crer | pseudo  mot de passe  |  
 
serie
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Le cimetière des innocents
Dessin : Fourquemin Xavier
Sc�nario : Charlot Philippe

Cycle 1, termin�


Volume 1 - 2018

Volume 2 - 2018

Volume 3 - 2019

 

1 avis


Rohagus
Le Cimetière des Innocents, au cœur de Paris, à l'époque où la ville est dominée par la Sainte Ligue Catholique. Les troupes de Henri IV, pas encore Roi de toute la France, assiègent la ville pour la soumettre à son autorité. Là, le peuple est fervemment religieux et vénère les saintes reliques, que le curé local fait exhiber, ainsi que la sainte recluse, enfermée dans une minuscule cellule face à l'église. C'est dans ce contexte que le jeune Jonas, cachant sa foi protestante, vient rechercher les restes de son père assassiné durant la Saint-Barthélémy et qu'il fait la rencontre d'Oriane, jeune femme intelligente et éduquée qui méprise autant l'aveuglement de la foi catholique que la morale protestante.

Le contexte et les personnages sont bien trouvés et originaux.
Ils sont mis en image par l'excellent dessin de Xavier Fourquemin que j'apprécie beaucoup depuis la série Miss Endicott. Son style semi-réaliste et détaillé, associé à une sympathique colorisation, présente suffisamment de légèreté et de modernisme pour rendre relativement gai un récit mêlant pourtant diverses thématiques dures et sombres.
J'ai apprécié le personnage d'Oriane, cultivée et plutôt féministe à une époque où c'est presque un blasphème d'imaginer telle chose. Le personnage du mercenaire lansquenet est également sympathique même si c'est là une ficelle un peu facile pour trouver un protecteur pour le héros. J'ai bien aimé aussi ce contexte alambiqué autour d'un trafic de reliques et d'un curé ambitieux. Ajouté au cadre d'un Paris assiégé et au conflit entre catholiques et protestants, toute cette partie réaliste m'a séduit. La partie fantastique qui apparaît avec la fameuse substance créée par le père d'Oriane y apporte une touche moins crédible mais tout de même plutôt intéressante car elle se combine assez bien avec l'intrigue de fond.
J'ai par contre nettement moins apprécié le côté trop couillon du personnage de Jonas qui n'a su ni me faire rire ni me séduire.

L'histoire se lit bien et même si la fin du second tome est un peu abrupte, je trouve qu'elle forme une histoire complète en deux tomes qui tient plutôt bien la route. A tel point que j'ai été plutôt surpris d'apprendre qu'il s'agissait en théorie seulement de la fin d'un premier cycle. J'ai un peu de mal à imaginer ce que pourrait raconter une suite, à moins qu'elle se déroule des années plus tard. Je demande à voir, si vraiment il y a une suite un jour...
bordure
coin bordure coin