créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ IMHO

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioKon Satoshi
DessinKon Satoshi
Ann�e2013
EditeurIMHO
S�rieOpus, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

 

1 avis

herbv
Chikara Nagai, un mangaka à succès, a décidé de terminer sa série d’action mettant en scène Satoko, une policière télépathe, un jeune chef de gang Rin, un puissant télékinésiste et Le Masque, le gourou d’une secte, L’Église du Grand Rassemblement, aux pouvoirs semblant sans limite. Alors qu’il est en train de boucler dans l’urgence un des derniers chapitres, celui mettant en scène la confrontation finale entre les trois protagonistes, ce qui doit déboucher sur la mort de Rin et du Masque, l’auteur se retrouve aspiré dans sa création. En effet, Rin vient de voler la double page de sa mort, ce qui a créé un passage entre les deux mondes. Arrivant de façon impromptue dans le combat opposant Satoko au Masque, situé quelques instants avant le combat décisif, Chikara sauve ainsi la vie à son héroïne en lieu et place de Rin, à la différence de ce qu’il était prévu dans le scénario. À partir de là, l’histoire va prendre un tour inattendu et va échapper au contrôle de son créateur, devenu acteur malgré lui et dépassé par les événements. Différentes courses poursuites se développent alors : entre Chikara, assisté de Satoko, et Rin qui s’est enfui avec la fameuse planche, ainsi qu’entre le Masque et Satoko, aidée par Chikara, le premier étant prêt à toutes les destructions pour se débarrasser des deux autres.

Opus est une courte série en deux tomes datant du milieu des années 1990 que son auteur, Satoshi Kon, surtout connu pour son formidable film d’animation Paprika, n’a pas pu achever du fait de la disparition du magazine de prépublication (Comic Guys, chez Tokuma shoten) au second semestre 1996. Le mangaka ayant par la suite décidé de se consacrer uniquement à l’animation, l’histoire était restée en l’état et n’était jamais parue en volume relié avant la mort en 2010 de l’auteur, victime d’un cancer à l’âge de 46 ans. IMHO nous propose la version française peu de temps avant de sortir une autre œuvre de Satochi Kon, elle aussi inachevée, Seraphim. L’éditeur parisien ajoute ainsi une nouvelle corde à son arc en proposant des mangas liés au monde de l’animation (dont Mind Game de Robin Nishi qui doit sortir ici en octobre 2013), ce qui l’éloigne des univers de l’ero-guro, de l’horreur et du fantastique (plus ou moins) onirique, domaines dans lesquels il était le plus connu.

Le présent manga est, heureusement, très éloigné de l’insipide Kaikisen – Retour vers la mer découvert en français en 2004 dans la collection Sakka (Casterman). Très influencé graphiquement par les bandes dessinées de Katsuhiro Otomo (notamment Akira disponible chez nous depuis 1990 grâce à Glénat) dont il a été l’assistant lorsqu’il était étudiant, Satoshi Kon nous délivre ce qui semble être un manga d’action fortement inspiré par Dômu – Rêves d’enfants, titre dont l’auteur a déclaré être fan dans un entretien sur un site américain à l'occasion de la sortie de son long-métrage d’animation Perfect Blue. En effet la filiation semble évidente tant par le dessin, la mise en page que l’univers urbain, les destructions de masse et les pouvoirs psychiques de certains protagonistes. Pourtant Opus n’est pas une fade relecture du chef d’œuvre d’Otomo : Satoshi Kon cherche au contraire à en faire la déconstruction.

Pour cela, le mangaka développe un récit reposant sur deux niveaux de fiction qu’il imbrique entre eux : tout d’abord, il y a l’histoire d’un auteur qui travaille sur son œuvre, en l’occurrence un manga d’action au dessin réaliste. Ensuite, il y a l’histoire racontée dans ladite œuvre et la création d’une passerelle entre les deux vient brouiller les frontières préétablies entre fiction et « réalité ». En effet, très rapidement, Satoshi Kon crée une rupture dans le « pacte de lecture », ce fameux contrat qui voit le lecteur jouer le jeu de la fiction et accepter pour réel le récit, les personnages et les péripéties qui lui sont proposés par l'auteur. Ce dernier développe alors une histoire de réalités alternées où différentes problématiques se posent aussi bien à l’auteur qu’au lecteur. La principale se focalise rapidement sur quelques interrogations concernant les personnages de fiction : que pourraient ressentir ces derniers lorsqu’ils subissent autant d’avanies ? Auraient-ils eux aussi un « réel » désir de vivre ? Et pourquoi y a-t-il dans les mangas d’action une telle indifférence, un tel manque d’empathie de la part de l’auteur envers ses créations lorsqu’il leur inflige souffrances physiques et morales ? Quelle est la part du lecteur dans la réponse à ces questionnements ? Autant de questions, autant de réponses ?
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin