créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par Fufu
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Casterman

compl�tez cette fiche
Le Sang des voyous
Sc�narioParingaux Philippe
Dessinde Loustal Jacques
Ann�e2006
EditeurCasterman
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

Louis est un tueur. Truand, voyou, malfrat, il a fait mourir un grand nombre d’hommes, souvent sur commande, pour les besoin de ses coupables activités, tant en métropole que dans les colonies indochinoises de la France. Mais aujourd’hui, Louis est aussi tueur à l’agonie; Une maladie mortelle est en train de ronger ses dernières forces. Alors, avant de disparaître, Louis entreprend, titubant, de repartir sur les traces de sa propre histoire, pour régler ses comptes les armes à la main. C’est la dérive sanglante d’un moribond que raconte Le Sang des Voyous. Philippe Paringaux y retrouve la verve et la précision de ses plus grands récits, pour un Loustal impérial qui n’a peut-être jamais aussi bien dessiné.

 

2 avis

Da Rocha
Polar plutôt violent, "Le Sang des Voyous" est donc la dernière collaboration en date entre Jacques de Loustal et Philippe Paringaux. Loustal que j'ai rencontré lors de l'édition 2006 du Festival de Solliès-Ville m'avait confié que "Le Sang des Voyous" était sa bande dessinée la plus noire. Et bien, je confirme. Sans vouloir plagier l'un de nos chanteurs bien connus : "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir...".

L'histoire scénarisée par Philippe Paringaux nous raconte la dérive sanglante d’un tueur à gage moribond à la recherche de sa fille perdue de vue nombre d'années auparavant. Au cours de son périple, il n'hésitera pas à solder quelques ardoises laissées en suspend. La narration de ce thriller est assez particulière. Les dialogues sont réduits au minimum tandis que des encadrés de textes viennent plonger le lecteur dans l'esprit et les sensations du personnage central. L'atmosphère glauque distillée tout au long des planches de l'album s'en trouve ainsi renforcée.

Coté dessins, je ne suis pas de prime abord un grand fan de ce style graphique, aussi il m'a fallu un moment avant de m'y faire. Loustal a choisi d'illustrer le récit par un trait plutôt dur et froid à l'image de son "héros". Les décors sont très épurés, parfois sommaires, même si certains plans de paysages m'ont réellement emballé, notamment grâce à une mise en couleur des plus réussies.

Une bande dessinée qui vous captivera jusqu’à son terme.
Coacho
Attention, histoire très noire.
Un tueur à gages, au seuil de la mort, va se donner une dernière bouffée d’énergie pour achever l’histoire du plus grand drame de sa vie.
Sa vie est jalonnée de violence et de meurtre et son parcours final ne dérogera pas à ses grands principes…
Une histoire froide et dure qui est pourtant soutenue par un but plutôt porté vers l’espoir mais… A vous de découvrir ce parcours…
On reconnaît évidemment le trait caractéristique de Loustal ainsi que ses couleurs, souvent vives, qui tranchent avec la noirceur du récit de Paringaux.
Mais, et c’est là tout le talent de Loustal, jamais ces couleurs ne jurent ou ne desservent l’histoire… Une histoire glaçante et prenante…
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin