créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes Ă©toiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

ďż˝ Casterman

compl�tez cette fiche
Astraban
Sc�narioDragan Miroslav
DessinMartin Oscar
Ann�e2006
EditeurCasterman
CollectionGrande Ligne
S�rieLa Guilde, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

Alors qu'il vient tout juste de fêter avec force libations son admission au sein de la prestigieuse académie d'alchimie, le jeune et fougueux Astraban est amené à sauver in extremis la vie d'une jeune fille menacée de mort, grâce à quelques tours maladroits mais efficaces. Hélas, son élan chevaleresque lui vaut les pires déboires. Dès le lendemain, Astraban voit ses amis massacrés, et lui-même doit fuir des poursuivants acharnés à sa perte. Il trouve finalement refuge dans la demeure de celle qu'il a sauvée la veille au soir. Sans le savoir, Astraban vient de faire son premier pas dans La Guilde...

 

2 avis

Indy
Bien sûr , cet album subit beaucoup d'influences, celle pour le dessin,des studios Disney ,dont est d'ailleurs issu le dessinateur Oscar Martin et pour le scénario, le "donjon Potron Minet, n'est guère loin.
Mais il est des références plus mauvaises et que dire de la bd animalière qui, de "Blacksad", à "de cape et de crocs" sans oublier "réglement de contes" des Damien(s) ou dernièrement le surprenant et très agréable "Saint Jean d'Acre" dessiné par Bertollucci ( tiens, un ancien de Disney , lui aussi!) semble retrouver un élan voire une renaisssance dans le monde de la bd plus adulte.
Alors oui, le dessin est réussi , même très expressif ( voire la page 25). Et même si les tenants et les aboutissants du scénario de ce premier opus m'échappent encore, je suis tombé sous le charme de cette aventure qui sans nul doute nous ménagera quelques surprises par la suite.
A suivre donc avec intérêt.
coacho
Alerté par divers commentaires du forum au sujet de cet album que je n’avais pas spécialement envie de lire, j’ai fini par succomber pour assouvir ma curiosité.
Car les reproches communément adressés à cet album, Astraban, sont essentiellement basés sur l’approche Disney des personnages. Et je dois avouer que la couverture semble bel et bien inspirée du Robin des Bois qui berça mon enfance !
Cet album va inévitablement souffrir de la comparaison avec le Roi Blacksad et avec tout autre dessin animé d’aventure. En effet, là où Blacksad prend le temps, one-shot après one-shot, de développer une narration posée et réfléchie, les auteurs de La Guilde ont mis le turbo.
C’est mené tambour battant et ça part dans tous les sens, avec plus ou moins de réussite, mais ils ont vraiment des difficultés à s’affranchir des codes de la maison Disney (l’effondrement d’Astraban puis la page 25 qui nous offre 9 poses de « savoir-faire made in » sont assez révélatrices de cet état).
Les cases sont souvent ou trop vides, ou trop empreintes de ces affreux effets floutés de photoshop, mais il n’en reste pas moins de superbes cadrages et des cases magnifiques, des regards incroyablement expressifs et une violence sanguinaire qui tranche vraiment avec le monde de l’enfance.
L’histoire reste cependant trop alambiquée et un peu confuse, les sentiments sont assez contradictoires (mais il y a de très bonnes pistes pourtant, en particulier avec l’utilisation de techniques mafieuses dans l’appropriation du désemparé), et on ne sait jamais comment prendre celle-ci. Est-ce drôle ? Violent ? Recherché ? Léger ? Course-poursuite ?
Je suis d’accord que c’est un album de mise en place et c’est pourquoi je resterai indulgent et que j’attendrai de voir le second volume pour me faire une idée plus précise.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin