crer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Eclat(s) d'âme
Dessin et scénario : Kamatani Yuhki

Albums indépendants, en cours


Volume 1 - 2018

Volume 2 - 2018

Volume 3 - 2018

Volume 4 - 2018

 

1 avis


Herbv
Surpris par un de ses camarades de classe à regarder une vidéo gay sur son smartphone, Tasuku est sur le point de se suicider de honte, ayant compris une réalité le concernant et ne supportant pas d’être rejeté par la société. Sur le point de passer à l’acte, il en est empêché par une mystérieuse personne qui est à l’origine d’une sorte de résidence associative réunissant des individus ne correspondant pas aux normes strictes de l’hétérosexualité. En faisant la connaissance et en côtoyant des personnes au aspirations différentes (lesbiennes, travestis, trans, hétéros, etc.), notre lycéen va apprendre à se mieux se connaître et s’accepter.

Éclat(s) d’âme est une courte série de quatre tomes réalisée par Yuhki Kamatani, une mangaka se considérant comme X-gender (Le troisième genre qui regroupe les personnes ne se reconnaissant pas en tant qu'homme ou femme, soit en s'estiment neutre, à la fois masculin et féminin, soit ni l'un ni l'autre, et qui revendiquent le droit ne pas se voir imposer un choix médical et de ne pas suivre les comportements binaires homme/femme imposés par l'assignation au sexe masculin ou féminin.) Éclat(s) d’âme a été prépubliée entre 2015 et 2018 dans de magazine HiBaNa qui vise un public de jeunes adultes au lectorat au ? féminin, puis sur le web après la disparition de celui-ci.

Éclat(s) d’âme illustre de façon didactique la question du genre, notamment en abordant les thèmes de l’homosexualité (masculine mais aussi féminine), du travestissement et du genre, de la transsexualité, etc. Chacun des quatre tomes aborde plus en détail une thématique, sans pour autant oublier les autres donc, en gardant la résidence associative et ses occupants en fil rouge. La narration efficace, jamais exagérément démonstrative et donneuse de leçon, permet de ressentir une certaine affection pour les différents personnages principaux et de souhaiter le meilleur pour Tasuku, qu'il réussisse à trouver sa place dans la société et vivre pleinement (si ce n'est ouvertement) son homosexualité.
bordure
coin bordure coin