| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Vote pour Le Grand Prix de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Da Rocha
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Delcourt

complétez cette fiche
Jimmy Corrigan
ScénarioWare Chris
DessinWare Chris
CouleursWare Chris
Année2002
EditeurDelcourt
CollectionContrebande
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Jimmy Corrigan est un homme très timide et très seul, étouffé par une mère omniprésente. Jimmy a un travail de bureau sans intérêt, et vit davantage dans ses fantasmes que dans la triste réalité qui l'entoure. Un beau jour, il reçoit un courrier totalement inattendu : une lettre du père qu'il n'a jamais connu. Ce père qui les a abandonnés, lui et sa mère, et qui lui propose de venir le voir pour la première fois. Jimmy, naturellement bouleversé et terrifié, part à la rencontre de cet inconnu...

 

5 avis

Eugène le jip
Jimmy Corrigan est une espèce de larve. Un homme de 36 ans complètement amorphe, sans réelle personnalité, ni amis, ni boulot intéressant, ni passe-temps. Bref, une espèce d'anti-héros poussé à son paroxysme. Mais tout n'est pas de la faute de Jimmy. Sa mère, ultra-possessive, et son père, ayant quitté le foyer conjugal peu après sa naissance, ont une responsabilité très importante sur le manque de personnalité du fiston. Un jour, son père désire le revoir et le contacte. A l'insu de sa mère commence alors un voyage hors-du-commun pour Jimmy....
Bon, tout ça est secondaire car l'intérêt premier de Jimmy Corrigan est le traitement narratif et graphique appliqué par Chris Ware. Ce type est complètement fou et Jimmy Corrigan est un truc inclassable. A l'aide de petites cases très simples, de mots, de textes utilisés à contre-sens, de planches à monter insérées dans la BD et de jaquette à déplier dans tout les sens, Ware se réapproprie les codes de base de la Bd et les réutilise à sa façon, pour notre plus grand bohneur. Le dessin est simple, voire simpliste, et renforce la fluidité du découpage, malgré une impression de mise en page bordélique en premier abord. Il y a énormément d'invention dans cette Bd et en la lisant on a parfois l'impression d'être un gosse de 4 ans qui vient d'ouvrir un beau livre d'illustration avec plein de trucs inconnus dedans. Le tout est emballé avec un humour noir très subtil.
Cette BD est une bête à concours et va sans doute recevoir quleques prix. On va sans doute essayer d'ne faire un truc intello-branché, mais ne vous laissez pas abuser: Jimmy Corrigan est un truc très facile d'accès, très jouissif et complètement géant.
CoeurDePat
Jimmy Corrigan, sans être complètement novateur et exceptionnel, est un album très original, et le moins que l'on puisse dire c'est que son auteur va jusqu'au bout de son concept : couverture dépliante double face remplie de choses ; conseils aux lecteurs en 2ème de couverture, façon "contrat d'assurance", écrit en tout petit et dans tous les sens ; mentions légales intégrées à l'histoire (dans l'histoire, vers la page 30...) ; etc. Tout est lié à l'oeuvre, le souci du détail et de l'utilisation du médium poussés très loin.

Les planches sont d'apparence très particulière. Format à l'italienne atypique, la plupart des cases sont minuscules (environ 2cm de côté) et disposées de façon assez originale. La lecture en est d'abord gênée, puis on comprend le fonctionnement et elle devient fluide. Bon, point noir, les textes sont minuscules, et même avec de très bons yeux (ou lunettes), la fatigue visuelle arrive rapidement (et en plus il faut tenir les 380 pages...).

Les "interludes" -- maison à découper et monter soi-même, avec conseils d'assemblage par exemple -- sont sympathiquement bienvenus, drôles, et modifient assez profondément le rythme du récit, interrompant l'immersion du lecteur dans l'histoire. On remarquera quand même que si jamais quelqu'un voulait vraiment les découper, il ne pourrait monter que partiellement les objets, puisque les pages sont imprimées en double face. Eh oui !

Le ton général de l'album est extrêmenent cynique, et même un peu glauque parfois. On le constate dès le tout début (conseils de lecture) : l'humour de Chris Ware est (ici) très particulier, mais aussi très prenant. De fait, l'ambiance est englobante, on est aspiré dans cet univers.
Le fait d'entremêler rêves, fantasmes, et histoire(s) sur 4 générations donne un résultat dense, qui pose malheureusement parfois problème pour s'y retrouver...
Je ne parlerai pas du dessin, au style très particulier, un peu rebutant au début, mais très efficace.

Au final, cette oeuvre originale et intéressante ne m'a cependant pas complètement convaincu : sans parler d'indifférence, je suis resté relativement détaché du total looser qu'est Jimmy Corrigan. De plus, le prix de cet album est tout simplement rédhibitoire.

On notera tout de même le soin extrême apporté à l'adaptation de l'ouvrage en français. Chris Ware tient en effet à contrôler toutes les versions, et Delcourt en a apparemment quelque peu bavé : traductrice + graphiste ont bossé un an pour adapter avec un grand soin l'oeuvre originale.
Chris Ware lui-même -- pourtant très exigeant -- s'est déclaré très satisfait du résultat.
(pour plus de détails, voir le Pavillon Rouge de décembre 2002)
isaac
Bon, avant d'attaquer la critique de ce pavé de 380 pages, quelques mises en garde.
Si vous trouvez les bds de l'association étranges et complexes, passez votre chemin.
Si vous ne voyez en la bd qu'un moyen de vous détendre tranquillement, passez votre chemin.
Si vous avez déjà rencontrez quelques problèmes de compréhension à cause d'une mise en page non académique passez votre chemin.
Si vous avez déjà rencontrés quelques difficultés de compréhension en lisant une bd américaine, européenne ou même japonaise, passez votre chemin.
Pour ceux qui sont encore là et qui se destinent peut être un jour à lire le Jimmy Corrigan, il vaut mieux déjà avoir quelques années de bd dans les jambes et être bien armé avant d'ouvrir l'album. Le travail sera ardu, mais le jeu en vaut la chandelle. Plus jamais vous ne lirez une bd comme Jimmy Corrigan et cette histoire vous hantera longtemps après avoir refermé la dernière page.
Bon, débutons la critique à proprement dite. Tout d'abord, la bd en elle même est vraiment très belle, superbe maquette, très jolie jaquette, format original... Assez lourd à tenir entre les pattes tout de même. Il faut dire que l'éditeur a passé une année à réaliser cette édition.
Le dessin maintenant, extrêmement minimaliste et pourtant, on sent bien que sur certaines cases, Ware a envie de se faire plaisir, notamment sur les décors de l'exposition. La mise en page est étrange, le déroulement aussi, cases en doubles, pas d'ellipse, on s'attarde sur les expressions du héros (la seule fois où vous verrez un personnage sur ses toilettes pendant au moins 5 ou 6 cases d'affilées), bref, le rythme peut paraître difficile pour un lecteur européen ou même japonais, le dessin aussi. Petit reproche sur les textes qui sont parfois un peu trop petits.
Ensuite, vient le gros morceau, l'histoire en elle même, enfin l'histoire, finalement, il ne se passe pas grand chose en 380 pages, très très peu d'événements, peu de lieux, peu de rencontres, peu de dialogues... Mais alors quoi, qu'est ce qu'il fait que cette bd soit hors du commun ? C'est le fait qu'elle permet au lecteur de rentrer à l'intérieur du personnage, de disséquer l'âme du héros, étrange voyage s'il en est, personne n'en sortira indemne. Ware réussi ici un tour de force incroyable, celui de disséquer son névrosé psychotique sous toutes les coutures. Deux histoires en parallèle, deux époques, un lien de sang, une vie difficile. Le passé se répète, une enfance difficile tout est suggéré, rien n'est vraiment expliqué et pourtant, le lecteur dispose de tous les indices, posés à même la page.
Difficile d'accès Jimmy Corrigan, j'en conviens. Plusieurs lectures s'imposent.
Un album difficile, qui ne conviendra qu'à une petite partie du public bdphile, mais croyez moi, jamais vous ne lirez une bd comme Jimmy Corrigan. L'effort vous sera grandement récompensé...
Coacho