créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par CoeurDePat
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Akileos

compl�tez cette fiche
Whiteout
Sc�narioRucka Greg
DessinLieber Steve
CouleursNoir et Blanc
CouvertureMiller Frank
Ann�e2003
EditeurAkileos
CollectionRegard Noir & Blanc
S�rieWhiteout, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

L'Antarctique. Glacé, désert, rien que de la neige et de la glace sur des kilomètres et des kilomètres : Carrie Stetko est un Marshal américain et la banquise est devenue son foyer. Elle a trouvé dans son immensité un endroit où elle peut oublier son passé troublé et se sentir en paix... Jusqu'à ce que quelqu'un commette un meurtre dans sa juridiction et brise le calme qui régnait. Le meurtrier est un homme parmi deux mille répartis sur le continent et il a d'autres raisons de se cacher que ce meurtre.

Les têtes de chapitre 1, 2 et 3 sont illustrées par Matt Wagner, Mike Mignola et Dave Gibbons.

 

2 avis

larcenic
VoilĂ  un excellent polar, un ovni mĂŞme...
L'histoire est celle d'une femme marshal en poste sur le continent Antarctique et confrontée à ses démons, aux deux milles hommes qui l'entourent et... à un cadavre, pour commencer...
Le scénariste Greg Rucka (à découvrir vite !) a concocté un scénario d'une incroyable intensité où rien n'est oublié ou négligé. La psychologie des personnages est très bien travaillée, l'héroïne, bien que ne ressemblant en rien à une pin-up, est irrésistible et l'histoire, maîtrisée de bout en bout, est un petit chef-d'oeuvre d'originalité et d'inventivité. Il faut ajouter à cela que le dessin de Steve Lieber est en tout point parfait pour ce type de récit. Fin, précis, tout entier au service du scénario, il offre vraiment la possibilité de se consacrer à l'histoire. Bref, au risque de me répéter, Whiteout est un petit bijou de polar noir... sur fond blanc.
ingweil
Quels peuvent être les hommes assez fous pour aller s’enterrer dans cet enfer blanc qu’est l’Antarctique ? Des scientifiques forcément, mais aussi des pilotes, des cuisiniers, des barmen... Finalement une communauté à la population relativement élevée pour l’environnement : 2000 hommes sur la base où travaille le marshal durant l’été, quand la température reste supportable et que l’on peut encore voir le soleil ; l’hiver la population passe à 200 têtes. Mais une faible population n’implique pas nécessairement qu’elle saura mieux se tenir : quand une série de meurtres commence, il s’agit de trouver rapidement l’assassin avant qu’il ne risque de repartir se dorer la pilule au soleil...

Quand on pense polar, on pense détective privé avec un long manteau, drapé dans son machisme, son alcoolisme, et qui « en a ». Ici, on voit bien une bouteille de whisky se faire descendre, mais pas de machisme en vue étant donné que le héros est... une femme ! Carrie Stetko, marshal envoyée en Antarctique parce qu’elle a abattu un prisonnier dont elle avait la charge, se retrouve confrontée aux premiers homicides jamais enregistrés sur le continent et elle n’a plus le droit à l’erreur. Au début, elle est détachée ; on sent qu’elle n’a plus trop goût à tout ce cirque ; certainement le décès de son époux, survenu quelques mois avant sa mutation, l’a laissée engourdie, sans ressort. Ce détachement affecté envers les autres habitants est également retranscrit au travers de la voix-off : Carrie ne nous y livre au départ que des détails techniques sur la vie au Pôle Sud ; il n’est pas question pour elle de réaliser un journal intime, mais de nous initier aux mystères de la banquise, à ses coutumes et ses dangers. De son mariage, on n’en apprendra que ce qu’elle en dira à Lily, rien en voix-off.

Et puis arrive la scène du Whiteout, centrale dans l’album. Centrale tout d’abord, parce qu’elle donne son nom à la série (Whiteout, la tempête qui aveugle tous ceux qui y sont perdus...), centrale ensuite parce que la tension y atteint son paroxysme : si Carrie risque de se faire descendre à la fin de l’album, la peur d’y rester y est ici renforcée par la manière de mourir, à quelques dizaines de mètres de la chaleur, de la civilisation, mourir de froid. Cette peur est soulignée par quelques plans en vision subjective de la corde, cette corde qui relit Carrie à la vie et qui est tranchée... Centrale enfin, parce qu’elle montre le changement d’attitude de Carrie : fini l’apitoiement sur soi-même, elle va trouver celui qui a essayé de la tuer, elle va résoudre cette affaire. Elle n’en est cependant pas devenue une nouvelle personne : la façon qu’elle a de regarder sa main mutilée ne donne pas l’impression d’un individu complètement concerné par ce qui lui arrive. Mais elle est plus volontaire. Plus "chieuse" serait le terme exact.

Parce qu’on aura rarement vu de filles aussi chieuses. Il s’agit certainement d’une forme de protection à l’égard d’un univers essentiellement masculin (à l’exception de Lily, mais jusqu’à la fin, Carrie la considère plus comme une ennemie que comme une alliée) : ceux qui ne la prennent pas au sérieux sous prétexte qu’elle est une femme vont vite déchanter car elle va leur faire bouffer leurs testicules... Elle est prête à faire voler un avion en pleine tempête de neige ; prête à faire fermer une base, à empêcher quiconque d’en sortir à quelques heures de leur départ pour les pays au climat plus clément, au risque de leur faire rater pour six mois leur avion. Carrie emmerde son monde et finit par obtenir ce qu’elle souhaite (ce que femme veut, Dieu le veut !).

Quant au meurtrier, rarement un polar nous en aura livré un avec autant d’évidence : toutes les pistes sont de bonnes pistes (à l’exception de Lily, bien qu’elle ne soit pas tout à fait "claire" non plus). De toute façon, un polar, c’est (presque) comme un Colombo : on ne veut pas savoir QUI mais POURQUOI. Si la vénalité est un mobile majeur si courant qu’il en devient presque lassant, les raisons invoquées par le médecin sont plus intéressantes : sa volonté de ne pas quitter cet enfer qu’est l’Antarctique, tout simplement parce que c’est SON enfer qui le pousse vers la démence (au point de tuer), est un cri d’alarme pour ne pas, en quelque sorte, mourir lui-même, être jeté aux ordures. Toute sa vie, c’est la banquise comme il le crie à Carrie « La banquise, c’est notre monde ». Et c’est là toute la réussite de l’album : nous avoir fait, au travers de Carrie, au travers aussi de dessins magistraux, magnifiquement servis par un noir & blanc audacieux pour représenter la banquise, finalement si juste, pénétrer dans un univers dont on ne soupçonnait pas même l’existence, un univers où le ciel et le sol se confondent parfois, un univers rude mais passionnant.

Un très bel essai que ce premier opus, malheureusement non transformé dans le deuxième. Parce que le contexte n’est plus à présenter, ni le personnage de Carrie, mais surtout parce que les enjeux perdent de leur force (sauver le monde supplante la lutte pour la survie). On se retrouve donc avec un album divertissant certes, mais qui ne touche plus le fond des personnages, ce qui fait qu’ils sont reconnaissables entre mille, ce qui fait qu’on s’y attache, comme avait su si bien le faire le premier tome. Les deux auteurs en ont donc décidé de ne pas poursuivre plus loin leur collaboration sur la glace. Dommage ? Peut-être au vu de la qualité de ce Whiteout mais finalement, les meilleures histoires sont peut-être celles qui ont une fin.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin