| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Éditions du Fromage

complétez cette fiche
Les années folles de Mad
Année1979
EditeurÉditions du Fromage
SérieMad, tome 1
autres tomes1 | 2 | 3 | 4 | 5
Bullenote [détail]

- [Couverture]
- P4. [Illustration], Wood Wallace (D)
- P5. Sommaire, [Illustration], Elder Will (D)
- P7. Blobs, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P14. Hoohah, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Davis Jack (D)
- P22. Gookum, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P28. Lone stranger, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Davis Jack (D)
- P35. V-Vampires, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P41. Robin Hood, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Severin John (D)
- P47. Superduperman, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P55. Outer sanctum, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P63. Lone stranger rides again, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Davis Jack (D)
- P70. Frank N. Stein, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P78. Flesh Garden, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P86. Shermlock Shomes, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P94. Prince Violent, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
- P102. Robinson Crusoe, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P109. Alice in Wonderland, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Davis Jack (D)
- P116. Manduck the magician, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P124. Cowboy, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Davis Jack (D)
- P129. Poopeye, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Elder Will (D)
- P137. Sound effects, [Récit complet], Kurtzman Harvey (S), Wood Wallace (D)
D : Dessin S : Scénario

 

1 avis

MR_Claude
Il y a un peu plus de 50 ans, un dessinateur/scénariste/éditeur américain un peu fou s'apprêtait à lancer un magazine de bd, qui fit vite l'effet d'une petite révolution, rien que ça, à grands coups de personnages prénommés Melvin, et d'interjections stupides (Potzerbie!).

Harvey Kurtzman, après avoir écumé les maisons d'édition sur des titres divers comme nombre de jeunes dessinateurs de l'époque, après avoir peaufiné son sens du gag avec le titre Hey Look (édité par Stan Lee bien avant Marvel Comics), entre en 1949 chez EC Comics, où il scénarise des histoires d'horreur, de sf, des récits de guerre (les très remarqués Two Fisted Tales, et Frontline Combat, pour leur réalisme et leur tonalité anti-guerre), croisant au passage des desssinateurs du nom de Joe Kubert, Gene Colan, Alex Toth... En 1952 il lance le comics MAD, qui deviendra presque aussitôt un magazine, s'assurant ainsi une diffusion plus large et échappant pour un temps à la censure. Le temps de 23 numéros, une bande de malades va s'évertuer à faire sauter consciencieusement les codes des genre en vogue à l'époque. Issus des pulps, des histoires fantastiques, historiques, ou autres, ils en maitrisent tous les ressorts et techniques, et l'imagination de Kurtzman fera le reste, scénarisant la quasi totalité des histoires courtes (en plus du rédactionnel du magazine). Kurtzman quitte MAD en 1955, en désaccord éditorial EC Comics. Le journal continuera, sur une nouvelle formule un peu différente de l'esprit de son créteur. Kurtzman continuera ses projets, de revues éphémères en projets avortés. Il sera le père spirituel (et souvent premier éditeur) de la génération underground: Gilbert Shelton, Robert Crumb, Skip Williamson, Jay Lynch... Il aura pour assistant notamment un certain Terry Gilliam, dont il provoquera la rencontre avec un acteur dénommé John Cleese... Il créera le personnage de Goodman Beaver, qu'il transformera en femme, lorsqu'il rentrera au service du magazine Playboy, avec Little Annie Fanny, qui durera près de 25 ans!



Comme si cette galerie de noms célèbres ne suffisaient pas à en faire l'un des personnages centraux de l'histoire du comic book, il convient d'en revenir à la période MAD. Le magazine s'appuyait sur quelques artistes, du nom de Wallace Wood, John Severin, Jack Davis et Bill Elder.
Wallace Wood, influencé par Raymond, Foster ou Caniff, est réputé comme un des grands auteurs de science fiction, est une influence majeure pour nombre d'auteurs par la suite, on le considère comme le chef de file de la deuxième génération d'auteurs américains (la première étant celle des Raymond et Caniff). A travers MAD, il laisse aller son style et sa maitrise vers quelque chose de plus libre, de plus débridé, tout en apportant un certain "sérieux", une tonalité classique, en contraste avec l'humour de Kurtzman.
Jack Davis aura beau répéter que son dessin fait le bonheur des gens de peu de goût, ses parodies de western (Lone Racer) ou de récits d'horreurs (il a réalisé bon nombre de récits de Tales from the crypt), son encrage caractéristique, en font un auteur dont le dessin n'a rien perdu de vitalité et de modernité. Jack Davis a été également un des illustrateurs les plus demandés (d'innombrables couvertures, pour Time Magazine, ou autres, etc...)
Bill Elder, l'ami de longue date de Kurtzman, s'il n'avait peut-être pas le talent visible de ses congénères, en était cerainement le plus drôle. L'esprit MAD c'est lui tout autant que Kurtzman. Sur un scénario de base, il rajoutait des dizaines de gags d'arrière plan, de situation non-sensiques... Il suivra Harvey Kurtzman tout du long, sur Goodman Beaver, comme sur Little Annie Fanny en tant qu'artiste principal (secondé par Jack Davis, ou même Frazetta).



MAD, c'est une période charnière, des auteurs issus des comic book à l'ancienne, des pulps, qui s'affranchissent de ces codes, créant un magazine résolument sarcastique, passant en revue tous les travers de la société américaine de l'époque (télévision naissante, société de consommation, esthétique clinquante et aseptisée...), détournant et pastrichant les genres, les films hollywoodiens, tour à tour potache ou salace. Avec une liberté de ton, des gags purement visuels, un humour absurde et décalé qui peut semblé vieilli, pour l'avoir vu, lu et entendu maintes et maintes fois aujourd'hui; MAD a ouvert une brèche, dans laquelle se sont engoufrées plusieurs générations. La génération underground de Robert Crumb et Gilbert Shelton, la génération absurde des Monty Python, et, en France, celle de Gotlib et sa rubrique-à-brac (dont il revendique la filiation), de son Fluide Glacial, celle d'un Pilote et de son créateur, René Goscinny, qui croisa lui aussi la route du studio Kurtzman-Davis-Elder, vers la fin des années 40, lorsque tous étaient encore relativement inconnus. La boucle est alors bouclée.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Cherchez cet album sur amazon
bordure
coin bordure coin