| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par man
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Panini Manga / Generation Comics

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioYukimura Makoto
DessinYukimura Makoto
CouleursNoir et Blanc
Année2002
EditeurPanini Manga / Generation Comics
SériePlanètes, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [détail]

 

3 avis

coeurdepat
Cet album m’a laissé une étrange impression… Il est composé de plusieurs chapitres formant autant de petites histoires quasiment indépendantes, liées par la trame générale de la série, et souffre de certains des défauts que l’on peut s’attendre à trouver dans le genre. Le scénario peut en effet paraître un peu décousu, les épisodes peuvent sembler une accumulation d’aventures, et le thème des épisodes peut être amené et/ou traité trop rapidement. Seul ce dernier point me paraît reprochable à "Planètes" : la problématique de certains chapitres est parfois un peu trop brusquée. On aurait aimé un développement plus lent et plus approfondi… Le meilleur exemple en est peut-être le tout début, ou en deux pages Yuri perd se femme.
Malgré cela, cet album possède une réelle force. L’ambiance est superbement rendue, les décors sont très beaux, le découpage, bien qu’assez traditionnel, est utilisé de manière vraiment efficace pour ralentir ou accélérer l’œil du lecteur, créant ainsi une impression d’immobilité, de flottement silencieux dans l’espace. De plus, si la base de l’histoire est basée sur quelques péripéties, on s’attache surtout aux réactions des protagonistes, à leurs motivations, à leur façon de "vivre l’espace". Si là aussi le traitement est parfois un peu hâtif, j’ai été tout simplement touché par la simplicité et la vérité des comportements montrés. La séquence pages 87 à 89 (vers la fin de la phase 2) est à cet égard sublime…
Je ne crois pas que ce manga plaira à tout le monde, mais je vous le conseille tout de même, au même titre que les œuvres de Taniguchi, qu’il m’a rappelé par certains points.
Pour ma part, j’aime !
petitboulet

Yuri, Hachimaki et Fee sont des éboueurs de l'espace: ils sillonnent les abords de la Terre et de la Lune pour récupérer tous les débris qui dérivent et qui peuvent percuter les autres vaisseaux. Le tome 1 de Planètes raconte les péripéties de ces 3 personnages...

Ce premier tome est formé de petites histoires accolées les unes aux autres, et dont le but premier est de nous faire découvrir les 3 personnages principaux de Planètes: le taciturne Youri, dont la femme est morte presque devant lui dans un accident de navette spatiale, et les expansifs et colériques Hachimaki et Fee. L'histoire se passe au début de la colonisation spatiale par les humains, dans un futur proche. L'espace représente une source d'énergie inépuisable, et provoque une nouvelle ruée vers l'or, où l'hélium 3 a remplacé le métal précieux. Les pionniers de ce nouveau monde sont les astronautes. Ils pensent l'espace comme une véritable entité vivante, froide et cruelle mais en même temps infiniment attirante. cet état d'esprit est celui d'Hachimaki, qui caresse le doux rêve de piloter un jour sa propre navette, et qui considère son emploi d'éboueur comme le premier pas vers ce but. Youri et Fee semblent quant à eux se contenter de ce métier: Fee ne veut pas s'éloigner de sa famille sur Terre, et Youri a choisi d'être récupérateur pour retrouver un jour des traces de sa femme dans l'espace.

Planètes est contemplatif, le rythme du livre semble suivre celui de l'espace: lent, doux, sans gros heurts. Chaque histoire est plutôt centrée sur le caractère des personnages que sur l'action. Youri, Hachimaki et Fee apprennent auprès des autres, et au contact de l'immmensité de l'espace, les rencontres, les découvertes sur les autres et les conversations qu'ils ont les changent, doucement, les font mûrir, leur apportent une certaine sagesse. Le dessin, de ce point de vue, joue parfaitement son rôle. L'auteur sait retranscrire l'immensité et le calme total de l'espace aussi bien que les sentiments de ses personnages. Il sait aussi accélérer le rythme quand le besoin s'en fait sentir, et montre une bonne maîtrise du découpage, sans chichis mais intelligent et efficace.

Planètes est un travail remarquable. Le traitement réaliste de la conquête spatiale est un vrai plus, et amène une crédibilité plus grande à ses personnages. La science-fiction est ici un moyen, pas une fin, l'important, ce sont ces trois éboueurs.
pikipu
Depuis le temps que j'entends de parler de Planètes, et vu tout le bien que j'en ai lu sur ce site, je ne peux plus attendre. Je dois me procurer le premier tome. Malgré un prix très élevé, je l'achète. Je le lis enfin...

Planètes me laisse une impression étrange. Ce n'est pas de la science-fiction traditionnelle. Il n'y a pas de "conquête de l'espace" dans le sens habituel du genre. Les astronautes qui nous sont présentés (Yuri, Fi et Hachi) ne correspondent pas à la norme. Ils ne sont pas les super-héros imaginables, mais de simples éboueurs, chargés de nettoyer un espace que l'homme a négligé comme sa propre Terre, éloignés de chez eux pour de longues périodes, plein de doutes et d'attentes. Comme de simples hommes.

Car voilà la particularité saisissante de planètes: c'est une "étude" de personnages.

Des quelques tranches de vie traitées vont apparaître certains thèmes d'une actualité frappante (le terrorisme, la lutte anti-tabac, l'alter-mondialisme). Tout ceci prend avec le décalage du décor (toujours superbe) et du temps, une saveur particulière. Cet aspect-là m'a plu.

Mais la lecture ne m'a pas paru limpide du tout. J'ai trouvé le découpage mal mené. j'ai mis du temps à bien distinguer les personnages qui se ressemblent un peu trop. J'ai trouvé surtout que, malgré toutes les bonnes idées contenues dans ce volume, le résultat n'était pas vraiment convaincant. De plus, je ne me suis pas vraiment attaché aux personnages.

Une déception donc, par rapport à la montagne que j'avais imaginée.

Mais si vous vivez dans une cabane et que personne ne vous en a fait une critique dithyrambique, vous aurez peut-être moins d'exigence que je n'en avais.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin