. J'ai lu "Un g√©n√©ral sudiste de Big Sur" et je me suis fait chier comme un rat mort. Et les d√©clarations enflamm√©ees de ses inconditionnels qui m'en conseillaient 5 autres parce que celui-l√†, il est vachement bien mais que les autres, ils sont vaaaaachement bien. Il y a un c√īt√© d√©cousu et burlesque qui m'agace souverainement. mais je n'aime pas Bukowski non plus, ce qui n'a rien √† voir.
Cela dit, je l'avais lu quelques mois avant de lire le premier tome de Big Foot et
- évidence numéro 1, sans savoir qu'il s'agissait d'une adaptation de Richard Brautigan, l'album de Dumontheuil m'a très vite évoqué son univers
- évidence numéro 2, je me suis tellement ennuyé dans ce premier tome que j'ai renoncé à lire les 2 tomes suivants, à l'instar de l'ennui qui m'a saisi à la lecture d'un roman de Brautigan qui m'a dissuadé de persévérer

De là à dire que l'adaptation est réussie, il n'y a qu'un pas :o)

NDZ, 19.06.2009 à 9:33322213
THYUIG :
Pierre :
Personne n'a noté que Big Foot était une adaptation littéraire ? Ce pourrait être intéressant de le mesurer à cette aune.


pour mesurer Brautigan faut vraiment une toute petite échelle, la Musso pourrait convenir.


Je vais commencer Tokyo-Montana Express et on en rediscute (en revanche, je ne pense pas avoir le courage d'ouvrir un Musso pour la comparaison, on peut prendre un équivalent si tu veux une graduation qui converge vers la médiocrité... genre Coehlo ou Werber?)

Pierre, 19.06.2009 à 9:16322212
THYUIG :
Pierre :
Personne n'a noté que Big Foot était une adaptation littéraire ? Ce pourrait être intéressant de le mesurer à cette aune.


pour mesurer Brautigan faut vraiment une toute petite échelle, la Musso pourrait convenir.


C'est si mauvais que ça Brautigan ?

THYUIG, 18.06.2009 à 19:24322204
Pierre :
Personne n'a noté que Big Foot était une adaptation littéraire ? Ce pourrait être intéressant de le mesurer à cette aune.


pour mesurer Brautigan faut vraiment une toute petite échelle, la Musso pourrait convenir.

NDZ, 18.06.2009 à 10:42322177
Je n'ai pas lu le roman de Brautigan, je n'interviens donc pas dans le sens de cette trilogie considérée comme une adaptation. Mais ouf, que ça fait du bien des livres comme ceux-ci!

Un western déjanté-potache qui contient beaucoup de passages obligés des westerns (notamment de ceux sortis ces dernières années dans la vague "nouvelle" : Rancho Bravo, Chiquito la muerte, Temps de chien, Gus ou même Lincoln) comme les exploits amoureux/sexuels des garçons vachers, le shamanisme et la sensibilité écolo de l'animisme indien, l'arrivée de la modernité dans le monde brutal et quelque peu arriéré du Wild West, les questions raciales ou sociétales (place des indiens, Noirs, femmes...).

Ce qui est r√©ussi ici, √† mon sens, c'est le rythme. Non pas le d√©coupage iconographique (cases, planches) mais plut√īt le chapitrage du r√©cit (feuilleton). C'est ce qui, dans ma lecture, a √©t√© le plus source de sens, d'humour (titres des chapitres) et de fraicheur. On a une succession de sc√©nettes (parcours de diff√©rents personnages, flashbacks, r√™ves, ...) qui vont d'une page √† une dizaine et qui oxyg√®nent le tout. On ne s'agace jamais, du coup, des errements ou pi√©tinements du r√©cit, des s√©quences parfois un peu trop appuy√©es (et qui fr√īlent le clich√©, par exemple), des psychologies simplifi√©es, etc...

Le dessin de Dumontheuil, qui m'avait déçu dans le Roi Cassé, est ici parfait et les couleurs donnent de la consistance qui manquait un peu à ses précédents livres (quoique dans la fable femme floue, l'accord au propos était bon).

On est ballotés, on se laisse porter par des quêtes identitaires parallèles, un road-movie distrayant, pas toujours hilarant (notamment dans les potacheries peu inventives ou répétitives) mais agréable au plus au point.

Un des bons westerns à lire, prolongement de Lucky Luke à la sauce Dead Man.

NDZ, 24.05.2009 à 15:26321366
Du Dumontheuil?

Le PBE, 23.07.2008 à 22:22310815
Les Rêveurs éditeront en septembre le portrait de Richard Brautigan (ici et là-bas), auteur du livre dont s'est inspiré Dumontheuil pour Big Foot.

Pierre, 01.11.2007 à 14:22296865
Personne n'a noté que Big Foot était une adaptation littéraire ? Ce pourrait être intéressant de le mesurer à cette aune.

ingweil, 30.10.2007 à 15:49296652
Pour en faire un petit peu plus long, j'ai eu le sentiment de lire du loufoque pour du loufoque dans le 1, que tout nous tombait dessus un de mani√®re un peu forc√©e, comme si Dumontheuil devait nous en mettre plein la vue. Le petit speech de la premi√®re page ne m'avait pas paru tr√®s bon non plus (le lien entre les personnages √† gros-nez de notre bd franco-belge en lien -ou pas- avec les personnages √† gros-pieds des comics). L√† o√Ļ je pr√©f√®re Dumontheuil, c'est quand il ne cherche pas √† nous guider, mais qu'il laisse libre cours √† sa fantaisie, peu importe qu'on le suive ou pas.

Par contre dans le 2, on commence √† s'en tamponner des explications du pourquoi et du comment. On a juste un western compl√®tement d√©jant√©, des personnages qui arr√™tent de se chercher pour juste √™tre. Tout m'a paru nettement plus naturel et du coup beaucoup plus dr√īle. Je trouve juste dommage que ce ne soit pas grin√ßant comme a pu l'√™tre Qui a tu√© l'idiot ? (peut-√™tre dans le 3 ?).

Mais bon il faudrait vraiment que je relise le 1 (et que ma copine lise le 2, elle avait plus aimé le 1 que moi, ça ferait un échantillonage intéressant).