| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par CoeurDePat
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Akileos

complétez cette fiche
La quête onirique de Kadath l'Inconnue
ScénarioCulbard I.N.J. | Lovecraft Howard Phillips
DessinCulbard I.N.J.
Année2015
EditeurAkileos
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
J'avais découvert le roman La Quête onirique de Kadath l'Inconnue par le biais du recueil Démons et Merveilles tournant autour du Monde du Rêve de H.P. Lovecraft, univers de fantasy, d'aventure et de poésie un peu à part dans la mythologie personnelle de l'auteur. Bien que dotée de quelques défauts et d'un léger soupçon d'improvisation dans son récit, c'était resté pour moi une lecture marquante et un de mes meilleurs souvenirs de Lovecraft.
J'étais donc motivé à l'idée de lire son adaptation en bande dessinée mais aussi anxieux car le roman est très dense et il s'y passe des choses très variées. Je craignais une grande difficulté à l'adapter de manière fluide sans y perdre énormément de son contenu.

J'ai constaté que l'auteur, I.N.J. Culbard, a vraiment fait le choix d'adapter le récit complet, sans coupure et avec un minimum d'ellipses. Du moins a-t-il adapté l'intégralité des événements du récit... mais pas leur âme.
Et ça ne passe pas.

Sur le plan du concret, on se retrouve avec un récit d'aventure et de fantasy fouillis et sans rythme. L'introduction du récit manque de clarté (mais je dois avouer que celle du roman n'est pas des plus évidentes non plus) et le lecteur qui découvrira l'histoire aura probablement du mal à entrer dedans et à bien comprendre. Puis c'est ensuite une succession de péripéties, de décors sans saveur, de discussions creuses ou absconses. Jusqu'à une fin plus ou moins incompréhensible (même si là aussi, j'ai dû relire ce passage du roman deux fois pour bien l'assimiler).
Le tout est mis en image avec un dessin épuré, sans charme, parfois même laid. Je lui reproche en outre sa recherche de facilité, avec des cadrages serrés sur les visages pour représenter le moins de décor possible et aller au plus vite. Quand je vois certaines illustrations d'autres artistes inspirés par l'imaginaire de Lovecraft, j'ai l'impression d'un vrai gâchis voire d'un manque de respect devant le manque de poésie et d'imagination de ces planches.

Et sur le plan émotionnel, ce sont précisément la poésie et l'imaginaire qui manquent totalement à cette adaptation, alors que c'est la grande force du roman. Rien ne ressort ni de l'aventure, ni des décors, ni du monde du Rêve dans son ensemble. A quelques rares moments dans la lecture de ces planches, j'ai eu des réminiscences des sensations voire des frissons que le livre m'avait procurés, mais ce n'était que le souvenir nostalgique d'une ancienne lecture et pas du tout ce que la platitude du récit trop superficiel et rapide de ce comics britannique me permettait d'éprouver.

Bref, déception, même si cela m'a donné envie de relire le livre.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin