crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Milan

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioSaîto Takao
DessinSaîto Takao
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2006
EditeurMilan
CollectionKanko
S�rieSurvivant, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10
Bullenote [d�tail]

A la suite d’un gigantesque tremblement de terre, un jeune homme se retrouve seul, sur une île déserte, sans moyen de communiquer avec l’extérieur et sans ressources.

 

2 avis

herbv
Alors qu’il est en train d’explorer une grotte avec des amis, un tremblement de terre suivit d’un éboulement l’assomme. Il revient à lui seul, dans le noir. Après de grosses difficultés et après avoir de nombreuses fois risqué de trouver la mort, il réussit à regagner l’air libre. Rapidement, il se rend compte qu’il se retrouve isolé sur une sorte d’île. C’est le début d’une lutte de tous les instants pour survivre à cette catastrophe incompréhensible, lui qui n’était qu’un citadin en promenade. Va-t-il réussir à ne pas mourir ? Va-t-il réussir à s’échapper de ce piège naturel ? Va-t-il réussir à comprendre ce qu’il s’est passé ?

Après la compilation Best 13 of Golgo 13 paru l’année dernière chez Glénat, Kankô nous permet de découvrir une autre œuvre majeure d’un auteur très important au Japon mais quasi-inconnu ici. Survivant, série en 10 volumes dans sa version bunko, celle qui est disponible en français, nous narre le combat pour survivre en pleine nature d’un être humain isolé de la civilisation moderne. Cette fois, loin de l’infaillibilité d’un Golgo, le héros est un simple gamin sans talent particulier en dehors d’une forte volonté de vivre, coûte que coûte. Et c’est donc tout au long des chapitres que l’on va vivre avec lui ses nombreux échecs, ses quelques réussites et ses nombreux questionnements.

S’il est un peu trop tôt pour donner un avis sur la série, on peut déjà dire que la série part sur de bonnes bases. On ne ressent pas réellement l’âge du titre qui est paru entre 1976 et 1978. Certes certains considéreront que le dessin date un peu selon les canons en vigueurs dans les shônen actuels. Mais il est indéniable qu’il est de qualité et très vivace, le style de Takao Saito étant immédiatement reconnaissable. Seule la narration avec de nombreuses voix-off expliquant la scène qu’on a sous les yeux fait un peu passéiste mais ce n’est aucunement gênant. Et comme la version française est tout à fait réussie à tous les points de vue, loin des débuts passables de l'éditeur, on a là une série à ne pas manquer.
nirvanael
Avec ce titre, Survivant, j'ai pensé qu'il y avait là une série à faire, du moins à tenter, et un prix plutôt discret a aidé.

Premier contact, l'objet est des plus agréables, petit, couverture sobre, tranche volumineuse. Agréable et prometteur donc.

Pourtant dès les premières pages, le doute s'installe. Le dessin a vieilli, le découpage fait penser à du Tezuka... Va-t-on retrouver le même manque de réalisme, les fantaisies qui ont pu plomber une histoire telle que celle des 3 Adolfs ?

La comparaison avec Dragon Head, la référence ultime en terme de manga apocalyptique, ne se fait franchement pas en faveur de Survivant. Dans une telle situation extrême, l'auteur a bien du mal à nous faire ressentir la tension qui nous oppressait par ailleurs, et quelques élements, certes des détails, mais une histoire et une atmosphère sont faites de détails, surprennent dans le mauvais sens du terme (après avoir failli être emporté par les vagues, le personnage a le réflexe de sortir sa boussole pour voir où est le Nord par exemple...).
Début difficile donc.

Puis le temps passe, quelques pages aussi, le réalisme se fait plus fort et va même loin. Notre personnage doit se nourrir, c'est sa seule obsession, et seul sur son île déserte, apprend comment survivre, a recours à de nombreuses astuces, plus ou moins fructueuses (des trucs concrets sont dévoilés dans une ambiance à la Rahan qui ne serait pas idéalisée, le personnage de Survivant se voit ainsi confronté au problème de devoir sortir dans le froid pour aller faire ses besoins, et apprend de même quel usage faire de ses excréments).

Puis tout noircit, l'humain se voit poussé dans ses derniers retranchements, acculé plus d'une fois, confronté à plusieurs fléaux tels que la maladie et les rats. A ce niveau de la lecture, plongé dans le flot d'un récit qui me tient en haleine, le dessin et le découpage se sont faits efficaces, les commentaires de l'auteur pertinents, et les attentes que j'avais par rapport à un tel titre se sont vues largement comblées.

Descriptions minutieuses sans consession ni complaisance, ouverture sur un monde qui semble aussi en piteux état, les lecteurs fascinés par le thème de la survivance, à la Jeremiah Johnson ou Ravage, attendront sans l'ombre d'un doute les prochains volumes de Survivant avec impatience et délectation.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin