| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par crepp
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Dupuis

complétez cette fiche
Pigalle, 1950
ScénarioChristin Pierre
DessinArroyo Jean-Michel
Année2022
EditeurDupuis
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
Le décor : Paris 1950. Pierre Christin et Jean-Michel Arroyo mettent en scène un jeune campagnard auvergnat qui débarque à la capitale avec ses yeux candides et se retrouve rapidement admis au sein de l'équipe d'un cabaret dont le patron magouille régulièrement avec quelques mafieux. Il y croise la faune locale bigarrée et y fait peu à peu sa place, avec de bonnes et de mauvaises conséquences.

J'ai aimé cette plongée dans le quartier de Pigalle de l'époque. J'avoue que je ne savais pas que les gangsters d'alors étaient majoritairement corses, pas plus que je n'avais idée des différentes parties en présence à l'époque, notamment les motivations des Américains. Mais tout cela n'est pas au cœur de l'intrigue puisque c'est avant tout le parcours d'un brave type qui fait peu à peu son trou, s'attache à quelques bons amis, et en parallèle se mêle plus ou moins ouvertement à certaines magouilles.

On sent que Jean-Michel Arroyo se fait plaisir dans la représentation du Paris de l'époque. Il est généreux dans les décors qu'il nous offre avec moults détails. J'ai toutefois trouvé ses perspectives parfois un peu étranges, comme si les bâtiments étaient ramassés et leurs façades un peu plates. De même, les voitures s'intègrent parfois bizarrement aux décors, donnant quelques fois l'impression d'être davantage des jouets que des véhicules réalistes. Les gangsters corses y paraissent aussi un peu caricaturaux avec leurs costumes et leurs chapeaux en guise d'uniformes. Mais ce serait pinailler que de s'attacher à ça car l'ensemble est très réussi, les personnages sont bien rendus et la majorité des planches nous plongent agréablement dans les rues parisiennes d'alors.

L'histoire est tout aussi plaisante. On s'attache assez vite au jeune héros, aussi ingénu soit-il par moment. Son entourage aussi est sympathique, même ceux qui auraient pu paraître hautains et distants en première impression. Et même les malfrats se révèlent humains et faillibles, avec certes les quelques défauts que cela implique.
Au niveau narration, j'avoue avoir un peu ri au « Plus tard » qui introduit la première case de l'album et de ma recherche pour voir si j'avais manqué un prologue sur les pages précédentes.
Passé cela, on se laisse porter par l'intrigue qui ressemble à une longue mise en place tandis que le héros se fait de mieux en mieux accepter par les habitués de Pigalle et de ce fameux cabaret de la Lune Bleue. L'histoire coule bien et plonge le lecteur dans un décor historique dépaysant et au milieu de protagonistes plaisants à suivre. On attend toutefois un certain temps que l'intrigue prenne enfin son essor pour de bon. Et c'est peut-être là que le bât blesse car au moment où l'on se dit que les choses sont enfin en place, l'histoire subit un arrêt un peu abrupt, légèrement frustrant. C'est ce qui m'empêche de mettre une meilleure appréciation à cet album que j'ai certes apprécié dans son ensemble mais qui n'a pas su me charmer totalement.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin