crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par lanjingling
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Groinge

compl�tez cette fiche
Tome 8
Sc�narioBsk
DessinBsk
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2006
EditeurGroinge
S�rieLe journal de Benoît, tome 8
autres tomes1 | 2 | 7 | 8
Bullenote [d�tail]

 

2 avis

NDZ
Sur la couverture aux faux airs de pochette vinyl : un seul garçon dans le vent qui traverse une "Abbey Road" anonyme (une rue, donc) sur un passage pour piétons : une image qui, si elle fait référence de manière évidente à l'adolescence à travers le Rock qu'elle incarne, peut aussi symboliser cet entre-deux-âges, le chemin qui sépare l'enfant de l'adulte - ces deux trottoirs-rivages.

Certes, je n'ai pas lu les premiers tomes de ce "journal" et découvre donc Benoît avec ce livre. Mais il n'est vraiment pas difficile de plonger dans ce recueil d'anecdotes qui tournent autour de sujets divers et variés qui peuvent intéresser les garçons en bourgeons : les filles, les obsessions à caractère sexuel, la presse érotique, les images à caractère sexuel, l'apparence, les occupations à caractère sexuel, etc. De l'authentique vrai, donc : inutile d'en douter, c'est bien de l'adolescence masculine dont on parle.

Il est vrai qu'il y a un peu du Chester Brown du "Playboy" dans certaines séquences, du Joe Matt (du sexe underground quoi) mais ici tout est dédramatisé, ravalé, assumé, tourné à la rigolade, et même si les premières historiettes tournent autour de la chose, beaucoup d'autres "sketches" ne l'évoquent même pas. Le ton général est donc plus proche de l'ambiance "blog" (Les imperméables, Les taxeurs de clopes), des fausses confessions de Frantico (Main au cul & co) ou parfois, dans les épisodes souvent les plus cocasses et réussis, des "Petits riens" de Trondheim (Le gaucher, Le gel et Les rapports avec son fils).

La mère inquisitrice (privatrice-castratrice ?), les copains-clones, les filles de la classe ou de soirées : la palette des personnages n'est pas forcément des plus originales mais a le mérite d'être plutôt réussie et les dialogues sonnent généralement juste.

Au final, un bouquin qui a du rythme, qui provoque quelques rires mais qui s'avère trop inégal dans la qualité des choix quant aux évènements rapportés... c'est aussi ce côté patchwork, léger et sans prétention qui en fait son charme en quelque sorte.
Coacho
Bsk continue sur ce ton qui a fait la particularité de ses deux précédents recueils édités chez nos amis des Editions Groinge.
En de petites planches de quelques cases, il croque des situations simples, banales, qui ont jalonné la vie de chacun d’entre nous.
Les petits mystères du quotidien, la pression des parents, les premiers fantasmes, la découverte d’un livre de cul, le calcul du look, et tout un tas de petites autres choses qui prennent racine à l’adolescence pour mieux éclore dans la vie d’adulte…
Toujours drôle, cynique même, mais simple, ingénu parfois, cet album est un symbole de la maturité graphique et narrative de Bsk, que l’on aperçoit entre autres dans les pages du Comix Club ou de L’Eprouvette. Un bien bon album pour compléter votre série du Journal de Benoît.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin