crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par jean loup
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Cornélius

compl�tez cette fiche
Une Vie dans les Marges
Sc�narioTatsumi Yoshihiro
DessinTatsumi Yoshihiro
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2011
EditeurCornélius
CollectionPierre
S�rieUne Vie dans les Marges, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

Dernier livre de Yoshihiro Tatsumi, Une vie dans les marges est son ultime chef d'oeuvre sur lequel il a travaillé pendant plus de onze ans. Cette autobiographie prend racine à Osaka, où l'auteur passera son enfance, dans un Japon qui se remettait difficilement de sa défaite et des conséquences la seconde guerre mondiale.
À travers une quinzaine d'années - d'août 1945 à Juin 1960 - Tatsumi met en scène son double, Hiroshi Katsumi, qui doit faire face aux problèmes financiers de son père, à l échec du mariage de ses parents, la jalousie et la mauvaise santé de son frère, et aux innombrables pièges qui l'attendent sur le marché hautement concurrentiel du manga dans la moitié du 20ème siècle.
Jeune, il rêve de marcher dans les traces de son idole, Osamu Tezuka le père du manga moderne (auteur d Astro Boy, Le roi Léo, Black Jack, Prince Norman ). Il deviendra par la suite l'un de ses pairs et, parfois même son rival en terme de style.
Une vie dans les marges est le témoignage exceptionnel du fondateur du genre Gekiga. «Nos aînés, écrit-il, nous avaient enseigné que la bd était comique. Il s agissait de faire rire les lecteurs. Nous ne voulions plus de cela»

 

1 avis

herbv
Hiroshi Katsumi a dix ans lorsque le Japon perd la guerre et se retrouve occupé par l’armée américaine. La période de reconstruction et la misère dans laquelle est tenue une grande partie du peuple entraînent de nombreux changements dans la société japonaise. Un de ceux-ci concerne la bande dessinée, notamment sous l’impulsion d’un jeune étudiant en médecine : Osamu Tezuka. Grand fan des bandes dessinées de ce dernier, Hiroshi et Okimasa, son frère souvent alité pour cause de maladie, se rêvent en mangaka à succès et envoient régulièrement leurs travaux aux différents magazines pour garçons qui organisent des concours ouverts aux lecteurs. Il s’ensuit une concurrence qui va amener Hiroshi à révolutionner la bande dessinée, une dizaine d’année après son maître, Tezuka. Mais ceci est une longue histoire racontée dans les deux tomes d’Une vie entre les marges.

Troisième œuvre de Yoshihiro Tatsumi à être traduite récemment en français après Daihakken (Coups d'éclat, Les larmes de la bête et Good bye) et Daihakkutsu (L’Enfer), Gekiga Hyouryuu (Une vie entre les marges) retrace le développement du manga dans la région d’Osaka et surtout la naissance du gekiga, une forme de manga alternative à celle popularisée par Tezuka durant les années 1950. Il s’agit d’une œuvre autobiographique commandée en 1994 par la célèbre chaîne de librairies Mandarake et qui n’a été achevée que douze années plus tard. Publié au Japon en deux volumes en 2008, ce témoignage sur une période charnière de l’histoire du manga a reçu le Prix de la Culture Osamu Tezuka en 2009 alors que sa traduction anglaise a reçu plusieurs distinctions aux États-Unis. Gageons que la version française saura être distinguée à Angoulême l’année prochaine.

Il faut dire que ce premier tome le mérite tant sa lecture est passionnante et sa réalisation réussie. Tatsumi réussit à distiller de nombreuses informations historiques, à la fois sur la société japonaise et sur le monde de l’édition tout en racontant ses débuts dans le monde du manga alors qu’il n’était encore qu’au collège. Pour qui s’intéresse à l’histoire de la bande dessinée japonaise, on ne peut qu’être captivé par la description du système d’édition qui existait à l’époque dans la région d’Osaka et des différentes étapes de l’apprentissage du métier d’auteur. Si le contenu est excellent, le contenant y répond avec brio : l’ouvrage est relié avec une couverture cartonnée, la jaquette, une fois dépliée, se révèle être un poster de la couverture, un marque page en tissu permet de retrouver rapidement l’endroit où reprendre sa lecture, sans oublier une impression et une traduction qui sont de bonne facture. Que demander de plus ? Le second tome, pardi !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin