créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par Coacho
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Tonkam

compl�tez cette fiche
L'Histoire des 3 Adolf
Sc�narioTezuka Osamu
DessinTezuka Osamu
CouleursNoir et Blanc
Ann�e1998
EditeurTonkam
CollectionTsuki Poche
S�rieL'Histoire des 3 Adolf, tome 2
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [d�tail]

Sohei Togué finit par récupérer les documents relatant les origines d'Hitler. Il ne sait pas trop quoi en faire, mais n'avoue rien à la police, malgré les sévices que lui inflige l'inspecteur Akabané. Il ne doit son salut qu'à l'intervention de Mme Kaufmann, la mère d'Adolf, qu'il vient juste de rencontrer et qui est amoureuse de lui. Désormais, tous les services secrets internationaux sont au courant de l'existence de documents compromettants et proposent de lui racheter. Mais rien n'y fait, et même l'ostracisme dont il va être victime, dirigé dans l'ombre par Akabané, l'amenant à vivre comme un SDF, ne le fera pas revenir sur sa décision. Son abnégation est bien mal récompensée, puisqu'il finit par perdre les documents et être accusé de meurtre. Mais il existe malgré tout des policiers consciencieux, et sa rencontre avec l'un d'eux laisse subsister l'espoir de récupérer les documents perdus et de se venger de l'ignoble Lump, son tortionnaire de la gestapo.

 

2 avis

pikipu
Le premier tome n'était qu'une entrée en matière, une présentation des faits, des personnages.

Le deuxième commence par nous révèler ce que contient cette fameuse enveloppe. Tezuka nous l'avait caché pendant tout le premier volume. Nous voilà rassurés, l'histoire peut enfin commencer...

Ce tome est une véritable chasse, une chasse au trésor qui opposent deux camps ennemis, l'un cherchant à faire éclater la vérité, l'autre à l'étouffer (non, ce n'est pas le triangle secret). Mais c'est surtout la descente aux enfers d'un homme à qui l'on veut faire perdre sa liberté.

Ne vous méprenez pas, le Japon n'est pas que le pays des mangas, des robots inutiles et des cerisiers en fleur. Le Japon, c'est aussi l'invasion de la Mandchourie et de la Corée. Tezuka n'oublie pas de nous rappeler l'histoire de son propre pays, ses excès. L'Allemagne est là aussi, avec ses mensonges et les horreurs que l'on sait, mais que Tezuka se garde encore de dévoiler.

On pense parfois à Tintin et à l'île noire, on pense à XIII et ce dont exceptionnel qu'ont certains héros de faire tomber toutes les filles qui chez Tezuka sont souvent belles. On pense à Gen et son Japon aveuglé. On pense à Tezuka et on le remercie de nous avoir épargné le mélo que l'on croyait deviner dans le premier tome.

Le troisième volume sera sans doute très noir. La seconde guerre a déjà commencé.
CoeurDePat
Après un premier tome décevant, cet album remonte un peu le niveau. L'histoire est en effet un peu plus monolithique, puisqu'elle se centre sur Sohei Togué et ses malheurs. On pourra le voir persecuté par la police secrète, chassé de son logement, de son travail, mis à la rue et forcé d'y rester. Difficile de rester indifférent à ce genre de traitement.

Les Adolf sont ici presque anecdotiques tant ils brillent par leur manque de présence. Mis à part un ou deux passages, on ne les verra pas. A noter tout de même la représentation d'Hitler par Tezuka, assez savoureuse dans son genre, avec un côté à la fois tendre et ridicule...

C'est d'ailleurs un reproche que l'on peut faire à cette oeuvre : traitant d'un tel sujet, Tezuka garde sa touche habituelle d'humour (très léger ici, mais présent), et de plus, s'il montre des tortures, des bagarres parfois violentes, son dessin masque complètement l'horreur de la chose. La violence montrée ici est finalement assez enfantine, absolument pas réaliste, et cela jure un peu avec le sujet...

D'autre part, l'histoire conserve des maladresses... comme par exemple les pensées des personnages. L'exemple le plus frappant est celui de Mme Kauffman, qui pense (dans une bulle) "Je suis amoureuse de Togué", et dont tout le comportement ultérieur dépend de cette pensée, alors que rien d'autre ne montre qu'elle est amoureuse. Il aurait mieux valu faire passer ce genre de chose par le dessin, là c'est bref, beaucoup trop bref, et absolument pas convaincant.

Enfin, l'histoire est longue. 300 pages de course-poursuite après ces documents... Au début c'est intéressant, voire même très prenant, mais au bout de 200 pages on en a un peu marre, surtout que les rebondissements deviennent abracadabrants... Dans le genre, Urasawa maîtrise son suspense d'une tout autre manière.

Malgré tous ces défauts, ce deuxième tome reste plaisant à lire -- plus que le premier en tout cas -- assez prenant et parfois finement drôle.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin