crer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques



par Coacho
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Futuropolis

compl�tez cette fiche
...à la folie
Sc�narioRicard Sylvain
DessinJames
Ann�e2009
EditeurFuturopolis
S�rieOne-shot !
Bullenote [d�tail]

Voici l’histoire d’un petit couple « ordinaire » qui s’aime un peu, beaucoup, à la folie… Ils se sont rencontrés, il y a quelques années et se sont rapidement mariés. L’homme gagne bien sa vie, la femme n’aura pas besoin de travailler.
Pourtant un jour, cette harmonie se brise. Une bête dispute, rien de spécial explique-t-elle. Mais cette dispute entraîne les premiers coups. Leur vie bascule et l’horreur s’installe au quotidien. La femme se tait. Elle finit même par accepter cette situation, voire excuser son mari.
Peu à peu, les proches de la femme s’aperçoivent de la situation. Chacune y va de son conseil. Pour son amie, il faut porter plainte auprès de la police. Pour sa mère, la violence masculine est purement hormonale. Ils se calment dès que les femmes accordent quelques « petites attentions » aux hommes.

Jusqu’au jour où la femme ne peut plus supporter cette situation atroce…

 

1 avis

ingweil
Quelques jours après l’avoir lu, ce titre me tourne encore dans la tête. Si du point de vue du médium, on peut louer quelques très bonnes idées narratives (un très intéressant jeu de ping-pong dans l’écriture notamment, ainsi qu’une très bonne mise en scène sous forme de confession) et les qualités bien connues de James au dessin (ces personnages animaliers et son noir et blanc sont incontestablement une des réussites de l’album, c’est surtout du côté du contenu de l’histoire que j’ai vraiment été chamboulé.

Complémentairement à Inès de Dauvillier et D’Aviau qui insistait sur la misère et la violence, …A la folie présente un couple aisé, où lui a parfaitement réussi dans son métier et où elle joue les parfaites maîtresses de maison. Ce qui intéresse Ricard c’est tout d’abord la flétrissure dans le couple, le moment où on commence à comprendre la façade pour la bonne société. L’envers du décor devient étouffant pour le lecteur, l’alternance des points de vue développe un malaise grandissant qui éclate avec les premières violences.

En choisissant de faire parler ses personnages à la première personne, le livre provoque une immersion douloureuse, et une révulsion pour ces compromis de tous les jours. On a parfois envie de hurler avec l’héroïne, de frapper cette brute épaisse qui refuse de comprendre quoi que ce soit, incapable de sortir de son schéma petit-bourgeois dans lequel tout lui est dû. La réaction de la mère est à vomir, amplifiée par cette absurde croyance qui voudrait que les couches les plus élevées de la société soient mieux éduquées, plus cultivées, moins engoncées dans leur carcan.

On ne nous épargne rien ici, l’épilogue est d’une tristesse… Au-delà de la dénonciation de la violence conjugale, …A la folie interroge aussi sur la violence inhérente à notre modèle social, et sur le peu de possibilité qu’on a d’y échapper. Un titre qui pousse à réfléchir sur ses propres valeurs et à se demander si elles sont aussi partagées que ça. Une sacrée claque.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin