créer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par frads
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Lupus
Dessin et sc�nario : Peeters Frederik

Lupus, termin�


Volume 1 - 2003

Volume 2 - 2004

Volume 3 - 2005

Volume 4 - 2006


Sur le web

  • Sujet sur Frederik Peeters [forum]
  •  

    3 avis


    Catskills
    Deux glandeurs vieillissants partent pour une expédition de pêche au (très) gros à travers la galaxie à bord d'un vieux tas de ferraille qui est au vaisseau spatial ce que le solex est à la voiture.

    On croit se plonger dans un récit de science fiction et à mesure que l'on tourne les pages, on se rend compte qu'il n'en est rien. L'histoire pourrait se passer sur la côte bretonne que ça ne changerait pas un iota à l'affaire. Parce que l'important dans Lupus, ce ne sont pas les effets pyrotechniques, mais les personnages dont on suit l'errance à la trace en se souvenant du temps où nous aussi on hésitait entre bosser et rien faire encore un petit peu et profiter de la vie.

    Lupus vient de finir ses études. Un peu paumé, il suit en somnambule son ami d'enfance, Tony, tout juste sorti de l'armée, sorte de Sean Connery période Zardoz nanti d'un bob enfoncé trop fort sur le crâne. Ils embarquent à leur bord Sanaa, joli brin de fille à la dérive.


    Le trait est juste et va directement à l'essentiel. Le découpage est d'une limpidité et d'une efficacité redoutables. Les dialogues, le dessin centré sur les expressions, le noir et blanc... concourent à créer une ambiance très forte, une atmosphère très particulière.

    En bref, Lupus c'est une BD qu'on ne se lasse pas de relire pour y trouver à chaque fois de nouvelles raisons de l'aimer!

    faceboni
    Frederik Peeters s'était révélé impressionant de justesse, de finesse et d'humanité dans les Pilules bleues. Dans Lupus, sa brillante capacité à sonder les tourments de l'âme humaine se révèle à nouveau mais par petites touches discrètes, le format "few shots" offrant peut être davantage le temps de s'intéresser aux caractères des personnages.

    Le tome 2 révèle tout l'intérêt de ce Lupus dont le tome 1 m'avait, il est vrai, un peu laissé sur ma faim. La série prend toute son envergure dans cette fuite éperdue des deux héros plus paumés et touchants l'un que l'autre, qui tentent de semer autant leurs poursuivants que leurs propres démons .

    Peeters est définitivement un auteur excellent qui sait alterner gravité et légereté tout au long d'un récit pafaitement maîtrisé. Et même si il ne se passe finalement pas grand chose, cette errance spatiale est captivante, les sentiments sonnent tellement vrai qu'il se dégage de cette histoire une tristesse et une mélancolie rarement atteintes dans la bd.

    Le futur n'est ici qu'un prétexte, nous sommes loin des artifices de la bd de science fiction traditionnelle, l'aventure est avant tout intérieure et la navette spatiale en forme de boite à chaussure est là pour nous le rappeler avec humour.
    Bref, un grand album de bd!!!

    Herbv
    Voici une excellente oeuvre qui, si elle n'a pas la force de Pillules bleues, nous démontre tout le talent de l'auteur pour nous ficeler des histoires sensibles et humaines basées sur le décorticage de leurs remations. Sur un fond de SF (vaisseaux spaciaux et planètes) qui pourrait être remplacé par l'Afrique coloniale ou le Far West sans aucun problème (même dépaysement assuré), Peeters nous propose une relation humaine forte entre un homme et une femme. Le personnage principal n'est pas un héros, il s'en faut même de beaucoup vu son manque de caractère, sa peur des relations humaines (surtout dans le volume 1) et du futur (encore plus évident dans le volume 2), son égocentrisme... Mais sous l'impulsion de Saana, il va devoir évoluer, et vite comme on peut le voir dans le volume 2. Mais où va l'entraîner Saana ? On en a aucune idée pour l'instant. En tout cas, à la manière des meilleurs mangas ou comics, on termine sur un rebondissement des plus percutants.

    Enfin, pour terminer, voici un petit questionnaire qui a pour but de vous décider à lire cette série si la chronique ci-dessus n'y était pas arrivée ;)

    Petit Questionnaire en guise d'appat :
    1) Imaginez que vous devez défendre corps et âme ce Lupus. Quels sont les arguments que vous avanceriez pour convaincre les plus hésitants?
    Il faut évacuer le côté SF qui ne sert qu'à planter un décors et insister sur le côté relations humaines et auto-questionnement de Lupus. C'est une oeuvre qui pousse à se questionner soi-même et c'est précieux.

    2) Imaginez que vous n'aimez pas Lupus. Avec quoi calmeriez-vous l'enthousiasme des fans?
    C'est de la mauvaise SF (vaisseaux craignos et extra-terrestres inexistants) et il n'y a pas d'action ;) En plus, c'est en N&B :)

    3) En quoi Lupus vous a-t'il marqué par rapport à d'autres sorties de l'année 2003?
    J'adore le dessin de F. Peeters et je trouve qu'il nous propose une BD portant sur les relations humaines. Pas pour rien que je suis super fan du Journal de Neaud ou de Maison Ikkoku de R. Takahashi. C'est donc une oeuvre marquante à ce titre.

    4) En quoi Lupus est-il prometteur ou décevant pour un début de série?
    Le décor a été planté, le personnage de Lupus a été défini et je me demande où Sanaa va nous emmener.

    (merci à Pikipu pour les questions)
    bordure
    coin bordure coin