| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par lldm
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Clair de Lune

complétez cette fiche
Tome 4
ScénarioMasumura Hiroshi
DessinMasumura Hiroshi
Année2015
EditeurClair de Lune
SérieAtagoul - La forêt des chats, tome 4
autres tomes1 | 2 | 3 | 4
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Avec le quatrième tome de la série Atagoul, la forêt des chats, Hiroshi Masumura, l’auteur, nous emmène dans une autre contrée en développant une aventure sur plus de cinq chapitres. En effet, après trois histoires (très) courtes dans la lignée de celles des tomes précédents, nous bénéficions d'un récit long qui nous laisse sur un cliffhanger extraordinaire. Cette fois, Hideyoshi a publié un poème contenant une expression « Télou-Outai » qui va attirer trois étranges visiteurs dans le village. Leurs intentions ne sont pas amicales et ils enlèvent Kaarage et Hidemaru pour faire pression sur notre gros chat jaune. C’est ainsi que débute la quête de la « substance minérale absolue » ! Il s’agit d’un changement narratif d'autant plus fort que la tonalité de ce récit est souvent bien différente de ce à quoi nous étions habitués. Le récit est assez sombre sur un certain nombre d'aspects et Hideoyshi est mis en très grande difficulté à un moment, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une histoire en deux chapitres présente dans le premier tome. L’atmosphère onirique est ici remplacée par une aventure fantastique.

Récapitulons. Le premier chapitre du tome 4, intitulé « La Flute du Palais d’Argent » est tout à fait représentative du monde auquel nous nous étions habitués. Un riche marchant d’un pays voisin vient à Atagoul pour faire construire une résidence secondaire et se pavaner devant les locaux, pensant que l’argent permet de faire tout et n’importe quoi. Nous pourrions alors penser qu’Hiroshi Masumura en profiterait pour nous expliciter le système économique d’Atagoul où certains travaillent (généralement des propriétaires de magasins ou de restaurants) lorsque les personnages principaux sont oisifs, sans que l’on puisse comprendre comment et de quoi ils vivent. Il n’en est rien, aucune explication ne vient, comme cela pourrait se produire dans tout rêve. Toutefois, il faut se rappeler que nous sommes en train de lire la quatrième partie d’une série débutée il y a de nombreuses années, et que les éclaircissements nécessaires ont pu être déjà donnés. Quoi qu’il en soit, il est certain qu’il faut éviter de chercher à surinterpréter la série, au risque de perdre la magie que fait passer l’auteur.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin