| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Vote pour Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par nyl
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Panini Comics

complétez cette fiche
Un monde sans pitié
ScénarioEnnis Garth
DessinDillon Steve
EncragePalmiotti Jimmy
CouleurSotomayor Chris
Année2000
EditeurPanini Comics
Collection100% Marvel
SériePunisher, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9
Bullenote [détail]

- (Punisher (v.V) #1) [Couverture], Bradstreet Tim (D)
Welcome back, Frank (Punisher (v.V) #1) [Récit à Suivre - Début]
Badaboom, badabing (Punisher (v.V) #2) [Récit à suivre]
The devil by the horns (Punisher (v.V) #3) [Récit à suivre]
Wild kingdom (Punisher (v.V) #4) [Récit à suivre]

 

2 avis

devotionall
L'humour corrosif de Steve dillon, et les dessins clairs et purs de Garth Ennis nous proposent un Punisher implacable, cynique mais jamais banal. Un retour sous forme de grande bouffé d'air frais du justicier de la Marvel. On appréciera tout particulièrement l'originalité du Punisher qui n'est jamais en manque d'idée lorsqu'il s'agit de faire disparaître des criminels patentés. Avec en prime une gallerie de personnages tous aussi attachant les uns que les autres ( Spacker Dave, Mr bumpo, Joanna... ). Un nouveau départ, très réussi, qui se prolonge par ailleurs dans les deux volumes suivants de la collection 100% marvel, et qui seront à la base de l'adaptation cinématographique avec Thomas Jane.
Jean Loup
C'est le premier volume d'une trilogie consacrée à l'un des héros Marvel les plus controversés. Il faut dire que le Punisher est le type-même du justicier, c'est-à-dire du type à la Charles Bronson qui décide de se faire justice tout seul en allant flinguer ceux qui lui ont causé tort.

Héros primaire, antipathique, obéissant à des comportements obsessionnels et hyper-violents, le Punisher a d'ailleurs la particularité de n'avoir aucun super-pouvoir. C'est un des points communs qu'il a avec Batman. Mais là où Batman travaille avec Gordon et fait coffrer ses adversaires, le Punisher est plus radical : il leur colle une balle dans la tête. Y compris lorsque le criminel est juste un type qui se drogue, comme c'est le cas au début de cet épisode.

Idéologie nauséabonde et personnage douteux. Je ne peux pas dire que je porte le Punisher dans mon coeur. Cet album ne m'a pas fait changer d'opinion : voir le personnage principal (peut-on le qualifier de héros ?) dessouder à tout va, sans aucune pitié, avec cruauté même (le coup des piranhas...), n'a rien de particulièrement réjouissant.

Le scénariste en personne ressent le besoin de se justifier dans une pleine page en fin d'album. "Justifier les exactions du Punisher ? Cautionner les crimes d'un assassin dont les victimes se comptent par dizaines de milliers ? Très peu pour moi." Le scénariste prend donc du recul et on peut saluer cette prise de distance expliquée aux lecteurs, qui me paraît une démarche intéressante pour les fans les plus jeunes du Punisher.

Garth Ennis explique aussi que sa seule ambition est de divertir, que tout ça c'est du fun et qu'on peut donc lire le Punisher la conscience tranquille. Merci pour la mise au point, effectivement rassurante. Mais je continue à penser que cet album, en dehors de ses qualités scénaristiques convenables et d'un trait trop "comics" mais pas déplaisant, n'est pas indispensable : la succession de crimes commis par le Punisher ne me paraît pas particulièrement "fun".

A ne pas mettre entre toutes les mains, donc, et à lire avec un recul hautement nécessaire pour éviter la nausée.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin