créer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

S.O.S. Bonheur

S.O.S. Bonheur, termin�

Sc�nario: Van Hamme Jean
Dessin: Griffo

Volume 1.1 - 1988

Volume 1.2 - 1988

Volume 1.3 - 1989


Saison 2, en cours

Sc�nario: Desberg Stephen
Dessin: Griffo

Volume 2.1 - 2017

Volume 2.2 - 2020



Sur le web

  • Sujet sur la collection Aire Libre [forum]
  •  

    1 avis


    Keyan
    SOS Bonheur, c'est l'histoire d'un pays où tout est réglementé, pour rendre les gens heureux, jusqu'à l'absurde. Les dates des congés sont décidées par l'état, la sécurité sociale n'est pas obligatoire, mais les non affiliés n'ont pas le droit de voir de médecin, un écrivain doit respecter des délais de parution au mépris de toute création...
    Les deux premiers tomes sont composés d'une suite d'histoires courtes, à priori sans rapports entre elles, et toutes sur le même principe: un personnage pour qui tout va bien se retrouve confronté à un problème du système (santé, chomage, justice...), et sa vie bascule, il finit par disparaitre. Chacun voit sa vie brisée par une incohérence, et dans ce système trop rigide, il n'y a pas de solutions pour ceux qui sont hors normes.
    Pour chacune de ces histoires, l'absurde de la situation peut faire sourire (les vacances à la mer au mois de janvier, par exemple), mais tout est trop proche de la réalité pour ne pas faire peur. Cette démocratie, qui veut le bien de tous, et qui engendre une société terne, grise, ressemble bien trop à une démocratie existante. Pas de place pour les exclus, pas d'existence pour eux.
    Ces deux premiers tomes racontent donc avec justesse les dérives d'une société.
    Le problème vient du troisième tome, qui veut mettre en relation toutes ces histoires. On y découvre les liens existants entre chacun des personnages, ainsi que la société parallele qui s'est développée dans les égouts, sous la ville. En trame de fond, une révolution, à cause d'une erreur judiciaire, et les rapports entre un flic et un avocat, qui se remettent en cause en même temps que le système.
    L'histoire ne prend pas, la fin n'est pas du tout crédible, et l'ensemble donne l'impression d'un troisième tome "parce qu'il fallait bien finir". Le principe des histoires courtes sur les deux premiers tomes est extrèmement efficace, et l'enchainement est assez difficile.
    bordure
    coin bordure coin