créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Dupuis

compl�tez cette fiche
Nada
Sc�narioCabanes Max | Manchette Jean-Patrick
DessinCabanes Max
Ann�e2018
EditeurDupuis
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

 

1 avis

rohagus
Adapté du roman du même nom, Nada se déroule en 1972 et met en scène un petit groupe de gauchistes bien décidés à passer à l'acte contre la société capitaliste et le pouvoir en place. Leur objectif ? Kidnapper l'ambassadeur américain à Paris pour obtenir à la fois une rançon et la publication de leur manifeste politique mais aussi et surtout pour se révolter contre le monde qui les entoure.

Ce groupe est formé de 6 caractères forts et très différents : un vieil expert désabusé qui s'engage avec eux par désespoir, un ancien militant extrémiste et violent, un fils de bonne famille poivrot, un prof de philo révolté et violent, un mari affligé par la folie de sa femme et enfin une femme fatale à la personnalité indéfinissable, se définissant elle-même comme une salope prostituée. Et dans le camp d'en face, une autre belle brochette de personnages tout aussi marqués, que ce soit l'ambassadeur dépravé mais intelligent, un ministre hautain et politicien, un secrétaire d'état sournois ou encore un commissaire adepte de barbouzeries et de méthode forte.

Nada est une peinture réaliste et sombre de la société politique et extrémiste de la France des années 1970, avec des personnages très crédibles et pittoresques qui donnent envie d'être suivis et d'être vus interagissant. Il ressort d'eux un réel désespoir, une fuite en avant vers la violence et la rébellion. Cette fuite se présente comme une inéluctable fatalité et se révèle intéressante tant sur le plan sociologique que psychologique. Sur le fond, Manchette dresse dans ce récit autant la critique du pouvoir en place, du simple flic servile jusqu'au ministre pourri, que de ces groupuscules d'extrême-gauche aux motivations floues et aux méthodes très discutables.

L'adaptation est réussie. On ne sent pas la moindre lourdeur d'un livre transposé en BD. La densité du roman se reflète uniquement dans la taille de l'ouvrage qui ne fait pas loin de 200 pages.
Ce nombre est d'autant plus impressionnant que chaque planche est finement dessinée par un Cabanes qui maîtrise parfaitement son art et offre de superbes dessins. Son trait est excellent, ses personnages sont vivants et ses décors nous plongent immédiatement dans le Paris et sa banlieue de l'époque. Et les couleurs ne sont pas en reste puisque chaque page possède sa propre teinte chromatique harmonieuse et belle.
Très bel ouvrage.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin