crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par lldm
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Casterman

compl�tez cette fiche
Tome 1
Sc�narioFukuyama Yôji
DessinFukuyama Yôji
CouleursNoir et Blanc
Ann�e2005
EditeurCasterman
CollectionSakka
S�rieBienvenue au Gamurakan, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [d�tail]

L’avocat Aoi Midorikawa est tiré de la torpeur de son bureau par une vieille femme, qui souhaite faire expulser un locataire mauvais payeur. Dépêché sur place, Midorikawa constate que l’appartement loué est fermé par une porte cadenassée de bout en bout,et que la poignée suinte d’un épais liquide collant.

Face à ce mystère, il n’a qu’une envie : retourner à son bureau. Mais sa cliente insiste pour qu’il joue les espions. Aussi ne tarde-t-il pas à apercevoir, par la fenêtre, des femmes nues au visage d’angelot flottant dans les airs. Et ce n’est là que le début d’une série de rencontres incongrues.ý

 

1 avis

herbv
Yôji Fukuyama revient dans la collection Sakka avec le volume 1 de Bienvenue au Gamurakan. Aoi Midorikawa est un avocat plutôt raté qui va se retrouver confronté à un mystère qui semble prendre naissance dans un appartement fermé dont le locataire ne paye plus le loyer. Malheureusement, très rapidement, il va lui être impossible de retrouver la tranquillité de son bureau. Il sera victime d’une sorte d’angelots féminins qui se nourrissent des rêves ou plutôt des cauchemars des humains. Les agissements de ces êtres oniriques ont souvent de fâcheuses conséquences sur la vie de leur support matériel, ce qui amènera la police à devoir enquêter sur un certain nombre de morts suspectes puis carrément étranges qui sont retrouvées dans le sillage de Midorikawa. Ce sera la lourde tâche qui va s’abattre sur les épaules d’un commissaire et de son adjoint.

Pour l’instant, les humains semblent bien démunis devant l’irruption du fantastique dans leur vie si matérielle, si logique et on se demande comment tout cela va évoluer par la suite. Qu’est-ce que le Gamurakan ? Midorikawa va-t-il s’en sortir et sauver par la même occasion Aï, sa petite sœur ? Qui sont ces deux individus aux lunettes noires qui semblent en savoir long sur les évènements ? Nos deux policiers vont-ils réussir à résoudre cette affaire hors du commun qui leur laisse un certain nombre de cadavres au comportement irrationnel sur les bras ? Le lecteur sera-t-il aussi scotché par le second volume ? Que de questions qui trouveront (ou pas) leur réponse dans le second et dernier volume qui devrait paraître en mai.

Très différente du Jour du loup du même auteur, Bienvenue au Gamurakan 1 est une œuvre qui ne se sera pas sans rappeler Dômu - rêves d'enfants d’Otomo. En effet, là aussi, on y trouve de simples humains, des policiers, qui n’ont que leur bonne volonté à opposer à des forces qui les dépassent. Sans oublier une action trépidante qui l’emporte sur la réflexion et une narration laissant une certaine place à des plans parfois assez audacieux, la filiation est incontestable. Mais il ne s’agit pas d’un plagiat, d'une mauvaise copie. L’auteur sait instiller une atmosphère oppressante reposant sur un certain mélange entre le rêve et la réalité. Celui-ci peut devenir un cauchemar parfois assez gore. Et le mangaka n’hésite pas à faire partir l’histoire un peu dans tous les sens, ce qui peut se révéler assez déroutant, les ellipses entre les chapitres pouvant être assez importantes. On verra prochainement si c’était maîtrisé. En attendant, il s’agit à nouveau d’un titre des plus percutants qui trouve parfaitement sa place dans la collection Sakka.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin