| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par everland
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Auto-Édition

complétez cette fiche
Duel entre classes sociales
Année2019
Editeur Auto-Édition
Bullenote [détail]

- [Couverture], Dubois Held Axel (D)
- P2. [Sommaire]
- P3. Les Classes à l'école, [Rédactionnel], Fermaud Ida (S)
- P5. [Gag], Delwarte Pierre (SD)
- P6. Vil-1 rat, [Récit complet], Vincent Nicolas (SD)
- P8. [Illustration], Orts Maxime (SD)
- P9. [Illustration], Serrano Caroline (SD)
- P10. Le Petit Prince rencontre le monde extérieur, [Récit complet], Thomas David (SD)
- P12. [Gag], Orts Maxime (SD)
- P13. [Récit complet], Hamant Quentin (SDC)
- P16. [Gag], Delwarte Pierre (SD)
- P17. [Gag], Lemaire Kilian (SDC)
- P18. [Illustration], Martouzet Léo (D)
- P20. JUDO, [Rédactionnel], Ecary Simon (SDC)
- P22. [Illustration], Ngaro Émilie (DC)
- P23. [Illustration], Serrano Caroline (D)
- P24. [Gag], Nadal Christopher (SDC)
- P25. [Récit complet], Margot Anouk (SD)
- P36. [Récit complet], Doledec Diane (SDC)
- P38. [Gag]Delwarte Pierre (SD), Hamant Quentin (SD), Juhel Mathis (SD), Niberon Marvin (SD), Orts Maxime (SD)
- P40. [Illustration], Orts Maxime (D)
D : Dessin

 

1 avis

Mael
Chaque année, les différentes promotions de l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême (ÉESI, les beaux-arts en fait) forment des groupes et sous-groupes plus ou moins soudés qui publient régulièrement des fanzines. On les trouve durant le festival dans le hall de l’école, à l’espace Magelis ou au spin-off.

Ce fanzine est réalisé, il me semble, par une promotion qui devait alors être en deuxième année. Et si les thèmes sont récurrents dans les zines, on a ici plutôt une sorte d’unité thématique qu’un thème absolu : les diverses violences sociales (rapports de classe, sexisme, répression…) traversent toutes les contributions. Une tonalité assez rare dans les fanzines étudiants qui visent souvent plus la prouesse graphique ou le jeu avec le code qu’un discours politique assumé, quoique rarement frontal.

Les récits sont extrêmement divers, allant de la BD franco-belge à gros nez à des propositions franchement expérimentales. Comme tout travail collectif, il est inégal, et pour avoir vu certains travaux des mêmes auteurs l’année suivante, beaucoup se sont encore améliorés. Mais dès 2019, plusieurs pages interpellent. On retient notamment un long récit autobiographique plein de saine colère d’Anouk Margot, refusant d’être une « mignonne » ou gentille fille sage et évoquant différents stéréotypes qui la poursuivent (de types très divers : « l’hystérie », le goût de la culture tout en ne voulant s’enfermer dans « l’intello », les normes de pilosités chez les femmes…) Bien plus courts sont les gags de Pierre Delwarte et Christopher Nadal, ou les doubles pages très plastiques, mais pertinentes, de Simon Ecary, Léo Martouzet.

Mais la pièce maitresse de ce fanzine est sans doute son texte d’ouverture, pas vraiment éditorial. « Les Classes à l’école », signé Ida Fermaud, s’intéresse aux élèves exclus de l’école. Or, elle semble toucher là un tabou : il n’y a pas d’exclus à l’école d’art, milieu s’affirmant bienveillant et ouvert. Des élèves s’en vont, construisent d’autres projets ou n’ont pas trouvé leur place oui. Dénonçant une hypocrisie latente l’autrice conteste surtout un rejet de certaines formes culturelles et un mépris d’élèves « pas assez cultivé.e.s ou ouvert.e.s », concluant sur une déception : « là où j’espérais trouver un enseignement incluant toutes les formes d’art, je me rends compte qu’en faisant la promotion d’une culture plutôt qu’une autre, l’école participe à ce système injuste de la reproduction sociale.» Le ton est amer, mais dénué de provocation, le constat exemplifié et sans nul doute mis entre les mains du corps professoral, puisqu’imprimé sur les presses de l’ÉESI. Cela a-t-il pu faire bouger quelques lignes, même petitement ? On ne le saura pas, il n’y a pas de suite à ce collectif, mais il garde trace d’un courage réel très rarement présent dans les fanzines d’écoles.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Cherchez cet album sur amazon
bordure
coin bordure coin