| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par rohagus
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Casterman

complétez cette fiche
Tango
ScénarioPratt Hugo
DessinPratt Hugo
Année1987
EditeurCasterman
SérieCorto Maltese, tome 9
autres tomes... 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 13 | 1hs | 2hs ...
Bullenote [détail]

 

2 avis

Gillix
Ecrire ce qui a touché, ce qui sonne juste pour soi est un exercice toujours difficile. Dans le cas des Corto Maltese en général c'est toujours plus dur que pour autre chose, car là, on s'attaque à un mythe de la bande dessinée.

Dans cette aventure, nous retrouvons Corto Maltese en Argentine. Il est à la fois à la recherche d'une amie, sur les traces de sa folle jeunesse et permet en plus à Pratt de nous parler un peu de son pays d'adoption à l'époque du début de sa vie d'adulte.

Comme toujours avec les aventures de notre marin, l'histoire démarre gentillement, il ne s'agit que de retrouver une amie que Corto a connue dans l'album "Fables de Venise", une polonaise. En partant de là, Pratt va mettre en avant la traite des blanches, la corruption, "l'exportation" de criminels états-uniens (avec le viel ami de Corto, Butch Cassidy) et surtout le héros principal de l'histoire, le tango argentin.

Cela peut paraître paradoxal de mettre en avant une danse, mais celle-ci est étroitement liée aux années de jeunesse de Pratt. Le rythme même de l'histoire tout en ralentissement et accélération est un tango, avec sa part de mystère, de séduction. Il est une représentation du jeu de l'amour auquel Corto reste toujours distant, sans que l'on sache pourquoi. Et par là, comme tout tango se respectant, l'histoire est pleine de nostalgie, de mélancolie et d'amour déçu.

D'ailleurs je vous propose une expérience étrange : mettez du tango en musique de fond (du Carlos Gardel de préférence), installez vous confortablement et lisez...

Vous verrez, normalement votre point de vue sur cet album s'en trouvera changé!

J'ai essayé de vous donner l'envie de vous plonger (replonger ?) dans l'oeuvre de Pratt. Ai-je réussi ?

A vous de voir...
luin gor
Certains fans de Corto Maltese ont pris l’habitude de parler de lui comme d’un personnage réel. De l’histoire de sa vie émane une nostalgie tellement forte qu’elle en est presque palpable. A travers la bonne douzaine de tomes qui contiennent les aventures du marin à la boucle d’oreille, Hugo Pratt décrit un monde finissant, une civilisation qui, à l’orée du 20ème siècle a fait ses adieux à des valeurs révolues. Les gentilhommes de fortune, ces chasseurs de rêves qui ont un goût prononcé pour les trésors improbables, prolongent envers et contre tous, et jusqu’à l’entre-deux-guerres, les codes de conduite d’une chevalerie canaille qui mélange trahison et loyauté avec une classe unique.
Parmi ces centaines de pages d’aventures rocambolesques, invraisemblables et que l’on veut croire vraies comme les enfants qui s’accrochent à la légende du Père Noël, Tango, qui se déroule en 1923, est certainement le tome le plus romantique et le plus mélancolique.
Corto a toujours le visage aussi lisse et la silhouette caractéristique du dandy matelot, mais imperceptiblement, la plume de Pratt lui donne une maturité grave qui annonce la fin de l’insouciance et de l’onirisme.
L’heure n’est plus aux portes que l’on peut ouvrir au fond d’une cour pour s’en aller vers une autre histoire ou aux farces de son vieil ami Raspoutine, qui pour distraire Corto et lui offrir de belles émotions, lui faisait croire qu’il avait été poignardé… Corto n’est plus le jeune aventurier de la ballade de la mer salée, que rien ne pouvait atteindre. La réalité du XXème siècle a remplacé l’immense terrain de jeu où Corto a exercé pendant plusieurs années le beau métier de pirate.
Toute la force d’évocation d’Hugo Pratt est condensé dans Tango, l’un de ses chefs d’œuvre. Pas besoin de longs discours quand un gros plan sur une boule de billard ou une succession de cadrages serrés sur des danseurs de tango suffisent pour exprimer les valeurs d’un autre siècle, que l’Europe en flammes a exportées en Argentine pour tenter de les préserver du cataclysme annoncé.
Pas étonnant avec tout ça que certains lecteurs ne soient toujours pas complètement persuadés que Corto n’a jamais existé.
Tango amorce magistralement le dernier cycle des aventures de Corto et donne à la personnalité du maltais une profondeur émouvante.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin