créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par petitboulet
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Casterman

compl�tez cette fiche
La pluie du paradis
Sc�narioLu Yu
DessinLu Yu
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2008
EditeurCasterman
CollectionHua Shu
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

Vimoksa, mot de sanskrit ancien exprimant l’idéal de paix et de tranquillité vers lequel doivent tendre les êtres par-delà les événements de leur vie terrestre, réunit une série de courts récits de Yu Lu, dont c’est la première traduction en langue française. Histoires d’amour, d’apprentissage ou de don de soi, presque toutes ont pour cadre la ville de Suzhou, cité lacustre de Chine méridionale très célèbre pour la beauté de ses décors, parsemée de jardins, parcourue de nombreux canaux, et que l’on désigne parfois du qualificatif de “Venise chinoise”.

 

1 avis

rohagus
Parmi les manhua qui sont arrivés jusqu’à nous en France, la majorité ont été choisis pour leur graphisme plutôt que pour leur scénario. Celui-ci n'échappe pas à la règle mais il faut avouer que le dessin y est vraiment beau.

L'album contient 3 histoires. La première fait juste 3 pages. La seconde en fait une vingtaine. Et la dernière un peu plus de 80 pages. Dans les trois, Lu Yu utilise une technique légèrement différente, avec un encrage plus ou moins marqué et une présence plus ou moins imposante de la peinture informatique. Les trois styles sont très jolis et souvent même impressionnant sur le plan du travail et de l'esthétique. On est parfois plus dans l'œuvre d'art graphique que dans un récit en bande dessinée.
Ceci dit, la narration graphique n'est pas au même niveau de maîtrise. Beaucoup de cases sont très belles mais un peu sombres ou peu évidentes à déchiffrer.

Ces trois histoires partagent un même décor, la ville de Suzhou - même si la première est située dans le futur -, et des thématiques similaires tournant autour de l'amour, de la passion pour la peinture, le métier de peintre et les études à l'école des Beaux-Arts.
La première histoire se lit trop vite, on n'a pas le temps de s'y attacher.
La seconde est belle à regarder sans être très passionnante.
La dernière, la plus longue, est la meilleure. Elle prend le temps de se mettre en place, on peut s'attacher aux personnages et elle se révèle pleine d'émotion sur la fin même s'il y a de quoi être frustré par ce qu'il se passe.
Par contre, je n'ai toujours pas réussi à déterminer si c'est la façon chinoise de penser et de raconter les histoires qui diffère de l'occidentale, ou si c'est un simple manque de maîtrise narrative d'auteurs encore débutants, mais, dans ce manhua comme dans beaucoup d'autres que j'ai lus, la narration est souvent très embrouillée, un peu pénible à suivre. Cela se ressent dans la deuxième histoire et au début de la troisième, mais heureusement par la suite le récit devient bien plus compréhensible et plaisant.

Au final, c'est un album que je conseillerais pour les amateurs de beau graphisme à base de peinture assistée par ordinateur. La troisième et plus grande histoire est plutôt jolie et touchante mais les deux premières histoires ne sont pas aussi bonnes ; la narration pourrait rebuter certains lecteurs.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin