| 
créer | pseudo  mot de passe  |  
 
album
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Mes étoiles
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par herbv
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Planche
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Troglodyte

complétez cette fiche
2 milligrammes
ScénarioAdam Benjamin
DessinAdam Benjamin
CouleursNoir et Blanc
Année2007
EditeurTroglodyte
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Réédité à la Pastèque en 2014

 

1 avis

Mael
Sur le principe, rien de bien excitant : un jeune dessinateur décide d’arrêter de fumer, il ouvre un blog pour le raconter au jour le jour (et ainsi se donner la force d’y arriver) et ce blog sort en version papier. Mouais. Mais c’était sans compter une double conjonction : l’auteur est un narrateur brillant, comme il l’a prouvé en sortant une des meilleures BDs de 2013, et l’éditeur a prouvé depuis longtemps qu’il ne choisit pas ses livres (toujours impeccablement fabriqués) au hasard.

Après sa carrière sur le web, Deux milligrammes, titre issu du grammage des Nicorette fétiches de Benjamin Adam, a en réalité déjà connu une publication papier aux éditions Troglodytes, à quelques centaines d’exemplaires. Ensuite plusieurs éditeurs ont voulu le republier mais l’auteur a toujours éludé. Mais, depuis, La Pastèque a créé « Pomelo », une collection dédiée aux « faux guides en BD », proposant à des auteurs de qualité de moquer gentiment cette mode qui inonde les bacs.

Ce qui est intéressant avec Deux milligrammes, c’est qu’il ne s’agit pas d’une parodie, pas d’une moquerie, mais de prendre les codes des méthodes pour les détourner gentiment. C’est un carnet pince-sans-rire, basé sur des anecdotes faisant mouche et illustrant la bizarrerie de l’esprit humain. Ainsi, si un documentaire sur les méfaits du tabac marque notre fumeur récidiviste, ce n’est pas l’acte fondateur qui le convainc d’arrêter les clopes. Non, la déclaration majeure est celle de son médecin débonnaire lui lançant: « Vous allez retrouver le goût des pommes de terre. »

Il y a des défauts dans cette œuvre de jeunesse : un format un peu trop petit rend le texte difficilement lisible, parfois l’anecdote est vraiment trop anecdotique… C’est l’écueil classique des blogs plaqués sur du papier. Mais outre un avant-propos instructif qui remet tout ça en perspective, il y a quand même chez Adam des particularités narratives très fortes. On remarque notamment déjà ce goût pour la déconstruction chronologique, chaque histoires naviguant joyeusement à distance – d’un jour comme de dix ans. La manière dont il dessine les « opposants au tabac » (dont est votre serviteur) est aussi un gimmick fort amusant à découvrir…

Un certain nombre de livres existent déjà sur ce sujet, y compris en bande dessinée, et c’est souvent un enfilage de banalités. S’il n’en est encore qu’à ses débuts, Adam évite au moins toujours l’ennui, au mieux on rit franchement. Ce petit ouvrage méritait donc bien d’être exhumé – et ce, même si son auteur peut avoir du mal à l’assumer – et se rangera volontiers à côté de Celles que j’ai pas fumées, de Nadja (Cornélius), autre livre illustré de qualité sur le sujet.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

album

bordure
coin bordure coin