| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par jon_arbuckle
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Casterman

complétez cette fiche
Les portes du possible
ScénarioPeeters Benoît
DessinSchuiten François
Année2005
EditeurCasterman
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Dans le droit fil de l’esprit des Cités Obscures, mais avec un autre angle de vue, Schuiten et Peeters présentent leur nouveau projet : Les Portes du Possible, une manière de « fiction prospective » ou d’« utopie fictionnelle » qui s’ingénie à explorer les conjectures les plus inattendues concernant notre proche futur. L’ouvrage se présente comme une série de vingt sujets (un thème par page, chacune pouvant se lire indépendamment de toutes les autres) et emprunte la forme visuelle d’un « vrai-faux » journal combinant textes et images. Selon les sujets traités au fil des parutions et des rubriques (politique, sport, science, arts, etc.) de ce journal imaginaire, Schuiten et Peeters ont situé leur publication à divers moment du futur (2024, 2030, 2037, etc.), mais toujours dans un avenir « à portée de main ». Au menu des thèmes choisis : les manipulations génétiques, les changements du climat, les nouveaux matériaux, les transports ferroviaires, les rites funéraires, l’évolution de l’Europe, etc.

 

1 avis

thierry
A quoi ressemblera le Futur ? Les hommes consacrent des efforts considérables à imaginer de quoi notre avenir sera fait dans 50 ou 100 ans. Mais plus encore que pour les prévisions météorologiques, un battement d'aile de papillon suffit à rendre caduque les modèles qui semblaient les plus solides. On attend toujours les voitures volantes, ville sous-marines et colonies lunaires promises promises depuis déjà 50 ans. Par contre, rares sont ceux qui avaient prévu le développement de la téléphonie mobile ou l'extension hallucinante d'internet. Je me rappelle de cette blague qu'on racontait quand j'étais môme, il n'y a pas si longtemps. Dans une gare, un homme demandait l'heure à un voyageur chargé de 2 énormes valises. Le voyageur lui répond et en profite pour faire admirer sa nouvelle montre ultra-moderne, qui fait également office de calculatrice, agenda, jeu électronique, appareil-photo, et j'en passe... Épaté, l'homme lui propose de racheter cette merveille. Le voyageur accepte pour 200 balles (5 euros, je vous parle de temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître quand chaque pays possédait encore sa propre monnaie). L'homme s'apprête à partir, sa nouvelle montre au poignet lorsque le voyageur le rappelle et, désignant les 2 valises, lui lance: "N'oubliez pas les batteries !". Si, si, à l'époque, cette histoire était drôle. Je vous jure. mais le développement technologique l'a désormais rendu aussi obsolète que les téléphones portables qui ne servent bêtement qu'a téléphoner.
Pourtant "inventer le futur" continue de séduire, mais il est vrai que les visions qui en résultent se révèlent souvent plus éclairantes concernant les préoccupations contemporaines.. A leur tour, Schuiten et Peeters s'adonnent donc à ce périlleux exercice. Ils transposent nos inquiétudes contemporaines dans un futur hybride, qui tient autant de notre univers que de l'univers parallèle des Cites Obscures qu'ils explorent depuis près de 25 ans. Il entretiennent d'ailleurs une amusante ambiguïté, comme si notre monde avait bascule de l'autre côté, de Bruxelles à Brusel, de Paris à Parij... Ils se dégagent ainsi de toute tentation littérale pour proposer des visions tantôt poétiques, tantôt ironiques, tantôt inquiétantes. Sous la forme de "Une" fictives de journaux, ils explorent une vingtaine de sujets d'actualité, grossissant volontairement le trait, osant de réjouissantes exagérations. De leurs conjectures, ils ouvrent autant de portes vers de futurs possibles.
Fidèles à leur ville, Schuiten et Peeters ouvrent leur réflexions sur Bruxelles qui, en 2030, délaissée par les institutions européennes, a connu un exode massif, la laissant inhabitée a 80%. Que faire des quartiers désertés ? Pas question de les raser tant la folie de classement qui frappa la ville dans les décennies précédentes a rendu impossible de mener une politique cohérente en matière de gestion urbanistique (après la satire de la Bruxellisation qu'ils proposaient dans Brusel en 1992). La seule solution semble etre la pétrification de quartiers entiers afin de les préserver, quitte à les rehabiliter plus tard, lorsque le besoin s'en fera sentir. Et d'envisager déjà de mettre certains quartier sous eaux afin de transformer Bruxelles en une nouvelle Venise, en négligeant l'aspect vallonné de la ville.
Les autres sujets sont à l'avenant: un nouvelle race de coléoptère résistant à la pollution devenue nouvelle coqueluche de Tokyo, la fin de l'industrie lourde en Europe qui initie un mouvement quasi-sectaire de nostalgiques du travail, la mégalomanie galopante dans les rites funéraires, le recyclage et le tri sélectif des ordures qui atteignent des extrémités ubuesques, le Berlaymont devenu un centre de vacances à la Centerpark, les problèmes de mobilités a Montréal, qui opposent piétons et échassiers...
On l'aura compris, Schuiten et Peeters n'ont pas la prétention d'imaginer le Futur, mais d'ouvrir des portes vers des futurs possibles. D'ailleurs, leur fidélité aux Cites Obscures confèrent à leurs visions une patine désuète, images d'un futur déjà révolu. Et pourtant... ces portes du possibles offrent une réflexion très intéressante sur le devenir de l'humanité.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin