créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Soleil

compl�tez cette fiche
Les prisonniers du Darshan (1�re partie)
Sc�narioArleston Christophe
DessinMourier Jean-Louis
CouleursGuth Claude
Ann�e2006
EditeurSoleil
S�rieTrolls de Troy, tome 9
autres tomes... 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 ...
Bullenote [d�tail]

Dans un temple du Darshan, l'oracle du dieu Nymethny exige que lui soient sacrifiés de petits trolls blancs et roux. Peu de temps après, les enfants de Teträm sont enlevés.
Pour tenter de les sauver d'un sort atroce, il va devoir, accompagné de Waha et Pröfy, traverser l'océan jusqu'au lointain continent, et comprendre pourquoi ses congénères blancs restent si passifs face aux agissements des bonzes de Nymethny.

 

1 avis

Coacho
Mouais… Je suis partagé en fait…
Mourier a un indéniable talent de dessinateur, une grande aisance technique, et il gâche un peu le tout à illustrer des histoires plutôt insipides devant être drôles…
Ce qui me gêne en fait, c’est qu’Arleston, qui se veut l’héritier de la pensée Goscinienne, ne soit pas capable de réaliser des histoires à double-sens de lecture comme son aîné savait si bien le faire.
Ce n’est pas un manque de culture car le gaillard est un érudit, mais peut-être un manque de finesse. A trop vouloir chercher le gros gag facile, on devient lourd…
Ce qui me dérange dans ce tome, c’est la confirmation de l’appropriation des marques de fabrique de Goscinny. La présentation des personnages, fait peu nouveau, mais la thématiue de la faim permanente d’Obélix, la chasse ventre à terre de Tetram, mais surtout, et même si ça tient plus de l’hommage, la présence de nos amis pirates vient entériner le tout. Des Go… Des Gogos… oui… Pourquoi pas. Mais les plus jeunes ne verront pas l’allusion…
Serait-ce donc la première fois qu’Arleston nous fait du double niveau de lecture ?
Après, ben… Ca courre, ça tape, ça rigole fort… Ca fait appel à l’imaginaire japonais des plus jeunes…
Quoi qu’il en soit, je ne suis pas non plus excessivement sévère car cette joyeuse pantalonnade reste sauvage, cruelle, violente, et plus drôle que certains des autres albums que j’ai pu lire auparavant. Un bon divertissement sans exigence mais qui laisse un drôle de goût dans la bouche du vieux lecteur que je suis… A vous de voir, je ne sais pas me prononcer de manière définitive !
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin