crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par nirvanael
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Les Humanoïdes Associés

compl�tez cette fiche
Le musée de l'imaginaire
Sc�narioDe Campi Alex
DessinDi Giammarino Luigi
Ann�e2007
EditeurLes Humanoïdes Associés
S�rieAdam au Chromaland, tome 1
Bullenote [d�tail]

Chromaland est le pays de l'imaginaire : une immense mosaïque composée de tous les imaginaires des hommes depuis la nuit des temps. Ce monde est gouverné par un Empereur sage et pacifique qui s'assure que les idées ne s'égarent pas trop d'un imaginaire à un autre. Mais le temps est venu pour l'Empereur de choisir un successeur : l'adorable princesse Bianca est l’heureuse élue au détriment du prince Grise, jugé trop fainéant et vaniteux. Piqué au vif, celui-ci enlève alors Bianca avant de disparaître dans l’unique but de revenir prendre le pouvoir et de réduire Chromaland à un monde éteint, vidé de tout imaginaire. Grise possède l'arme pour le faire : une baguette noire dont la force de destruction n'a d'égale que son contraire, le sceptre blanc de l'Empereur. Le seul espoir pour sauver Chromaland est de trouver un champion dans le monde de la réalité, un humain qui resterait insensible à la magie destructrice de Grise. L'Empereur confie cette mission de la plus haute importance à Zazie, une ballerine sortie de l'imagination de Degas et à un hibou de Magritte. Mais ces derniers ne trouvent rien de mieux que de recruter Adam, un garçon de dix ans, qui s'est vanté d'avoir sauvé tout son quartier d'une invasion extra-terrestre! La suite de l’aventure lui réserve cependant de grandes surprises…

 

1 avis

rohagus
Un jeune garçon qui se retrouve projeté dans un monde imaginaire pour le sauver d'un grand danger, voilà une intrigue qui n'a rien de bien novateur à première vue. Mais quand ce monde est d'une véritable originalité, quand le récit est raconté avec brio et humour et quand le dessin est largement à la hauteur de ses ambitions, cela donne le début d'une excellente BD. Un véritable coup de coeur en ce qui me concerne !

Imaginez un univers qui soit celui de l'imagination. Y vivent toutes les chimères imaginées un jour par les hommes vivants ou l'imaginaire des grands artistes qui perdurent dans l'esprit des vivants. Divisées en royaumes de l'imaginaire de chacun, elles se côtoient, se croisent, s'influencent. L'imaginaire de Magritte relié à ceux de Monet, de Van Gogh et d'innombrables artistes, peintres, écrivains, cinéastes, etc... Dans chacun de ces imaginaires, les décors et les êtres vivants sont à l'image des créations de leurs auteurs mais aussi de tous ceux qui les ont influencés.

Transposé en images dans Adam au Chromaland, cela donne un patchwork coloré, beau et fouillis à la fois, ensemble d'innombrables références visuelles et artistiques.
Le dessin de Di Giammarino est tout à fait à la hauteur de la tâche. Son trait fait légèrement penser à celui d'Eduardo Risso ou d'Horacio Domingues, une touche d'ambiance latine associée à une maîtrise et un trait lisse proche du comics.
La colorisation, informatique et légèrement froide à la manière d'un Beltran, offre des tons pastels très variés pour une ambiance colorée, comme le veut le nom du royaume : Chromaland.
Et au fil des pages, on s'amuse à repérer dans chaque planche toutes les clins d'oeil aux oeuvres de peintres, de sculpteurs, de cinéastes et autres écrivains. C'est d'ailleurs avec bonheur que l'on découvre en fin d'album la liste des titres et auteurs de chacune de ces références artistiques.

Quant au récit, il est à double niveau.
L'intrigue de base semble destinée à un lectorat assez jeune. Un petit garçon débrouillard et imaginatif qui va sauver le Royaume Imaginaire, rien de bien nouveau. Mais cette simple intrigue est très bien racontée permettant à un adulte de la lire sans jamais s'ennuyer.
Et le même lecteur adulte pourra ensuite profiter du second niveau de lecture, de ces très nombreuses références artistiques bien sûr mais aussi d'un véritable humour qui se dégage des planches. L'histoire ne se prend pas totalement au sérieux et les gags sont nombreux quoique discrets. J'ai notamment été plié de rire en voyant cette Madonne de peinture classique jouer les nounous avec tous les petits Jésus que les autres Saintes-Vierges du musée lui avaient laissés en garde.

Un vrai plaisir de lecture et un vrai plaisir pour les yeux. Les amateurs de peinture, d'imaginaire, d'humour et de récit d'aventure fantastique seront ravis. Et si les tomes suivants restent sur le même niveau de qualité, nous aurons peut-être bien là un futur immanquable.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin