créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

� Dargaud

compl�tez cette fiche
Guide sublime
Sc�narioErre Fabrice
DessinErre Fabrice
Ann�e2015
EditeurDargaud
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

 

1 avis

lanjingling
Le trait de Fabrice Erre est si outré qu’il en est reconnaissable au premier coup d’œil ; j’y trouvais pourtant un petit goût de déjà-vu, enfin identifié dans cet album. Erre est l’héritier, ici pleinement assumé, de Jacovitti avec cet album aussi obsessionnel que ceux du maître des saucisses à pattes.
Mais là où Jacovitti faisait vivre aussi bien les cailloux que les arbres dans un décor des plus farfelus, Erre ne dessine que ce qu’il juge suffisant, une poignée de personnages, en plan américain le plus souvent, qui sont compressés dans un gaufrier quatre cases, compressés jusqu’à en exploser. Ce livre est une explosion de folie permanente, celle du dictateur 200% psychopathe et de ses acolytes, bras droit, bras gauche, pieds droit et gauche, quelques « femmes à poil », et un collègue africain, Bogolo, le dictateur du Bogololand (logique). Ce minimalisme de la mise en page et de l’univers est parfaitement adapté aux idées fixes (enfin, « idée » n’est pas le bon mot ici, ce sont des névroses obsessionnelles plutôt ) des personnages, faire souffrir pour les uns - « Moi, du moment que quelqu’un se prend des coups de pelle, je suis content. » -, les femmes à poil pour un autre. Mais ce traitement pourrait être étouffant si cette folie permanente n’était classée par chapitres thématiques (la visite du dictateur étranger, le génocide, la recherche d’armes nouvelles, la flatterie), qui, sous couvert de rationalisme, ajoute encore à l’absurde de cette histoire. Malheureusement, ces dictateurs ne sont pas si exagérés que cela si on les compare avec certains existants, mais ce livre a achevé de me convaincre de la folie furieuse qui nous entoure. Un dernier mot sur l’humour, parfois proche de celui de Fabcaro (ils ont fait plusieurs livres ensemble), mais moins attendu, moins mécanique (malgré l’extrême pauvreté, a priori, de l’univers), et au final plus délirant, moins répétitif que dans Mars.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin